Snapchat veut moderniser la télévision pour séduire les Millennials

 |   |  751  mots
L'application Snapchat a signé un partenariat avec 13 médias et entreprises françaises pour produire des formats courts et informatifs, dont France Télévisions, M6, BFM TV, Loopsider, Webedia, Konbini News mais aussi l'Olympique de Marseille.
L'application Snapchat a signé un partenariat avec 13 médias et entreprises françaises pour produire des formats courts et informatifs, dont France Télévisions, M6, BFM TV, Loopsider, Webedia, Konbini News mais aussi l'Olympique de Marseille. (Crédits : Lucas Jackson)
Le réseau social prisé par les Millennials a annoncé ce lundi 19 novembre au matin un partenariat avec 13 médias et entreprises françaises (France Télévisions, BFM TV, M6...) afin de produire des contenus courts et informatifs. Conçu comme une simple application de messages éphémères, Snapchat diversifie de plus en plus les contenus sur sa plateforme alors que le réseau social perd des utilisateurs depuis deux trimestres consécutifs.

Initialement conçue comme une messagerie éphémère pour Millennials, l'application Snapchat lorgne les médias. Snap Inc, maison-mère du réseau social, a annoncé ce lundi matin le déploiement de sa fonction "Shows" en France. Lancé en 2016 aux États-Unis, ce format consiste en des vidéos courtes d'information, généralement entre 3 à 7 minutes, conçues spécialement pour les mobiles et filmées à la verticale. Au total, 130 "Shows" ont été produits depuis 2016 par des partenaires étrangers tels que CBS ou MTV.

Pour répliquer ce format dans l'Hexagone, Snapchat a signé un partenariat avec 13 médias et entreprises pour une production annoncée de 18 "Shows". Figurent parmi les partenaires, France Télévisions via son programme Slash (nouvelle offre 100% vidéo à destination des jeunes adultes), M6, BFM TV, Loopsider, Webedia, Konbini News mais aussi l'Olympique de Marseille. Les contenus proposés iront de l'information au divertissement (sport, nourriture, musique, cinéma et série). Dans un premier temps, aucune fiction ne sera produite.

"Nous ne voulons plus uniquement être considéré comme un réseau social pour jeunes", a revendiqué ce lundi matin Emmanuel Durand, Pdg France de Snapchat, dans les bureaux parisiens de l'entreprise ouvert il y a deux ans.

En perte de vitesse, Snapchat diversifie ses contenus

Contrairement aux réseaux sociaux comme Facebook et Twitter, où les utilisateurs voient les contenus lus, aimés ou partagés par leurs amis, "il n'y a aucune viralité des contenus sur Snap (...) Nous voulons proposer des contenus sélectionnés et vérifiés grâce à des partenaires fiables", a assuré Emmanuel Durand. "Nous voulons proposer une multiplicité des points de vue, contrairement à certains fils d'actualité qui enferment les utilisateurs dans des chambres d'écho." Avec pour objectif, créer la "télévision pour la génération Snapchat".

Dans cette optique, Snap Inc. a fait une refonte de son application en janvier 2018, en séparant les fonctionnalités sociales (envoi de messages, de photos...) des fonctionnalités "médias" (vidéos, articles...) comprises dans sa section "Discover". Le but : mettre davantage en valeur la variété de ses contenus, qui vont désormais de l'information, au sport (diffusion de la Coupe du Monde et des Jeux Olympiques) en passant par de la production de séries originales. Cette nouvelle version avait été très décriée, au point que le fondateur Evan Spiegel avait reçu une pétition signée par 1,2 million de personnes réclamant le retour de l'ancienne version, poussant Snapchat à concéder quelques petites modifications.

Lire aussi : En panne d'utilisateurs, Snapchat veut créer ses propres séries

Depuis les retouches, "l'audience quotidienne des contenus créés par les médias partenaires a augmenté de 29% entre avril et septembre 2018", a assuré Snapchat France, refusant de chiffrer l'ampleur des audiences pour l'ensemble de la section "Discover". L'entreprise a également refusé de communiquer quelques audiences spécifiques réalisées par les médias déjà partenaires.

L'application, qui n'a encore jamais été rentable, est en perte de vitesse depuis le début de l'année. Après avoir enregistré sa plus faible progression de nouveaux utilisateurs au premier trimestre 2018, la société a enregistré une perte des utilisateurs sur les deux derniers trimestres.

Atteindre un public jeune, une opportunité pour les médias

En France, l'application revendique 13 millions d'utilisateurs connectés par jour, dont 80% ont plus de 18 ans. Les utilisateurs français enchaînent une vingtaine de sessions courtes pour passer en moyenne 30 minutes par jour sur Snapchat. Une aubaine à l'heure où les médias sont en quête d'un nouveau souffle.

"Pour France Télévisions, venir sur Snapchat c'est faire le grand écart", a confirmé Dorothée Topin, responsable partenariats plateformes sociales à la direction numérique de France Télévisions. "Nous allons chercher une audience plus jeune là où elle se trouve déjà, car c'est une génération qui ne vient plus voir la télévision aussi naturellement que le faisais leurs parents."

Les "Shows" seront produits sur les nouveaux modèles de consommation des médias par les jeunes, avec un "montage extrêmement rapide et de la motion design" (en français, animations graphiques), selon Emmanuel Durand. Les contenus seront monétisés par des "Snap Ads", des publicités vidéos en plein écran qui se lancent entre le visionnage de plusieurs vidéos. L'entreprise, qui a refusé de communiquer sur les accords financiers, s'est contenté d'évoquer un "partage des recettes".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/11/2018 à 17:46 :
Il faut savoir s’arrêter au sommet du «  succès «  sinon se diversifier sachant que les profils sont plus exigeants aujourd’hui que hier.
Les plans de secours ce n’est jamais du long terme.
a écrit le 19/11/2018 à 17:46 :
Il faut savoir s’arrêter au sommet du «  succès «  sinon se diversifier sachant que les profils sont plus exigeants aujourd’hui que hier.
Les plans de secours ce n’est jamais du long terme.
a écrit le 19/11/2018 à 14:03 :
L'avantage des entreprises du net c'est qu'elles mettent bien en évidence la nullité et l'aveuglement du milieu financier qui ne sait plus quoi faire de tout le fric qu'il a dans les paradis fiscaux et qui du coup achète au max une entreprise quand elle est à son apogée car ne comprenant toujours pas comment le public d'internet, bien plus exigeant que la ménagère de moins de 50 ans qui elle même est déjà devenue bien plus exigeante qu'il y a 10 ans car passée des feux de l'amour à la casa del papel..

Notez que, encore une fois, en utilisant simplement mon cerveau, un truc de dingue que je conseille à tout le monde quand même même si pour certains ce serait la première fois que ça fonctionne et du coup ça pourrait leur faire bizarre c'est sûr, j'avais dis qu'ils étaient très malins chez snapchat étant donné qu'ils mettaient en bourse leur société au meilleur moment, à savoir à leur maximum de croissance et du coup au début des ennuis.

Mais l'actionnaire milliardaire est possédé parce qu'il possède et ne voulant plus prendre de risque, continuant d'écouter son banquier, son comptable et son avocat fiscaliste, commet erreurs sur erreurs parce que ces gens là ne sont pas des visionnaires mais seulement des gestionnaires.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :