Jeunes diplômés, pour sortir d’un discours scolaire sachez questionner la chose apprise

 |   |  649  mots
Pour sortir d'un discours plaqué, il faut être sensibilisé au fait qu'il existe de multiples façons de faire et de penser.
"Pour sortir d'un discours plaqué, il faut être sensibilisé au fait qu'il existe de multiples façons de faire et de penser." (Crédits : Reuters)
Renforcer votre culture générale et économique vous aidera à prendre du recul par rapport à ce que vous avez appris et ainsi, à vous défaire d’un discours scolaire, parfois rebattu et crédule, pour aller vers un discours plus réfléchi et professionnel.

Isabel Bornet, coach, fondatrice de Youmain et intervenante dans le cadre du master RH en alternance à l'Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne (UPEC).

« Les jeunes diplômés savent assez bien parler de leurs savoir-faire, notamment les ingénieurs, avec parfois d'ailleurs une certaine crédulité, mais leur discours reste scolaire »

Ce discours-là, formaté, l'entreprise en a l'habitude et s'y attend. Il faut néanmoins savoir qu'il masque les éléments, fondamentaux pour un recruteur, qui parlent de la personne du candidat.

Ainsi, un étudiant en master 2 RH en apprentissage va confondre outils et politique RH, penser par exemple que comme il existe des grilles de salaire, il en trouvera dans toutes les entreprises et qu'elles seront la réponse à une question relative à la rémunération.

« Il faut pouvoir questionner la chose apprise, la confronter aux pratiques de l'entreprise, l'imaginer en dehors de son propre contexte et c'est en développant sa culture générale et économique qu'on finit par prendre du recul », souligne notre interlocutrice

S'intéresser à tout pour muscler sa culture générale

Les nouveaux entrants ne sont pas seuls responsables du manque de maturité et de l'absence d'esprit critique qu'on peut reprocher à certains d'entre eux. Non seulement le système de l'enseignement ne les pousse pas à discuter la théorie mais encore, les entreprises, qui veulent des candidats immédiatement opérationnels, empilent les critères de sélection et c'est sur ces critères que se concentrent ceux qui postulent, faisant passer au second plan l'élément fondamental qu'est la culture générale.

Pour sortir d'un discours plaqué, il faut être sensibilisé au fait qu'il existe de multiples façons de faire et de penser. La culture générale aide à appréhender la complexité du monde, elle s'acquière par une grande curiosité. Intéressez-vous à l'art, au sport, aux autres, aux cultures, à l'histoire, à la géographie, aux sciences, à la politique... : tout vous servira. Voyagez, ne serait-ce qu'en traversant le périph' ou le fleuve, lisez, abreuvez-vous à plusieurs sources sur un même sujet. Et demandez-vous quel courant de pensée s'exprime dans chaque source.

« Tout ceci permet d'une part de forger son propre avis, d'autre part, de modérer ses convictions : le monde n'est pas noir et blanc », note Isabel Bornet.

Comprendre les enjeux économiques pour éviter les préjugés

Quand on apprend à lire un bilan par exemple, on comprend l'impact d'un délai de paiement, ou bien, quand on sait ce qu'il y a des charges et de coûts derrière le montant d'un salaire, on comprend mieux les enjeux de l'économie ; en développant sa culture économique, on réalise qu'il y a des décalages entre la théorie enseignée et les pratiques des entreprises et « cette compréhension évite de tomber dans l'écueil de la revendication, des préjugés sur le monde de l'entreprise, le marché du travail, de relativiser les informations sensationnelles qui ne concernent que quelques entreprises et dirigeants », explique notre coach.

Allez dans les salons ouverts au public à la rencontre de professionnels, discutez avec des chefs d'entreprise, pour écouter ce qui se dit et acquérir un langage professionnel.

« Le Web est également plein de ressources, comme les conférences TED, qui abordent de nombreux sujets, il permet d'identifier des référents et experts sur un sujet », ajoute-t-elle.

Bâtir son offre de service et la tester

Enfin, construire votre offre de service contribue à la solidification de votre discours. Réfléchissez à cette offre, qui vous positionne en apporteur de solutions, écrivez-la - l'écrit met en relief ce qui se tient ou non -, envisagez ses possibles adaptations.

« Préparez votre pitch elevator puis testez votre offre auprès de professionnels avec qui il n'y a pas d'enjeu », conseille Isabel Bornet.

>> Pour aller plus loin, retrouvez toutes nos offres d'emploi

- - -

Boostez votre carrière

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/12/2015 à 16:45 :
ouverture d'esprit, curiosité, indépendance d'esprit, capacité à s'informer et à déjouer la désinformation...
valable pour tout le monde.
sachons prendre du recul par rapport aux idéologies, théories, idées reçues, croyances, préjugés, a priori...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :