Russie : le rouble s'enfonce encore, krach à la Bourse de Moscou

 |   |  420  mots
Le rouble est reparti à la hausse, avant de basculer une nouvelle fois à la baisse.
Le rouble est reparti à la hausse, avant de basculer une nouvelle fois à la baisse. (Crédits : reuters.com)
La devise russe dévisse de 20% encore ce mardi après avoir perdu 9% hier. A son tour, la Bourse de Moscou est touchée par la tourmente et doit abandonner 17%. Les mesures spectaculaires de la Banque Centrale prises cette nuit n'ont pas suffi à enrayer la crise.

Aux grands maux, les grands moyens? La Banque Centrale russe a brutalement et fortement augmenté son taux directeur dans la nuit de lundi à mardi qui est passé à 17%, soit une hausse de 6,5 points de pourcentage. La semaine dernière déjà, elle avait augmenté son taux à 10,5% qui n'était, pour rappel, que de 5,5% en début d'année. Pour soutenir l'action de la Banque Centrale, le président russe avait également annoncé jeudi 11 décembre des mesures comme l'amnistie sur les avoirs à l'étranger et le gel de la fiscalité pendant quatre ans.

Echec cuisant

Cette action musclée dont les conséquences pour l'économie russe sont importantes n'a pas produit les effets escomptés. Ce mardi matin, après deux heures de rebond, le rouble a repris sa chute inexorable. Pis. Au fur et à mesure, le plongeon s'est accentué pour atteindre 20% à la mi-séance. L'euro a ainsi dépassé le seuil des 100 roubles alors qu'il s'échangeait à 73 dollars hier encore, un taux jugé déjà très bas (-44% depuis janvier). De son côté, le dollar a franchi les 80 roubles, contre 58 roubles hier. La Bourse de Moscou n'a pas résisté au Krach et dégringolait de 17% à la mi-séance.

Enrayer la chute du rouble à tout prix?

Pour les autorités russes, leur action visant à enrayer d'urgence la chute du rouble a échoué. L'arme du taux d'intérêt pourrait ne plus suffire pour juguler cette dégringolade. La Banque Centrale pourrait alors puiser de nouveau et massivement dans ces réserves monétaires alors que ordre lui avait été donné en novembre d'user de cet instrument avec parcimonie afin de préserver les réserves de changes russes. Depuis le début de l'année, elle a ainsi injecté près de 82 milliards de dollars. La Russie dispose encore de 420 milliards de dollars de réserves de change.

L'ultime recours: le contrôle des changes

L'économie russe est prise en étau entre les sanctions internationales et la chute des cours du pétrole. L'or noir apporte 50% des recettes de l'Etat russe, et représente les deux tiers des exportations du pays, comme l'explique à La Tribune, Anne-Sophie Fèvre, économiste à la Coface. Elle explique qu'en ultime recours, la Russie pourrait être amenée à "imposer un contrôle des changes".

Un rapport de la Banque Centrale publié hier a montré que si le baril de pétrole se maintenait à 60 dollars, l'économie russe se contracterait de 4,5 à 4,8%. Ce mardi matin, le cours du Brent est passé sous les 60 dollars...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/12/2014 à 10:27 :
Toute les crises ont une fin. Par exemple lors de l'hyperinflation allemande dans les années 1923 et 1924, les allemands étaient seul à devoir gérer la perte de contrôle de leur monnaie (Aucun pays, même la Russie, n'aidaient les Allemands qui étaient la bête noire de l'époque). En 1924, l'argent perdait son pouvoir d'achat d'heure en heure. Il fallait le dépenser immédiatement avant que sa valeur ne soit dépréciée. Là c'était vraiment pire que la baisse du rouble et la hausse des prix qui en résulte. En Allemagne à cette époque, on ne parlait pas d'une hausse des prix de 50% par an, mais bien de 5300% en 1922 et 16 millions de % en 1923. Immaginé 1 Mark en janvier 1923 qui en coûtait ensuite 160 000 vers octobre 1923. Beaucoup moins évident à gérer que la Banque de Russie... Pire les salaires allemands ne pouvait même pas anticiper les prix qui changer toute les minutes. Lors de cette hyperinflation un serveur de restaurant devait monter sur une table toutes les 30 minutes afin d'annoncer les nouveaux prix des menus, et les responsables des commerces d'alimentation devaient changer les prix sur les étiquettes car l'inflation étant tellement forte que les prix changeait quasi-constamment. Mettez vous à la place d'un industriel de l'époque : vous ne pouvez même pas définir le prix de vente pour le lendemain et vous ne connaissez même pas le futur niveau des salaires de vos ouvriers. Malgré tout l'Allemagne a réussi à stabiliser cette crise au prix de nombreuses réformes et d'emprunt à l'étranger, bien que malheureusement cette crise à aussi engendrer un sursaut nationaliste et de revanche chez les allemands. La suite on la connaît. Ce que je veux dire c'est que je pense que cette chute du Rouble va aussi s'arrêter mais il faudra pas croire que le peuple Russe mettent de côté leur penchant nationalistes et revanchards car c'est toujours la conséquence d'une crise. On le voit bien dans les sondages en France, bien que les dérives dans les extrêmes (gauche ou droite) ne sont jamais une bonne solution économique à court terme. Personnellement je ne connais pas de pays où un parti d'extrême gauche ou de droite à réussi à augmenter considérablement le pouvoir d'achat de ces citoyens en même temps que la croissance (la Chine n'étant pas un exemple lorsqu'on voit le PIB par habitant)
a écrit le 17/12/2014 à 8:44 :
Ceci est un avant goût de ce qui nous attend si on sort de l'euro.
a écrit le 17/12/2014 à 5:52 :
C'est fou de ne pas etre capable de se relire quand on ecrit des articles! C'est plein de fautes et il y a confusion entre les devises. C'est bete, avec deux minutes de travail en plus ca aurait eu l'air pro
a écrit le 17/12/2014 à 5:37 :
La saison estivale sur la côte d'azur s' annonce difficile si les russes restent chez eux avec leur monnaie dévaluée. Les commerçants de la Côte feraient bien d'en tenir compte
a écrit le 17/12/2014 à 0:56 :
Je propose que le prochaine Prix Nobel en économie soit attribué à Mme E. Nabiulina, la présidente de la Banque Centrale de la Russie. Presque tous les économistes pensait qu’il est impossible de baisser le cours d’une devise de plus de 60% dans un pays, où le bilan commercial est largement positif (+150 mlrd. USD cette année) et le bilan financier est également positif, le budget est en excèdent, la masse monétaire est faible (M1 de 22% du PIB), les réserves de change sont très important et dépassent l’agrégat M1 (actuellement les réserves dépassent l’agrégat M2). Cependant cette femme a réussi de faire l’impossible. Evidemment c’est une blague, mais tous les détails sont vrais.
Réponse de le 17/12/2014 à 1:09 :
Vous avez un bouc émissaire.

Peut-être que les marchés anticipent et évidemment ils suréagissent, ce ne sont pas les données du passé qui comptent mais les données du futur.
Réponse de le 17/12/2014 à 9:56 :
@gringo: Pourquoi un bouc émissaire? Une des principaux coupables, il y a d'autres, surtout dans les grands groupes proches à l'Etat. Les marchés ne sont pas tout puissants. Quand les réserves de change dépassent M2, la Banque Centrale (à condition d'être prête) peut faire avec sa devise tout ce qu'il veut. Concernant les prévisions, je vous donne l'exemple de 2008 quand le pétrole a descendu de 140 à 40 dollars (-9% du PIB en Russie l'année suivante), le rouble a baissé de 24 à 32 RUR/USD.
a écrit le 16/12/2014 à 23:27 :
La bourse US est plus "prévoyante" : quand ça dévisse de 3%, ils arrêtent les compteurs... Par contre, à la hausse, pas de limite, évidemment...
a écrit le 16/12/2014 à 22:10 :
Ce n'est qu'une juste remise en place de la valeur réelle du Rouble, la devise était largement surévaluée depuis bien longtemps, les prix en Russie redeviendront raisonnables et normaux ! C'est ni plus ni moins la bulle qui éclate...Les Russes voyageront moins et l’hôtellerie à Moscou redeviendra à des prix convenables !
a écrit le 16/12/2014 à 21:49 :
A tous les poutinophobes de base et souvent des incultes en économie, je vous invite à lire cet article qui vous expliquera dans le détail l'origine de cette crise qui n'a a que peu à voir avec les sanctions. La Russie et son économie ne sont pas en danger, par contre les ricochets sur le marché européen risquent d'être salissantes !

www.lefigaro.fr/vox/economie/2014/12/16/31007-20141216ARTFIG00368-chute-du-rouble-quelles-seront-les-consequences-sur-la-politique-de-poutine.php

Bonne lecture.
Réponse de le 16/12/2014 à 22:11 :
Vous inquiétez pour nous; votre ami Poutine vous le rendra bien !
Réponse de le 16/12/2014 à 23:30 :
Le figaro comme référence, j'aurais même pas osé...
Sinon, sur le fond, il est clair que les US n'ont pas mesuré ce qui allait leur arriver en retour. L'effet BRICS va les amuser... Manque de bol, nous, Européens, allons aussi souffrir.
Réponse de le 17/12/2014 à 0:19 :
A l'Est rien de nouveau avec l'article que vous citez: la spéculation qui amplifie un mouvement lisible et prévisible, c'est son fonctionnement de base. Quand à s'inquiéter des répercussions d'une dégradation des relations avec la Russie... cette dernière s'est déjà mise à dos à peu près tout le monde, sauf les Chinois et les Indiens, rien de nouveau non plus. Cette crise permettra peut être aux Russes de comprendre que Poutine brasse beaucoup de vent ces derniers temps et qu'il risque d'être emporté par la tempête qu'il aura lui même déclenché.
Réponse de le 17/12/2014 à 0:28 :
J’ai lu cet article et conseille fortement de le lire, même s’il y a certains points à critiquer. Jaques Sapir est une personne compétente même si je trouve qu’il est un peu trop bienveillant envers les autorités russes. Ma brève critique sur cet article : 1. Les plus gros banques et boites avec une forte participation de l’Etat ou appartenant aux copains de Poutine ont participé dans la spéculation avec le rouble (pas forcement une spéculation à court terme, mais ils continuent d’acheter les dollars/euros avec leur crédit en roubles de bon marché de la part de l’Etat. 2. Il surestime l’importance des accords avec la Chine où il y a pas énormément des choses trop positives pour la Russie et plein de choses qui ne sont pas encore décidées. Les Chinois sont sortis déjà de certains projets importants en Russie. 3. Il ne parle pas que le système financier en Russie est primitif et pas vraiment national. L’absence d’un système financier normal est la faute directe des autorités russes. 4. Il parle encore trop gentiment sur la politique de la Banque Centrale. Il était presque impossible d’obtenir tel résultat avec les moyens de la dernière, mais elle a réussi.5. Concernant la confrontation avec les E.-U., il y a déjà de forts signaux des autorités russes envers les Américains de style : « on est gentil, on ne fera plus comme cela, pardonnez-nous ! » J’espère que cette ligne n’est pas encore dominante, mais cela existe.
a écrit le 16/12/2014 à 21:49 :
D'après la Direction Générales des Douanes et Droits Indirects, à l'échéance du troisième jeudi de novembre 2014 , le Kremlin avait commandé du Chiroubles sous wagons plombés.
a écrit le 16/12/2014 à 21:47 :
Les sanctions n'y sont pour rien, c'est surtout le prix de pétrole. Si le prix de pétrole baisse, c'est parce qu'il y a moins de demande, moins d'acheteurs. Alors, le problème est général, car cela signifie que l'économie mondiale se casse la figure. Si les exportateurs du pétrole le sentent en premier, notre tour viendra plus tard: sommes nous prêts? Quelque chose va éclater, la corde est trop tendue.
Réponse de le 17/12/2014 à 0:24 :
On dirait plutôt une redite du crash pétrolier des années 80, déclenché par les USA et avec l'aide des Arabes, ayant pour but de faire chuter le rideau de fer en effondrant l'économie soviétique. Il manque la course aux armements, mais Poutine y court déjà tout seul, en faisant tournicoter ses avions et dépenser sans compter pour faire de gros moulins à vent en Ukraine. Une autre hypothèse possible est aussi une reprise de contrôle complète du pays par des gens qui auront eu la sagesse d'expatrier leurs fonds avant la crise, et qui vont pouvoir revenir au pays tout rafler à bas prix, une fois de plus.
a écrit le 16/12/2014 à 21:31 :
Au moins ca va occuper un peu Poutine

Il ne va plus Penser à ces bateaux et il va se dire que l'Ukraine ca coute bien cher
Réponse de le 16/12/2014 à 21:34 :
Le troll pro OTAN anti Poutine est de retour : âmes sensibles, s’abstenir.
Réponse de le 16/12/2014 à 21:38 :
Et alors la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d’alu.
Réponse de le 16/12/2014 à 21:42 :
T'as raison, Polov, le record a été battu : Barack Obama, le président le plus dépensier de l'histoire des Etats-Unis !

La dette américaine s'élève désormais à trois mille cinq cent cinquante-deux milliards de dollars. (il faut le faire !!)
25 362 dollars par contribuable.
11 290 dollars par Américain.

T'as raison, qu'ils fabriquent moins de F-35, l'avion à pannes, et dépensent moins avec leurs "révolutions colorées" ils devraient faire des économies au lieu de dépenses sans provisions.
Réponse de le 17/12/2014 à 6:16 :
Petite erreur sur le montant de la dette mon ami...
Il en son a plus de 15 000 milliards de dollars
Mais il sont motivés comme jamais, il visent les 20 000 milliards
Réponse de le 17/12/2014 à 7:48 :
18 015 milliards à 7h48 ce matin (cf. site "us national debt clock")
Réponse de le 17/12/2014 à 12:40 :
les pannes des f35 sont voulues , ils combattent l'espionnage commercial
a écrit le 16/12/2014 à 21:31 :
Tous aux abris..., ça va taper dur...
a écrit le 16/12/2014 à 21:03 :
Malheureusement il y a pire que la Russie. Personne ne parle du Japon en récession qui est le pays industrialisé le plus endetter de la planète... (faite une recherche sur internet). Bizarre lorsqu'on sait que le citoyen Japonais est un bon travailleur qui refuse de se plaindre et n'accepte aucune aide sociale. Au point même d'écarter l'idée de construire une vie de famille et de faire des enfants (le Japon est un pays. Et oui le vieillissement du Japon est supérieur à celui de toutes les autres nations et c'est la population la plus âgée au monde. En 2014, 26 % des Japonais ont plus de 65 ans. Que fera t'on pour aider nos alliés Japonais ?
a écrit le 16/12/2014 à 21:00 :
Mais oui la guerre va éclater, pfff. A tout les jeunes économistes pro-Poutine qui pensent que la guerre nucléaire va nous tomber dessus. Expliquez-moi pourquoi l'holocauste nucléaire n'a pas éclaté plus tôt lors de la guerre froide alors que le jeu du chat et de la souris était plus dangereux à cette époque comparé à aujourd'hui ???
- 1960 : Crise de l’U2 (avion espion américain abattu au dessus du territoire soviétique).
- Le 27 octobre 1961, lors de la construction du mur de Berlin, les chars et soldats soviétiques et américains se sont fait face pendant trois jours au Checkpoint Charlie (Allemagne), à la suite d'un différend sur la libre circulation des membres des forces alliées dans les deux moitiés de la ville (les Soviétiques exigeant de contrôler les soldats occidentaux qui pénétraient à Berlin-Est).
- 1962 : Les américains repèrent a Cuba une base de missiles nucléaires soviétique. Kennedy lance un ultimatum à l’URSS et les cargos de l'armée rouge font demi-tour avec leurs missiles.
- 1977 : Crise des Euromissiles. L’URSS installe de nouveaux missiles nucléaire sur son territoire pouvant atteindre plusieurs de ces rivaux européens. Pour réagir les USA positionne également de ses missiles aux portes de l'europe de l’Est. Apres une bataille d’opinion perdue pour l’URSS, Reagan négocie « l’Option Zéro », c'est-à-dire le retrait de part et d’autre du rideau de fer de ces missiles.

Personne n'a demandé à Poutine de jouer avec le feux. Il a toujours fait ce qu'il voulait et ça vous le savez très bien. L'ennui c'est qu'il ne fait pas parti des personnes qui reviennent sur une erreur malheureusement pour le peuple Russe
Réponse de le 16/12/2014 à 21:31 :
Votre discours est 100% propagande Système US-Otan Wall Street. Un ramassis de faits historiques sans plus de rapport avec la crise actuelle. Pour vous, l'Histoire est quelque chose de statique et qui se répète. L'Histoire ne se répète pas. La dynamique actuelle des enjeux entre la Russie et la "nouvelle doctrine" US est toute une autre. Vous avez arrêté votre "analyse" en 1977 mais avez oublié (sciemment?) la promesse de Bush senior à Gorbachev de qu'il n'aurait pas d'expansion de l'Otan à l'est. Promesse qui n'a pas été honorée et pire, l'Otan n'a pas répondu à aucune demande d'explication de la part de la Russie. L'Otan a simplement ignoré toutes ces demandes officielles de façon arrogante et despotique.

Vous ne parlez pas du gouvernement-fantoche pro-US et le maintien d’un système centralisé permettait un pillage plus aisé du pays. C’est une chose que d’avoir à Moscou un alcoolique et un régime semi-colonial à l’aide desquels il est possible de piller tout le pays. Vous avez oublié (ou non) que quand Bill Clinton avait dit "«Nous permettons à la Russie d’exister, mais nous ne l’autorisons pas à être une grande puissance» c'est là que se trouve le changement. C'est là le changement de la donne et l'apparition de Poutine et d'autres que, comme lui, n'acceptaient pas la condition de vassal pour la Russie.

Quand vous dites sans grande originalité que "Personne n'a demandé à Poutine de jouer avec le feux." vous ignorez que qui a joué avec le feu (sans x) c'étaient les faucons néoconservateurs (dont vous faites vos idoles très certainement), les va-t-en guerre du système militaro-financier, les sbires de Soros et d'autres du genre, que ont investit 5 milliards de dollars pour renverser le gouvernement démocratiquement élu à Kiev pour le remplacer par une bande de casseurs, de néonazis et d'oligarques parmi les plus corrompus du pays. C'est les US et son bras armé (à moitié car je doute que les Etats européens décideront d'envoyer leurs hommes pour mourir pour une bande de néonazis de Bandera) qui jouent avec le feu en amassant de matériel de guerre et hommes aux frontières de la Russie.

La stratégie militaire des US n'a plus jamais gagné une guerre après 1945 (et même ainsi c'était avec la coopération d'autres armées du monde, il suffit de voir le nombre de morts américains pour s'en rendre bien compte), donc le Pentagone joue désormais la *carte Otan" avec ses Etats-laquais. Mais c'est que vous ne savez pas c'est que entre l'Irak, la Libye, l'ex-Yougoslavie et la Russie il existe une différence de taille en termes de puissance militaire. Jusqu'à présent, ainsi comme ils font avec leur billet vert, les US font du Hollywood avec son potentiel militaire, mais les experts savent qu'il est dépassé et à plusieurs égards même inférieur au potentiel militaire russe. Ce sont les américains (qui veulent utiliser les ukrainiens en tant que chair de canon la meilleur marché) qui jouent avec le feu en Ukraine, pas Poutine.

Votre "analyse" se prête bien en tant qu'article pour le Reader's Digest, par exemple. Et, cerise sur le gâteau, la phrase finale "une erreur malheureusement pour le peuple Russe" est un vrai joyaux d'hypocrisie et cynisme. La guerre viendra et elle fera des ravages. Tant sur sol européen comme américain. Peut-être que après je ne serai plus là. Et vous non plus.
Réponse de le 16/12/2014 à 21:37 :
Merci pour ton discours, quel magnifique somnifère ! après plusieurs jours d'insomnie je bâille déjà….
Réponse de le 17/12/2014 à 11:05 :
@ J. Saubert + 10000
a écrit le 16/12/2014 à 20:55 :
Le problème de Poutine c'est qu'il n'a pas le caractère pour être président d'un peuple. Bien qu'il n'est pas officiellement un dictateur il a malheureusement le même caractère qu'eux (réactions disproportionnées prisent sur un coup de colère, il a toujours raisons, si tu penses pas comme moi c'est que tu as forcément tort, besoins de tout contrôler, et ne jamais admettre d'avoir tort par orgueil même si le combat est perdu d'avance). Bien sûr son parcours au KGB n'a pas du aider...
Réponse de le 16/12/2014 à 21:09 :
Comme la parfaite démocrature américaine et son fameux "axis of evil" : si tu penses comme eux tu es un bon gars, mais si tu as le malheur d'avoir ta propre opinion et de ne pas vouloir t'engager en Irak par exemple alors tu est un méchant diable collabo.
Allez les americains et leur pureté d'ame et leur philanthropie sincère sans limite (Chili, Vietnam, Afghanistan, Irak, Syrie, Nicaragua, Equateur, Cuba, Panama ...)
a écrit le 16/12/2014 à 20:23 :
Il faut vraiment en tenir une solide pour ne fût-ce qu'évoquer un défaut russe ! Pour rappel, la dette de la Russie plafonne à... 13,5% de son PIB contre 93,5% pour la France, et 245% pour le Japon ! Comment un pays ayant une dette quasi nulle et qui exporte une telle quantité de pétrole et de gaz pourrait-il faire défaut ? De plus, jamais l'excédent commercial russe n'a été aussi élevé que depuis les "sanctions" : il a grimpé de 10% entre 2013 et 2014. Ce ne sont pas les dollars qui manquent en Russie : ce sont des idées sur ce que les Russes pourraient bien faire de tous les dollars qu'ils accumulent, maintenant qu'ils privilégient leurs échanges avec l'Asie, qu'ils n'achètent même plus de produits agricoles européens, et que leurs touristes - chute du rouble oblige - préfèrent rester et dépenser leurs sous en Russie.
Réponse de le 16/12/2014 à 20:41 :
la dette nette du japon est bien inferieure, et est largement detenue... par les japonais, ce qui pose le pb differemment de la france! ( ou la dette est detenue a 55% par les residents)
Réponse de le 16/12/2014 à 21:00 :
Tu sais quoi ? je vais appeler Poutine en personne pour qu'il te nomme Ministre de l'économie et des Finances de la Russie :-) . Tu pourras faire tes miracles , n'est ce pas ? ....ou pas !

PS : Poutine a quelques Tigres de Sibérie et il les chouchoute comme ses bébés , donc fais gaffe quand même si jamais t'arriveras pas à redresser l'économie russe et surtout le rouble , je connais il y en ont qui se lèchent la langue déjà ....
a écrit le 16/12/2014 à 20:21 :
en faisant durer l'inévitable chute du dictateur en Syrie , cela devenait confortable par effet induit les cours du pétrole et du gaz montaient . Et maintenant ils sont pris à leur propre jeux .Et bien qu'ils en paient les conséquences .
a écrit le 16/12/2014 à 20:09 :
Cette situation me parait très inquiétante . Monsieur Poutine , très orgueilleux et qui avait de grandes ambitions pour son pays risque fort de ne pas apprécier le piège que lui tendent les occidentaux et dans lequel il s'est mis tout seul .Il va avoir du mal à l'admettre et cet homme blessé dans son amour propre peut se révéler dangereux, très très dangereux . Selon les infos, il y a déjà des grands mouvements des troupes russes dans leurs frontières, des missiles sont à ce moment mis sur des trains. Quand partira le premier tir ? le premier missile ? le premier ICBM aux têtes nucléaires ? et dans quelle direction ?
Réponse de le 16/12/2014 à 20:31 :
Rien ne dit que ce soient les occidentaux. La Russie exporte essentiellement du pétrole et du gaz dont le prix s'est effondré de moitié en quelques mois. Or il semble bien que ce soit l'OPEP qui aurait volontairement laissé un haut niveau de production pour peser sur le prix et faire tomber les entreprises concurrentes qui investissent dans des prospections de gaz de chiste, dont les USA. En dessous de 70 $ les forages de gaz de schiste sont déficitaires...le pétrole est aujourd'hui en dessous de 60$.
Réponse de le 16/12/2014 à 20:51 :
C'est quoi le titre du film ?
a écrit le 16/12/2014 à 19:51 :
Depuis plus d’un an, les États-Unis ont joué un scénario conçu pour réaffirmer le contrôle américain sur l’Europe en bloquant le commerce de l’UE avec la Russie, pousser la Russie à la faillite, et se débarrasser de Vladimir Poutine pour le remplacer par un fantoche des Américains, comme le défunt soulard, Boris Eltsine. La BCR est sous attaque des grands banquiers de Wall Street et on en voit déjà les premiers résultats. Cependant on est encore loin de voir les conséquences qui en découleront pour nous en Europe le cas où la Russie va réagir.
Réponse de le 16/12/2014 à 20:15 :
N'importe quoi. A vous lire on croirait que Poutine est un agent double qui travaille pour la NSA américaine avec pour mission d'envahir la Crimée et mettre la zizanie en Ukraine une fois Président de Russie. Ben oui puisqu'il fait partie des plans mis en place par les américains depuis un an.... Bien évidemment Poutine a ordre de son supérieur Obama de ne pas agir face à l'embargo international qui touche la Russie afin que l'économie Russe s'écroule.
Réponse de le 16/12/2014 à 20:56 :
les usa ont en train de reaffirmer leurs puissance ;les russes et les arabes vont rentrer a la niche
a écrit le 16/12/2014 à 19:39 :
Tous ces blas blas pour occuper l'espace médiatique...Le dollar vaut zéro, l'euro vaut zéro, le.. vaut aussi zéro, quoi d'autre.. L'économie ne fonctionne qu'à travers l'endettement dans le monde entier, la fin d'un système de poker menteur joué cette fois à la roulette...russe. Pas de quoi s'affoler, tous les systèmes se remplacent, la nature comme disait mon voisin Gaston a horreur du vide ! Le pire serait la bombinette qui ferait table rase de toute cette pourriture, l'homme doit mourir pour que la planète vie, pas exclu..
Réponse de le 16/12/2014 à 19:54 :
Très bien vu mais la presse-Nabila a toujours préféré le sensationnalisme à l'analyse sérieuse.
Réponse de le 17/12/2014 à 12:31 :
Nabilla, ce n'est que des sentiments généreux .
a écrit le 16/12/2014 à 19:37 :
LE MISTRAL SOUFFLE AUSSI SUR LA RUSSIE PLUS FORT QU'A LA BOURSE DE PARIS??POURTANT LES PERSPECTIVES D'AVENIR DANS LE DOMAINE BOURSIER SONT LES MEMES???POUTINE ET HOLLANDE , NE SAVENT PAS TROP NAVIGUER DANS LEURS PAYS???C'EST L'IMAGE PARFAITE DU SOCIALISME???
Réponse de le 16/12/2014 à 20:37 :
On vous avait pourtant prévenu de ne pas sortir des tranchés sans casque à pointe.
Bonjour les dégâts!
a écrit le 16/12/2014 à 19:35 :
Poutine a fait le con et maintenant il est cuit. Les USA sont les plus forts et le dollar le Roi ! Et cela sans tirer un coup de fusil ! A quand la mise au pas de la France socialiste pour qu'on la débarrasse de son état-voyou ?
Réponse de le 16/12/2014 à 21:36 :
vous savez, la russophobie ça se soigne….
a écrit le 16/12/2014 à 19:32 :
Ils font moins les malins les russes, maintenant.
Réponse de le 16/12/2014 à 20:01 :
Comment le savez-vous, zozo ? Poutine avait dit que le cas d'une attaque systématique au rouble il allait réagir. L'homme a plus d'une corde à son arc, faut pas vendre la peau avant d'avoir abattu l'ours…..
Réponse de le 16/12/2014 à 22:19 :
Quand ils vont cesser de nous livrer du gaz ou qu'ils exigeront leur paiement en Rouble on verra qui fera reellement le malin !!
a écrit le 16/12/2014 à 19:09 :
ces changements brutaux vont réhabiliter le protectionnisme ! rien de bon ... c'est trop brutal !!!!!!!
a écrit le 16/12/2014 à 18:48 :
Si les français avaient la moindre intelligence il vaut mieux avoir et acheter du rouble car il va être adossé sur l'or et sur le pétrole et gaz.
Mais il vaut plus que notre euro ou dollar bidon.
Moi j'ai acheté en tout cas des roubles et de la couronne norvégienne et revendu les euro et les dollar que j'avais.
Pour me garantir en France j'ai 2 maisons et un appartement car l'immobilier est la seule valeur en Europe qui tienne un peu la route.
Maintenant au printemps prochain quand toutes ces monnaies bidons (dollars et euros) seront morts j'aurai un peu gagné d'argent et je soutiendrai ma famille qui en aura bien besoin.
Réponse de le 16/12/2014 à 20:08 :
En attendant tu perds de l'argent à foison... Bon courage!
Réponse de le 16/12/2014 à 21:06 :
Rendez vous donc au printemps pour voir comment aura évolué votre portefeuille de rouble par rapport à l'euro et au dollar. Cela me permettra de me faire une idée de ce que valent ou pas vos propos, ici et dans les autres posts.
a écrit le 16/12/2014 à 18:44 :
Il y a une solution pour la Russie : le contrôle des changes est la meilleure arme, puisqu'on ne peut alors plus spéculer contre la monnaie.
Cela été souvent pratiqué en France dans les années 1960-1970, et c'est ce qu'avait fait la Malaisie dans la crise asiatique de 1997, en contradiction totale avec les préconisations du FMI (un détail de grande importance !). Ce qui avait permis ensuite à ce pays de redémarrer son économie bien avant les autres....
Et c'est de la vraie orthodoxie financière : n'en déplaise à tous les ayatollahs de la finance moderne à Wall Street.
a écrit le 16/12/2014 à 18:31 :
En doublant leur taux directeur, il est clair que la russie pouvait difficilement s'attendre a une acalmie a court terme. Pour le reste le baril a 60 meme a 40 sur les 5 ans a venir j'ai un doute, mais on verra si c'est vraiment un reequilibrage de long terme ou autre chose.
a écrit le 16/12/2014 à 18:31 :
En doublant leur taux directeur, il est clair que la russie pouvait difficilement s'attendre a une acalmie a court terme. Pour le reste le baril a 60 meme a 40 sur les 5 ans a venir j'ai un doute, mais on verra si c'est vraiment un reequilibrage de long terme ou autre chose.
a écrit le 16/12/2014 à 18:30 :
La Russie, qui a pris la tête des BRICS, est devenue très gênante pour le projet mondialiste version US, d'où les attaques périphériques sur son territoire, (Ukraine, …), les pressions politiques, les « sanctions économiques » (qui nous sanctionnent aussi d'ailleurs !), et aujourd'hui les attaques financières.

Avant de parler de troupes Russes en Ukraine, (coeur historique de la Russie), regardez où sont les troupes, flottes, armes ou conseillers US : partout sur la planète, y compris en Pologne ce qui est une menace directe sur le territoire Russe comme l'était les fusées soviétiques de Cuba.

Ce sont les USA et les occidentaux qui jouent avec le feu...
Economiquement, les Russes n'exploitent personne, et surtout pas les Ukrainiens (c'est plutôt l'inverse vu la dépendance de ce pays).

L'économie US elle, est en déficit abyssal permanent, 30 milliards de milliards de dollars de dette, c'est inimaginable !! ce qui signifie qu'elle vit sur le reste du monde, qui travaille pour eux !
Leurs retraites, par exemple, sont payés en partie par l'intermédiaire des fonds de pension américains, c'est à dire par notre travail ... Merci qui ?
En dernier ressort cette injustice repose sur les armées US, et c'est bien la raison pour laquelle elles tentent d'être sont partout sur la planète.

Ceci dit le système financier actuel anglo-saxon est un château de sable, la confiance dans le dollar n'existe plus, et on n'est pas à l'abri d'un écroulement soudain.

Le cas d'une guerre nucléaire avec la Russie, ce sera l'Europe la première à encaisser les ICBM russes, pas les US. Mais peut-être que nous, les moutons de Panurge et veaux du Général de Gaule, nous méritons cela.
Réponse de le 16/12/2014 à 18:37 :
Rien n'est plus dangereux que de blesser un animal... et si l'ours Russe s'énerve, il se retrouvera à Berlin en moins de deux semaines. Et ne laissant rien que de destruction derrière lui.
Réponse de le 16/12/2014 à 20:09 :
Blablabla
a écrit le 16/12/2014 à 18:23 :
comment vont-ils payer leurs mistrals , cela m'inquiète .
Réponse de le 16/12/2014 à 18:32 :
Les Mistral sont déjà payés (mais pas livrés), il vaut mieux se renseigner avant de venir ici débiter des connerys, c'est pas drôle….
Réponse de le 16/12/2014 à 19:04 :
En dehors de votre humour .... nous allons vers une déflation mondiale ! ... et ça c'est beaucoup moins rigolo !
Réponse de le 16/12/2014 à 20:42 :
Ha ha ha, excellent
a écrit le 16/12/2014 à 18:21 :
on dirait un règlement de compte entre l’Arabie (sunnite), et les russes qui soutiennent l’Iran .... en plus du gaz de schiste !
Réponse de le 16/12/2014 à 18:46 :
vous avez oublié autre chose : la déclaration d'une guerre mondiale entre la Russie et les USA...
Réponse de le 16/12/2014 à 22:11 :
Gare au retour de bâton !!
a écrit le 16/12/2014 à 18:17 :
Tout ceci n'est pas de bon augure et peut nous emmener à des lendemains qui désenchantent.
Vouloir mettre la Russie à genou, c'est jouer avec le feu. les russe ne se laisseront jamais avoir, c'est hors de question. Les USA sont encore à la manœuvre...et les Européens vont en payer les factures économiques et sociales. Sinon les gravissimes conséquences d'une guerre thermonucléaire en Europe.

Mais sur un autre sujet similaire, qu'adviendrait-il du Franc si la France sortait unilatéralement de la zone Euro...?
Assisterions-nous à une telle "déferlante" vindicative des marchés, en représailles sur notre "monnaie nationale", estampillée à l'époque de la fameuse semeuse et du bonnet phrygien …?!

That's the question, fellows !
a écrit le 16/12/2014 à 18:11 :
C'est la conséquence de la politique américaine mais cela n'augure rien de bon pour les autres pays européens dont nous faisons partie.
C'est même un jeu particulièrement dangereux que nous soutenons alors que nous sommes en "première ligne".
Réponse de le 16/12/2014 à 20:05 :
C est la conséquence des agissements de poutine
a écrit le 16/12/2014 à 18:00 :
Il n'y a qu'ici que les médias essaient de faire croire que là-bas c'est l'enfer alors qu'ils ne commercent qu'en devises étrangères et que leurs dettes en devises étrangères est ridicule pour la Russie et sans souci pour les entreprises qui disposent de réserves importantes de devises puisque leur commerce se fait justement en devises étrangères ...

Le niveau du rouble n'est pas important car cela ne concerne que de faibles volumes et la très très grande majorité des entreprises russes exportatrices sont payées en dollar ou en yuan ...

Ce phénomène est temporaire car il y a un pic de dette à rembourser en dollar, mais cela ne pose aucun problème en raison des très importantes réserves.

Rendez-vous en février et le cours sera de nouveau dans des niveaux normaux.
Réponse de le 16/12/2014 à 18:13 :
"Nous assistons visiblement à une attaque spéculative sur le rouble." Un acte de guerre ?
Réponse de le 16/12/2014 à 20:03 :
Oui, oui. Tout va bien. Je suis sûr que c'est ce que le ministre de l'économie russe est en train de se dire ce soir... Au de-là de la seule question du taux de change, la crise actuelle montre surtout la totale dépendance de l'économie russe à l'exportation de ses matières 1ère... Et ça c'est un problème beaucoup plus structurel! Ses réserves en matière 1ère sont solides mais souvent de plus en plus difficile d'accès,et pas illimitées... Ce pays qui va passer en outre de 150M d'habitants actuellement à 120M d'habitants en 2050 a de sacrés défis à relever dans les prochaines années, contrairement à ce que vous laissez entendre...
Réponse de le 16/12/2014 à 20:10 :
Et les salariés sont payés en dollar ou en roubles ? Or si je ne me trompe pas, la très grande majorité des produits manufacturés en Russie sont importés... Du coup je suis pas sûr que les Russes aient la même vision que vous sur les conséquences éventuelles de cette crise du rouble, si cela venait à durer
a écrit le 16/12/2014 à 17:54 :
On aurait maintenu le baril à un taux anormalement élevé pendant des décennies , euh
merci Poutine
Réponse de le 16/12/2014 à 18:09 :
De rien, roro, tu es si gentil….. t'as une petite française au diesel toi aussi ?
a écrit le 16/12/2014 à 17:52 :
N'en déplaise les admirateurs de l'Otan et des néoconservateurs de Wall Street, je dois cependant faire un peu le point dans cette masse de commentaires dont la plupart ce n'est que du pur "bullshit". Franchement. Je m'adresse notamment à l'auteur du titre.

Mais quel contraste entre ce genre d'articles et l'analyse de gens compétents comme le professeur de Princeton Stephen F. Cohen (pour ne citer qu'un seul) ! 
Plusieurs voix en Allemagne, et pas des moindres, dénoncent la politique anglo-US vis à vis de la Russie, et même aux Etats Unis avec la publication dans le Wall Street Journal de l'article de O'Hanlon et Shapiro. Allez les connaître, cela vaut la peine le détour.

Enfin il faut savoir que les réserves en devises étrangères de la Banque de Russie sont très larges et que la chute des prix du pétrole va aussi créer de nombreux problèmes en occident et chez les OPEC. Alors avant de s'alarmer du sort des russes, il serait plutôt sage en France de se poser quelques questions existentielles et bien plus proches à nous.


Mais comme ceux qui les posent sont souvent traqués dans ce pays...
a écrit le 16/12/2014 à 17:14 :
lors d'un salon professionnel à St Petersbourg fin novembre, la plupart de mes interlocuteurs me disaient déjà que ce serait déjà bien si le rouble se stabilisait, mais sans trop y croire. Nous connaissons bien les faiblesses de l'economie russe et cette chute est due à la perte de confiance de la part des investisseurs privés et de la population (même si certains veulent y voir une action délibérée des USA). Moscou devra beaucoup travailler pour restaurer cette confiance que Medvedev avait réussi à commencer à insuffler avant le retour de Poutine.
Réponse de le 16/12/2014 à 17:46 :
Propos dans la ligne de propagande de l'OTAN = donc, non recevables.
Réponse de le 16/12/2014 à 19:07 :
Et pourquoi?
a écrit le 16/12/2014 à 17:12 :
On a la démocratie qu'on mérite...bon courage aux russes! :=)
Réponse de le 16/12/2014 à 17:48 :
Et bon courage à nous, les Français, car nous avons nous aussi la démocratie lèche-bottes et incompétente que nous méritons ! (L.T.)
a écrit le 16/12/2014 à 16:46 :
Affaiblir l'économie Russe est un mot d'ordre chez les anglo-saxons. Pas sûr que cette revente massive de dollars soit si bon pour l'économie déjà saturée de billet vert, effet boomerang... ?
Cela va forcer les Russes à fabriquer eux même, à accélérer la transformation de leur secteur industriel et à encourager la réciprocité des devises dans leurs échanges commerciaux.
La faiblesse du prix du baril est bien plus préoccupante pour l'économie US, l'extraction du gaz et pétrole de schiste pose un problème insurmontable désormais, les investissements d'extraction et de traitement ne pourront pas être remboursés !
Ajouté à cela leur dette (officielle) cumulée de 264 % du PIB, qui ne cesse de flamber.
Vous comprendrez pourquoi un pillage massif des ressources tout azimut est indispensable à leur survie, à mettre en corrélation avec la désinformation massive et l'interventionnisme outrancier.
Pensez-y. Et agissez.
Réponse de le 16/12/2014 à 19:12 :
Le ministre des Affaires étrangères de Russie Sergueï Lavrov sur France 24.
a écrit le 16/12/2014 à 16:37 :
Les Yankees jouent à la roulette Russe, Bien, mais ils devraient faire attention les sous-marins porteurs d'ogives sont capables de faire cette fois des destructions dans keur pays, contrairement aux autres conflits. Pousser trop loin la Russie est un risque de guerre nucléaire avéré. Et les suites sont incalculables. Tout cela pour soutenir un régime douteux issu d'un coup d'Etat, une clique d'oligarques et de néonazis sponsorisés par l'Occident, et qui multiplie les actes de génocide dans se population comme le faisait Hitler à l'époque.
Réponse de le 16/12/2014 à 17:25 :
Il faudrait un jour que les pro russes assument. On déclenche des guerres et quand en face on ne se rend pas tout de suite on vient pleurer ? Cela devient ridicule.
Quand a une guerre nucléaire les russes ne sont pas aussi stupides que vous le pensez : cela se terminerait par l'anéantissement de la Russie également.
Réponse de le 16/12/2014 à 20:32 :
Pitié arrêtez de balancer autant de bêtises...
Réponse de le 16/12/2014 à 20:44 :
Oui, vous avez raison, nous devions toujours nous méfier des russes qui sont capables de s'exploser la tronche avec leurs sous-marins, même en temps de paix. Merci pour ce rappel
Réponse de le 16/12/2014 à 20:59 :
"Et les suites sont incalculables"
Heu, y'aura t'il quelqu'un pour faire un état des lieux après? Que ce soit en Occident ou en Russie (surtout pas en Russie, ou la population est en réalité concentrée sur très peu de surface), personne n'a intérêt à faire ce choix débile, d'où le nom de dissuasion. Chacun tient l'autre par la barbichette, mais personne ne va sourire. En résumé, tu ne touche pas à mes frontières ou à mes alliés, sinon tu t'en prend une. Ca calme les parties malgré leurs différents
a écrit le 16/12/2014 à 16:32 :
Les autorités russes ont autorisé les importations des produits de poissonnerie, de laiterie, d'aviculture et d'agriculture depuis l'Iran avant la fin de 2014. Addio les panettoni d'Italie, le foie gras de France et les bons fromages des Pays-Bas…. qui est le perdant dans cette sale histoire ?
Réponse de le 16/12/2014 à 16:42 :
Sommes nous les grands perdants et tout ça à cause d'une clique de psychotiques boostés à l'appât du sang à Washington, et une bande de caniches frileux à Bruxelles !!! la France doit quitter l'UE et l'Otan avant que ce soit trop tard!!
a écrit le 16/12/2014 à 15:35 :
Poutine croyait qu'il suffit de chars et de missiles pour gagner. Un homme du passé... Son pays est à genoux... Qui pourrait nous débarrasser des malfaiteurs socialistes? La CIA !
Réponse de le 16/12/2014 à 16:29 :
Très bonne analyse. Tu sais, je suis convaincu que les USA sont en train de comploter pour engager un conflit qui leur servirait pour faire oublier la crise. Les pays membres de l’OTAN se retrouveront piègés. Le sondage en court donnent 85% de oui à la sortie de l’OTAN, il faut faire pression.
a écrit le 16/12/2014 à 15:35 :
Tres bon exemple à suivre

d'évaluer pour exporter
Réponse de le 16/12/2014 à 15:46 :
le seul problème c'est à part des matières premières la Russie n'exporte toujours pas grand chose. C'est tout le drame de l'économie Russe que M. Poutine n'a pas résolu trop occupé par la politique internationale, et par son appétit pour le pouvoir personnel. La main d'oeuvre d'extrême qualité qui existe en Russie , la disponibilité des matières premières, les sources d'énergie etc etc ce pays a tous les atouts pour être une puissance économique de premier plan.
Le peuple russe a malheureusement pour lui rarement eu des dirigeants assez éclairés pour lui faire prendre toute la place auquel il pourrait prétendre du point de vue économique. La russie reste éternellement depuis la fin du XIX ieme sècle une éternelle puissance économique en devenir, du fait de choix politiques le plus souvent qui viennent annihiler tous les atouts dont disposent cet immense pays.
Réponse de le 16/12/2014 à 16:33 :
"Dévaluer" en un seul mot c'est mieux
Réponse de le 16/12/2014 à 16:38 :
Moi et toute ma famille on va voter pour vous en 2017. :-)
Réponse de le 16/12/2014 à 17:14 :
Ah oui tous ces intellectuels de comptoir qui pensent que dévaluer est la solution à notre manque de compétitivité
Réponse de le 16/12/2014 à 18:26 :
Ce n'est pas très utile lorsque l'on exporte rien à part du pétrole, gaz et armes.
a écrit le 16/12/2014 à 15:17 :
Ben c'est normal, l'Arabie saoudite et le Qatar, sous les ordres de l'empire américain, font baisser le cours du pétrole, et par conséquence, le cours du rouble.
Réponse de le 16/12/2014 à 21:37 :
Je doute qu'il suffit d'un coup de téléphone des Etats-Unis pour faire baisser le prix du pétrole. Sinon l'OPEP n'aurait jamais existé et le célèbre choc pétrolier de 1973 n'auraient jamais eu lieux
Réponse de le 16/12/2014 à 21:42 :
Le poutine ce voyait trop beau

Ca va le camer
Réponse de le 16/12/2014 à 22:41 :
Je crains le pire pour eux concernant une riposte russe !! Ce n'est qu'une question de temps...
a écrit le 16/12/2014 à 15:16 :
Poutine croyait que les canons allaient suffire pour régler ses bisbilles ukrainiennes, quelle naïveté pour un retraité du KGB !
Réponse de le 16/12/2014 à 15:30 :
ses canons sont en train de rouiller sur la ligne de démarcation en Ukraine. Le matos était déjà rouillé sur la ligne de départ. Avec neige et brouillard, la cata.
Treillis Rangers
Réponse de le 16/12/2014 à 15:44 :
Vrai, il n'y en a pas qu'un seul.
Les canons sont nombreux et ils ne sont pas venus tous seuls. Dans toute la Russie, les enterrement de soldats russes s'accélèrent. Vous avez une explication valable?
Une épidémie qui toucherait les porteurs d'uniformes, un truc de ce niveau là?
Réponse de le 16/12/2014 à 16:26 :
Hé le troll OTANiste de Kiev, tu t'as appelles Tony aujourd'hui ? hehehehehe

Plus sérieusement, tout ce cirque de manipulation des cours montre bien l'esprit malade et prédateur des États Unis qui n'acceptent pas que Poutine se plie pas aux règles d'un Occident décadent, et veuille conserver sa culture spécifique, sa spiritualité, et son mode de vie. Ce type de comportement de prédateur est celui de psychopathes. Les États Unis deviennent trop dangereux pour notre sécurité.
Réponse de le 16/12/2014 à 17:28 :
Donc la Russie arment des séparatistes, annexe une partie d'un autre pays et c'est eux les victimes ? Si les russes sont si sur de leur supériorité qu'ils coupent les ponts économiques avec l'Occident et qu'ils laissent tranquilles leur voisins.
a écrit le 16/12/2014 à 15:04 :
Les Yankees jouent à la roulette Russe, Bien, mais ils devraient faire attention les sous-marins porteurs d'ogives sont capables de faire cette fois des destructions dans keur pays, contrairement aux autres conflits. Pousser trop loin la Russie est un risque de guerre nucléaire avéré. Et les suites sont incalculables. Tout cela pour soutenir un régime douteux issu d'un coup d'Etat, une clique d'oligarques et de néonazis sponsorisés par l'Occident, et qui multiplie les actes de génocide dans se population comme le faisait Hitler à l'époque.
Réponse de le 16/12/2014 à 18:27 :
vous voyez le mal où il n'est absolument pas , regardez la politique de Moscou en Syrie en Géorgie ,en Ukraine . Alors posez vous la question ! qui destabilise le monde
a écrit le 16/12/2014 à 14:46 :
Il y a un déjà Krach petroléo-immobilier dans les pays du Golf, si en plus la Russie plonge, les banques européennes vont avoir des problèmes majeurs. Plus l'Italie, la Grèce et l'Ukraine en faillite...La crise en zone euro ne va pas s'arranger, c'est sur.
Réponse de le 16/12/2014 à 16:26 :
A moins que les fonds de ces pays viennent s'investir en europe et aux us?
Réponse de le 16/12/2014 à 17:56 :
"A moins que les fonds de ces pays viennent s'investir en europe et aux us?"

C'est plus facile fondre la tour Eiffel avec un briquet que de convaincre les russes à investir aux US. Ton raisonnement, du n'importe quoi….
a écrit le 16/12/2014 à 14:40 :
"L'euro a ainsi dépassé le seuil des 100 roubles alors qu'il s'échangeait à 73 dollars hier encore"....
a écrit le 16/12/2014 à 14:24 :
Alors amis traders des bourses occidentales, prêts pour le traditionnel rally de fin d'année sur lequel vous comptez ? Que pensez-vous du plancher des 4000 points sachant qu'à 19 h. 51', le dow jones perd encore 0, 44 % ?
Remerciez donc l'intelligente politique des yankees et de leurs alliés émlrs de l'arabie saoudite qui organisent la plongée des cours du pétrole pour mettre à genoux la balance commerciale russe et le rouble.
Apprentis sorciers, arroseurs arrosés ou tout simplement vulgaires pyromanes délibérés de l'économie planétaire comme le 24 octobre 1929 et le 15 septembre 2008, pour pouvoir se parer ensuite de l'habit de pompier comme en 1944 ?
Réponse de le 16/12/2014 à 15:02 :
Le rallye boursier va etre fantastique puisqu'il part de plus bas et qu'il arrivera de toutes façons a destination
Réponse de le 16/12/2014 à 15:11 :
Le cours du pétrole est important pour la Russie mais en aucun cas une baisse des cours ne pourrait avior un impact aussi rapide, il faudrait des années !
Le rouble souffre du retrait des capitaux étrangers et de la crainte des épargnants ordinaires qui n'ont plus confiance, c'est un effet boule de neige de la panique.
Réponse de le 16/12/2014 à 16:28 :
On fait dans le pignolo de palais sud européen dont l’Etat emplafonne la société ! L’Europe modèle social, on rigole, l’Europe compétitive, on rigole !
a écrit le 16/12/2014 à 14:12 :
Quand la presse américaine se délectera de la même façon de la faillite financière dans la zone euro, espérons que le stagiaire bisounours rédacteur de dépêches de l'AFP soit aussi dithyrambique dans son analyse !
Réponse de le 16/12/2014 à 15:11 :
Conneries, les USA ont besoin d'une UE-28 forte pour pouvoir exporter et n'ont aucun intérêt à planter l'EU. C'est bien vous le stagiaire, apprenez, ensuite vous pourrez nous pondre des analyses intelligentes et argumentées..... C'est l'une des raisons pour laquelle les USA ne feront rien contre la chute des cours du Baril, pilotée par les monarchies arabes.
Le baril bas engendrerai à court-terme, une reprise européenne, dont tout le monde à besoin, même la Chine.............
a écrit le 16/12/2014 à 14:06 :
Certains feraient bien de tempérer leur "joie". Le cours du rouble s'effondre en grande partie parce que le cours du pétrole baisse également. Cette baisse est due essentiellement à la faiblesse de la croissance mondiale.
Personne ne s'inquiète pour les Etats-Unis ? Voilà un pays endetté à hauteur de 60 000 milliards de dollars, et dont le pétrole de schiste très coûteux à extraire n'est plus rentable. Pensez-y.
Réponse de le 16/12/2014 à 18:28 :
Vous avez raison, pas mal de gisement de pétrole/gaz de schiste sont non rentables et de loin à ces cours. Des forages vont donc fermer, des sociétés privées vont faire faillite... Sauf qu'en Russie, ces sociétés gazprom et compagnie, c'est l'état qui les dirigent en sous-main et les russes n'ont pas grand chose d'autre à vendre.
a écrit le 16/12/2014 à 14:00 :
Je me demande combien d'entre eux sont déjà allés en Russie pour adorer à ce point ce pays et rêver que Poutine envahisse un jour la France.
Réponse de le 16/12/2014 à 14:10 :
Moi, par exemple, je suis naturel de Ryazan et je connais assez bien Moscou. Mais je ne pense pas que Poutine ait des plans pour envahir un jour la France. Et pour y faire quoi ? des photos à coté de la tour Eiffel ?
Réponse de le 16/12/2014 à 14:15 :
C'es fans aiment la Russie parce que c'est une référence démocratique et libérale, un pays ou il fait bon vivre, entreprendre et s'exprimer:
16/12: La Cour européenne des droits de l'homme a rejeté le recours déposé par la Russie contre la décision obligeant Moscou à verser environ 1,86 milliard d'euros aux actionnaires du groupe pétrolier Ioukos, rapporte mardi le journal Kommersant.
Fin octobre, le ministère russe de la Justice a demandé à la CEDH de réviser sa décision condamnant Moscou à payer 1,86 md EUR de dommages et intérêts aux anciens actionnaires du géant pétrolier. Selon une source au sein de la CEDH citée par le quotidien Kommersant, cette plainte a été rejetée lundi.
La décision contestée a été prise en juillet 2014. Auparavant, la Cour de Strasbourg a reconnu la Fédération de Russie coupable d'avoir violé plusieurs dispositions de la Convention européenne des droits de l'homme dans le cadre des poursuites engagées contre le groupe pétrolier et son PDG Mikhaïl Khodorkovski.
La CEDH a cependant refusé de voir un motif politique dans cette affaire, interprétée par certains analystes comme un règlement de comptes entre le Kremlin et l'oligarque Khodorkovski qui manifestait à l'époque des ambitions présidentielles.
Réponse de le 16/12/2014 à 14:27 :
Je ne suis pas fan de Poutine, mais j'ai passé en Russie la plupart de ma vie. Il y a beaucoup de défauts, mais rien à voir avec les idées des atlantistes français. Poutine qui envahit la France, c'est une très bonne blague. Et vous, vous y êtes allé?
Réponse de le 16/12/2014 à 16:08 :
On est pas fan! mais l'ennemi de notre ennemi est notre ami!
Réponse de le 16/12/2014 à 20:34 :
C'est pas demain que Poutine va envahir la France ou agresser directement la France, c'est pour cela qu'on possède des bombinettes spéciales. Mis à part cette hypothèse, pour qu'il nous envahisse, il faudrait déjà que ses chars arrivent à nos frontières avant d'être soient figés par la rouille, mission impossible.
Treillis Rangers
a écrit le 16/12/2014 à 13:59 :
Y'a aucune règle économique qui stipule qu'une monnaie faible est une force. Comme dans pas mal de domaines en sciences humaines, y'a pas de règle fondamentale fixe en économie.

L'avantage économique tient compte du contexte. Si le yuan faible avantage la Chine c'est grossièrement parce qu'elle est dans une balance très favorable à l'export, et qu'une bonne partie de ses matières premières transformée (ce dernier terme est crucial) proviennent de son marché intérieur. Leurs produits sont donc logiquement moins cher. A l'inverse, l'euro fort, surrévalué ou non, allourdi considérablement notre facture à l'export, et limite l'économie de base. Ce n'est pas le cas pour les domaines de pointe, ou pas/peu de concurrence existe : eux s'en mettent plein des fouilles (luxe, avionique, ... ). En revanche, elle augmente considérablement le "pouvoir d'achat", puisque les taux nous sont favorable, nous permettant de profiter de l'import ! Et la stabilité est un avantage majeur pour les négociations commerciales.

Le problème de la Russie, c'est que son industrie de consommation n'est pas mûre, et qu'elle ne transforme pas ses matières premières. Elle ne peut donc répondre "autarciquement" à sa demande intérieure, et doit recourir à l'import. Or, la faiblesse de la rouble, et son instabilité, complique la tâche des importateurs. En revanche, c'est le moment d'acheter ce qui reste, d'où la tendance à la hausse de l'export (d'autant qu'il subsiste quelques domaines de pointe, dans l'outillage ou l'avionique). Le sursaut de l'export découle malheureusement plus d'un effet "dernière démarque chez Pimkie" que d'une réelle reprise économique (au contraire, des contrats désavantageux négociée en ce moment pourrait gêner une reprise économique des entreprises russes).

Monnaie forte faible, faible forte, forte forte... Tout est une question de contexte.
Réponse de le 17/12/2014 à 0:38 :
@ roro: + 1 à quelques détails près
a écrit le 16/12/2014 à 13:58 :
Mais la Chine ne s'attend sûrement pas ques les Etats Unis peuvent changer leur monnaie en 2015 changeant aisni sa valeur. Ha, ha, ha......
a écrit le 16/12/2014 à 13:49 :
La Chine se fera un plaisir de faire demain aux Etats Unis ce que les Etats Unis font aujourd' hui a la Russie.... et l'Europe essayera encore une fois de sauver ses meubles.
a écrit le 16/12/2014 à 13:46 :
En ce monde où l'économie tend à la globalisation ou la mondialisation du politique monétaire international, la Russie veut pratiqué l'autarcie, mais tôt ou tard cela va provoqué un effet dominos sur leur propre économie.
a écrit le 16/12/2014 à 13:17 :
Poutine a voulu défier les USA.... Maintenant il vacille. Le peuple russe paye le prix. Gare à la révolte ! A bon entendeur....
Réponse de le 16/12/2014 à 13:47 :
Pas terrible d'énerver l'ours méchant

Il va peux être retourner à la niche
Réponse de le 16/12/2014 à 17:17 :
Revolte contre qui? Les USA? Cela s'appelle une guerre!
a écrit le 16/12/2014 à 13:10 :
C'est bizarre les russes n'ont pas l'air content de voir leur monnaie dévalue ??

Ca devrait faire rèflechir un peu tous ceux qui pensent que notre salut viendra de la baisse de l'euros ou du retour aux francs pour dévaluer
Réponse de le 16/12/2014 à 13:19 :
La situation est sans comparaison avec le problème de la zone euro qui se trouve avec un euro-mark. Le rouble ne vaut rien ou si peu....
a écrit le 16/12/2014 à 13:02 :
Certains disent que tout cela est fait pour que la Russie se dégage de l’Ukraine. Très probablement c’est vrai, surtout si cela vise le changement du pouvoir en Russie, mais on peut regarder de l’autre côté. La situation actuelle à l’Ukraine ne convient à personne. Le Kremlin a fait une énorme bêtise avec les accords de Minsk, ultra-favorables à l’Ukraine qui était au bord de la faillite militaire, mais il n’a rien reçu en échange, parce que cela n’a pas été le but des américains. L’oligarchie compradore ne veut pas protéger les intérêts nationaux, ne veut pas de sanctions, mais son choix est très limité. Ainsi il y a un fort risque que les combats d’haute intensité vont reprendre. Ce n’est pas une prédiction, mais une piste possible. P.S. On parle d’une arrivée massive des avions avec l’armement américiane en Ukraine, l’information non confirmée, mais ressemble à la vérité.
a écrit le 16/12/2014 à 12:43 :
Fitch vient de dégrader la note de la France (encore une fois)
Orange va sortir du marché britannique
Le régime de retraite complémentaire des cadres au plus mal
TAFTA : le traité transatlantique risque de faire baisser les salaires en Europe
Le Cac 40 plonge vers les 4.000 points….

….que des bonne nouvelles !

Donc c'est normal que les ziomédias s'acharnent (deux jours de suite déjà) sur la chute du rouble, un événement mineur pour nous, et surtout mal compris de la part de nos "experts" journalistes. Mais peut-être que cela nous fera oublier notre dure réalité en France, en Europe….
Réponse de le 16/12/2014 à 17:25 :
On ne lit que ce qu'on veut bien lire.... Les bonnes nouvelles existent mais sont moins vendeuses. Et demandent donc plus d'effort de la part des gens pour les trouver. Un effort de trop pour beaucoup de cerveaux.
a écrit le 16/12/2014 à 12:17 :
L'article parle des consommateurs russes lambdas . Ils perdent leur pouvoir d'achat et l'inflation n'arrange rien , à tel point que les magasins russes affichent leurs produits en devises étrangères ( dollar , euro ) . Quand le peuple a faim , çà gronde et çà fait peur même au plus grand dictateur du monde . Les russes qui avaient contracté des emprunts en devises étrangères pour l'achat de leur maison ou voiture , ils tirent la langue pour le remboursement mensuel . Donc tous vos commentaires " intellectuels " sont hors sujet . surtout sur le pétrole ou la faiblesse du dollar . Qui vivra verra ! Il est inutile de faire des commentaires " méthode Cauet "
a écrit le 16/12/2014 à 12:15 :
Et la bourse de Paris avec. Les filiales des entreprises françaises et européennes en Russie sont maintenant clairement en danger. Mais c'est ce qu'ils voulaient non ?
Réponse de le 16/12/2014 à 12:51 :
Pas vraiment, les entreprises sont affaiblies mais encaisseront, comme avec l'Iran.
Elles passent en mode veille, elles hibernent en attendant que l'économie reparte (quand le Tsar se sera fait viré ou calmé). Et puis ces entreprises ont des filiales dans le monde entier, la Russie n'est donc qu'une goutte d'eau, malgré son gaz!
Réponse de le 16/12/2014 à 14:02 :
Nous ne sortirons pas grandi par cette histoire !
Le risque majeur présent est une crise financière sans précédent... Avec tout ce qui si rajoute !
a écrit le 16/12/2014 à 12:03 :
Dans 3 jours le président Russe fera son discours à la nation, avant la date du 1 janvier 2015 le démarrage de Union douanière dans une monnaie commune, il se pourrait la Russie serait en train de laisser le rouble etre attaqué par rapport au dollar qui lui aussi vaut zéro. Un changement majeur est entrain de se faire sur nos yeux, espérons que les USA ne vont pas déclencher une guerre majeur pour sauver leur dollar. Attendons encore quelques jours pour après en parler.
Réponse de le 16/12/2014 à 12:39 :
Il n’y a pas de monnaie commune dans l’Union Douanière. La Biélorussie et le Kazakhstan sont un peu choqués de ce qui se passe en Russie. On ne dit pas dans les média, mais à ce moment il y a des problèmes au niveau de la commerce entre la Russie et la Biélorussie.
Réponse de le 16/12/2014 à 13:21 :
Le dollar est la seule monnaie refuge actuellement. Il est le KING
Réponse de le 16/12/2014 à 14:21 :
Poutine n'a qu'a créer le trouble dans les monarchies du golf pour penaliser la production petrolière et, du coup, faire passer le baril de $60 a 120$... Cela ne stoppera pas tout à fait la chute du rouble, au moins immediatement, mais cela la ralentira au moins. D'ailleurs il y a déjà deséchos qu'il envisage ces mesures.
Réponse de le 16/12/2014 à 16:26 :
@churchill Avec Roro un peu plus haut, c'est le seul commentaire qui apporte sur la page..
Réponse de le 16/12/2014 à 23:30 :
Oui, le seul problème est qu'en réalité Poutine n'a aucun poids sur les monarchies du Golfe.
Il arrive de temps en temps a y vendre 2 ou 3 armes, et c'est bien parce qu'il n'y a pas obstruction de la part de l'Europe, Italie, Allemagne, France, qui échangent au moins 10 fois plus que la Russie avec cette région du monde. France, le nombre de contrats signés cette année est encore énorme, Alstom, Veolia, Vinci, DCNS, ADP, Gosport, Archos, Technip, Ratp, Saint-Gobain, ...........Le Qatar a investit 1,37 milliards pour faire une copie de la Place Vendôme, et non pas pour faire une copie du Kremlin,....... Et la Russie,...........zéro.
C'est effectivement aussi simple que cela
Réponse de le 17/12/2014 à 9:59 :
@ Choum: Il n'apporte rien, parce qu'il n'y a pas de monnaie commune dans l'Union Douannière :) Cette union est bien plus limitée au niveau d'unité par rapport à l'UE.
a écrit le 16/12/2014 à 11:54 :
Que les habituels russophobes primaires et autres trolls propagandistes du forum parlent à tort et à travers, ce n'est guère étonnant, c'est leur rôle en quelque sorte. Mais que dire des journalistes qui semblent ne pas avoir le moindre soupçon de culture économique… c'est attristant.
Alors, on va commencer par le commencement : de quoi souffre l'Europe depuis des années ? De l'euro fort. De quoi bénéficie la Chine depuis des années ? Du yuan sous-évalué. Une monnaie forte est donc un boulet tandis qu'UNE MONNAIE FAIBLE EST UN ATOUT. N'importe quel étudiant en première année d'éco est au courant…

La chute du rouble a eu pour première conséquence un boom des exportations russes et le redressement de la production nationale, ce qui a entraîné un surprenant sursaut de l'économie russe en 2014 (le gouvernement attendait une croissance nulle, le PIB russe termine l'année sur du 0,7%). Les économies occidentales ne peuvent en dire autant…

Autre conséquence de la chute du rouble : elle a annihilé l'effet désastreux de la chute du cours du pétrole. Le pétrole étant coté en dollars et le dollar valant maintenant beaucoup plus de roubles, les revenus pétroliers en rouble ont battu leur record en 2014 ! Jamais dans son histoire Moscou n'avait engrangé de tels profits avec le pétrole (cf. analyse de Bloomberg il y a deux jours).

Le seul point négatif de la dépréciation du rouble est l'inflation, relativement importante mais pas dramatique. D'ailleurs, après la chute de l'URSS la Russie avait déjà vécue une inflation de loin plus important que l'actuelle et elle a fait mieux que y survivre : son économie a fait un bond. L'Histoire le prouve, c'est assez salutaire pour un pays les périodes de crises. Et quand celles-ci sont générées par des intérêts malveillants venus de l'étranger, la réponse se fait encore plus efficace.
Réponse de le 16/12/2014 à 12:12 :
On voit bien que vous n'avez jamais été en première année d'éco !
Réponse de le 16/12/2014 à 12:29 :
Mais, indépendamment de toute théorie monétaire et "économique", ce qui va l'emporter, comme toujours, sera la géo-politique.
Soit, dans ce cas, un renforcement de la justification des BRICS et, peut-être, d'autres pays qui vont s'associer à leur mouvement. Et de ce coté, les US ont du souci à se faire. Et donc, NOUS, si nous sommes trop liés aux US...
Réponse de le 16/12/2014 à 15:39 :
oh la ... coté économie y a encore du progrès à faire aussi de votre coté il semblerait.
je ne connais aucun courant qui indique se positionne sur le taux de change relatif d'une monnaie par rapport à une autre comme étant "bon" ou "mauvais".
Sans parler que la valeur nominale est souvent peu parlante au regard de le taux de ppa.

un etudiant de 1ière année pourrait vous démontrer et vous donner mille exemple qu'une monnaie forte ou faible ça ne veut rien dire en soi et que tout dépend de la structure économique / industrielle d'un pays à un instant t.
Et que des pays à monnaie forte s'en sorte parfaitement bien et que des pays à monnaie très faible (le zimbabwe) s'en sortent très mal.
a écrit le 16/12/2014 à 11:45 :
La chute du rouble est liée à des retraits massifs de capitaux étrangers, mais aussi à la conversion des bas de laine des individus, d'où le caractère auto-générateur de cette crise qui ne fait que s'accentuer.

Les journalistes parlent beaucoup trop des cours du pétrole, or ce n'est là qu'un levier de long terme qui n'explique absolument rien à l'échelle des quelques mois écoulés. Désinformation ou mauvaise foi ?

Sur le fond, c'est bien dommage parce que la Crimée est beaucoup plus russe que l'Alsace n'était Française pour justifier le gachis de 1914. A bon entendeur….
Réponse de le 16/12/2014 à 12:26 :
Et l'Alsace restera toujours l'Alsace. A bon entendeur….
a écrit le 16/12/2014 à 11:43 :
au pays qui s'oppose aux dictats de Washington, de Bruxelles et des Emirs du golfe....
Réponse de le 16/12/2014 à 11:47 :
Un tel niveau de naïveté me laisse pantois. :-)
Réponse de le 16/12/2014 à 12:59 :
au pays qui menace, terrorise et fait pression sur tous ses voisins. Chez ceux qui ne veulent pas se plier, il intervient. Ca s'appelle un état totalitaire ou une dictature, au choix?
Réponse de le 16/12/2014 à 21:12 :
Comme les usa l'ont fait en Irak, Nicaragua, Chili, Afghanistan (en financant, et en armant les talibans dans les annes 80) Vietnam, Equateur, Panama, Lybie ....
Les usa, un pays qui ne menace jamais les autres pays et qui ne fait jamais d'ingérence pour promouvoir son lobby militaro-industriel. Signé : bisounours obamesk
a écrit le 16/12/2014 à 11:42 :
Les entreprises étrangères qui importent leurs produits manufacturés en Europe ne pourront plus vendre, elles feront donc faillite, et ce sont les industriels Russes qui reprendront alors le flambeau, aussi bien de la production, que de l'exportation, avec un rouble plus faible en réalité de 18% (il était surévalué avant qu'il ne chute de 25%).

Par ailleurs, et cela ne vous aura pas échappé, mais la Russie est exportatrice nette, réalise la quasi totalité de ses transactions en dollars. D'autre part, les Russes ne sont pas des idiots, et ont toujours mis leurs bas de laine en dollars. L'isolement de la Russie volontaire par la manipulation des marchés US côté en dollar va avoir une fin malheureuse pour le pétrodollar.

En effet, ce dernier se trouvant maintenant à 55$ le baril, alors que le point de rentabilité du gaz et de l'huile de schiste US se situe clairement entre 75 et 100$, nous allons maintenant assister à des faillites en cascades de la part de ces exploitants, et par répercutions, des banques qui les auront financé. Nos Etats qui surtaxent le pétrole verront également leurs revenus fiscaux fondre au soleil. Echec et maths en trois coups...

Clairement, les américains devraient réapprendre rapidement à compter. Accumuler des déficits et des dettes en imprimant de la fausse monnaie est tout sauf intelligent. Mais ils auront quand-même moins à perdre que leurs laquais européens, ceux-ci se trouvent plongés dans une récession de longue durée dont les conséquences s'annoncent plutôt désastreuses. Sans y faire du catastrophisme, s'il vous plaît – la réalité d'elle-même en est déjà suffisante.
Réponse de le 16/12/2014 à 12:22 :
Très bonne analyse à laquelle j’adhère totalement.
a écrit le 16/12/2014 à 11:34 :
Ce que les US et leurs toutous européens font subir à la Russie est totalement indigne...Poutine ayant refusé de se laisser marcher dessus, il en prend pour son grade...
Réponse de le 16/12/2014 à 11:50 :
Ce que la Russie avec ses méga-contrats avec la Chine et l'Inde (il y en aura d'autres à venir) fait subir aux économies US et de l'UE est indigne ! nous plongeons dans la récession et ce sera encore plus noir le jour où l'on perdra définitivement le marché russe…. ah ce Poutine de malheur !!!
Réponse de le 16/12/2014 à 14:14 :
"il en prend pour son grade…"

FAUX. Il en prend pour son GRAD ! ;-)
Réponse de le 16/12/2014 à 15:37 :
Poutine a surtout choisi de marcher sur l'Ukraine, un pays de plus ou il va délivrer son venin.
Le retour de boomerang est un marche, et il sera implacable.
Il se prend pour qui, à venir provoquer l'Europe, le nombril du monde? Elle pèse quoi l'économie russe dans le monde,............ rien. Même la Grèce aura plus foutu la merde chez nous, que la Russie + Ukraine. Dure réalité pour Vlad!
Réponse de le 16/12/2014 à 15:59 :
Alors que les exactions commisent depuis des années en Géorgie, Tchétchénie, Ukraine, etc... sont à chanter par tous les enfants du monde.
Réponse de le 16/12/2014 à 17:28 :
"ses méga-contrats avec la Chine" serait-ce du masochismes?
"le jour où l'on perdra définitivement le marché russe" Houlà, maman j'ai peur!
En comparaison des marchés que nous gagnons en Chine, Inde, Singapour, Japon , Afrique, Brésil, Orient, Amérique du Sud et du Nord, en résumé sur toute la planète, ca me fait vraiment flipper
a écrit le 16/12/2014 à 11:33 :
Ne pas tirer de conclusions hâtives car la Russie ne dépend pas des produits occidentaux et encore moins au point de vue énergétique.
La chute du rouble rend les produits russes concurrentiels et les nôtres hors de prix. Cela se traduit par le fait qu'ils vendent beaucoup de centrales nucléaires et des armes au niveau mondial. La Russie n'a jamais autant vendu d'armes qu'actuellement et cela crée beaucoup de jalouisies à la France et aux Etats-Unis.
Sans doute une partie des skieurs de Courchevel iront cette année à Sotchi et tant pis pour nos stations d'hiver, elles n'en avaient pas besoin.
Ensuite sur le plan de la baisse du pétrole, cela se traduit un peu sur les prix que nous payons avec en parallèle baisse des recettes de l'Etat, mais il est étonnant que le gaz-oil ait baissé de 10 % alors que le baril a baissé de 40%. Gare à la remontée des prix qui eux sont proportionnels.
Les commentaires qu'on voit souvent dans les forum à propos de la Russie, à l'heure actuelle ne possèdent que deux teneurs seulement : 1. l'avis de quelques (rarissimes) experts ; et 2. de la propagande anti-Poutine bon marché véhiculée par des amateurs.
Point à la ligne.
Réponse de le 16/12/2014 à 12:25 :
Qu'est ce que vous racontez ? Les commentaires sur ce forum et globalement sur TOUS les forums de TOUS les sites sont largement Pro-Poutine.
Réponse de le 16/12/2014 à 12:34 :
1. La Russie dépend bien des produits occidentaux et des produits d’importation en général. Dans certains domaines cette dépendance est critique. La situation actuelle n’est pas une catastrophe, ce n’est pas la première baisse du rouble, mais il y aura une baisse d’importations, une inflation importante et une contraction d’activité (la stagflation). 2. Les ventes d’armement et de nucléaire, c’est bien, la baisse de rouble peut les favoriser, mais les sommes totales ne sont pas si énormes. De plus il y a peu d’autre industrie exportatrice. Par contre vous n’êtes pas au courant quelles étaient les conditions des contrats d’exportation d’armement russe. Disons, souvent cela a été une pure vente à la perte. 3. Concernant le gazole en France la réponse est très simple, parce que la plupart de son prix ce sont les taxes. Au même temps en Russie son prix a augmenté de 10% (en roubles) et cette hausse n’est pas terminée. 4. Vous avez raison, cela ne fera rien de bon à l’économie française et européenne. 5. Je ne sais pas si pour vous je fais partie des experts ou des propagandistes anti-Poutine, mais les autorités russes ont fat énormément d’erreurs cette année (comme avant, d'ailleurs). A propos, connaissez-vous de bonnes décisions des autorités russes prise cette année ? Il y en a, mais très peu.
Réponse de le 16/12/2014 à 15:57 :
Ce qui est marrant avec les gens comme vous c'est que dès qu'il y a une critique négative, c'est de la propagande anti-poutine. Et puis comme ça, ça permet d'éviter le débat et de se ridiculiser en tentant d'argumenter. En bon Russe quoi (sic)
Réponse de le 16/12/2014 à 18:07 :
J'adore quand vous dites "La Russie dépend bien des produits occidentaux….", je frétille d'excitation dans mon manteau de martre rouge venu de Sibérie, et je ris, ah, je ris, je ris de me voir si belle dans ce miroir de bêtise autour de moi ! la Russie a toujours vécu sans les "produits occidentaux", depuis toujours jusqu'à 1993 quand elle a ouvert son marché aux vautours de l'Occident. Et puis, après ces coups de Jarnac à Kiev, à Vilnius et à Bruxelles, que voulez-vous, que les russes pleurnichent parce que leurs petits dadas venus d'ailleurs ne sont plus aux rayons "Importés" ? des balivernes gros comme une planète ! la Russie "ne dépend" pas, mon cher, elle utilise les cosmétiques de Paris ainsi que quelques gadgets des USA, mais si cela signifie plier l'échine aux vautours de l'Occident, alors elle leur donne un beau bras d'honneur. Et toc !
a écrit le 16/12/2014 à 11:22 :
Les conséquences sur les entreprises enlisées en Russie vont être lourdes pour Renault, la Société Générale ...
Réponse de le 16/12/2014 à 11:35 :
Des faillites en vue pour les entreprises françaises en Russie ?… Poutine doit bien rigoler à ce moment….
Réponse de le 16/12/2014 à 13:03 :
Les conséquences sur les entreprises russes enlisées en Russie vont être beaucoup plus lourdes, puisqu'elles n'ont pas l'avantage d'avoir des filiales en Europe.
C'est vraiment très con!
a écrit le 16/12/2014 à 10:55 :
avec des taux a 17%, la recession s'annonce copieuse!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :