Les États-Unis sur le point de signer un décret hostile à Huawei

 |   |  479  mots
Donald Trump a déjà promulgué en août 2018 une loi interdisant aux autorités fédérales américaines de recourir aux équipements de Huawei et d'un autre groupe chinois, ZTE.
Donald Trump a déjà promulgué en août 2018 une loi interdisant aux autorités fédérales américaines de recourir aux équipements de Huawei et d'un autre groupe chinois, ZTE. (Crédits : CLODAGH KILCOYNE)
Donald Trump devrait signer cette semaine un décret interdisant aux entreprises américaines d'utiliser des équipements de télécommunication fournis par des groupes représentant une menace en termes de sécurité nationale, ce qui ouvrira la voie à un bannissement du chinois Huawei, ont dit à Reuters trois responsables américains informés de ce projet.

Ce serait un gros coup dur pour l'équipementier chinois. Donald Trump devrait signer cette semaine un décret interdisant aux entreprises américaines d'utiliser des équipements de télécommunication fournis par des groupes représentant une menace en termes de sécurité nationale, ce qui ouvrira la voie à un bannissement de Huawei, ont indiqué à Reuters trois responsables américains informés de ce projet. Aucun pays ni aucune entreprise ne sera cité dans ce décret, en projet depuis plus d'un an mais plusieurs fois repoussé, ont ajouté ces sources. Un nouveau report n'est pas exclu, ont-elles déclaré.

Ce décret s'appuiera sur l'International Emergency Economic Powers Act, qui permet au président des Etats-Unis de prendre des mesures sur le plan commercial en cas d'urgence nationale face à une menace contre le pays. Ce document chargera le département du Commerce, en collaboration avec les différentes agences fédérales, d'élaborer un plan de mise en oeuvre des mesures prévues, ont dit les sources. Donald Trump a déjà promulgué en août 2018 une loi interdisant aux autorités fédérales américaines de recourir aux équipements de Huawei et d'un autre groupe chinois, ZTE.

Tensions commerciales

Les Etats-Unis pensent que les équipements de Huawei pourraient servir à des activités d'espionnage de la Chine et ils exhortent leurs alliés, notamment en Europe, à ne pas s'appuyer sur le groupe chinois pour le déploiement de la nouvelle génération de téléphonie mobile, la 5G. Huawei a rejeté à plusieurs reprises ces soupçons américains. Si Donald Trump signait un tel décret présidentiel, cela interviendrait à un moment de tension accrue dans les relations entre les Etats-Unis et la Chine, qui ne parviennent pas à conclure d'accord commercial et ont relevé les droits de douane réciproques sur des dizaines de milliards de dollars de produits importés.

La Federal Communications Commission (FCC), autorité de tutelle du secteur des télécoms aux Etats-Unis, a aussi décidé la semaine dernière à l'unanimité de ne pas autoriser China Mobile à fournir ses services sur le territoire américain. Elle a annoncé qu'elle allait aussi réexaminer des autorisations données à China Unicom et China Telecom. Si les grands opérateurs mobiles américains ont déjà coupé les ponts avec Huawei, la situation est plus difficile pour les petits opérateurs locaux qui continuent de s'appuyer sur des équipements du groupe chinois et de son compatriote ZTE, généralement moins chers.

La Rural Wireless Association, qui représente des opérateurs comptant moins de 100.000 abonnés, estime que 25 % de ses membres disposent dans leurs réseaux d'équipements fournis par Huawei ou ZTE, a-t-elle écrit dans un avis transmis en décembre à la FCC. La Maison blanche et le département du Commerce ont refusé de s'exprimer sur le sujet.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/05/2019 à 10:00 :
Les chinois peuvent se passer de dealer avec les US.
L'axe economique du pays est desormais la conso interne. Il n'y a pas photo.
Les autos made in China se vendent de loin bcp plus que les berlines etrangeres fortement taxee. trump se trompe de combat.
a écrit le 16/05/2019 à 9:40 :
Réponse : Boycott mondial du soja et bétail américain !
Il faut que ces foucades protectionnistes trouvent une réponse !!!
a écrit le 15/05/2019 à 14:16 :
Le but des Etats Unis est de casser la montée technologique de la Chine. En tant que nation importatrice, ils ont moins à perdre que la Chine qui elle dépend des exportations (de même pour l'Allemagne). Les Américains pourront toujours se fournir auprès d'autres marchés, les Chinois ont presque grillés toutes leurs cartes.
Réponse de le 15/05/2019 à 18:39 :
Vous oubliez que la Chine est protégée par un marché intérieur qui est énorme. Il y a belle lurette que les exportations ne sont plus le moteur principal de la croissance chinoise. Ce sont les investissements et la consommation intérieure qui font principalement croitre la Chine. Et non les Chinois n'ont pas grillé toutes leur cartes ils leur en reste sous le pied (politique de relance possible, diversifications des approvisionnements et des relations commerciales, cf nouvelles routes de la soie, accélération du plan Chine 2025).
La Chine voit long-terme et Trump voit court-terme.
Bref c'est un peu plus complexe que la simplicité de votre propos.
a écrit le 15/05/2019 à 13:42 :
Si l'Europe existait (ce qui ne sera jamais le cas avec une technocratie UE non élue et porteuse d'intérêts plus anglo-saxons qu'européens), elle aurait déjà pris des mesures de restriction sur les équipements télécoms US car on sait qu'ils servent à espionner. Déprimant quand on voit la soumission de nos dirigeants, qui vont construire des entreprises (et créer des emplois) aux USA au lieu de le faire chez nous, amplifiant le chômage et al perte des compétences.
L'exemple agaçant au possible, c'est Airbus, qui maintenant a le couteau sous la gorge et ne peut plus vendre ses avions comme l'entreprise le souhaite, car elle utilise le dollar en transactions et intégre des produits US dans la fabrication des avions !
A la place de ces pseudos dirigeants (pseudos car ils ne défendent pas nos intérêts stratégiques), j'aurai déjà fait démonter et reconstruire en France toutes ces entreprises, changé l'intégration des produits intermédiaires de fabrication (qui seraient européens et non US) et remplacé le dollar par l'euro en monnaie d'échange commercial.
Mais il faudrait le faire pour tous les domaines de production ! Il faut réagir bon sang, les USA nous cassent l'économie et ces andouilles dirigeantes laissent faire ! Il faut une autre Europe !
Réponse de le 15/05/2019 à 15:50 :
Barosso indiquait que l'Europe est un empire sans empereur, si on ne fait rien ce sera à terme l'empereur de chine. Pour rappel Barosso est actuellement "au chaud" chez GS...Pauvre Europe..
Réponse de le 16/05/2019 à 9:41 :
.....d'ou l'interèt de bien voter le 26 Mai !
a écrit le 15/05/2019 à 12:49 :
D'un côté il est normal que les USA se rappellent que la Chine a freiné la progression des gafas en Chine, c'est de bonne guerre. Par contre les motifs mis en avant frôlent la provocation, leurs gafas , spécialistes de l'utilisation des données personnelles, de l'optimisation fiscale et de l'abus de position dominante ont plus de choses à se reprocher qu'Huawei. L'Europe en étant indulgente avec les GAFAS au nom du libre-échangisme béat a laissé rentrer le loup dans la bergerie ce qui a empêché des acteurs européens d'émerger. Il n'est pas trop tard pour réagir.
a écrit le 15/05/2019 à 11:56 :
On justifie un protectionnisme exacerbé comme on peut...
La sécurité nationale a bon dos, surtout venant d’un pays qui espionne tout le monde !
a écrit le 15/05/2019 à 11:29 :
Oh !? Et même s'il y a la promesse de ne pas espionner dans les contrats !? ^^

"5G : Huawei prêt à signer des accords de "non espionnage"" https://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms/5g-huawei-pret-a-signer-des-accords-de-non-espionnage-817216.html

Quelle mauvaise volonté de la part des américains quand même !
Réponse de le 15/05/2019 à 12:08 :
Parce que vous y croyez vous à un accord de "non espionnage " ?
Réponse de le 16/05/2019 à 10:14 :
Heu... c'était ironique hein...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :