Nokia assure vouloir rester "un employeur important en France"

 |   |  425  mots
L'équipementier télécoms prévoit actuellement de supprimer 1.233 postes en France dont 402 postes à Lannion (Côtes-d'Armor) et 831 à Nozay (Essonne) en 2021 dans le cadre d'un plan de départs volontaires et avec des solutions de reclassement, selon la direction.
L'équipementier télécoms prévoit actuellement de supprimer 1.233 postes en France dont 402 postes à Lannion (Côtes-d'Armor) et 831 à Nozay (Essonne) en 2021 dans le cadre d'un plan de départs volontaires et avec "des solutions de reclassement", selon la direction. (Crédits : Benoit Tessier)
L'équipementier télécoms finlandais Nokia a assuré vendredi à l'AFP vouloir "continuer à être un employeur important en France" alors que l'entreprise prévoit de supprimer 1.233 emplois dans l'Hexagone en 2021, une décision qui fait craindre la disparition du groupe du paysage industriel français.

Nokia promet qu'il a encore des ambitions dans l'Hexagone. L'équipementier télécoms finlandais Nokia a assuré vendredi à l'AFP vouloir "continuer à être un employeur important en France" alors que l'entreprise prévoit de supprimer 1.233 emplois dans l'Hexagone en 2021, une décision qui fait craindre la disparition du groupe du paysage industriel français. "Nokia continuera à être un employeur important en France avec une solide base de R&D (Recherche et développement, ndlr), de ventes et de services pour développer et réaliser les projets de nos clients", a affirmé dans un courriel un porte-parole du groupe. Ce dernier assure "s'engager pleinement dans un dialogue constructif avec les représentants des salariés et les autorités françaises".

L'équipementier télécoms prévoit actuellement de supprimer 1.233 postes en France dont 402 postes à Lannion (Côtes-d'Armor) et 831 à Nozay (Essonne) en 2021 dans le cadre d'un plan de départs volontaires et avec "des solutions de reclassement", selon la direction, un plan social contesté par la France. Il s'agit du quatrième plan social depuis le rachat en 2016 d'Alcatel-Lucent par le Finlandais, dans un marché bouleversée par la percée du chinois Huawei au cours de la dernière décennie.

Un plan "inacceptable"

"Ce plan est inacceptable en l'état", avait dénoncé début juillet la ministre française déléguée à l'Industrie Agnès Pannier-Runacher. "Je ne comprends pas comment Nokia peut faire un plan social aujourd'hui alors qu'ils sont positionnés dans les équipements télécoms et la 5G" et sur la cybersécurité qui sont des marchés d'avenir, et que "Lannion réunit des forces de R&D dans ces deux domaines", a renchéri lundi la ministre, qui s'est rendue sur le site de Lannion. Pour les syndicats, le plan actuel mènera inéluctablement à terme à la disparition du site breton, qui emploiera moins de 400 salariés s'il est mis en application, mais aussi à la disparition de Nokia du paysage industriel français.

Les trois précédents plans avaient touché les fonctions support alors que, dans ce quatrième plan, c'est la recherche et le développement qui sont concernés "à 95%", ont rappelé les syndicalistes lors d'une manifestation début juillet à Lannion. Ce plan s'inscrit dans le cadre d'un programme global de réduction des coûts lancé en octobre 2018 par le géant nordique, qui s'est recentré sur les équipements après un naufrage dans la fabrication de téléphones, dont il a longtemps été numéro un mondial.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/08/2020 à 9:28 :
Qu'importent les effets de manches et les grands discours: plan "inacceptable"? Le seul objectif des pouvoirs publics est de veiller à ce que la situation des employeurs en France ne soit pas pire qu'ailleurs (une partie du chemin a été fait), et que le comportement et la valeur travail de nos concitoyens soient exemplaires. Dès lors, ce plan, peut-être dur, ne peut être qualifié d'"inacceptable" par un "responsable" politique, qui devrait chercher la concorde, et bien sûr les conditions les plus favorables pour l'emploi et pour notre pays. Ce discours politique inutile, néfaste, digne d'un enfant boudeur, est inacceptable.
a écrit le 02/08/2020 à 1:07 :
La France doit lancer une OPA sur Nokia pour être stratégiqueme indépendant , nous devons contrer Huawei , nous ne devons pas non plus dépendre des autres pays , les Télécoms sont un secteur stratégique , la France doit rester souveraine chez elle , elle doit avoir la maîtrise de ce secteur de gré ou de force .
a écrit le 01/08/2020 à 0:37 :
Qd dc l'UE va t elle fermer définitivement la porte aux ambitions de Huawei et enfin ouvrir Gd les yeux sur la volonté hégémonique chinoise ?
La Chine, depuis l'arrivée de Xi Jinping en 2013, a amorcé un véritable tournant passant du soft power de l'Usine du Monde à une domination impérialiste ss retenue qui ne dit pas son nom entraînant une multiplication des tensions internationales.
C'est manifeste ds le domaine économique avec les technologies de demain associées à la transition énergétique ( mobilité électrique, px solaires, éoliennes, filière H2, main mise sur l'exploitation planétaire des Terres Rares, maîtrise complète de l'énergie nucléaire ...) au numérique et à l'IA ( télécoms, 5G, composants, smartphones, robotique, ordinateurs surpuissants, RD quantique...) ,aux industries de santé ( RD pharmaceutique, matériels de santé, principes actifs...), à la maîtrise des circuits logistiques à l'échelle du monde ( nvelles rtes de la soie), à la course aux technologies militaire de pointe, à la conquête spatiale ( missions habitées, expédition lunaire, projet de station spatiale...).
C'est manifeste ds sa volonté de développer une influence géopolitique expansionniste (relations privilégiées avec les Etats d'Asie Ctrale, chasse gardée de Poutine, suprématie militaire avec accroissement et modernisation rapide de ses forces navales et stratégiques, bases militaires en Afrique, fortes ambitions en mer de Chine, en Asie ctrale, en Afrique, sur Hong Kong quasi annexée et verrouillée, sur Taiwan à réunifier ).
Cela se traduit par une montée ts azimuth des tensions territoriales avec l'Amérique qui protège Taiwan et contrôle les accès aux zones Pacifique, avec les puissances du SE asiatiques ( Vietnam et Corée en tête, car Xi soutien le dictateur de Corée du N.), avec l'Inde, le Pakistan et la Russie avec des incidents frontaliers fréquents
Cela se traduit par le musellement accéléré de sa population pour contenir tte contestation interne comme l'apparition de l'épidémie en Chine l'a bien montré ( fichage et surveillance des individus, contrôle et censure sur les réseaux sociaux, isolement et asservissement accru des peuples soumis ( tibétains, Ouïghours, mongols)
Réponse de le 01/08/2020 à 10:23 :
Pourquoi ne pas nationaliser temporairement l'ex Alcatel Lucent?
Les infra Telecom sont le système nerveux de notre société, c'est un enjeu critique pour notre souveraineté.
Imaginez qu'en cas de dispute contre la Chine, les équipements réseau Huawei soient coupés sur ordre du PCC, ce serait le chaos...prélude potentiel à une invasion...
Les équipements français coûteront plus chers, mais l'indépendance a un prix, et la vassalisation en a un autre bien plus fort
a écrit le 31/07/2020 à 17:56 :
Peu importe "Nokia grimpe en Bourse après une hausse surprise du bénéfice au deuxième trimestre", ça c'est bon ? Supprimer les activités en France, ça n'aide pas à ce 'rebond' ? Économies de fonctionnement (salaires), rentabilité améliorée, bénéfices croissant.
Réponse de le 31/07/2020 à 23:12 :
La Bourse salut tjr favorablement tte reorg d'Entreprise côté, surtout s'il y a des PSE conséquents en appui. C'est la promesse de meilleurs dividendes futurs ou d'une meilleure valorisation à la revente.
Pour l'actionnaire lambda, la masse salariale n'est qu'une variable d'ajustement comme une autre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :