USA : des données personnelles de chauffeurs d'Uber exposées suite à un bug

 |   |  654  mots
Le temps du problème logiciel, un conducteur qui se connectait sur Uber pouvait avoir accès à de nombreux documents privés concernant les 700 autres chauffeurs concernés par le bug.
Le temps du problème logiciel, un conducteur qui se connectait sur Uber pouvait avoir accès à de nombreux documents privés concernant les 700 autres chauffeurs concernés par le bug. (Crédits : REUTERS)
Adresse, copie du permis de conduire, numéros de sécurité sociale, informations fiscales, en raison de la panne, un conducteur qui se connectait sur Uber pouvait avoir accès à de nombreux documents privés concernant d'autres chauffeurs.

Nouveau bug chez Uber. Des données personnelles de près de 700 conducteurs d'Uber aux Etats-Unis ont été temporairement exposées mardi soir à la suite d'un problème logiciel, a indiqué mercredi la société de réservation par smartphone de voiture avec chauffeur.

"Nous avons été informés d'un bug touchant une fraction de nos conducteurs américains", a indiqué une porte-parole d'Uber par courriel. "Dans les 30 minutes suivantes, notre équipe de sécurité avait corrigé le problème", a-t-elle assuré.

En raison du bug, un conducteur qui se connectait sur Uber pouvait avoir accès à de nombreux documents privés concernant d'autres chauffeurs. C'est l'un d'entre eux qui a alerté l'entreprise.

Adresse, numéro de sécu, infos fiscales...

Certains ont témoigné sur des forums en ligne comme Uberpeople.net ou Reddit, disant avoir eu accès à des copies de permis de conduire, des numéros de sécurité sociale, des informations fiscales ou des adresses par exemple, des informations sensibles pouvant servir à des usurpations d'identité.

Uber a estimé que le nombre de documents exposés totalisait moins d'un millier, et qu'ils concernaient au maximum 674 conducteurs auprès desquels il s'est excusé. "Leur sécurité est incroyablement importante pourUber, et nous assurerons un suivi directement avec eux", a commenté la porte-parole.

Pour rappel, des données privées d'environ 50.000 conducteurs d'Uber aux Etats-Unis avaient déjà été compromises à la fin de l'année dernière, à la suite d'un piratage informatique. La société avait assuré en février, lorsque la faille avait été découverte, que seuls des noms et des références de permis de conduire avaient été affectés.

Fondé en 2009 en Californie, Uber est présent aujourd'hui dans plus de 300 villes réparties entre une soixantaine de pays, et sa dernière levée de fonds le valorisait à quelque 50 milliards de dollars, ce qui en fait l'une des start-up non cotées en Bourse les plus chères du monde.

La société est surtout connue pour son application mobile de mise en relation de passagers avec des de voitures de transport avec chauffeur (VTC), qui utilise la géolocalisation pour mettre l'utilisateur en contact avec un véhicule se trouvant dans les environs et lui a valu de nombreuses controverses à travers le monde, notamment avec les chauffeurs de taxis traditionnels.

Du transport de personnes, de repas et de colis

Mais Uber ne se cantonne pas au transport de personnes. Ce qui justifie d'ailleurs son statut de "plateforme technologique" et non pas de transporteur au même titre qu'un VTCiste comme LeCab par exemple. Uber a ainsi dévoilé mercredi un nouveau service de livraison locale baptisé UberRush, et fonctionnant pour l'instant dans trois grandes villes américaines: New York, San Francisco et Chicago.

Le nouveau service utilise le même type de technologie que l'application mobile qui a fait connaître Uber, mais afin de permettre aux utilisateurs de se faire livrer "n'importe quoi en quelques minutes", affirme la société sur son blog officiel.

UberRUSH rivalisera avec des services express de livraison locale déjà proposés par d'autres startups, mais aussi explorés par des géants de la distribution en ligne comme Amazon.

Il est censé permettre d'élargir la clientèle de commerçants locaux qui n'avaient jusqu'ici que peu ou pas de possibilités de livraison à domicile, fait valoir Uber.

Il leur propose de se charger de la livraison, en voiture ou à vélo, en facturant des frais variables en fonction de la distance: 5 à 6 dollars pour le premier mile (1,6 kilomètres) dans les villes de lancement, puis 2,50 à 3 dollars pour chaque mile supplémentaire.

Ce n'est pas la première incursion de la société américaine dans la livraison, puisqu'elle propose aussi déjà d'apporter des repas à domicile avec son service UberEats, fonctionnant dans 8 villes américaines ainsi qu'à Paris depuis mercredi, Barcelone en Espagne et Toronto au Canada.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :