Les banques veulent contrer la réforme de l'assurance emprunteur

 |   |  707  mots
Comme les autres banques, le Crédit agricole propose des assurances-emprunteurs liées à l'achat d'un bien immobilier
Comme les autres banques, le Crédit agricole propose des assurances-emprunteurs liées à l'achat d'un bien immobilier (Crédits : reuters.com)
Elles veulent conserver la mainmise sur ce marché particulièrement rémunérateur de l'assurance liée aux emprunts immobiliers. Les marges y atteignent pour elles jusqu'à 50%

L'assurance emprunteur (obligatoire pour l'achat d'un bien immobilier) fonctionne bien aujourd'hui, et les acheteurs ne souhaitent pas qu'on y touche : tel est le message de la Fédération bancaire française, qui s'appuie sur un sondage, réalisé dans le cadre de l'Observatoire des crédits aux ménages.

Il s'agit aujourd'hui pour les banques de contrer la réforme décidée par le gouvernement dans le cadre de la loi Hamon sur la consommation, encore en discussion au parlement : elle prévoit que les acheteurs d'un bien immobilier pourront remettre en cause et renégocier l'assurance emprunteur fournie par leur banquier, pendant une durée d'un an après la conclusion du prêt.

Un enjeu de taille

Il est vrai que l'enjeu est de taille, pour la profession bancaire. Sur une assurance emprunteur au coût annuel de 500 euros, la banque réalise une marge de 250 euros. Un taux de 50%, qui assure globalement aux banques 3 milliards d'euros de cash supplémentaire chaque année.

Le sondage indique que la plupart des acquéreurs actuels ou futurs d'appartements ou maisons connaissent l'existence de cette assurance (près de 80% d'entre eux). Il indique également que sur 100 personnes ayant souscrit un emprunt depuis septembre 2010, depuis que la loi Lagarde donne la possibilité de choisir son assureur, 62,7% ont opté pour l'assurance proposée par la banque, « sans chercher d'autres solutions », tandis que 16,2% ont cherché ailleurs mais ont finalement choisi l'organisme suggéré par le banquier, et que 21,1% ont préféré un assureur « alternatif », non proposé par l'établissement bancaire.

Des clients satisfaits?

La preuve que les clients sont satisfaits par les produits proposés, suggère l'économiste Michel Mouillart, professeur d'économie à l'université de Paris Ouest, qui présentait le sondage à la presse ce vendredi matin. En, outre, interrogés sur la réforme en cours, 84,5% des sondés s'y montrent peu favorables, estimant qu'elle « va rendre plus difficile l'accession à la propriété. Mais la question posée tend à induire la réponse. Elle est formulée ainsi: « Aujourd'hui, … les contrats se fondent sur le partage et la mutualisation des risques entre les différents profils des emprunteurs. La décision de rendre possible le changement d'assurance-emprunteur pendant le remboursement du prêt entraînera une modification du marché de l'assurance actuel… ».

 Une minorité de clients va voir ailleurs

Le sondage confirme donc qu'une faible minorité d'acheteurs d'immobilier opte pour une assurance-emprunteur non proposée par la banque. Ce qui ne fait aucun doute : selon les statistiques officielles, seuls 15% des clients ont recours à cette alternative.

La question qui peut se poser est : pourquoi ? Parce que les offres alternatives ne sont pas intéressantes ? Comment imaginer que des acteurs de l'assurance ne voudraient pas s'engouffrer dans un marché aussi profitable, en proposant des tarifs inférieurs ? En fait, c'est bien le cas, il est possible de trouver des prix d'assurance très avantageux. Selon Isabelle Tourniaire, du cabinet conseil BAO, spécialisé sur ce sujet, « les tarifs proposés par les assureurs alternatifs (non liés à la profession bancaire) peuvent être jusqu'à trois fois moins élevés que ceux des banques, pour des clients jeunes ». A mesure que l'on s'élève dans l'âge de l'emprunteur, les prix convergent, tout en restant souvent intéressants. La Maif associée à la MGEN peaufine d'ailleurs des offres aux tarifs très attractifs. Pour une majorité de clients, l'intérêt bien compris serait de choisir une autre offre que celle proposée par le banquier.

Des banquiers "convaincants"

 Pourquoi ne le font-ils pas ? « Le fait est assez connu, des enquêtes ont eu lieu, réalisées par des organismes de défense des consommateurs, avec l'aide de « visites mystères » : les banquiers savent se montrer convaincants » souligne Isabelle Tourniaire.

Autrement dit, les pressions sont fortes sur les clients pour faire le choix de l'assureur « maison ». En cas de doute, le taux d'intérêt du prêt, contractuel, et qui repose sur une négociation, peut alors être remis en cause… En outre, la procédure consistant à aller souscrire ailleurs est bien sûr source de complications.

A l'évidence, la concurrence n'est pas totalement « libre et non faussée », sur le marché de l'assurance emprunteur.

 

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/01/2014 à 14:46 :
Bonjour,
Nous rappellons ici les termes de la loi Lagarde de 2010:
L'obligation des banques:
- accepter tout contrat aux garanties équivalentes à celles qu'elles proposent,
- expliquer et motiver par écrit les raisons de son refus,
- ne pas modifier les conditions de prêt négociées en amont par le client
(taux d'emprunt, frais de dossiers, etc.).
Il est intolérable que les banques par l'intermédiaire de leurs "conseillers" se permettent d'intimider les clients en jouant sur la méconnaissance des arcanes de la mécanique des prêts et surtout, en cette période d'instabilité, de faire pression pour obtenir des contreparties commerciales en plus : domiciliation des salaires, CB, MRH, etc.
Nous ne pouvons que préconiser de faire appel aux services d'un courtier reconnu qui aura plus d'influence et fera jouer une véritable concurrence entre les établissements dans le but de "défendre" les intérets de ses clients.
a écrit le 27/01/2014 à 14:22 :
@jacq
Ces manœuvres dilatoires des banques et leur position de force pour imposer leur assurance sont inadmissibles et s'assimilent à des ventes forcées ! Cependant, la loi Lagarde n’a prévu aucune sanction en cas de non respect de la loi. Les banques n’ont donc aucun intérêt à respecter la loi puisqu’elles pouvaient la contourner en toute impunité ! Une loi sans sanction n’est jamais appliquée !

@Emprunteur lambda
Limiter la concurrence à un an par la loi est une régression juridique historique pour le consommateur alors qu'aujourd'hui il est possible de résilier ces contrats chaque année. Depuis quand une loi viendrait limiter les droits des consommateurs ? Une éventuelle limitation est du ressort de la liberté contractuelle des parties. Quid d'un malade qui guérit et ne pourra plus bénéficier d'une nouvelle souscription avantageuse ?
Réponse de le 31/01/2014 à 10:35 :
Actuellement il est possible de résilier son contrat d'assurance de prêt mais avec l'accord du bénéficiaire acceptant, à savoir la banque prêteuse ... Donc l'évolution est plutôt bonne. Les banquiers, à l'heure, actuelle ne jouent pas le jeu de la loi LAGARDE.
Effectivement, même avec une preuve de non respect de la loi, les sanctions sont inexistantes...
a écrit le 25/01/2014 à 12:07 :
Les banques exercent un véritable chantage à l'assurance auprès de leurs clients et ce malgré les dispositions de la loi Lagarde qui était déjà destinée à libéraliser ce marché. La loi Hamon permettra aux clients ayant dû céder à ce chantage de changer d'assurance dans la première année et c'est une bonne chose car les assurances emprunteur des banques ne sont pas mieux que les autres et souvent plus chères.
a écrit le 25/01/2014 à 9:24 :
je suis en cours de demande d'éco prêt à taux zéro ( qui est considéré comme un prêt immobilier) et je cherche un autre tarif que la banque pour l'assurance obligatoire car la proposition de la banque est 2 fois plus élevée que la proposition d'une assurance
Réponse de le 29/01/2014 à 16:04 :
demander à Réassurez-moi qui est le spécialiste du sujet
a écrit le 25/01/2014 à 9:10 :
Nous avons essayé de faire une délégation d'assurance car en effet le coût est très nettement plus faible.
Mais la banque a fait des chicaneries: il manquait toujours un justificatif; une signatue, etc.
Finalement nous avons renoncé à la délégation faute de temps.
C'est ce qu'on appelle de la résistance passive de la part de la banque pour ne pas appliquer la loi.
Réponse de le 25/01/2014 à 12:34 :
nos proies faciles les vieux, les naifs,nos bonus de fin d'annee avec aucune honte pour notre comportement

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :