Assurances : mieux vaut être riche et en bonne santé...

 |   |  403  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Alors que les dépenses de santé sont moins bien remboursées, le coût des complémentaires ne cesse d'augmenter.

Se soigner deviendrait-il un luxe ? C'est la conviction de bon nombre de Français aujourd'hui. Et pour cause. Selon l'UFC-Que Choisir, le coût des complémentaires santé a progressé deux fois plus vite que les revenus des Français depuis cinq ans. Et la hausse des taxes sur ces contrats, prévue par la loi de finances rectificative, ne va pas arranger les choses.

D'autant que, d'après un sondage d'AG2R La Mondiale, même si « vivre longtemps et en bonne santé » constitue toujours le premier critère d'une bonne qualité de vie pour 67 % de Français, le niveau de « ressources financières », deuxième critère de ce sondage, a fait un bond de 9 points et a quasiment rejoint le premier puisque nos compatriotes sont désormais 65 % à le considérer comme une composante essentielle de leur qualité de vie.

Cela s'explique par la place de plus en plus importante des dépenses de santé. Par rapport à l'ensemble des dépenses de la vie quotidienne, celles de santé occupent aujourd'hui une place très importante pour 57 % des personnes interrogées (contre 50 % en mai 2007). Et ces dépenses ne feront que croître dans les années à venir car 86 % des Français sont persuadés que ces dernières seront de moins en moins bien remboursées.

Moindre qualité des soins

Pour autant, payer plus cher ne garantit pas d'être mieux soigné. Même si une très large majorité des Français estiment que la qualité du système de soins est meilleure en France que dans d'autres pays, ils sont quand même 74 % à trouver qu'elle se détériore. Ce nombre a d'ailleurs progressé très rapidement, ils n'étaient que 61 % à penser cela en mai 2007. Ce ressenti est encore plus manifeste chez les 50-64 ans, ainsi que chez les employés et ouvriers (79 %). « On note aussi un clivage entre les petites et les grandes agglomérations, qui souligne l'existence de déserts médicaux dans les zones rurales », précise l'étude d'AG2R La Mondiale.

Quoi qu'il en soit, l'impact de l'augmentation des frais de santé peut potentiellement avoir de graves conséquences : 32 % des Français affirment qu'un renchérissement trop important du coût des complémentaires santé impliquerait, de leur part, une résiliation de leur contrat. Ils financeraient alors eux-mêmes leurs dépenses de santé non prises en charge par la Sécurité sociale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/11/2011 à 10:08 :
bilan de ce papier.
Notre système est au top du top, moins onéreux que le modèle calamiteux américain à peine plus que celui outre-Rhin mais beaucoup plus perormant et en plus perfectible
a écrit le 23/11/2011 à 21:48 :
"mieux vaut être riche et en bonne santé" Ouf je suis sauvé, mais jusqu'à quand?
a écrit le 23/11/2011 à 18:45 :
Les tarifs des complémentaires augmentent à cause des transferts de prise en charge venant de la sécurité sociale, sans que les cotisations n'aient baissé, mais aussi à cause du financement de la CMU, financement dont l'Etat s'est défaussé sur les complémentaires. L'UFC-QC va-t-elle prochainement réclamer la fin de la CMU pour alléger la facture des consommateurs qu'elle entend défendre ?
a écrit le 23/11/2011 à 17:06 :
Tout le problème est de savoir ce que les Français souhaitent dépenser pour leur santé. "UFC que choisir" devrat sortir hors de France (pour comparer )
a écrit le 23/11/2011 à 16:05 :
Ça va empirer dans le futur, des spécialistes vont partir à la retraite sans être remplacés en nombre équivalent.
Quand la SS fait des économies en remboursant moins certains médicaments, les mutuelles prennent le relais : vases communicants. Bien que ces molécules peu utiles/efficaces sont remplacées par d'autres (ordonnance), remboursées mais plus chères (et avec effets secondaires différents).
A quand des maisons médicales permettant d'avoir une secrétaire commune pour les médecins présents, de spécialité identique ou/et complémentaire ??
a écrit le 23/11/2011 à 15:32 :
fut voir ce qu'on entends par frais de santé car soignée une grippe, de la bobologie, ça ça reste abordable. se faire opérer pour l'appendicite ou autre aussi.. Le pb touche les gens atteints de mld ou tout ce qui est relatifs aux soins des dents (couronne, protheses..) ou aux yeux (laser, lentilles, lunettes). Pour infos, j'ai une mutuelle qui me rembourse 200e sur mes lunettes.. qui elles meme en coute un peu de moins de 500.. à plus de 190e LE verre..un remboursement ss de 2e50.. heuresement que ma vue ne bouge plus trop mais avant, je changeais de lunette quasi tous les ans.. ça fait une sacrée dépense anuelle, tout le monde ne peut pas.. certains restent sans dents.. difficile quand on a un travail face au public!
Réponse de le 23/11/2011 à 21:47 :
Changer de lunette tous les ans, quand une vue ne "baisse plus trop" ?

Ma foi le français moyen veut le beurre et l'argent du beurre, encore un exemple flagrant.

Conjuguons ceci à la propension qu'à ce français moyen à n'avoir aucun comportement responsable vis à vis des tarifs hallucinants pratiqués par certains opticiens.... dont mystérieusement le bon de commande des verres (provenant de son fournisseur) présente un prix jusqu'à 10 fois moins cher que celui auquel il est facturé au client....

Se plaindre de l'augmentation des complémentaire en devient presque risible.

Et encore, heureusement que je ne parle que d'optique.

Après tout pourquoi m'écouter ? Je ne suis qu'un opticien conseil payé par des compagnies d'assurance pour limiter ce vol organisé.... vos cotisations sont vos futurs remboursements .... qu'ils soient réellement justifiés ou tout simplement "dans l'air du temps et de la mode".

Mes collègues médecins ou dentiste conseils en auraient des livres à raconter également.

Bien à vous.
Réponse de le 24/11/2011 à 11:00 :
je vais chez des opticiens mutualiste.. et ma monture est à 90e..en ce moment, optical center, les seuls avec qui j'ai pu sans dépenser trop en plus (150e) avoir une pair de lunette de soleil. Vous devez être un mauvais opticien car quand on est en période d'adolescence, la vue bouge énormément et il est préférable d'avoir une correction adaptée qui évite de trop tirer sur l'oeil au risque de voir cette dernière se dégrader irrémédiablement. Donc, se dire responsable de ne pas changer de lunette si l'ophtalmo vous le preconise.. vous faites aprtie des gens qui attendent d'avoir une péritonite avant de vous faire opérer?Après je suis un cas isolée avec une vue que je ne souhaite à personne astygmate de chez astygmate au dernier degrès, réeducation dès l'âge de 8 ans.. bref, j'ai de la chance car je peux encore payer mais comme je le disais, c'est pas le cas de tout le monde et conduire quand on ne voit pas clair et pour moi irresponsable et pourtant.. combien?? la faute à qui? aux opticiens qui surfactures? ils sont tous pareils dès que la correction sort de l'ordianaire!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :