Produits reconditionnés : le français Back Market lève 41 millions d'euros pour conquérir les Etats-Unis

 |   |  606  mots
Créé en 2014, Back Market est une place de marché dédiée aux produits électriques et électroniques reconditionnés, c'est-à-dire remis à neuf pour être revendus. La startup revend des smartphones, tablettes, ordinateurs portables, téléviseurs, matériel hi-fi, consoles de jeu, appareils électroménagers ou encore des montres connectées.
Créé en 2014, Back Market est une place de marché dédiée aux produits électriques et électroniques reconditionnés, c'est-à-dire remis à neuf pour être revendus. La startup revend des smartphones, tablettes, ordinateurs portables, téléviseurs, matériel hi-fi, consoles de jeu, appareils électroménagers ou encore des montres connectées. (Crédits : DR)
Après Recommerce en février (50 millions d'euros), le français Back Market, également spécialisé dans la vente de produits reconditionnés, lève 41 millions d'euros pour accélérer sa croissance et conquérir les Etats-Unis.

Qui gagnera la guerre des produits électroniques reconditionnés ? Dans ce marché en hypercroissance et très compétitif, c'est la course à l'argent pour ceux qui veulent en devenir le leader. Après le tour de table de 50 millions d'euros du français Recommerce en février, et celui de 21 millions d'euros de l'allemand reBuy en mars, c'est un autre français, Back Market, qui annonce mercredi 13 juin le succès de sa levée de fonds de 41 millions d'euros pour accélérer sa croissance et s'internationaliser.

Pour mener cette Série B -après un premier financement de 7 millions d'euros en mai 2017 et un amorçage de 300.000 euros en 2015-, la startup a fait appel au Groupe Arnault, la holding familiale Bernard Arnault, champion du luxe avec LVHM. La société d'investissement Eurazeo rejoint aussi le capital, aux côtés des investisseurs historiques Daphni, Aglaé Ventures et de l'entrepreneur Thierry Petit, le cofondateur de Showroomprivé.

Lire aussi : Startups : Recommerce, leader français du smartphone reconditionné, lève 50 millions d'euros

Croissance de 220% en 2017, 95,5 millions d'euros de chiffre d'affaires

Créé en 2014, Back Market est une place de marché dédiée aux produits électriques et électroniques reconditionnés, c'est-à-dire remis à neuf pour être revendus. La startup revend des smartphones, tablettes, ordinateurs portables, téléviseurs, matériel hi-fi, consoles de jeu, appareils électroménagers ou encore des montres connectées. Contrairement à son concurrent Recommerce, qui se restreint au smartphone et "nettoie" lui-même les produits qu'il commercialise, Back Market met directement en relation le client final avec le reconditionneur, ce qui lui permet de se positionner en tiers de confiance et de limiter ses coûts.

Ainsi, le consommateur achète des produits réparés, vérifiés et garantis, directement aux usines de reconditionnement certifiées, ainsi qu'aux distributeurs et aux marques grand public qui reconditionnent leurs appareils. Les prix, comparables à ceux des concurrents, sont inférieurs de 30% à 70% au prix du neuf. Back Market prend 10% de la transaction. Les consommateurs peuvent aussi revendre leurs appareils aux usines, en passant par la plateforme.

Grâce à ce modèle, la croissance de Back Market explose. En 2017, la société a réalisé un chiffre d'affaires de 95,5 millions d'euros, soit une progression de 220% par rapport à 2016. L'entreprise est présente dans cinq pays : la France, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne et la Belgique et se revendique rentable en France, son premier marché.

Ambitions fortes aux Etats-Unis

Forte de son hyper-croissance en France, Back Market relève ses ambitions. Depuis le début de l'année 2018, l'entreprise attaque l'immense marché américain et a ouvert des bureaux à New York, en plus de ceux à Paris et à Bordeaux.

La levée de fonds devrait lui permettre d'accélérer son expansion au pays d'Apple. La masse salariale, qui s'élève aujourd'hui à 90 employés dont l'essentiel à Paris, devrait doubler d'ici à un an, notamment pour le marketing mais aussi pour renforcer l'équipe technique afin d'améliorer la plateforme, l'analyse des data des consommateurs et le service client, aujourd'hui peu satisfaisant pour la plupart de ces plateformes.

Il faut dire que le marché en pleine croissance du reconditionné, estimé à 50 milliards de dollars dans le monde, donne des étoiles dans les yeux à Thibaud Hug de Larauze, le Pdg et co-fondateur de Back Market:

"Nous avons pour ambition de créer une marque globale et de devenir le synonyme du mot "reconditionné", affirme celui qui estime que sa véritable concurrence est davantage Amazon, eBay et Le Bon Coin que les autres sites comme Recommerce, reBuy, ou un autre français, Certideal.

Lire aussi : Certideal, le reconditionneur de smartphones français qui convoite l'Europe

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/10/2018 à 22:37 :
ATTENTION, LISEZ BIEN CECI AVANT DE COMMANDER CHEZ BACKMARKET :

Je ne recommande pas des achats de téléphone reconditionné sur le site Backmarket.

En effet j’ai fait l’objet d’ une très mauvaise expérience, pour commencer un retard dans ma commande qui s’est poursuivi par la réception de mon téléphone et dont la batterie était HS, perte de temps car j’ai dû renvoyer le tout pour procéder à un échange.
2-3 mois après je décide de faire changer la batterie chez Apple à mes frais (29€ car iPhone SE), et là c’est la douche froide. L’expert me dit clairement que j’ai un téléphone en kit : le dos n’est pas d’origine, le petit slot pour la SIM n’est pas de la même couleur, et le pire ce n’est pas un écran Apple et celui-ci est entrain de se décoller.
Comme je suis quelqu’un qui n’aime pas attendre et me sentant roulé par le reconditionneur de Backmarket, j’ai demandé à changer en même temps que la batterie ce faux écran défectueux. J’ai entrepris cette réparation en savant pertinemment que ça faisait « sauter » la garantie, néanmoins je me suis dit ils vont peut-être faire un geste commercial pour le dédommagement causé.
J’ai donc ouvert une conversation avec eux (reconditionneur et backmarket) cela n’aboutit à rien, ils se cachent très clairement derrière la réglementation, je leur explique que pour moi il était hors de question d’attendre pour remplacer mon écran et que j’ai fait au plus simple. Voilà, je vous laisse en pleine réflexion sur la conscience de cette entreprise, et le gros manque de considération de leur client. Je regrette d’avoir conseillé 2 potes à moi pour l’achat de leur téléphone.
Concrètement, c’est jouer à la roulette russe, vous pouvez tomber sur de bonnes ou mauvaises surprises.
Je me lance dans une campagne d’avis préventif sur cette entreprise.
a écrit le 02/08/2018 à 11:37 :
Bravo, le reconditionnement permet à son niveau de présever l'environnement.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :