Alcatel-Lucent : Matignon « ne comprend pas bien la stratégie »

 |   |  625  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'intersyndicale de l'équipementier télécoms indique que le gouvernement s'est donné jusqu'à la fin du mois pour trouver une autre solution que le prêt garanti sur actifs et brevets auprès de Goldman Sachs et Credit Suisse. Le FSI pourrait participer au rachat de la filiale de câbles optiques.

Il y a urgence. Alcatel-Lucent doit finaliser avant la fin du mois l?accord d?engagements annoncé mi-décembre avec Goldman Sachs et Credit Suisse portant sur des facilités de crédit de 1,6 milliard d?euros. Problème : ce prêt est garanti sur les actifs du groupe, en particulier les précieux brevets des Bell Labs (29.000). Ce prêt, dont « le gouvernement a été informé au dernier moment » était au c?ur des discussions, mercredi soir à Matignon entre l?intersyndicale de l?équipementier télécoms et la direction du cabinet du Premier ministre, selon le communiqué des syndicats. « Le gouvernement se donne jusqu?à la fin du mois pour trouver une autre solution » et a confirmé « qu?il cherche des pistes financières alternatives au prêt Goldman Sachs » affirme l?intersyndicale. Le gouvernement « ne comprend pas bien la stratégie d?Alcatel-Lucent en Europe et en France » rapportent les syndicats CFDT, CFE-CGC et CGT, qui ont rappelé « les risques de démantèlement liés au contrat de prêt (cessions d?actifs, brevets, contrôle trimestriel, taux d?intérêts et frais financiers très élevés). »

Le rôle du FSI pas évoqué officiellement
Inquiet du devenir de certains actifs stratégiques « comme par exemple les câbles sous-marins, le gouvernement étudie la possibilité d?une protection légale pour les sortir du risque présenté par le prêt gagé » expliquent les délégués syndicaux qui reconnaissent ne pas avoir « d?informations concrètes à ce jour. » Le 14 décembre, Alcatel-Lucent avait annoncé à la surprise générale que les facilités de crédit seraient « garanties, entre autre, par le portefeuille de propriété intellectuelle » du groupe. Le directeur de cabinet de Jean-Marc Ayrault, Christophe Chantepy, et son adjointe, Odile Renaud-Basso, n?ont pas évoqué explicitement un rôle éventuel du Fonds stratégique d'investissements (FSI), pour entrer directement au capital d?Alcatel-Lucent (la CDC possède déjà 3,5%) ou participer au rachat de l?activité de câbles sous-marins. Cette piste, évoquée par le cabinet de Fleur Pellerin dès l?annonce du prêt à la mi-décembre, serait toujours envisagée, selon l?Agefi. Le quotidien financier en ligne croit savoir que le FSI examine le dossier de rachat de la filiale de câbles optiques et pourrait participer à un tour de table, dans le cadre d'une opération estimée entre 600 et 700 millions. Des discussions seraient en cours « avec différents investisseurs. » Les analystes d?Oddo valorisent les actifs d?optique sous-marine à près de 700 millions d'euros.

Empêcher « une mise sous tutelle par Goldman Sachs »
L?intersyndicale a demandé au gouvernement « de tout faire pour empêcher la mise en ?uvre de ce montage anxiogène avec Goldman Sachs et Crédit Suisse. » Aux yeux de Hervé Lassalle, délégué central CFDT, « Goldman Sachs nous mettrait sous tutelle, nous marquerait à la culotte tous les trimestres et pourrait mettre la main sur les brevets si on ne rembourse pas le prêt selon les covenants. » La crainte de la CFDT est même « Alcatel-Lucent risque de disparaître à son tour si rien ne se fait, de mettre la clef sous la porte d?ici trois ans. » Mais Matignon n?a « aucune alternative bancaire » selon le syndicat. Le gouvernement est conscient que ses leviers sont limités à l?égard d?un groupe privé, coté en Bourse, et « les relations entre la direction générale du groupe et le gouvernement ne sont pas des meilleures » observent les syndicats. Ces derniers sont actuellement réunis en comité central d'entreprise (CCE) pour examiner le plan social portant sur 5.490 suppressions de postes dans le monde dont 1.353 en France (sur des effectifs de 9.000 dans l?Hexagone).
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/01/2013 à 16:43 :
A ne pas avoir voulu trancher dans le vif il y a quelques trimestres de celà et désinvestire massivement les business qui ne sont pas ou peu profitable ALU va finir dans le mur.
Il n'y a pas que le gouvernement qui ne comprend pas leur stratégie, leurs clients aussi se posent des questions, ce qui est bien plus grave. Un fleuron de l'industrie des télécom risque de bientôt disparaitre....
a écrit le 12/01/2013 à 16:13 :
C'est pourtant simple, il s'agit de transférer au US les avoirs et brevets Européens. Puis avec ces brevets empêcher l'Europe de développer les technologies du futur.
a écrit le 10/01/2013 à 19:23 :
Encore un autre fleuron-dinosaure de l'industrie des telecom qui a été démantelé. Quels sont donc les avantages compétitifs et les points forts de Lucent-Alcatel liés à sa structure conglomérale? L'entreprise a besoin de se reconfigurer en vendant une partie de ses actifs non stratégiques (brevets ou filiales spécialisées), sans aucune sensiblerie. Quelle strategie? On se souvient avec émotion d'IBM qui n'a manqué de disparaître qu'avec le soutien de ses clients que Louis V. Gerstner, Jr. a su écouter
Réponse de le 11/01/2013 à 7:02 :
Depuis la stratégie de Serge Tchuruk de recentrer Alcatel sur son coeur de métier et d'en faire une entreprise sans usine. Il n'y à plus grand chose à vendre si ce ne sont ses brevets mais dans ce cas cela serait la disparition de l'entreprise.
a écrit le 10/01/2013 à 19:11 :
Comment voulez-vous que les équipes de Matignon comprennent quoi que ce soit à la pratique de l'économie réelle ? Ils n'ont pas été "paramètrés" pour ça. Nuls et fiers de l' être en plus.
a écrit le 10/01/2013 à 19:09 :
CV en entreprises des conseillers de Matignon, svp
a écrit le 10/01/2013 à 18:52 :
matignon ne comprend pas bien , vous voulez dire que mr ayrault est nul , meme tres nul , ben je vous le confirme aussi , puis , il n'y a pas que lui au gouvernement , c'est lui le chef des nuls
a écrit le 10/01/2013 à 17:37 :
Encore un fois, c'est les contribuables français qui vont devoir financer une entreprise en fin de vie et un gouvernement qui réfléchi à la stratégie d'entreprise. C'est extravagant, c'est scandaleux, c'est la solidarité française.
Réponse de le 15/01/2013 à 10:27 :
certes il y a eu des erreurs stratégiques, des achats débiles de sociétés US, mais les marchés américain et chinois sont protégé de la concurrence chinoise au contraire de l'europe. cele n'aide pas ...la politique des prix bas imposée par l'Europe a ses limites. on va vers une totale désindustrialisation. Voir la réalité oui mais être naïf non !
a écrit le 10/01/2013 à 17:29 :
Cela fait plus de 10 ans que le marché ne comprend pas la stratégie d'Alcatel !
Réponse de le 10/01/2013 à 20:05 :
Bien d'accord!
Réponse de le 10/01/2013 à 20:47 :
+1 !
Réponse de le 10/01/2013 à 21:47 :
Tout a fait d'accord. ALU a une stratégie perdante depuis 10 ans et n'est pas attractive au niveau employabilité (comment attirer les meilleurs éléments). Huawei a la force du nombre, les prix et la bank of china, tandis que les américains Juniper et Cisco savent innover et rassurer leurs clients. La place d'ALU dans tout ça: il n'y en a pas.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :