Immobilier : l'écart de prix entre Paris et les petites villes reste considérable

 |   |  427  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : John Taylor)
L'écart de prix au mètre carré entre Paris et les villes de moins de 20 000 habitants s'élève à près de ... 6000 euros !

Vertigineux.  Selon les chiffres du réseau d'agence immobilière Guy Hoquet, le prix au mètre carré dans la capitale est d'environ 6000 euros plus élevé que pour la moyenne des villes de moins de 20 000 habitants.  "Le dynamisme économique joue sur l'évolution des marchés immobiliers locaux : entre les grandes agglomérations avec un fort bassin d'emplois et les communes de moins de 20 000 habitants, désertées par les services et les transports, le fossé se creuse d'année en année sur les prix et sur l'offre immobilière", indique Frédéric Monssu, directeur général de Guy Hoquet.

L'écart devrait s'accroître en 2013

Malgré tout, seul Paris a vu son écart de prix par rapport aux plus petites villes françaises baisser lors des derniers trimestres. Il faut dire qu'au deuxième trimestre 2012, le prix moyen au mètre carré dans la capitale était au plus haut, à 8 234 euros chez Guy Hoquet. Aujourd'hui, le même groupement d'agencest constate un prix moyen au mètre carré de 7 647 euros à Paris, contre 1 773 euros en moyenne dans les villes de moins de 20 000 habitants. L'écart devrait cependant croître de nouveau en 2013. Le réseau voit en effet une baisse des prix de 7 à 10% dans les zones les moins tendues, de 5% en Ile-de-France hors Paris, et d'entre 0 et 5% à Paris et dans les zones tendues, c'est-à-dire les grandes métropoles, les stations balnéaires et de montagnes cotées.

Le cadre de vie plutôt qu'un logement plus grand

Et pourtant, les surfaces dans les zones tendues sont mécaniquement plus réduites que dans les zones qui le sont moins. "Au 1er trimestre 2013, la surface moyenne vendue en province est de 77 m², contre 35 m² à Paris", indique Guy Hoquet. L'envie d'occuper un logement plus grand n'est en fait que le deuxième motif de mobilité dans le logement, derrière l'amélioration du cadre de vie. "Ces résultats sont particulièrement accentués dans les zones les plus urbanisées et en particulier dans la région parisienne", explique l'institut d'étude CSA.
S'ils ont un jour la possibilité de fuir le stress de la capitale, les parisiens souhaiteront le plus souvent partir dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, mais aussi en Rhône Alpes, dans les Midi-Pyrénées ou en Bretagne. Ce, plutôt qu'en Auvergne, en Franche Comté ou au Limousin, des régions considérées comme manquant d'attractivité.

>> Pour aller plus loin :

Découvrez notre espace investissement immobilier

Estimez votre bien

Informez vous sur les diagnostics immobiliers

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/04/2013 à 10:45 :
Va falloir bosser les maths si les prix de paris baissent de 5% et les prix en province de 10%, l'écart va quand même se réduire en valeur absolue contrairement à ce qui est écrit dans l'article, il passerait de 6000 euros à 5800.
Après c'est le marché qui tranchera, et ni les journalistes ni les réseaux d'agences qui n'ont jamais vu venir ni les hausses, ni les baisses.
a écrit le 08/04/2013 à 0:51 :
quelle imagination, comment peut on disserter sur la possible évolution des écarts de prix quand la baisse est globale. Peu importe, ce n'est pas le sujet, la tendance est la baisse à des vitesses différentes d'une ville a l'autre mais personne ne sera épargné, surtout pas ceux qui ont le plus flambe ces dernières années .
enfin on on peut parler de pente, de dérivée second, d?accélération, et de pleins d'autres choses pour alimenter les rubriques de messages pseudo positifs, pendant que les prix glissent... inéluctablement.
a écrit le 07/04/2013 à 23:12 :
Le boom de l'immobilier que l'on a connu ces 15 dernières années est aussi lié à la démographie et au baby boom. Ce sont surtout les personnes entre 30 et 40 ans qui achètent en s'endettant. De 1960 à 1972 il y avait plus de 900.000 naissances par an (933000 en 1972), après 1975, le chiffre est redescendu à moins 800.000 naissances par an. Aujourd'hui le pic du baby boom est bientôt terminé.
http://www.insee.fr/fr/ppp/bases-de-donnees/donnees-detaillees/bilan-demo/pyramide/pyramide.htm?lang=fr&champ=fe
a écrit le 06/04/2013 à 16:30 :
Il y a en ce moment une pénurie... d'acheteurs !!! Les prix baissent ferme, relisez les chiffres de cet article... La chute est vertigineuse. Par ailleurs l'article confond tout, on nous parle de 6000 euros de différence, puis on parle de différence en pourcentages... Quel beau méli-mélo !
a écrit le 06/04/2013 à 14:34 :
Avec la hausse constante des charges et des impôts, non compensée par celle des revenus, l'immobilier francais "non délocalisable" va devenir un boulet au pied des français. Mon cher pitcho vous ne vous en apercevez pas car le piège est en train de se mettre en place insidieusement ...
a écrit le 06/04/2013 à 13:35 :
Il n'y a pas de place pour les "gourous" dans un marché de l'immobilier qui reste (en France) un secteur mature et sain. Les "il y a une bulle" ou "ça va s'effondrer" sont des notions aussi abstraites qu'illusoires. Le marché est régulé par la solvabilité, la demande, les conditions de crédit et les éventuelles aides à l'accession et la fiscalité. Le cycle est régulier et subit des retournements périodiques tous les 8, 10 ans qui n'ont rien à voir avec des situations de spéculations (Espagne) ou d'octroi de crédits au profit de ménages insolvables (USA). Le besoin de logement est indéniable et la volonté de devenir propriétaire un rêve toujours d'actualité pour les français. Laissons donc faire le marché (on s'adaptera comme d'habitude...).
Réponse de le 06/04/2013 à 13:52 :
+1 entièrement d accord avec votre analyse
Réponse de le 06/04/2013 à 16:31 :
Laissons faire le marché, cela veut dire surtout arrétons de le subventionner avec 40 milliards de fonds publics tous les ans : Scellier et Duflot, PTZ, APL, déductions d'intérêt, avantages fiscaux Loueur en Meublé Professionnel, et toutes ces stupidités couteuses.
Réponse de le 07/04/2013 à 22:53 :
Oui arretons de subventionner... On verra le resultat...
Réponse de le 08/04/2013 à 7:08 :
Le cycle immobilier était de 6 ans, mais il est vrai que la baisse des taux, l'augmentation des masses de liquidités et à la marge les mesures favorables ont modifié le cycle donc à voir....
Mais la baisse restera limitée en moyenne avec de grandes disparités.
Réponse de le 08/04/2013 à 9:31 :
@mouis : plutot que d avoir une approche "partisane' il faut regarder quelles sont les différences entre la france et l allemagne qui peuvent expliquer l augmentation beaucoup plus importante des prix en france : 1) la spécificité Paris centralisatrice 1/6 ieme de la population 2 ) une fiscalité immobilière sans commune mesure avec l allemagne ( ex PV ) 3) un taux de naissance et immigration important 4) des normes de construction et règelmentation dans le neuf tres pesants.. Les subventions publics existent aussi en allemagne
Réponse de le 08/04/2013 à 15:13 :
La vraie spécificité de Paris c'est surtout de perdre des habitants. Le manque de logements est une fable ( de logements de qualité un peu moins). Il est risqué d'investir en Ile de France. Le Grand Paris va redistribuer toutes les cartes dans peu de temps. Il est inutile d'investir 8000 euros le m2 pour un appartement parisien mal desservi par le métro alors qu'on peut acheter un appartement à 5000 euros qui sera bien desservi par le grand Paris.
a écrit le 06/04/2013 à 13:01 :
il fzurt rappeler quand même que les Guy Hoquet, Century 21, et autres inutiles certifiant il y a encore quelques mois qu'il n'y aurait AUCUNE BAISSE DES PRIX de l'immobilier, car les prix étaient normaux dus au manque de logements, aux divorces, à la rareté du foncier, la pierre est une valeur sûre, et autres balivernes. Aujourd'hui ils rabattent leur caquet et nous assènent un 7%, sorti de???? nulle part comme d'habitude. Marchand de poissons, de bière et autres (du vrai, des connaissances) sont les AI de ce jour, donc tout est dit et leurs avis n'a AUCUN vraisemblance. Ils tentent de sauver les meubles car la correction va être sévère.
Réponse de le 06/04/2013 à 16:32 :
Vous faites bien de le rappeler. On n'entend plus le fameux "l'immobilier ça ne baisse jamais"; mais où sont passés les amateurs de ce proverbe ??
Réponse de le 07/04/2013 à 11:29 :
C'est aussi vrai que "sur le long terme, la Bourse est toujours gagnante". Avec mes Alcatel, France Telecom, Vivendi, Natixis achetées en 1999, j'en ris encore !
a écrit le 06/04/2013 à 12:39 :
Habitations style clapiers à lapins achetées à crédit,une fortune , nuisances sonores, insécurité, pollutions, embouteillages, sauf la catégorie des privilégiés pour les autres, la majorité 'vie de merde',Paris non merci ....
Réponse de le 06/04/2013 à 12:51 :
Suis pas privilégiée. J'habite à Chantilly - au vert et à 30 mn de Paris centre : cela n'a rien à voir avec votre description. Dans la verdure mais avec les avantages de la vie parisienne à une demi heure de transport tout compris.
Réponse de le 06/04/2013 à 17:40 :
Chantilly, c'est dans la foret, bourgeois, prétentieux, retraité et trop cher...
Réponse de le 07/04/2013 à 5:49 :
chantilly,ça m'évoque plutot la crème
Réponse de le 07/04/2013 à 11:24 :
Mais personne ne t'oblige à quitter ton 9-3 bucolique et enchanteur.......!!!!! Tu as raison, c'est plus béton, chômeur, "z-y-va-ta-mère" Et donc beaucoup moins cher :-)
Réponse de le 07/04/2013 à 15:58 :
Aubervilliers c'est plus proche de Paris que Chantilly...
Réponse de le 07/04/2013 à 22:08 :
C'est chez les paysans de Picardie que des nouveaux riches parisiens vont habiter ? Pourquoi pas Lille ?
a écrit le 06/04/2013 à 11:52 :
le grand Paris est l'idée la plus idiote qu'il est possible d'avoir....
Réponse de le 06/04/2013 à 12:49 :
Pour comprendre le concept de "grand Paris", il faut se dire que c'est le nom que l'on donne au projet d'une région Ile de France mieux organisée et gérée en termes de transports, habitations, commerces, bureaux, espaces verts : c'est loin d'être idiot. Cela peut résoudre les problèmes de confort de vie des habitants de la région. C'est donc très important.
Réponse de le 06/04/2013 à 13:07 :
Ceux qui critiquent le grand paris sont jaloux, car en province, les grandes villes se regroupent avec leur banlieue en une seule "agglo".
Réponse de le 07/04/2013 à 12:03 :
Nous n'avons plus le choix. Les Français ont fait le choix des quartiers bobs, ghettos...si pas de grand paris, alors ca va exploser dans les banlieues pauvres...
a écrit le 06/04/2013 à 10:43 :
Les parisiens sont passionnés par la puanteur, les papiers gras et leur periph crade ......Qu'ils payent !!!
a écrit le 06/04/2013 à 10:29 :
Et Paris est decadente...
Réponse de le 07/04/2013 à 13:06 :
Qu'est ce que ça veut dire ???
a écrit le 06/04/2013 à 10:12 :
Débat stupide et stérile mes chers. Un parisien amoureux de Paris ne sera jamais intéressé plus de quelques semaines par an par ce qui se passe de l'autre côté du périph, un savoyard aura du mal à quitter ses montagnes et un bigouden aura pour centre de gravité Quimper et Pouldreuzic... Rien de bien neuf, et c'est d'ailleurs ce qui fait le charme inégalé de ce magnifique pays. Paysage variés, gastronomie et mentalités pléthoriques... Plus je voyage et plus je trouve mon pays extraordinaire! Vive la France!
Réponse de le 06/04/2013 à 11:13 :
Je suis d accord avec vous quand vous évoquez la richesse de la france du fait de sa diversité cependant la france a surtout la particularité d une région très centralisatrice ( 10 M d hab) qui n existe pas dans les pays voisins . Cette hyper centralisation fausse toutes les statistiques comme celles de l immobilier . Si on regarde d'ailleurs les courbes de friggit et la crise immobilière de 1993 a surtout eu lieu a paris . Il n y a peu de différence entre les prix de Barcelone , Munich ou Lyon. Ce n est pas le grand paris qui va arranger les choses sur l inégalité paris /province en ce concerne les prix.
Réponse de le 07/04/2013 à 11:19 :
C'est faux en 1993, le prix moyen du neuf dans l
'habitation est passe de 35 000 frs/ m à 15 000. Frs/m à Lyon.....
Réponse de le 07/04/2013 à 11:39 :
"(l'Ile de France)Une région très centralisatrice qui n'existe pas dans les pays voisins" et le grand Londres, vous en faites quoi? 8.174.000 habitants répartis sur 1572 KM2. Ile de France 12000 km2 et 11.800.000 habitants. Non, il n'y a pas que l'Ile de France qui est la région très centralisatrice dans les pays voisins!
Réponse de le 07/04/2013 à 18:27 :
@BONJOURCHEZVOUS: Non, le Royaume-Uni dispose sur un territoire plus réduit de nombreuses autres agglos multi-millionaires en nombre d'habitants. L'equilibre du territoire y est bien plus respecté qu'en France.
En France, il y a un net desequilibre de population entre la capitale et les agglos "de province" qu'on ne retrouve nulle part ailleurs.
Réponse de le 07/04/2013 à 19:56 :
@bonjourchezvous : merci d apporter de l eau a mon moulin ; effectivement londres est le 2 ieme ex d une importante centralisation avec des prix encore supérieurs a paris
a écrit le 06/04/2013 à 9:47 :
L'industrie en ile de France est maintenant à peine plus importante qu'en Rhone-Alpes pour une population presque deux fois supérieure (source insee). Cela montre effectivement que la "Province" nourrit de plus en plus le secteur tertiaire obèse et rentier et parisien qui la parasite de plus en plus.
a écrit le 06/04/2013 à 9:44 :
Je travail sur la region Lyonnaise, l'industrie est fleurissante. Il en est de même sur la région de Grenoble. Le cadre de vie y est tres sympathique avec des commerces, culture et surtout de belles sorties les WE. Nous ne sommes pas loin des montagnes (1h) ou de la mer (3h) si nous souhaitons nous evader ...
Réponse de le 06/04/2013 à 11:46 :
Mentalité fermée, intolérante, des industries en faillite, climat mauvais, stress, pollution, chaos. Ca donne envie.
Réponse de le 06/04/2013 à 12:47 :
C'est Paris et ses arrogants habitants que tu décris !
Réponse de le 06/04/2013 à 13:08 :
Paris, lyon, marseille, c'est pareil.
a écrit le 06/04/2013 à 8:55 :
oui cest vrai les provinces sont vieissantes, car notre génération nest pas a la retraite et dune! et puis quoi aller faire au beau milieu des vieux retraités?
Réponse de le 06/04/2013 à 9:54 :
Arrêtez vos clichés stupides et primaires : allez dire par ex aux jeunes palois qui vont ou skier ou surfer à 1 h de chez eux le we qu ils sont ringards . A Pau , 100 000 hab, il existe une université , une école d ingénieurs ,des grandes entreprises comme ELF aquitaine , des cinémas et croyez nous avons aussi des frigidaires !! Mais surtout ne venez pas , continuez à payer vos loyers délirants en maudissant les papy boomers.
Réponse de le 06/04/2013 à 12:39 :
Y a rien à pau...trop petit.
Réponse de le 06/04/2013 à 14:59 :
@popo : c est quoi RIEN ?
Réponse de le 06/04/2013 à 16:34 :
Elf Aquitaine n'existe plus depuis au moins 10 ans...
Réponse de le 06/04/2013 à 17:06 :
@ah ah : vous jouez sur les mots et en plus c est faux : la marque ELF n existe plus depuis depuis 2009 ou plus qu importe
a écrit le 06/04/2013 à 6:00 :
les provinces sont faites de fonctionnaires et de retraités
Réponse de le 06/04/2013 à 9:31 :
Les provinces sont faites de ceux qui vous nourrissent !
Réponse de le 06/04/2013 à 12:35 :
Agriculteurs français ? Ils vivent grâce aux aides de la PAC, grâce aux impôts des travailleurs français.
Réponse de le 07/04/2013 à 0:38 :
Un parigo, tu le mets 3 minutes sans son argent et ses services, et il est malade, voire mort. C'est qui le plouc ?
Réponse de le 07/04/2013 à 18:20 :
Un agriculteur, il n'a pas d'argent ? Il vit d'eau fraiche et d'air pur ? Il n'a pas besoin de services ? Il ne se soigne pas dans les hôpitaux ? Il n'envoie pas ses enfants à l'école ? Il n'a pas d'aides de la PAC ? Il n'a pas besoin de police ou d'armée pour le protéger ? Et pourquoi utiliser des mots vulgaires ?
a écrit le 06/04/2013 à 3:36 :
les provinces sont vieillissantes
Réponse de le 06/04/2013 à 11:23 :
un savoyard sera obligé de partir de sa vallée;si il n a plus de taffe-ce nest pas avec le tourisme qui lui permet de survivre( smig ) . toutes les vallées sont en train de mourrir- -en 2050 il restera une 50 aine de ville en france et le reste un grand desert- jadis il y avait des beaux fleurons de l'industrie française -ON APPELLE CELA LA REPARTITION DU TERRITOIRE-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :