Homme, 53 ans, formation d'élite... Portrait type du patron français

 |   |  856  mots
Dans le secteur automobile, 100% des dirigeants sont des hommes, selon l'étude de l'IFGE
Dans le secteur automobile, 100% des dirigeants sont des hommes, selon l'étude de l'IFGE (Crédits : Reuters)
L'Institut Français de Gouvernement des Entreprises (IFGE) a étudié l'évolution du profil des dirigeants français d'entreprises cotées entre 1992 et 2012. Panorama des principales données observées.

A quoi ressemble le patron français typique ? Telle est la question à laquelle a tenté de répondre l'Institut Français de Gouvernement des Entreprises (IFGE). Pour simplifier la démarche et garantir l'objectivité de ses analyses, l'institut fondé par l'EMLYON Business School, a choisi d'étudier le profil des dirigeants français de 783 sociétés cotées entre 1992 et 2012 sur cinq catégories de critères : l'âge et le sexe, la formation, la carrière, l'expérience internationale, et la puissance évaluée par le réseau social du dirigeant. Revue des principaux chiffres qui ressortent de l'étude.

  Lire aussi >> A quoi ressemble un patron du CAC 40 ?

95% des dirigeants d'entreprises cotées sont des hommes

« 4 dirigeantes pour 71 dirigeants dans les PME, 5 pour 241 dans les ETA, 1 pour 60 dans les grandes entreprises, 1 pour 68 dans les géantes ».

Ces proportions aux écarts très marqués montrent, selon l'IFGE, un contexte qui a exclu les femmes des postes de commandement des entreprises dans les années 1992-2012. Seuls 5% des dirigeants du panel étudié sont de sexe féminin. Les données illustrent également une certaine disparité selon les types d'entreprises, disparité qui ne se retrouve pas dans l'étude par secteur, montrant « une égale absence de femmes aux commandes des entreprises ».

53 ans de moyenne d'âge

Sur la période 1992-2012, les dirigeants des entreprises cotées ont en moyenne 53 ans, mais des disparités sont observées. En effet, les dirigeants de PME ont globalement 5 ans de moins. L'étude met également en évidence des différences selon les périodes. Entre 1996 et 2006, les dirigeants de PME étaient beaucoup plus jeunes, ce que l'IFGE explique comme une conséquence de l'entrée en Bourse de nombreuses entreprises de nouvelles technologies et d'Internet, moins nombreuses après le krach de 2007.

Par secteur d'activité, l'étude tend à confirmer la thèse précédente, les patrons d'entreprises de technologies ayant un âge moyen de 47 ans en 1997 et de 55 ans en 2012, ceux de télécommunications étant passés de 44 à 51 ans de moyenne sur la même période.

10 ans : la durée moyenne du mandat de dirigeant

La durée moyenne de 10 ans pour un mandat de dirigeant est restée constante entre 1992 et 2012. Néanmoins, on observe une tendance décroissante pour les entreprises « géantes », dont les mandats atteignent une moyenne de 7 ans en 2012. Les secteurs « plutôt dirigés par des entrepreneurs » sont ceux dans lesquels les dirigeants restent le plus longtemps. C'est notamment le cas dans le secteur des technologies, où la durée moyenne du mandat de dirigeant est de 14 ans. Au contraire, les dirigeants restent moins longtemps aux commandes des entreprises des secteurs traditionnels.

2/3 des dirigeants d'entreprises « géantes » et 1/3 des dirigeants de PME sont issus d'écoles « d'élite »

Les écoles "d'élite" (Polytechnique, Centrale, Les Mines, Sciences Po, ENA, HEC, ESSEC etc.) continuent de fournir un grand nombre de patrons. C'est notamment le cas pour 66% des entreprises "géantes". De plus, l'immense majorité des dirigeants d'entreprise sont issus d'une formation de management ou d'ingénieur. La tendance observée est à la conformité des profils des dirigeants d'entreprises, issus des écoles d'élite, et se partageant à part égale entre ingénieurs et ceux ayant fait une grande école de management. Le secteur tertiaire montrant cependant une prépondérance marquée de dirigeants ayant fait une école de management. Les autres formations peinent à exister dans le panorama des dirigeants français.

40% des dirigeants ont eu une expérience de direction à l'étranger

La proportion de dirigeants ayant exercé à l'étranger progresse depuis 1992, atteignant 40% en 2012. Celle-ci varie en fonction des types d'entreprises (21% pour les ETI, 40% pour les « géantes »). Encore une fois, cette tendance est uniforme par secteurs, bien que particulièrement marqué pour des secteurs comme la banque (60% en 2012) ou le pétrole et le gaz (80% en 2012 et déjà 50% en 2000).

Par ailleurs, 10% des dirigeants français ont une double nationalité, une part qui progresse sur la période, mais sans disparités selon les secteurs, ce dont l'IFGE déduit que le recours à un dirigeant étranger est sans doute davantage dû à des opportunités que considéré comme une nécessité stratégique.

Le réseau des dirigeants d'entreprises « géantes » 4 fois plus puissant que celui des dirigeants de PME

Pour jauger du réseau des dirigeants, l'IFGE a utilisé l'indice de centralité défini de Philip Bonacich datant de 1972, selon lequel « la  puissance d'un individu est d'autant plus grande qu'il est en relation avec des individus puissants ». Grâce aux données de cet indice, l'étude a constaté que les dirigeants des entreprises « géantes » sont les seuls à avoir vu la puissance de leur réseau augmenter entre 1996 et 2012. Malgré cette accaparement de la puissance par les dirigeants de grandes entreprises, l'étude constate cependant que « le pouvoir des dirigeants a plutôt diminué à partir des années 2000 ».

Pour aller plus loin : « Qui sont les patrons français ? Évolution des dirigeants des entreprises cotées 1992-2012 » Preuves à l'Appui, n°5, Octobre 2014, par l'IFGE EM Lyon Business School, en partenariat avec l'Institut de Recherche Middle Next

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/10/2014 à 12:18 :
des poulets élevés en batterie fut t'elle de luxe, ne seront jamais aussi performant hors du cocon que les races rustiques. C'est pour cela que nos entreprises se font laminer par des allemands, des italiens, des anglais, des allemands qui n'ont pas le fétichisme des grandes écoles et une meilleure vision de la réalité.
Réponse de le 07/10/2014 à 14:22 :
Jaloux
Réponse de le 08/10/2014 à 13:57 :
J'ai fait une ecole 'elitiste' et je suis d'accord avec 'ca explique tout'...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :