Piratage de Yahoo ! : pas de libération pour un homme accusé de la cyberattaque

 |   |  486  mots
Entre novembre et décembre 2014, il aurait volé une copie d'une base de données des utilisateurs du groupe internet, incluant des renseignements pour plus de 500 millions de comptes d'utilisateurs du groupe internet.
Entre novembre et décembre 2014, il aurait volé une copie d'une base de données des utilisateurs du groupe internet, incluant des renseignements pour plus de 500 millions de comptes d'utilisateurs du groupe internet. (Crédits : REUTERS/Dado Ruvic)
Un tribunal canadien a refusé mardi de libérer sous caution un homme inculpé pour une cyberattaque massive contre le groupe internet Yahoo!, dans l'attente de sa possible extradition vers les Etats-Unis pour y être jugé.

Karim Baratov, 22 ans, un Canadien originaire du Kazakhstan, avait été arrêté au Canada en mars à la demande des autorités américaines pour des activités présumées de piratage électronique, d'espionnage commercial et autres crimes. Ses avocats ont promis de se battre pour empêcher son extradition, une très longue procédure qui pourrait débuter dès le mois de juin.

Les avocats de Karim Baratov avaient plaidé pour qu'il soit placé sous la supervision de ses parents. Le père du jeune cyber-pirate avait promis de surveiller ses faits et gestes, de jour comme de nuit, affirmant au tribunal qu'en comparaison, "la prison ressemblerait à un paradis". L'accusation a toutefois soutenu que le cyber-pirate était en lien avec des espions étrangers et qu'il risquait de s'enfuir en cas de remise en liberté.

Ce que l'on sait de l'affaire...

Les autorités américaines accusent les services secrets russes d'avoir embauché M. Baratov et un autre hacker pour cette attaque contre Yahoo!, initiée en 2014 et considérée comme l'une des plus importantes dans le monde à ce jour avec au moins 500 millions de comptes d'utilisateurs compromis et des vols d'informations ayant duré jusqu'en 2016. L'attaque avait visé en particulier des journalistes russes, des responsables gouvernementaux russes et américains, ainsi que des salariés d'entreprises privées. Le Kremlin a démenti toute implication russe dans cette cyberattaque.

Le deuxième hacker, un résident russe de 29 ans, a été "publiquement accusé en septembre 2012 et en juin 2013" pour des faits similaires et a "été nommé comme l'un des cybercriminels le plus recherché par le FBI en novembre 2013". Depuis le 26 juillet 2013, il figurait sur un avis de recherche d'Interpol réclamant sa détention immédiate - notamment auprès de la Russie, précise le DoJ. Toujours selon le ministère américain de la Justice, il a été arrêté dans un "pays européen" en juin 2013, mais il s'est "échappé en Russie avant de pouvoir être extradé."

Selon les autorités américaines, ce suspect a ensuite été utilisé par les deux espions russes pour accéder aux comptes d'utilisateurs Yahoo! Entre novembre et décembre 2014, il aurait volé une copie d'une base de données des utilisateurs du groupe internet, incluant des renseignements pour plus de 500 millions de comptes d'utilisateurs du groupe internet - comme les "noms, les comptes de messageries de récupération, les numéros de téléphone", liste le ministère de la Justice. Au cours de cette opération, les agents du FSB ont facilité les autres activités criminelles du pirate informatique en lui "fournissant des informations sensibles" lui permettant de "ne pas être détecté par les autorités américaines et autres forces de l'ordre en dehors de la Russie".

>>> LIRE AUSSI Piratage de Yahoo! : ce que l'on sait sur les espions russes inculpés

(Avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :