Immobilier : où les Français veulent-ils le plus acheter ?

 |   |  400  mots
Bordeaux est une des villes les plus attractives en France en matière d'immobilier.
Bordeaux est une des villes les plus attractives en France en matière d'immobilier.
Strasbourg et Bordeaux sont les deux villes les plus en vogue du moment chez les acheteurs de biens immobiliers, selon le courtier Meilleurtaux.com.

Même en période de crise économique, les Français gardent un goût prononcé pour la pierre. Si l'on prend les chiffres régions par régions du courtier immobilier Meilleurtaux.com, il y a eu partout davantage de demande de crédits pour acheter un bien immobilier au premier semestre 2014 qu'au deuxième semestre 2013. "Ce premier semestre plus dynamique a été suivi d'un été et d'un début d'automne très porteur où l'intérêt des Français pour l'immobilier se manifeste à nouveau", affirme Maël Bernier, directrice de la communication du courtier. Les ménages français tentent de dénicher les meilleures affaires et ciblent davantage certaines villes.

Bordeaux et Strasbourg, les deux villes les plus demandées

Leur dévolu se porte en priorité sur Bordeaux et Strasbourg, selon le courtier. Les prix au mètre carré des appartements anciens y sont plus abordables qu'à Nice, Lyon ou Lille, à respectivement de 2.980 euros et de 2.390 euros, selon les chiffres des notaires de début 2014. Alors que l'effet prix joue beaucoup à Strasbourg, ce sont les conditions de financement qui attirent à Bordeaux dans l'Ouest "du fait de la présence forte des banques mutualistes qui proposent des taux d'intérêt de crédits immobiliers plus bas", explique Maël Bernier. Ainsi lors du premier semestre 2014, les demandes de crédits pour acheter à Strasbourg ont crû de 38%. Et de juin 2013 à juin 2014, elles ont augmenté de 24% à Bordeaux. Lille, Lyon, Nantes et Toulouse ne sont pas en reste : sur un an, la hausse atteint respectivement 22%, 13,5%, 13% et 9,5% de ménages en plus ont sollicité un crédit auprès de Meilleurtaux.com pour y habiter.

Paris retrouve de l'attrait

Même Paris retrouve de l'attrait auprès des acheteurs, alors que les prix restent pourtant prohibitifs pour une grande partie des ménages (plus de 8.000 euros du mètre carré l'appartement ancien en moyenne). Ainsi, la demande à l'achat reprend depuis deux semestres, constate Meilleurtaux.com. C'est de manière surprenante le sixième arrondissement (le plus cher de Paris à près de 12.400 euros du mètre fin 2013) qui attire le plus : 35% de demandes supplémentaires sur un an ! La demande d'immobilier parisien est aussi très forte dans d'autres arrondissements huppés comme le troisième (+23%), le huitième (+29%), le cinquième (+27%) les 16 et 17ème (+14%).

>> Retrouvez le prix au m² partout en France sur notre espace immobilier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2014 à 13:08 :
Et le courtier peut il nous donner la répartition entre vrais nouveaux crédits (donc achat immo) et re-négociation de crédits existants (achats réalisés antérieurement) ?
a écrit le 09/10/2014 à 7:21 :
Comment ça? Les ventes repartiraient dans certaines villes et la demande de crédits immos seraient en augmentation?? Cela fait plusieurs années que j'attends l'effondrement de l'immobilier pour acheter!! Sur les conseils de Ben et Tron, j'attends avec impatience depuis 10 ans le grand soir de l'immo! La chutte brutale! L'éclatement de la bulle! La mort des rentiers de la pierre! La mort du petit cheval! La nuit des longs couteaux! Le radeau de la méduse! L'apocalypse des proprios! J'avais mis 200 000 euros de côté pour me payer mon F5 dans le 6eme et vu la baisse annoncée par mes mentors je pensais qu'il me resterait même de quoi faire des travaux et... Patatra!!! Cela fait 15 ans que je paye 2000 euros de loyers et... Boubou! J'ai toujours rien et on me dit que les ventes repartent!!! Snif!
Réponse de le 09/10/2014 à 8:05 :
@diego..: Nous étions quelques uns en 2008 à dire qu il n y aurait pas d explosion de la bulle immobilière mais une correction: correction depuis 2008 en province , prix en légère baisse ou stabilisé. A bordeaux , ville sollicitée , les prix ont continué augmenté. Je continue à dire que l immobilier n est pas un marché (offre/demande) comme un autre car indexé le coût du neuf .Hier je suis allé dans une grande enseigne de bricolage : le prix d une fenêtre PVC à doublé depuis 2000 .Les bobos continueront de dire que tout ça est à cause du foncier , des salauds de vieux qui se sont enrichis etc ..Le foncier a baissé partout en province . Difficile d admettre également pour le bobo que la fiscalité immobilière ( PV stupide sur 22 voir 30 ans pour la csg ) ne fera pas baisser les prix .
Réponse de le 09/10/2014 à 9:25 :
Vous êtes marrants :) L'article ne mentionne ni l'évolution des volumes de vente, encore moins l'évolution des prix, mais l'évolution des demandes de crédit. Bizarrement, les refus ne sont pas mentionnés. En attendant, les taux continuent de baisser et les prix également.
Réponse de le 09/10/2014 à 12:33 :
@pepe du..ou @zola : pauvre @zola encore plus vieux que les pépés en se trompant d article
Réponse de le 09/10/2014 à 13:02 :
Euh, non non. Je maintiens.
Réponse de le 09/10/2014 à 13:10 :
J'ajouterai aux remarques qui vous ont déjà été faites que le courtier, outre ne parler que de l'évolution des demandes de crédit, ne nous indique pas la part de re-négociation de crédit...
Réponse de le 09/10/2014 à 14:38 :
Le volume des ventes est disponible via les chiffres notariaux sur le net soit... 700 000 transactions dans l'ancien l'année dernière. Quel plongeon (on est pas loin des plus haut historique)!!!! Mais bon j'ai bon espoir, demain matin c'est sur la bulle explose!!! Ou pas...
Réponse de le 09/10/2014 à 22:29 :
"Difficile d admettre également pour le bobo que la fiscalité immobilière ( PV stupide sur 22 voir 30 ans pour la csg ) ne fera pas baisser les prix . " : Très difficile oui! Sachant que l'endettement est de 30% sur 20 ans, plus de taxe veut juste dire moins d'argent dans la poche des vieux jouant les pauvres en encaissant des PV qu'ils n'auraient jamais pu payer avec les mêmes métiers.
Ça s'appelle de la spoliation intergénérationnelle, un racket organisé sur des biens de premières nécessités, POINT BARRE.
Il est grand temps qu'on mette en concurrence les caisses de retraite, on verra si vous maintenez votre patrimoine et votre niveau de vie.
Réponse de le 09/10/2014 à 22:31 :
"Le volume des ventes est disponible via les chiffres notariaux sur le net soit... 700 000 transactions dans l'ancien l'année dernière." : Le marché bat son plein, c'est pour ça qu'ils pleurent sur les dégâts de la loi Duflot et la coupure des vannes de subventions... Allez, un peu de cohérence.
Réponse de le 10/10/2014 à 6:32 :
Les professionnels pleurent parce que les français sont tout simplement des pleureuses. D'ailleurs tout le monde pleure. Les notes de conjonctures des agences privées peuvent prêter à caution, les chiffres notariaux ne sont eux pas falsifiables...
Réponse de le 10/10/2014 à 13:55 :
Et si le maintien du nombre de transactions se faisait grâce aux baisses de prix (prix affiché n'est pas prix de vente réalisée, tout le monde le sait) ? En comparant, vers 2009-2010 c'était maintien des prix et baisse du nombre de transactions...Donc la situation me paraît logique et bien refléter une baisse du marché...
Réponse de le 11/10/2014 à 0:49 :
"les chiffres notariaux ne sont eux pas falsifiables... " : Les notaires n'ont pas pour obligation de recenser toutes les ventes dans une base de données. Ceci devrait être une contrepartie d'une partie des taxe qu'ils perçoivent.
Réponse de le 11/10/2014 à 9:11 :
Les notes de conjonctures notariales sous-estimeraient donc le nombre de transactions réalisées en en omettant parfois? Vu que ces chiffres servent de statistiques officielles dans bon nombre d'études et comparaisons, il est fort probables que le chiffre annoncé ne soit malgré tout pas loin de la réalité. Quant au marché (car c'est un marché et comme tout marché il fluctue...), il est en effet actuellement orienté à la baisse. En fait on peut dire qu'on s'oriente vers un marché à deux vitesses qui pourrait reprendre les cartes du géographe Christophe Guilluy dans son excellent ouvrage "la France périphérique", a savoir des prix stables et/ou qui continueront d'augmenter dans les grands bassins d'emploi et une baisse significative ailleurs. Pour "l'explosion de la bulle", je laisse cela aux gourous de ce blog...
a écrit le 08/10/2014 à 21:33 :
il est trop fort ce Juppé !
a écrit le 08/10/2014 à 15:45 :
Vous révez !!! On attend juste que la bulle explose !! Vu la situation, la fête est déjà finie!!!
Réponse de le 08/10/2014 à 16:30 :
pas certain du tout, même cher l'immobilier reste une valeur, même si la bulle se dégonfle un peu. A contrario des assurances vies et épargnes diverses dans lesquelles les gouvernements n'hésiteront pas à puiser. Alors certes vous surpayez parfois un bien immobilier, mais il vous reste quelque chose...pourquoi l'épargne est elle aussi importante en France ?, simplement parce que plus personne n'a confiance dans nos gouvernants successifs...
Réponse de le 08/10/2014 à 17:19 :
@@Michel : les gouvernements ne vont pas hésiter surtout à se servir en taxes locales sur l'immobilier qui n'est pas délocalisable, pas liquide et dont les propriétaires sont solvables (pour quelques années encore en tout cas). Par contre, même pour le politburo hollandien il sera toujours ardu d'aller voler le titre de propriété d'actions cotés sur le sol américain (on ne touche pas à nos maîtres). Donc je fais le plein ;)
Réponse de le 08/10/2014 à 21:32 :
Sacré Michel!!!
Toujours pareil, Michel disait déjà ça en 2000,,,, c la bulle ça va s effondrer!
Réponse de le 09/10/2014 à 9:26 :
Je crois qu'il manque un point d'exclamation et une virgule pour que votre propos devienne intelligible. En 2000, les prix étaient quasiment au plus bas, qui pouvait sincèrement parler de bulle ?
Réponse de le 09/10/2014 à 13:07 :
Parce que vous croyez que le gouvernement hésitera à "puiser" dans la poche des "riches" propriétaires ? L'augmentation des taxes d'habitation et foncières n'est pas neutre, et sur un actif qui ne produit pas de revenu, à la différence de l'épargne financière.
Réponse de le 09/10/2014 à 22:36 :
"sur un actif qui ne produit pas de revenu" : La bonne blague... C'est pour ça qu'ils se battent pour acheter des clapiers à louer à des prix délirants?
Quand aux taxes foncières et taxe d'habitation, j'avoue l'avoir mauvaise de payer plus d'impôt locaux dans mon 30 mètres carrés que des ménages avec des faibles revenus dans des pavillons lutant contre la construction : Il est grand temps que ces taxes soient uniquement fonction de l'espace que l'on occupe quand on paye plein pot en lieu et place des héritiers des enrichis sans cause de la bulle immobilière!
Réponse de le 10/10/2014 à 13:57 :
Ben non ils se battent plus, et c'est pour ça qu'ils réclament des aides fiscales. Sans elle, l'investissement est suicidaire...
Réponse de le 11/10/2014 à 0:53 :
"Sans elle, l'investissement est suicidaire... " : Nous sommes dans une économie de marché non? Alors, dites nous : On est libéraux et on laisse les prix baisser pour qu'ils reviennent ou on baisse la fiscalité pour que les prix ne soient plus un problème (jusqu'au prochain blocage)?
On l'a fait après 2008, les prix sont repartis à la hausse jusqu'à 2011 (preuve : courbe de Friggit) et là on est sur un blocage où les vendeurs sont confortés dans l'idée que les prix ne baissent jamais.
Réponse de le 19/10/2014 à 15:58 :
Ah non, moi en 2000 j'investissais, et j'avais pas encore internet, j"avais du mal à me brancher sur le wifi de mon voisin !
Réponse de le 19/10/2014 à 16:00 :
Oui, l'immobilier est une valeur, c'est vrai comme l'or, mais il faut investir quand les prix montent, pas quand ils baissent, sinon on perd de la valeur, je ne vois plus vraiment l'intérêt!
Réponse de le 19/10/2014 à 16:04 :
Je ne suis pas du tout certain que les investisseurs se battent pour des clapiers...ils ne sont pas stupides les investisseurs. Sinon pour les impôts je suis d'accord, les valeurs datent de 1970 et personne n'a le courage et le suicide politique de les mettre à jour.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :