Snapchat, à l'assaut des jeux vidéo ?

 |   |  612  mots
L'application de messagerie éphémère revendique 191 millions d'utilisateurs dans le monde.
L'application de messagerie éphémère revendique 191 millions d'utilisateurs dans le monde. (Crédits : Lucy Nicholson)
L'application de messagerie Snapchat serait sur le point de lancer une plateforme de jeux en ligne à l'automne. Toujours en quête d'un modèle économique viable, et avec une croissance atone de son nombre d'utilisateurs, le réseau social des "Millennials" pourrait ainsi allonger le temps passé sur sa plateforme.

Snapchat ferait les yeux doux aux jeux vidéo... La messagerie éphémère se préparerait à lancer cet automne une plateforme pour développeurs afin de créer des jeux mobiles, accessibles depuis Snapchat, révèle le site spécialisé The Information. L'application espère ainsi retenir ses utilisateurs le plus longtemps possible sur sa plateforme. Pour l'instant, le réseau social prisé par les jeunes n'a pas confirmé si des publicités seraient intégrées dans les jeux. Afin d'attirer les joueurs avec un gros titre, un partenariat avec un éditeur de jeu serait déjà conclu.

Ce n'est pas la première initiative de Snapchat en la matière. Fin avril, l'application a lancé "Snappables", des mini-jeux renouvelés toutes les semaines. Ils se jouent en selfie et en réalité augmentée. Par exemple, l'utilisateur se voit proposer de manger un nombre record de concombres virtuels en quelques secondes - et d'envoyer ses résultats à ses amis. Une manière de fidéliser et de renforcer l'engagement de ses utilisateurs. Avec cette même idée, son concurrent Facebook a lancé dès 2016 des "Instant Games" sur son application de messagerie Messenger. Ils incitent les internautes à jouer instantanément entre eux - et visionner des publicités à chaque tour de jeu.

snap jeux vidéo

L'atout de Snapchat : ses jeunes utilisateurs

Pour réaliser une percée dans les jeux mobiles, Snapchat dispose d'un atout : sa jeune audience. En effet, 69% des américains entre 13-17 ans déclarent utiliser Snapchat, contre 41% en 2014-2015, selon une étude publiée fin mai par le centre Pew Research. La plateforme est ainsi la troisième application la plus populaire auprès des ados, loin derrière Youtube (85%) et Instagram (72%), mais devant Facebook utilisé "seulement" par 51% des jeunes. Et parmi les sondés, 90% déclarent jouer à des jeux vidéo de toutes sortes (ordinateurs, consoles ou smartphones).

Cette nouvelle plateforme, jugée "expérimentale", ne serait pas un axe fort de développement pour l'instant, selon des sources anonymes interrogées par The Information. Snapchat semble tout de même afficher des ambitions en la matière. En mars, le site Business Insider révélait que l'entreprise américaine avait acheté en toute discrétion PlayCanvas, une startup britannique de logiciel 3D pour jeux mobiles.

Trouver un modèle économique pérenne

En dépit de sa popularité chez les adolescents - cible privilégiée des annonceurs - l'application tâtonne toujours pour trouver un modèle économique pérenne. Le chiffre d'affaires de l'entreprise dépend presque exclusivement des recettes publicitaires. Or, l'intégration native d'annonces est plus compliquée que sur des réseaux sociaux concurrents comme Facebook ou Instagram. L'application tente donc de trouver de nouveaux relais de croissance pour accroître sa base d'utilisateurs et d'annonceurs.

Innovante à ses débuts, l'application a forgé sa popularité sur des fonctionnalités - comme les "Stories" - qui ont été copiées par Facebook et Instagram... Avec davantage de succès. L'application de photos a dépassé la semaine dernière la barre du milliard d'utilisateurs, quand Snapchat en revendique "seulement" 191 millions. Avec une nouvelle version, lancée en janvier et boudée par les utilisateurs, Snapchat peine à convaincre. Le réseau social a enregistré sa plus faible progression du nombre d'utilisateurs de toute son histoire, au premier trimestre 2018. Il en a gagné 4 millions sur le trimestre - quand les analystes tablaient sur 7 millions. Même son de cloche du côté du chiffre d'affaires, plus faible qu'attendu à 230,6 millions de dollars (192 millions d'euros), alors que les analystes anticipaient 243,6 millions (202,8 millions d'euros).

| Lire aussi : Pari perdu pour la nouvelle version de Snapchat

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :