France Télécom plombe les comptes du FSI

 |   |  491  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Le Fonds stratégique d'investissement a enregistré une perte de plus de 2 milliards d'euros en 2012 après avoir lourdement déprécié sa participation de 13,6% au capital de l'opérateur historique.

L?écriture paraissait inévitable, vu le parcours boursier de France Télécom, la pire du CAC 40 en 2012. Le Fonds stratégique d'investissement a présenté ce vendredi ses résultats annuels qui sont « marqués par la très forte dépréciation de la valeur de France Télécom », souligne le fonds souverain dans son communiqué : premier actionnaire de l?opérateur historique, à la suite de l?apport de 13,6% de son capital par l?Etat en juillet 2009, le FSI a décidé de passer une provision de 2,4 milliards d?euros reflétant la chute de l?action France Télécom (-31%).

Le fonds, qui est détenu à 51% par la Caisse des dépôts et à 49% par l?Etat, s?est fondé sur la valeur nette arrêtée par le conseil d?administration de l?opérateur de télécoms, soit 9,2 euros par action, à comparer aux 16 euros correspondant à la valeur d?apport des actions par l?Etat. Le FSI affiche ainsi une perte nette part du groupe de 2,05 milliards d?euros au titre de 2012, contre un bénéfice de 629 millions en 2011. L?Etat est également actionnaire en direct de France Télécom à hauteur de 13,5% du capital, soit au total 27,1%.

A la rescousse d?Alcatel-Lucent ?
L?action France Télécom a encore baissé de plus de 5% depuis le début de l?année. Ce vendredi, elle rebondit de plus de 3,5% à 7,88 euros, à la faveur de plusieurs études d?analystes positives (Morgan Stanley lundi, Exane ce vendredi). Avec une capitalisation boursière de 20,9 milliards d?euros, France Télécom est la 18e valeur du CAC 40, juste derrière Vivendi. Souffrant de la pression concurrentielle sur le marché du mobile en France depuis l?arrivée de Free, mais aussi des difficultés de sa filiale polonaise et d?un contexte européen morose, France Télécom a enregistré une chute de 48% de son bénéfice d?exploitation et de 80% de son résultat net part du groupe en 2012 (voir les résultats). Le groupe a aussi réduit de 40% son dividende.

Les fuites sur cette probable lourde dépréciation des titres France Télécom par le FSI avaient alimenté des rumeurs de départ de Stéphane Richard, le PDG de France Télécom. La ministre déléguée à l?Economie numérique, Fleur Pellerin avait dû les démentir officiellement, assurant qu?il n?était « pas prévu d'anticiper » la fin du mandat du PDG, qui arrive à échéance en juin 2014, « ni de nommer Anne Lauvergeon » qui était à l?époque donnée comme sa remplaçante, avant d?atterrir chez EADS. Autre rumeur ayant circulé, une possible entrée du FSI au capital d?Alcatel-Lucent ou sa participation à un éventuel rachat de l?activité de câbles sous-marins de l?équipementier télécoms en difficultés. Des pistes qui ne semblent pas totalement écartées.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/03/2013 à 17:19 :
Pfff !!!
j'ai déjà perdu 1000? dans un placement pourri en 2006 proposé par la SG dans lequel il y avait du France Telecom (faut dire qu'il y avait du Vivendi aussi dedans :) et ça continu 5 ans plus tard !!!
Quand va t'on arrêter de gaspiller des investissements d'état à renflouer des navires en dérive au profit des jeunes pousses réellement d'avenir. j'ai déjà aussi connu en 1990 les pseudos start up ou autres biotechs, émanations de grand groupes pour faire croire à de la concurrence ou squatter des marchés publics et se gaver de subventions pour exister. il faut croire que 20 ans plus tard rien n'a changé ...
a écrit le 10/03/2013 à 12:12 :
Le FSI créé par le Jacobin Sarkozy (qu'il avait qualifié de fonds souverain dans un pays surendetté et au commerce extérieur déficitaire!) démontre une nouvelle fois que l'Etat n'est qu'un piètre gestionnaire.
a écrit le 10/03/2013 à 11:46 :
On peut comprendre les enjeux pour la Tribune, un journal que beaucoup d'internautes de tous bords et convictions apprécient, des recettes publicitaires dans le domaine des telecoms et des services d'une façon générale. Donc pas simple pour ce journal de laisser la libre parole, mais quand même on voit des avis et commentaires pertinents. En ce qui concerne les telecoms, que peut on dire qui n'ait pas été déjà dit. Pas grand chose, c 'est une débâcle pour France Telecom, une débâcle annoncée, c'est le produit pur, la preuve par 9 de l'imbécilité des technocrates français surtout quand ceux ci veulent accéder à des responsabilités dans le secteur privé (mais on le voit également au niveau de certains postes internationaux, FMI et OMC entre autres), des technocrates emprunts de certitudes et pétris de contradictions incroyables, mais cela ne les dérange pas apparemment, et puis la médiocrité, l'inconsistance, l'incompétence et l'irresponsabilité des politiques français. France Télécom c'est un exemple de tout ce que la France doit réformer, sa classe politique, ses dirigeants politiques mais aussi ses banquiers, ses dirigeants de grandes firmes, son administration, ces autorités de régulation, son droit et notamment la possibilité d'engager des class actions, enfin beaucoup de choses qui restent immobiles et qui un jour finiront par collapser dans un contexte que nul n'anticipe, car l'anticipation et l'intelligence économique, technologique, géostratégique ou du renseignement ce n'est pas ce ne sont pas des spécialités françaises pas plus que la gestion des crises et des risques. La France est le pays de l'insouciance et de l'imprévoyance en tout cas ça l'a été tout au long d'une grande partie de l'Histoire de France, et ça l'est depuis au moins l'ère De Gaulle Pompidou qui déjà a montré des limites..alors depuis c'est un peu, beaucoup la Bérézina.
a écrit le 10/03/2013 à 10:59 :
On constate une fois de plus que l'Etat est un mauvais gestionnaire des entreprises qu'il possède et dirige, car France Télécom n'est pas la seule entreprise dans ce cas-là ! Cela démontre clairement que nationaliser des entreprises est une très mauvaise idée...
a écrit le 09/03/2013 à 14:33 :
Mais quand va-t-on se décider a enfin sortir les infrastructures publiques mutualisables qui n'auraient jamais du être données a un opérateur privé ? Que ces FSI et autres finances etatiques prennent 51% d'une société mixte d'infrastructures, y réintègre les foncs, et laisse Orange faire les services en concurrence comme tous les autres, avec 0% de participation de l'Etat. Les valorisations actuelles des sociétés devraient simplifier une telle opération...
a écrit le 09/03/2013 à 12:02 :
Normal. à la tete du FSI il n'y a que des gens qui n'ont jamais bati une société de leurs mains, ni pris de risque avec leur argent personnel.

L'analyse de leur profil montre que ce sont surtout des financiers issus des grandes écoles, mais pas des entrepreneurs avertis.

Pourquoi des gens comme cela gèrent notre argent ? Ne serait-il pas mieux qu'il y ait un conseil (constitué d'entrepreneurs retraités ou presque, comme les fondateurs de Accord ou de Sodexho ou ...) qui supervise ce qu'ils font ?
Réponse de le 09/03/2013 à 14:33 :
"Paulo", le sens de votre post est plein de bon sens ... mais il faut nuancer les prétentions démesurées et inapropiées des auto-attributions de titres pompeux injustifiés ainsi l'on peut facilement remplacer un passage de votre : "des financiers issus des grandes écoles" par une autre écriture " des étudiants attardés et dépassés de la finance issus des FAUSSES grandes écoles" qui n'ont absolument rien de grand puisque c'est toute l'industrie et la finance française qui s'écroule depuis 10 ans...
a écrit le 09/03/2013 à 10:28 :
la BPI dont le n° 2 est l'excellente Segolène Royale sera à l'image du FSI dans quelques années et il appartiendra aux contribuables français de combler ses pertes ou dépréciations.....
Réponse de le 09/03/2013 à 14:36 :
En avril 2012 les français de droite d'en bas se sont indignés et ont pris la décision d'éliminer les pantins de l'UMP Nouveau Centre UDI qui ont fourvoyé le FSI, fourvoyé la Caisse des Dépôts et Consignation, fourvoyé OSEO, fourvoyé UBIFRANCE etc ... et détruit l'économie française.
a écrit le 09/03/2013 à 9:21 :
Faut-il encore une fois rappeler que ORANGE est propriétaire de la partie terminale du réseau physique et que cette partie est mécaniquement monopolistique (les tarifs des produits d'accès ne sont pas libres : ils sont régulés par l'ARCEP) ? Autant clarifier les choses au plus vite et redonner à la puissance publique la maîtrise du support des parties terminales (boucle locale et antennes) en échange de ces actions, en laissant les opérateurs devenus globaux et multi-nationaux (dont ORANGE) opérer librement sur les services et le backbone sans intervention des états (ni participation au capital de ces opérateurs). Ce serait plus clair...
Réponse de le 10/03/2013 à 7:43 :
Plus clair effectivement...
a écrit le 09/03/2013 à 0:13 :
le FSI est le bras armé financier du pouvoir-politique pour souvent (helàs) faire plaisir aux copains sans réel analyse financière, un peu comme Oséo. Certains investissements du FSI feraient carrément sourire s'il ne s'agissait pas d'argent public, comme ces 10 millions injectés dans le réseau professionel Viadeo par exemple qui n'a jamais gagné le moindre centime. A mon avis le duo FSI-OSEO formeront vite un "machin" rempli de participations pourries à en faire regretter la vieille affaire du CDR / Credit Lyonnais.
Réponse de le 09/03/2013 à 9:54 :
Ca c'est bien vu, on se demande bien pourquoi FSI a gaspillé son argent dans une Viadeo dont la plateforme est en bugs permanents, dont posts ne sont pas adressés par mails ou carrément censurés !!! Viadeo annonce abusivement 50 millions de membres qui n'existent pas, tout au plus 1/4 du chiffre annoncé et encore !!! Viadeo ne contribue en rien à la balnce comemrcialede la France et n'a absolument rien de stratégique.
a écrit le 08/03/2013 à 21:16 :
mais bien sur que les genies qui ont dirigé FT se sont lourdement trompé, ils ne croyaient qu'aux modeles à compteur : je fais payer le client a la distance, a la minute, au volume. Et patatras la rupture technologique de l'internet fait que le modele est passé a l'acces, a la bande passante et au forfait. ils ont cru que le mobile les sortirait de l'orniere en revenant au modele historique et voila que la aussi ils se plantent. quels stratéges, malheureusement ce sont les employés qui paient.L'action se traine, cet ex fleuron va finir par devenir opeable, allez M Carlos Slim vous rachetez cette entreprise et vous en refaites un fleuron.
Réponse de le 08/03/2013 à 23:19 :
La grille tarifaire de FT (grammaire tarifaire) avant la déréglementation était d'une complexité effroyable, ZLE Zone Locale étendu, tarifs après 17H, après 12H le samedi, bref le moyen âge...
Réponse de le 09/03/2013 à 9:32 :
Si on regarde l'évolution de cette entreprise depuis 30 ans (période DGT comprise puisque cette administration était dotée dès l'origine d'un compte de résultat), on constate qu'elle a été beaucoup mieux gérée que n'importe quel établissement public ou privé de taille équivalente. Les français bénéficient aujourd'hui d'une couverture réseau avec des frais d'accès parmi les plus compétitifs du monde. Simplement voilà, le moment est venu d'en finir avec les péréquations (le service finançant l'accès, Paris finançant la Province, etc...) car cet opérateur est maintenant en compétition non pas avec les petits opérateurs français mais avec les grands acteurs mondiaux du service comme Google ou Amazone. Nécessairement les marges des opérateurs Telco vont s'effondrer et il y aura beaucoup de morts. Probablement ORANGE fera partie des survivants mais pas avec le même business model et plus comme opérateur franco-français...
a écrit le 08/03/2013 à 18:04 :
@ CRC32 revoilà le grand génie du Web, précision : le protocole ip gére les adresses, c'est le protocole tcp/ip qui gére les données sur internet . l' http est un protocole tcp/ip utilisé entre un ordinateur et un serveur Web il me semble que ces précisions sont utiles pour maintenir le genie à niveau. C'est dommage car sur le fond nous sommes plutôt d'acccords., Voilà Un fleuron des entreprises Françaises FT dont l'état posséde encore 27.1% , qui a la possibilité de concurrencer les plus grands opérateurs mondiaux
et que va--t--on faire on va l'handicaper au maximum en introduisant un 4éme operateur aux privilèges exhorbitants..
NON ce n'est pas parceque l'état peut mettre son nez dans FT en nommant le PDG qu'on peut dire qu'il est nul en affaire. C'est parceque l'état a crée l'ARCEP et régule de façon dyssémétique et scandaleuse le marché que FT est handicapé..
Réponse de le 11/03/2013 à 18:51 :
Visiblement vous avez la dent dure lorsqu'on pointe votre ignorance cher Directeur régional FT. Le protocole TCP/IP n'est pas un protocole. La notation TCP/IP indique que le protocole TCP de transport de données (cf. couche transport du modèle OSI) est encapsulé dans le protocole IP. Le transport de données peut aussi bien se faire de manière connectée via le protocole TCP que de manière non connectée par le protocole UDP. On excusera votre incompétence dans le domaine technique puisque vous n'étiez pas technicien chez FT.

PS: Je ne suis pas un grand génie du web mais sans doute mieux informé que vous l'êtes.
Réponse de le 11/03/2013 à 19:05 :
Je persiste et signe, l'état est nul en affaire. Pour preuve la dette du pays ne cesse de se creuser et votre parachute doré d'ex-cadre FT n'y est probablement pas étranger.
a écrit le 08/03/2013 à 17:29 :
Mr Cahuzac va donc devoir trouver 2 Milliards d'euros de plus, au bas mot ... Cahuzac n'a quà interdire tout nouveau ronds point et tous interdire les trottoirs luxueux dans les communes et agglomérations ...
a écrit le 08/03/2013 à 17:26 :
Le FSI Sarkozyen, un machin qui commence mal en polluant la BPIhollanden !!!
a écrit le 08/03/2013 à 17:16 :
Ah oui, j'oubliai: CAC40: +15.3% en 2012...même un enfant ferait mieux que le FSI..
Réponse de le 09/03/2013 à 9:23 :
+1, ils devraient choisir leurs investissements en jouant aux fléchettes, ça serait pas pire, et ça éviterait les copinages.
Réponse de le 09/03/2013 à 10:03 :
@ aka: le singe de Wall Street, avec ses fléchettes, est souvent meilleur que les traders...
Réponse de le 09/03/2013 à 18:59 :
Meilleur que les "traders" du FSI ça n'a pas l'air d'être très difficile.
a écrit le 08/03/2013 à 17:13 :
Article très méritoire, mais qui aurait pu être complété par un rappel du fantastique investissement de l'état dans Dexia, qui va couter un max..les milliards d'injectés ont presque tous disparu, Dexia ne capitalisant que quelques centaines d'Euros. je joins le lien du calcul de la valeur des partiticpations de l'état, qui se montent à un misérable 55 milliards
.http://www.ape.minefi.gouv.fr/sections/colonne_de_droite/consultez_le_portefe/downloadFile/attachedFile/ParticipationsCoteesEtat_01032013.pdf?nocache=1362167519.48
Etat STRATEGE....quelle rigolade!
Réponse de le 08/03/2013 à 18:30 :
200 milliards en 2007, 100 milliards en 2010, 50+ en 2013 ... On a hâte de voir la suite !
Réponse de le 08/03/2013 à 18:53 :
La suite est bien prévisible.. Perte de pour cent des fonds de la BPI en moins de deux ans, soit une bonne vingtaine de milliards. Je veux bien prendre le pari! C'est écrit!
Réponse de le 09/03/2013 à 11:11 :
En même temps, ce n'est plus très grave, on a déjà perdu 150 milliards, 25 de plus c'est totalement négligeable :)
a écrit le 08/03/2013 à 16:48 :
Encore un énorme gaspillage de l'argent public dans France Télécom. Si j'ai bien compris l'état est encore actionnaire majoritaire (à 27,1 %) pour pouvoir mettre son nez dans les affaires. Quand est-ce que l'état français se rendra compte qu'il est nul en affaire?
Réponse de le 08/03/2013 à 17:25 :
A la fin de la bulle Internet, France Telecom a détenu le record du monde de l'entreprise la plus endettée avec 70 milliards d'euros, suite aux achats en cash et "plein pot" d'opérateurs européens dont certains ont été dépréciés à 0. Les chutes de valorisation de FT et Alcatel sont logiques, Alcatel ayant vécu dans le giron de FT, a loupé tous les virages technologiques IP/Internet.
Réponse de le 09/03/2013 à 10:02 :
Sauf que grâce à Thierry Breton, FT est revenu ensuite à un ratio d'endettement tout à fait acceptable...avec des méthodes un peu dures il est vrai mais il n'y avait pas le choix et pour ne pas jeter non plus la pierre à Michel Bon, l'achat d'ORANGE était nécessaire pour acquérir le footprint international indispensable pour survivre à long terme. Ceux qui parlent de gaspillage d'argent public ici ne connaissent pas du tout le dossier.
Réponse de le 09/03/2013 à 14:25 :
Théophile, a l'évidence nombre de commentateurs ne connaissent pas le dossier. Cependant, vu les résultat sde ceux qui connaissent le dossier, quelqu'un ne le connaissant pas ne ferait probablement pas pire :-)
Réponse de le 10/03/2013 à 7:03 :
Le résultat le plus important est que le business opérationnel d'ORANGE reste correct tout en fournissant un coût d'accès au réseau très bas et très ouvert. La valorisation boursière suit d'autres phénomènes qui sont notamment que les investisseurs n'ont pas confiance dans la pérennité de l'ancien business model Telco ce qui est logique. Donc non il faut bien connaître le dossier pour ne pas faire pire.
a écrit le 08/03/2013 à 16:47 :
La "stratégie" du FSI c'est d'avoir des moins values, ok? Mais qui lui a fourni ses fonds? L'état ferait mieux de se concentrer sur ses missions régaliennes, plutôt que de se croire stratège se qu'il n'est visiblement pas du tout.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :