Monsanto accepte l'offre d'achat de Bayer pour 66 milliards de dollars

 |   |  311  mots
Bayer et Monsanto auraient convenu d'une indemnité de rupture de deux milliards de dollars (1,78 milliard d'euros) dans le cas où l'opération ne se ferait finalement pas, a ajouté la source, précisant que cette dernière doit en principe être réalisée d'ici la fin 2017.
Bayer et Monsanto auraient convenu d'une indemnité de rupture de deux milliards de dollars (1,78 milliard d'euros) dans le cas où l'opération ne se ferait finalement pas, a ajouté la source, précisant que cette dernière doit en principe être réalisée d'ici la fin 2017. (Crédits : © Marco Bello / Reuters)
Monsanto a accepté une offre de 128 dollars par action, selon une source relayée par Reuters, confirmée par Bayer. Il s'agirait de la plus importante acquisition jamais conclue par une entreprise allemande

Après plusieurs mois de tractations, Bayer a enfin séduit le conseil d'administration de Monsanto avec une offre de 128 dollars par action destinée à lui permettre de racheter le leader mondial des semences, a confié mercredi 14 septembre à Reuters une source au fait du dossier. Bayer a confirmé l'accord mardi midi.

Les deux sociétés auraient convenu d'une indemnité de rupture de deux milliards de dollars (1,78 milliard d'euros) dans le cas où l'opération ne se ferait finalement pas, a ajouté la source, précisant que cette dernière doit en principe être réalisée d'ici la fin 2017.

Une acquisition record pour une société allemande

Le montant total du rachat du groupe américain devrait être proche de 66 milliards de dollars (58,8 milliards d'euros) selon les calculs de Reuters, sur la base de 442 millions d'actions Monsanto en circulation et d'un endettement net de 9,3 milliards de dollars fin mai.

Il s'agirait donc de la plus importante acquisition jamais conclue par une entreprise allemande, un titre détenu jusqu'à présent par Daimler avec le rachat de Chrysler en 1998, qui valorisait le constructeur automobile américain à 40 milliards de dollars. L'opération serait aussi la plus importante acquisition jamais conclue en numéraire, devant celle d'Anheuser-Busch par InBev pour 60,4 milliards de dollars en 2008.

Ouverture du marché nord-américain

L'action du groupe chimique et pharmaceutique allemand - il compte 3319 collaborateurs en France dont 1750 en Rhône-Alpes où il dispose d'un centre de R&D européen à Lyon-  gagnait 2,68% en Bourse de Francfort à 11h40, heure française. Le titre Monsanto a clôturé mardi sur un dernier cours de 106,10 dollars (-0,77%). Par rapport à ce niveau, le prix mis sur la table par Bayer représente une prime de 20,6%.

En mettant la main sur Monsanto, Bayer veut s'ouvrir le marché nord-américain et bénéficier d'une importante complémentarité de portefeuilles.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/09/2016 à 16:19 :
Intéressent !Les écolos font une fixation sur le grand mechant loup Mosanto, americain de surcroit .Maintenant Mosanto est allemand et les écolos allemands ,ils vont pas taper sur une entreprise de leur pays, nationnalisme économique oblige, et l'opinion publique allemande est trés chatouilleuse là dessus !Il risque d'y avoir pas mal de friction entre écolos français et allemands y compris au parlement européen !Je crois qu'on va rigoler ......
a écrit le 14/09/2016 à 15:48 :
Il n'y a plus la place pour deux géants de l'agro-industrie version chimique, c'est une bonne nouvelle.

Bayer est endetté de combien de dizaine de milliards d'euros du coup ?
a écrit le 14/09/2016 à 13:08 :
Souhaitons leur que cela se termine mieux que le rachat de Chrysler par Daimler.
a écrit le 14/09/2016 à 12:39 :
Le Roundup n'est pas prêt d'être interdit en Europe.
Réponse de le 14/09/2016 à 16:22 :
Le glyphosate molecule active du Rundup est tombée dans le domaine public depuis plus de 15 ans ,ça signifie que n'importe qui au monde peut en fabriquer sans rien devoir à Mosanto !Vous ne savez pas ça !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :