Les Français commencent à changer de religion à l’égard des acteurs non bancaires

 |   |  761  mots
16% des 1.058 Français interrogés par BVA se disent intéressés par la possibilité d'ouvrir un compte bancaire chez un fournisseur d'accès à Internet, une proportion en hausse de 3 points par rapport à 2015.
16% des 1.058 Français interrogés par BVA se disent intéressés par la possibilité d'ouvrir un compte bancaire chez un fournisseur d'accès à Internet, une proportion en hausse de 3 points par rapport à 2015. (Crédits : © Vincent Kessler / Reuters)
Fournisseurs d’accès à Internet, supermarchés, bureaux de tabac, réseaux sociaux… Les Français se disent de plus en plus intéressés par l’ouverture de comptes chez des acteurs non bancaires, selon un sondage de BVA pour la Fédération bancaire française.

Et si, demain, votre fournisseur d'accès à Internet (FAI) était également votre banquier ? Ce scénario, qui semblait relever de la fiction il y a encore quelques années, est en passe de devenir une réalité, dans une certaine mesure du moins. L'opérateur de télécommunications Orange s'apprête en effet à lancer sa propre banque, au premier semestre 2017. Une offre qui répondra à une demande encore timide mais qui va croissant : selon l'Observatoire 2016 de l'image des banques, publié le 5 septembre par la Fédération bancaire française (FBF) et l'institut de sondages BVA, 16% des 1.058 Français interrogés se disent intéressés par la possibilité d'ouvrir un compte bancaire chez un fournisseur d'accès à Internet. Une proportion en hausse de 3 points par rapport à l'année précédente. Et même de 8 points au sein de la tranche des 18 -34 ans, plus du quart (26%) de cette population étant aujourd'hui encline à ouvrir un compte chez un FAI, contre 18% en 2015.

FAI, mais aussi supermarchés, bureaux de tabac, réseaux sociaux...

D'autres catégories d'acteurs non bancaires réalisent des scores encore supérieurs. A commencer par les enseignes de grande distribution, dont l'incursion dans les services financiers ne date pas d'hier, 26% des Français faisant montre d'intérêt pour l'ouverture d'un compte dans un supermarché. Suivent les bureaux de tabac, à l'image du Compte Nickel, avec 24% de Français intéressés, les FAI, donc, puis les réseaux sociaux (10%), qui poussent eux aussi leurs pions dans le domaine des paiements. Des proportions qui affichent toutes des hausses, de 2 à 5 points, par rapport à l'année dernière.

« Il existe une appétence, encore limitée mais indéniable, des Français pour l'ouverture de comptes chez des acteurs non bancaires. Cela est encore plus vrai pour la catégorie des 18-34 ans », a souligné Muriel Burglé, directrice adjointe du département Services de BVA, le 5 septembre, lors d'une conférence de presse.

Les banques gardent l'atout confiance, mais pour combien de temps?

Certes, face à l'arrivée de nouveaux entrants qui promettent des services plus simples et moins onéreux, les banques gardent l'avantage de leur réputation de tiers de confiance de premier ordre.

« La sécurité représente un élément différenciant pour les banques, c'est un atout pour notre secteur », estime Marie-Anne Barbat-Layani, directrice générale de la FBF.

Mais pour combien de temps? Plus du tiers (36%) des Français sondés par BVA ont confiance dans les fournisseurs d'accès à Internet sur les sujets de la sécurité des paiements et de la protection des données personnelles. Un an plus tôt, ils étaient 29% seulement à faire montre d'une telle foi.

La cote de confiance des réseaux sociaux tels que Twitter et Facebook est elle aussi en progression, passée de 14% en 2015 à 19% cette année. Quant à celle de PayPal, pionnier du paiement en ligne, elle se stabilise au niveau très élevé de 49%. « Nous sommes dans un environnement ultra concurrentiel, où les choses évoluent très vite. Les banques doivent faire leurs preuves en tant qu'acteurs numériques. Le grand enjeu qui va se matérialiser dans les prochains mois, les prochaines années, résidera dans la capacité à offrir des services à la fois fluides et sûrs », reconnaît Marie-Anne Barbat-Layani.

Services bancaires en ligne: les Français s'enhardissent

Autre signe que « quelque chose bouge, dans l'attitude des Français à l'égard des banques », dixit Muriel Burglé, 29% des personnes interrogées plébiscitent un modèle bancaire sans conseiller attitré et avec moins d'agences, un pourcentage en progression de 7 points par rapport à l'année précédente. Il faut dire que 20% seulement des Français poussent plus d'une fois par mois la porte de leur agence bancaire, contre... 52% il y a encore six ans. C'est qu'il est devenu tellement plus pratique d'effectuer des virements depuis son smartphone que de se rendre en agence !

Certes, les consommateurs utilisaient jusqu'à présent les services bancaires en ligne et sur mobile principalement dans le cadre d'opérations basiques, mais cet appétit s'étend petit à petit à des actes nettement plus engageants. Près de la moitié (49%) des Français sondés par BVA se disent en effet prêts à souscrire en ligne, et uniquement en ligne, au moins un produit ou service bancaire, comme un contrat d'assurance habitation ou un livret d'épargne. Non seulement cette proportion a grimpé de 6 points par rapport à 2015, mais, surtout, elle s'élève à 67% chez les 18-34 ans. La banque « à la papa » semble bel et bien avoir vécu.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/09/2016 à 8:51 :
Le positionnement affairiste d'Orange est de la même nature que celui des banques traditionnelles rançonneuses en bandes organisées mafieuses ;

Orange sait très bien voler de l'argent à ses clients, prélever plus de 9 euro de pénalité pour 3 jours de retard de paiement d'une facture de 56 euro,

calculons ensembles : 9euro : 3 jours x 365 jours = 1 095 euro d'intérêt annuel : 56 euro = 1955 % d'intérêts

de qui se moque t-on ?

C'est la même mécanique de voyous agissants en bandes organisée chez Veolia et tous les autres pour l'eau, l’électricité, le gaz etc ...

bref tout les services publiques que les Députés Sénateurs et gouvernements voyous UMP UDI PS vERTS ont privatisé allègrement ont des agissements de bandits terroristes économiques et négriers
Réponse de le 10/09/2016 à 19:12 :
Vous avez une drôle de manière de calculer ...
Retard de paiement ( on suppose 1 facture par mois ) donc 9€ tous les mois parce que vous faites parti des gens qui payent en retard toutes leurs factures ...
Donc vos agios vont se monter à 108€ a l'année ...
Votre facture sera de 56€ X 12 mois = 672€ .
Vous allez payer a l'année votre facture et vos agios soit 780€ soit 13,8% supplémentaire et non pas ce que vous énoncé...

Si vous payez vos factures en temps et en heure vous n'auriez pas ce problème , ou vous êtes riche et vous vous en moquez ou soit vous êtes ...
a écrit le 08/09/2016 à 9:42 :
À mon avis la profession de banquier ne doit pas être loin derrière celles des politiciens et des journalistes parmi les plus détestées par les français il est donc logique que l'apparition d'acteurs non financiers, pourtant bien fragiles, plaisent malgré tout.

Quand on voit comme les assurances commencent également à abuser outrageusement on peut espérer que des acteurs de ce genre vont émerger aussi dans ce secteur.

Acteurs bancaires et assureurs s'entendent entre eux afin qu'au final le consommateur se retrouve forcément perdant voyant irrémédiablement le prix de ses assurances augmenter et les services de sa banque diminuer, ces deux hégémonies font énormément de mal à l'économie réelle dont ils sont de plus en plus déconnectés.
Réponse de le 08/09/2016 à 10:46 :
Les banques déconnectées de l'économie réelle ?
Ca veut tout et rien dire ça.
Par contre, que vous trouviez des acteurs prêts à mettre x20 de ce que propose la finance francaise en comparaison de la finance américaine, ça change tout.
Cette image d'épinale, montebourrienne, qui voudrait qu'un banquier ne finance rien est dépassé.
C'est le niveau de taxes, d'impots et de contribution + retard de paiement qui empeche toute velleité. Sans parler des normes ahurissantes pondues par les politiques.
Réponse de le 08/09/2016 à 11:34 :
"Ca veut tout et rien dire ça."

ce n'est pas parce que vous ne comprenez pas que ça ne veut rien dire, ça veut seulement dire que vous ne comprenez pas. Et quand on ne comprend pas le mieux est de demander des précisions à la personne ayant rédigé le commentaire plutôt que d'affirmer que c'est incompréhensible et du coup démontrer qu'en effet on n'a rien compris.

SI d'autres l'ont compris vous pouvez y arriver sinon c'est avec plaisir que je vous expliquerais.

"Cette image d'épinale, montebourrienne, qui voudrait qu'un banquier ne finance rien est dépassé."

M'associer à Montebourg m'a fait énormément rigoler, merci beaucoup, par les temps qui courent, avec la dictature économique imposée par l'oligarchie financière mondiale je vous garantie que ce n'est pas du luxe.

Par contre je ne vois pas comment un phénomène qui n'a jamais existé pourrait être dépassé il faut vraiment que vous m'expliquiez par quelle formule magique cela est possible je vous prie.

"C'est le niveau de taxes, d'impots et de contribution + retard de paiement qui empeche toute velleité."

Là je pense que vous n'avez pas bien saisi la définition du terme "velléité", votre phrase du coup ne veut rien dire. "Qui engendre toute velléité" aurait été certainement bien plus juste dans ce que vous vouliez exprimer. Vous vous rendez compte je suis obligé de corriger le sens de ce que vous voulez dire, on aura tout vu.

"Sans parler des normes ahurissantes pondues par les politiques"

JE suppose que vous voulez parler des quasi inexistantes barrières imposées aux banques afin qu'elles ne soient pas sans limite pour escroquer le consommateur ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :