Xavier Niel va acheter l'ancien musée de l'AP-HP

 |   |  275  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Photo AFP)
Le fondateur de Free Xavier Niel s'apprêterait à acheter l'hôtel de Miramion, qui a abrité le musée de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris, selon le Parisien.

Xavier Niel, un des hommes les plus riches de France, s'apprêterait à acheter un bâtiment historique du centre de Paris, l'hôtel de Miramion, qui eut abrité le musée et plusieurs services administratifs de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris, indique le Parisien de ce mardi. Une promesse de vente aurait été signée cet été et la transaction devrait être finalisée avant la fin du mois, ajoute le journal.

Au moins 34 millions d'euros

Le montant évoqué par les professionnels pour l'opération va de 34 millions d'euros au double, une somme largement à la portée du fondateur de l'opérateur téléphonique Iliad (Free).
Situé quai de la Tournelle, en face de Notre-Dame, l'hôtel de Miramion est un édifice du XVIIe siècle de près de 4.000 mètres carrés, dont une partie est classée monument historique. L'hôtel particulier abritait depuis 1934 le musée de l'AP-HP, certains services administratifs et plusieurs logements. Selon l'AP-HP, le produit de sa cession permettra des "investissements hospitaliers", comme des achats de matériel médical ou des constructions et rénovations de bâtiments.

Niche fiscale

Cet investissement pourrait lui permettre de profiter d'une des rares niches fiscales échappant au plafonnement prévu dans le budget 2013. Les travaux de rénovation entrant dans le cadre de ce qu'on appelle la loi Malraux permettent d'obtenir jusqu'à 30.000 euros de réduction d'impôts par an.
En outre, Xavier Niel avait déjà racheté l?année dernière auprès de Paris Habitat, un abri antiatomique dans le XVe arrondissement de Paris. Le lieu héberge désormais des serveurs informatiques hypersécurisés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/10/2012 à 18:08 :
Ce beau jeune homme a donc acheté la mémoire de l'Assistance publique à Paris hébergée là en 1849 par la IIe République et devenue Assistance Publique-Hôpitaux de Paris sous Gabriel Pallez qui y domicilia le somptuaire appartement de fonction des Directeurs Généraux à valoir jusqu'en 2010. Il a également acheté la mémoire universelle de la pharmacie générée là par madame de Miramion en 1695 et bradée par la pulpeuse et soi-disante potarde Roselyne Bachelot.
L'Association des Amis du Musée de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (www.adamap.fr) a essayé de faire admettre à l'AP-HP, non pas de renoncer à vendre ce ploutocratique bijou de famille, mais d'obtenir de l'acheteur et à ses frais le maintien in situ du Musée de l'AP-HP jusqu'à son transfert à l'Hôtel-Dieu promis pour 2016. Cela aurait éviter une perte d'argent sur quatre ans, la mise en caisse couteuse du patrimoine mobilier de valeur inestimable qui y était conservé, l'abri dans des coffres sécurisé non moins couteux et un redéménagement dans quatre ans.
L'ADAMAP continuera sans défaillir sa lutte pour qu'aucun retard ne soit apporté à la mise en ?uvre des différentes étapes conduisant à la construction de cet encore embryonnaire Hôpital Universitaire de Santé Publique dont le Musée sera le fleuron. A côté de sa jumelle cathédrale Notre-Dame de Paris pour le spirtiuel, l'Hôtel-Dieu deviendra le temple laïc de l'histoire millénaire de la lutte incessante du peuple et de ses souverains contre la misère des Parisiens.
Qu'on ne vienne pas nous parler d'argent. Nous l'avons vu allègrement dépensé pendant des décennies dans trop d'opérations néfastes à tous les termes. Aucune société moderne qui veut être respectée ne saurait consentir sinon à y assister servilement au massacre de sa plus belle et noble lutte contre l'adversité. C'est particulièrement bienvenu en cette ère de crise systémique et morale qui ne guérira que par des mesures de haute valeur ajoutée humaniste.
Le Parvis de Notre-Dame et de l'Hôtel-Dieu, ajouterai-je, doit être rendu au Paris qui flotte et ne coule pas!
Professeur Jean-François Moreau, Président de 'ADAMAP.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :