Euronext lâche le LSE pour la compensation des dérivés

 |   |  435  mots
Euronext avait prévenu qu'il discutait avec d'autres fournisseurs en prévision de l'arrivée à échéance de ses deux contrats avec Clearnet fin 2018.
Euronext avait prévenu qu'il discutait avec d'autres fournisseurs en prévision de l'arrivée à échéance de ses deux contrats avec Clearnet fin 2018. (Crédits : Commission européenne)
Le rachat de Clearnet tombant à l’eau, l'opérateur boursier annonce un accord avec la filiale de l’américain ICE pour le clearing sur les marchés de dérivés et de matières premières. Pour les actions, Euronext va proposer au choix Clearnet ou EuroCCP, dont il a acquis 20%.

L'opérateur des Bourses de Paris, d'Amsterdam, de Bruxelles et de Lisbonne a tiré au plus vite les conséquences de l'échec de la fusion entre Deutsche Börse et le London Stock Exchange (LSE) : le rachat de Clearnet S.A, la filiale française de compensation du LSE, prévu dans le cadre du rapprochement, tombant à l'eau, Euronext a pris les devants et négocié avec un autre fournisseur. L'opérateur boursier annonce ce lundi avoir signé un accord avec l'américain Intercontinental Exchange (ICE), et surtout sa filiale ICE Clear Netherlands, qui lui fournira des services de compensation pour les produits dérivés et les marchés de matières premières.

« Compte tenu de l'interdiction de la fusion par la Commission européenne et le refus du London Stock Exchange Group et de LCH d'entrer en discussions pour mener à bien l'accord de vente de Clearnet, Euronext est obligé d'assurer à ses clients les solutions de compensation les meilleures, les moins chères et les plus compétitives au-delà du 31 décembre 2018, au moment où l'accord actuel avec Clearnet expirera », indique le groupe dans un communiqué.

L'accord conclu avec ICE, qui doit être finalisé au cours du deuxième trimestre, s'étend sur dix ans et prévoit un investissement de 10 millions d'euros au sein d'ICE Clear Netherlands, (dans le fonds de garantie associé à la compensation des volumes qui le concernent). L'opérateur paneuropéen aura un représentant au comité des risques de la chambre de compensation.

Pour le clearing des échanges d'actions, Euronext prévoit de proposer au choix deux options à ses clients, soit Clearnet soit EuroCCP, la chambre de compensation paneuropéenne installée à Amsterdam, contrôlée par ABN Amro Clearing Bank et les américains Bats, DTCC et le Nasdaq, dont il a acquis 20% du capital en décembre dernier.

« Insignifiant » pour la Bourse de Londres

Le London Stock Exchange a minimisé l'impact de cette annonce :

« En 2016, la contribution d'Euronext dans la compensation de dérivés a été insignifiante, à moins de 8% du profit opérationnel ajusté, en prenant en compte les rétrocessions dues à Euronext, soit moins de 1% des profits du London Stock Exchange Group », a-t-il réagi dans un communiqué.

L'opérateur londonien a également fait savoir que LCH Clearnet SA pourrait se connecter avec sa plateforme de négociation Turquoise pour permettre la compensation sur les actions des places européennes cotées sur Euronext.

Cependant, en dépit du ton assez hostile de part et d'autre, le patron d'Euronext, Stéphane Boujnah réaffirme dans le communiqué que

« Euronext demeure disposé à racheter Clearnet. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :