Pour les banques, la demande de crédits immobiliers est en berne

 |   |  276  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Emilie Rouy)
Plus de la moitié des banques françaises ont constaté une baisse de la demande de crédits immobiliers en mars.

Les ménages demandent de moins en moins de crédits à l'habitat, estiment les banques. En effet, pour 52% des établissements bancaires interrogés comme chaque mois par la Banque de France, la demande de crédits à l'habitat a "diminué quelque peu" en mars. À l'inverse, 15,3% des établissements ont déclaré que les ménages les sollicitaient davantage pour ce type de prêts, soit un solde négatif de 36,7% pour la demande de crédits à l'habitat. Ce, alors qu'en parallèle, 32,7% des banques n'ont pas constaté de changement dans le comportement des ménages en matière de prêts immobiliers.

Une tendance lourde

"Le fléchissement de la demande de crédits des ménages continue pour le financement de l'habitat", indique la banque de France. C'est le cas en effet le cas sur les douze derniers mois. Cependant, la proportion des banques signalant une baisse de la demande de crédits des ménages s'est accrue en mars. "Cette orientation est imputée au recul de la confiance des consommateurs, facteur particulièrement marqué ce mois-ci", souligne la Banque de France.

Des critères d'octroi durcis

Les critères d'octroi de crédits à l'habitat des banques ont pour leur part été durcis par 9,2% des banques interrogés par la Banque de France. Le reste des établissements indiquent qu'ils n'ont pratiquement rien changé à leur politique d'attribution.
Par ailleurs, les taux de crédits pour les ménages les moins solvables ont crû : "certains établissements indiquent avoir augmenté leurs marges sur les prêts à l'habitat les plus risqués", indique la Banque de France, tandis qu'ils n'ont pas modifié "celles sur les prêts de risque moyen".
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/04/2013 à 11:56 :
sur les zones tendues comme Paris-RP il faut savoir que de nombreuses ventes ont eu lieu car il est quand souvent plus simple de s'endetter pour acheter que de faire un dossier location "qui passe" ... Ceci dit les volumes de vente sur Paris-RP sont en chute libre, on voit fleurir les pancartes "a louer" sur les boutiques d'agences immo. Et concernant les grandes surface les prix décrochent - décrochage par le haut - Feau par exemple commercialise des biens sur des surfaces > à 200m2 à moins de 7000 euros le M2 commission d'agence comprise dans le 16è nord (hyper cher) ce qui prouve que la demande solvable a partir de 1,5 / 2M? se raréfie très fortement !
a écrit le 13/04/2013 à 18:40 :
De qui se moque-t-on ? L'indécence des banquiers est sans bornes !!! Tout le monde souhaiterait pouvoir bénéficier des taux qui ont rarement atteint un niveau aussi bas. Malheureusement, les banquiers ont cadenassé les conditions d'accès refusant au plus grand nombre l'accès au logement. Après avoir financé tout et n'importe quoi pendant des années, ils ne financent plus que les dossiers des CSP+++. Il est certains que les groupent bancaires peuvent communiquer sur les taux, mais qu'ils aient au moins l'honnêteté de reconnaître que le commun des mortels n'y aura pas droit !!!! Nous avons ici une partie de l'explication de l'arrêt des ventes de logements. Après, je suis surpris de ne jamais lire dans les analyses relatives aux prix de l'immobilier que le prix élevés des logements neufs, outre les réglementations techniques qui se sont empilées ces derniers temps, est également est également dû aux lobbys des cimentiers et des bétonneurs qui bloquent tout le système pour que les promoteurs soient obligés d'utiliser les principes constructifs à base de leurs produits (béton et de ciment). Ces derniers nécessitant des temps de construction souvent plus longs et plus chers !!!
Réponse de le 14/04/2013 à 16:50 :
"Malheureusement, les banquiers ont cadenassé les conditions d'accès refusant au plus grand nombre l'accès au logement." : Remerciez le sérieux de nos banques qui nous éviterons l'effet subprime quand les prix baisseront. Elles ne prêtent qu'à ceux qui peuvent accuser des pertes et c'est plutôt salutaire pour ceux qui se retrouveraient dans l'incapacité de rembourser leur crédit.
Réponse de le 15/04/2013 à 20:12 :
"Le sérieux de nos banques" font qu'après avoir prêter à tout va, elle ne prête plus rien et préfère continuer à jouer sur les marchés financiers avec de l'argent gratuit de la BCE. C'est inadmissible. Il n'y a aucun sérieux de nos banques qui passent leur temps à se mettre dans des situations impossibles et à nous demander de l'argent pour en sortir. Tout cela parce qu'elles ont une licence bancaire et qu'elles sont protégés par leurs copains de la hautes fonctions publiques. Si le marché baisse, c'est parce que les banques ne financent plus et donc font baisser les prix des biens, les acheteurs n?étant plus financés. Les banques ne font leur travail de base d'alimentation de l'économie en cash et devraient, toutes, être démantelées : un service de base, bon marché et utile et les restes, compartimentés, pour qu'elles puissent s'amuser sur d'autres terrains et le cas échéant, faire faillite. Tant que le service utile sera considéré comme pas rentable par des banquiers avides de puissance et de bonus, cela donnera toujours des bêtises. En espérant avoir plus de banques vraiment low cost par Internet et si possible, pas filiale de banques en place et compétente dans les emprunts immobiliers.
Réponse de le 18/04/2013 à 1:15 :
Les prix baissent car ils ne sont plus en corrélation avec les capacités des acheteurs POINT! Si vous en doutez, calculez les revenus nécessaire pour acheter à 150/200/250/300k? : Vous comprendrez pourquoi les primo-accédant vont voir ailleurs quand ils peuvent acheter 30 à 50 m² à ces prix. Le service utile aurait été de laisser le marché baisser en 2008/2009, mais ça n'arrangeait pas le gouvernement de l'époque de laisser son coeur électoral perdre son enrichissement sans cause. En attendant, les banques ne feraient pas un cadeau aux pauvres en leur permettant d'acheter un bien s'il perd 30% de sa valeur en 5 ans. En cas de baisse de vente contrainte : C'est la ruine assurée.
Réponse de le 18/04/2013 à 10:09 :
Ma banque me propose de me prêter suffisament pour acheter 25m2/ 30m2 à Paris et si je n'achète pas c'est parce que je trouve que c'est vraimenent exorbitant et déraisonable d'acheter une telle surface pour un prix de 210 000/250 000 ?.
a écrit le 12/04/2013 à 16:55 :
la baisse des volumes de crédits n'est qu'un indicateur avancé de l'éclatement de notre bulle immobilière...que cela soit de l'absence d'acheteur solvable sur ces prix, ou de conditions d'octroi plus stricte peu importe, cela revient au meme.Seuls ceux qui peuvent raisonnablement rembourser vont emprunter ou se voir preté de l'argent..vous en connaissez beaucoup chez les primos, qui pourraient payer les prix actuels en remboursant sur des durées normales, telles que les boomers l'ont fait (15 ans)??? bah, non, personne ne peut...donc la seule variable d'ajustement c'est le prix....et les banques le savent, d'où la demande d'un apport, ce qui est juste : Normal......elles ont raison de se protéger contre une baisse de la valeur du bien...c est juste etre prudent...la hausse des prix n'a pu se faire que par une bulle sur le crédit où on pretait à des smicards sans apport 110% de la valeur d'un bien sur 30 ans...faites les calculs de ce que cela represente en % d'appréciation des biens quand on veut avoir la meme mensualité mais avec un apport de 20% et sur cette fois 15 ans....welcome to the reality, les babyloosers...les babyboomers qui vous ont vendu au taquet ces dernières années des tas de parpaings, passoires energétiques à prix délirant acheté 2 francs 6 sous à l'époque vous ont bien eu....vous rembourserez toutes votre vie un crédit, ne pourrez pas consommer, et devrez en plus leur verser une retraite que vous n'aurez pas...et je aprle pas de l'école des gosses et de la santé qui seront bientot payants ni de l'explosion de la fiscalité locale....le temps des cigales est révolu, nous sommes désormais dans le très très long hiver des fourmis...
a écrit le 12/04/2013 à 7:02 :
De toute maniere elle pretent de l'argent qu'elle n'ont pas et demandent des interets .... Legalement elles vendent du vent!!! C'est simplement de l'esclavage de lui rendre des intérèts ..les gens sont maso et le système aime les masochiste...
Réponse de le 12/04/2013 à 10:42 :
oui bien sur le notaire reçoit du vent sur son compte avant la signature de la vente .. n'importe quoi
Réponse de le 12/04/2013 à 12:47 :
@mouette, ben oui, cela s'appelle de la création monétaire. Un bien beau ponzzi légal.
a écrit le 12/04/2013 à 0:32 :
Etre propriétaire aujourd'hui c'est s'exposer au vampirisme fiscal. Avec toutes les incertitudes qui pèsent sur l'avenir, qui va s'engager ? Et pourtant les taux sont historiquement bas. Cela traduit assez bien la crise de confiance actuelle.
Réponse de le 12/04/2013 à 1:12 :
Avec les propriétaires, les impôts sont toujours la source de tous les maux... Quand c'est la seule chose qui peut en conduire certains à sortir de leur mutisme et à cesser d'immobiliser des surfaces : Ça n'a rien d'étonnant. Du reste, pour les acheteurs : Atterrissez! Les impôts sont négligeables devant les sommes engagées dans les loyers et devant les prix actuels. Il va falloir vous faire une raison : Le temps où les largesses fiscales maintenaient les prix est révolu.

Réponse de le 12/04/2013 à 6:15 :
Desole je suis un peu obtus et a part la derniere phrase (qui finalement rejoint mon propos) je ne comprends pas ce que vous voulez dire: Sortir de leur mutisme ?, impots negligeables, ah bon ? Droit de mutation + taxe fonciere + taxe d'habitation + taxe sur les +values eventuelles (je dois en oublier) je ne vois pas que ce soit negligeable. Vous vous placez sous l'angle du proprietaire investisseur, moi du proprietaire occupant son logement.
Réponse de le 12/04/2013 à 9:06 :
Sortir de leur mutisme = Arrêtez de prétendre que les impôts et taxes conduisent les acheteurs à renoncer quand on exige des +values délirantes et qu'on ne pourrait racheter ce que l'on vend à situation égale. Les droits de mutation n'ont pas a s'adapter pour permettre les +values : Les prix doivent s'adapter. Placez vous sous l'angle de ceux qui sont né cinq ans trop tard, qui font face à des prix doubles : Nous verrons si vous souhaitez continuer d'alimenter la hausse des prix et si ces derniers ne sont pas responsable de votre prudence.



Réponse de le 12/04/2013 à 9:58 :
Tout a fait. Tout part de la hauteur aberrante des prix. Baisse des prix = baisse des taxes de mutation ainsi que des honoraires du notaire....... C'est le prix qui pose problème même pour la demande prêt....
Réponse de le 12/04/2013 à 10:29 :
Mao a raison les taxes pour les proprietaires occupant enfle demesurement pour nourri le gargantua fiscal et financer des politiques qui ne savent ni gérer ni prévoir Marre de me faire saigner pour les autres je ne suis pas riche loin de la Je comprends de plus en plus les gens qui partent à l étranger
Réponse de le 12/04/2013 à 18:43 :
"Marre de me faire saigner pour les autres je ne suis pas riche loin de la Je comprends de plus en plus les gens qui partent à l étranger" : Arrêtez de pleurnicher! Ceux qui partent à l'étranger lâche 10 000 euros de loyer, pas 1000? de taxe foncière.
a écrit le 11/04/2013 à 22:10 :
IL y avait une production de crédit immobiliers de 50 milliards vers l'an 200, cela a monté à 170 milliards; la baisse récent vers les 100 milliards environ n'est en rien alarmante, c'est encore le double du niveau de l'an 2000 donc cette baisses est plus que normale.
Réponse de le 12/04/2013 à 0:03 :
d'ou sort ce chiffre de 50 milliards , l'observatoire du crédit fait état de 70 milliards en 2001 , 170 milliards en 2007 et on atteindra péniblement les 100 milliards .Il ne faut pas se baser sur le montant , car il ne faut pas oublier que dans ce laps de temps l'immobilier à plus que doublé .Il vaut mieux se baser sur le nombre de logement vendu et là c'est tout simplement catastrophique .
Réponse de le 12/04/2013 à 9:59 :
Baisser le prix pour redresser ce nombre catastrophique de ventes.....
a écrit le 11/04/2013 à 20:57 :
les banques ne s'intéressent qu'a votre argent pour le placer a 7,8,9,13,%. alors le prêt ...franchement c'est pour faire joli.
Réponse de le 12/04/2013 à 0:27 :
Merci de nous dire quels sont les placements qui rapportent entre 7 et 13% ? Ca intéressera tous les lecteurs et investisseurs.
Réponse de le 12/04/2013 à 10:46 :
@mao, c'est ce que touchent les banques quand elles prêtent, pas les miettes qu'elles redistribuent aux épargnants.
Réponse de le 12/04/2013 à 11:18 :
@Thargor je pense que vous apprenez l'économie à l'aide du même guide que Matar le problème c'est qu'il est manifestement imprimé par un collectif d'anarcho-syndicalistes. Les banques françaises sont en marge 0 sur les prêts immo ou quasiment. C'est d'ailleurs bien le problème la marge sur crédit est beaucoup trop faible en France (sauf pour les pure players du crédit conso) Quant à la ressource elle coûte cher. Tout comme mon collègue Mao je suis intéressé à titre personnel pour connaitre ces fameux placements à 7,8,9,13%..
Réponse de le 12/04/2013 à 12:54 :
Tout à fait, les banques ont réduit au maximum leurs marges sur les crédits immo afin d'attirer des clients qui sont ensuite "captifs" du fait de la durée de leur prêt. C'est pourquoi d'ailleurs les commissions et frais ont explosé : fallait bien se rattraper quelque part...
a écrit le 11/04/2013 à 19:33 :
ft avoir envie d'acheter quand on sait que ca va perdre 35 ou 40%
Réponse de le 12/04/2013 à 0:17 :
Que dites vous, l'immobilier ne baisse jamais! De toute façon, si on en prend pas pour 25 ans dans 35m² : On meurt locataire!
a écrit le 11/04/2013 à 19:01 :
Il est clair qu'il faut être d'un optimisme à l'épreuve des balles pour emprunter à long terme vu la sinistrose ambiante et l'absence de perspective. Ce comportement est sain à l'échelle de l'individu mais pénalise la collectivité. La croissance est morte pour quelques années. Mr Moscovici vas nous ressortir le concept de croissance négative de mme Lagarde...
a écrit le 11/04/2013 à 17:58 :
Bonjour,

Il serait bon que les banques, dans leurs publicités, donnent des exemples de coûts totaux de prêts au taux actuels, et par exemple 4.5%, afin que les acheteurs potentiels réalisent l'opportunité, sur que les prix sont négociables. D'est élémentaire!

Cordialement,

giantpanda
Réponse de le 12/04/2013 à 10:36 :
ce que vs demandez est impossible : ds le cout du pret il y a celui des assurances . un emprunteur de 25 ans paiera son assurance - cher qu'un emprunteur de 55 ans ..
ceci dit vs avez des simulateurs sur ts les sites bancaires , y compris avec les frais annexes ( notaire , agent immo etc)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :