HEC, deuxième meilleure formation pour les cadres selon le Financial Times

 |   |  272  mots
HEC est également classée 1ère école de commerce d'Europe par le Financial Times.
HEC est également classée 1ère école de commerce d'Europe par le Financial Times.
Pour la sixième année consécutive, l'école de Jouy-en-Josas obtient la deuxième meilleure place des écoles de management du Financial Times pour la formation professionnelle.

Seconde dans le monde... HEC est à nouveau distinguée par le Financial Times. Le quotidien britannique évalue chaque année la formation professionnelle des cadres prodiguée dans les universités et écoles mondiales à partir de questionnaires de satisfaction. Deux types de formations sont retenues: celles qui sont préétablies par les écoles, et celles qui sont "personnalisées" pour les entreprises qui y inscrivent leurs employés.

 

Derrière Duke

 

L'école de Jouy-en-Josas s'en sort plutôt bien puisqu'elle obtient la troisième place dans la première catégorie derrière l'International institute for management development  (IMD) de Lausanne et l'université américaine Booth de Chicago. Dans la catégorie "formation personnalisée", l'école parisienne est même deuxième, derrière une autre université américaine, Duke et devant l'espagnole, IESE.

 

En baisse sur les partenariats

 

Elle conserve sa place pour la sixième année consécutive, notamment grâce à ses très bonnes notes en ce qui concerne la construction des programmes, les méthodes d'enseignement, l'acquisition de nouvelles compétences, le suivi ou encore la diversité des enseignants. En revanche, elle est un peu moins bien notée sur les équipements, et l'ouverture internationale. Elle est 21e en ce qui concerne la clientèle étrangère, 11e pour la participation des étrangers aux formations et 47e pour les partenariats avec d'autres écoles, en baisse de 27 places.

 

Un classement du même type, visant à classer les écoles et université non plus pour la formation professionnelle mais pour la formation dite "initiale" également réalisé par le "FT" place HEC à la première position en Europe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/05/2014 à 19:43 :
Non, tout simplement que les gens qui sortent d'HEC intègrent une banque , un groupe du CAC 40 , un fond d'investissement, se placent à l'Etat et à ce que je sache les entreprises du CAC40 se portent très bien et on a des champions mondiaux dans ces entreprises. C'est juste que les entreprises moyennes n'attirent pas les cerveaux, en Allemagne un ingénieur est attiré par une PME de taille moyenne car les entreprises les stimulent et sont prêtes à les payer. Allez dans une PME de 100-500 employés et demandez si elles sont prêtes à dépenser plus de 40kE pour quelqu'un qui sort d'HEC, moi je n'en connais pas.
Réponse de le 15/05/2014 à 2:02 :
@67moselle: ce qui pose en effet problème, car on pourrait penser que ces gens sont formés pour créer leur propre entreprise et non pas jouer les quasi -fonctionnaires dans des boîtes du CAC40 :-)
a écrit le 14/05/2014 à 16:44 :
Ben soit l'élite formée à HEC quitte le pays, soit elle devient nul à la sortie de l'école....
Réponse de le 14/05/2014 à 19:52 :
en devenant president de la republique ....
Réponse de le 15/05/2014 à 2:05 :
@gaston: faut arrêter avec le mythe du "je quitte le pays". 1) Ne s'exporte pas qui veut 2) les locaux n'attendent pas les étrangers les bras ouverts 3) les locaux ont l'avantage de la connaissance du terrain à compétences (sur le papier) égales :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :