« Le TGV est naturellement plus cher que l'avion » (Elisabeth Borne)

 |   |  359  mots
(Crédits : Reuters)
Lors d'une audition au Sénat, la ministre des Transports a déclaré que le TGV était plus cher que l'avion car une partie du financement des infrastructures était supportée dans le prix du billet. Elle s'interroge par ailleurs sur le bilan carbone des lignes à grande vitesse.

Les acteurs du transport aérien seront ravis par les propos de la ministre des Transports, Elisabeth Borne, ce mercredi lors d'une audition au Sénat. Ceux du ferroviaire beaucoup moins.

En réponse à une sénatrice qui indiquait que le prix du TGV restait abordable par rapport à l'avion, Elisabeth Borne, qui connaît parfaitement le transport ferroviaire pour avoir été directrice de la stratégie de la SNCF il y a quelques années, a déclaré :

« Il ne faut pas se tromper. Avec l'émergence des compagnies low-cost, le TGV est  naturellement plus cher que l'avion, car, quand on a une infrastructure qui coûte 9 milliards d'euros comme c'est le cas pour les lignes Sud-Europe Atlantique (LGV SEA) ou GPSO (Grand projet ferroviaire du sud-ouest), il n'y a pas de magie. Les collectivités peuvent la financer à 100% mais dans ce cas-là, cela fait beaucoup d'argent pour l'Etat et les collectivités. Ou alors une partie est portée par le prix du billet. Je pense que chacun peut constater qu'il est très agréable d'aller de Paris à Bordeaux en un peu plus de 2 heures par la ligne SEA mais c'est aussi moins cher de le faire par l'avion et c'est normal ».

La relative faiblesse du prix du baril a également permis aux compagnies aériennes de baisser leurs tarifs.

Quel bilan carbone pour les LGV ?

Et face aux remarques de certains sénateurs sur le bilan carbone de l'aviation, moins favorable à celui du ferroviaire, Elisabeth Borne n'hésite pas à monter au créneau.

« On pourrait ouvrir le débat sur les émissions des gaz à effets de serre. J'ai demandé à mes services qu'on ait le bilan carbone (du TGV, NDLR) en tenant compte de la construction de la ligne et à mon avis le bilan carbone d'une infrastructure de ce genre, à coup de béton et d'acier, doit être intéressant et doit s'amortir sur un certain temps pour arriver à un bilan satisfaisant. »

Des arguments qui rappellent la joute verbale qui opposait Air France à la SNCF, quand cette dernière avait lancé en 2006 un comparateur de CO2 pour les voyages en avion et en train, favorable à ce dernier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/11/2017 à 17:11 :
Madame la ministre pour votre info, le prix élevé des péages sur la réservation des ligne SNCF et du à deux choses:
- la dette ( énorme) de la SNCF a été transféré à l'entreprise de gestion du traffic sur rails en France.
- s'est le moyen trouvé par certain pour réduire la concurance sur l'ouverture du trafic imposé par l'Europe... ( concurance attendu depuis 10 àns én France)
Donc je vous demanderai de ne pas dire n'importe quoi devant les sénateurs français, car cela tâche quelque peux l'action de votre gouvernement...
a écrit le 10/11/2017 à 19:27 :
les lignes aériennes sont tributaires des crises, des coups fourrés des investisseurs, du bon vouloir des compagnies. certaines villes sont bien desservies, d'autres non, sans respecter aucune logique par rapport à la répartition démographique.

il faudrait plus de LGV, nationales et internationales (et plus de lignes TER et de de fret sur rail, mais ce sont d'autres débats), à coût plus bas. le transport par rail devrait rester un service public essentiel. et devrait même être plus avantageux que le transport routier.

les LGV marchent très bien dans le Nord du pays et ses pays frontaliers, pourquoi pas dans toute l'Europe ? suffirait d'y mettre les moyens.

le train est un investissement à long terme. c'est normal qu'un gouvernement libéral favorable au capitalisme moderne à court terme essaie de nous faire croire que ce n'est pas rentable. alors que ça l'est à tous les points de vue si on se base sur des durées supérieures à un quinquennat.

il faut faire barrage au tout voiture/avion. pour des raisons écologiques (l'argument du bilan carbone du train j'aimerais bien voir ça histoire de rigoler un coup) et politico-économiques (ne pas être tributaire de sociétés de transport et de carburant)
a écrit le 10/11/2017 à 9:27 :
On se demande alors, pourquoi le gouvernement n'arrête pas le projet de ligne nouvelle Provence Côte d'Azur ou LGV PACA
a écrit le 09/11/2017 à 20:47 :
Vérité sur les prix:

AVION :il y a une véritable concurrence entre les compagnies aériennes.
SNCF / construction de lignes TGV: c'est un marché captif pour les majors du BTP qui se partagent le marché.( voir article des Echos ,le BTP français coûte plus cher de 30% que la moyenne européenne, source OCDE ).
Il est impératif que la SNCF et son armée d'ingénieurs ouvrent les yeux....c'est notre argent !!!!
a écrit le 09/11/2017 à 17:08 :
La ligne TGV Tours Bordeaux a certes coûté autour de 8 milliards, mais elle a déjà entrainé un delta d'appréciation du parc immobilier chiffrable à 7 milliards pour la seule Gironde. Certes, ce ne sont pas les mêmes caisses, mais cela pourrait justifier de revoir les péages demandés aux usagers de la SNCF. Quant à mettre en avant un bilan carbone du train que le ministre voudrait pénaliser des carbones consommés par la construction de la ligne, c'est une ineptie totale: La seule climatisation des aérogares desservant la région consomme plus d'énergie par an que la construction de 50 kilomètres de ligne, kilomètres particulièrement durables. Madame Borne fait par ailleurs preuve d'une parfaite mauvaise foi en ne relavant pas que l'aérien consomme des carburants essentiellement détaxés, et que tout son trafic intra-européen reste exempté de TVA, au mépris de tous les principes de l'acte unique, en vigueur depuis 20 ans. Ce qui représente au niveau européen une subvention de cinq milliards par an...
a écrit le 09/11/2017 à 16:37 :
Dire que le billet de train coûte plus cher car il doit intégrer le coût de la ligne est plus que limite. Dans votre prix du billet d'avion il y a aussi une part des frais d'aéroport. Quand les compagnies paient une redevance elles la transfert sur le prix du billet.

Simplement les aéroport font supporter une grande partie des charges sur les boutiques et parking. Pour le train les parkings sont souvent indépendant des gares et ne paie donc pas de redevance et peu de gare sont aussi des centres commerciaux. Dans les gares de tailles moyennes il n'y a plus de consigne à bagage, de buffet de loueur de voiture etc etc.

Avoir supprimé ou presque, les trains de nuits, les trains auto etc est une perte de revenu pour la SNCF quand dans le même temps on a augmenté le coût des infrastructures. On connait le résultat

Notre ministre était directrice de la stratégie à ,la SNCF. Ce sont sans doute ses résultats qui en font une bonne ministre des transports....
a écrit le 09/11/2017 à 12:25 :
Faudra m'expliquer d'où est ce que cette ministre tient tous ces chiffre absolument faux! Déjà comparativement au OUIGO la sncf est beaucoup moins cher...ensuite en TGV normal il est clair qu'elle est moins cher et rarement plus cher.
Un avion ne peut transporter en même temps 1000 voyageurs comme peut le faire 2TGV DUPLEX accrochés ensemble.
Dans un avion il faut payer le pilote et le copilote et les hôtesse alors que dans le train seul le conducteur est au commande et beaucoup moins payé (un contrôleur defois 2 mais aucun en TER ou Transilien).
Cette ministre fais de la pub pour l'aérien et en particulier AF qui souffre depuis que la ligne Paris Bordeaux a été ouverte...
Réponse de le 09/11/2017 à 14:48 :
Un avion cela vole dans l'air, et cela ne coute rien par rapport à une ligne TGV. Le ciel ne nécessite pas d'entretien, d'exproprier, de creuser des tunnels ou de construire des ponts.
Les infrastructures aéroportuaires ont des couts équivalent à ceux des gares.
Donc l'avions moin cher en investissement que l'aérien, et en foinctionneemnt l'avion est plus cher en carburant et ressources humaines, moins cher en usure des voies de chemin de fer.
a écrit le 09/11/2017 à 10:40 :
C est vraiment laborieux quand on voit l état des trains et les retards à répétitions. Y'a en mare de la SNCF vive la concurrence.
Réponse de le 09/11/2017 à 13:24 :
Joël 33, faut prendre les trains THELLO entre Marseille et Milan ou entre Paris gare de Lyon et Venise !
Ils sont PRIVES et endurent également les retards en tous genres (suicides,incidents techniques,malveillances,...)
L'idéologie n'a jamais contribué à améliorer l'ordinaire !
a écrit le 09/11/2017 à 9:41 :
Je viens de regarder sur le site de sncf.com pour un trajet paris bordeaux plein tarif et les tarifs TGV oscillent entre 15€ (OUIGO) et 111 euros.
Sur le site airfrance , le plein tarif oscille entre 208 et 305 euros.
Cela me rappelle une secrétaire d'état aux transports qui ne savait même pas le prix d'un ticket de métro RATP...
On prend et on recommence dans l'ignorance !
Heureusement , il y a une COP 23 en ce moment où Madame Boirne ira surement !
Réponse de le 09/11/2017 à 12:30 :
Le prix affiché au public du billet TGV est peut-être faible. Mais n'oublions pas d'y ajouter ce que nous payons à travers la fiscalité locale et nationale.
Même avec ces financements publics le rail est loin d'arriver à l'équilibre. Voir les magouilles où on sépare le réseau puis on fusionne de nouveau RFF et SNCF. De toute façon la dette es colossale.
Et même ça, ça ne suffit pas! Combien de rapports on a vu sur le manque d'entretien du réseau (surtout autre que LGV). Je pense que ce point est encore largement occulté. Je vois venir une très grosse facture de remise à niveau du réseau.
Donc, le coût total est quand même assez conséquent, et surtout c'est un sujet tellement politique qu'il ne faut pas espérer entendre la vérité sur son ampleur.
a écrit le 09/11/2017 à 9:28 :
C'est la raison pour laquelle personne a l'etranger n'achete le TGV. Le debat est fausse parceque chaque Depute a l'Assemblee Nationale a des billets de TGV gratuits, payes par le contribuable.
Warren Buffett l'a dit: Il n'y a pas de marche pour le TGV, la faillite d'Alstom en est la preuve.

Il faudrait ajouter un peu de concurrence dans le traffic aerien (470 Euros Paris/Toulouse/Paris est de 4 x trop cher), rapprocher les aeroports domestiques des centre-villes.
Merci a Elizabeth Borne de dire clairement ce que tout le monde pense, ce n'est pas facile d'aller a l'encontre du "politiquement correct".
Réponse de le 09/11/2017 à 12:54 :
La Chine a construit plus de 20000 km de LGV en moins de 10 ans. Il y a donc à l'étranger des gens qui trouvent un intérêt aux LGV par rapport à l'avion.
Réponse de le 09/11/2017 à 13:20 :
Il faudra également demander à la jeune (dans la fonction) ministre des transports d'aller expliquer aux entreprises contribuant au TGV (ALSTOM,BTP,...) qu'il n'y a pas d'avenir pour le ferroviaire.
A mon avis elle nous prépare déjà aux mauvaises nouvelles que M.Spinetta va dévoiler dans son rapport sur le modèle TGV.
Personnellement je suis pour d'abord consolider le réseau ferroviaire actuel quitte à l' améliorer là oo c'est possible afin d'inciter au report modale en soulageant nos routes,agglomérations et ...nos nos bronches !
Demandez aux riverains d'Orly ce qu'ils en pensent de l'avion ???
a écrit le 09/11/2017 à 8:51 :
ca change du discours a la francaise ou rien n'est jamais paye par personne
a écrit le 08/11/2017 à 23:55 :
Enfin on rétabli une vérité constamment cachée en France !
Le coût d’investissement d’une LGV est colossal mais personne ne sent rend compte. Et la dette abyssale de la SNCF plombe encore un peu plus le bilan économique.
Je ne parle même pas du coût de la sûreté qui est payé par nos impôts pour le train, alors qu’il est à ajouter sur le prix d’un billet d’avion.

Quant au bilan carbone, la aussi elle a raison. Si vous regardez le cycle produit complet (production de l’électricité, énergie nécessaire à la construction des gares, voies et des aiguillages (34 000km), etc.....) le bilan carbone est plutôt favorable à l’avion, contrairement aux idées reçues. Les avions de dernière génération sont
Plusieurs études l’ont prouvées..... il est temps de le faire savoir...
Réponse de le 09/11/2017 à 8:35 :
Il y a aussi des infrastructures lourdes pour les avions et compte tenu du ratio C02 par passager nettement favorable au train, il faut voir cela sur la durée. Le bilan est a calculer sur une longue période et en tous cas sur la durée d'utilisation des infrastructures car plus le temps passe et plus il est favorable au train.
Réponse de le 09/11/2017 à 10:45 :
Le train ça a quoi, disons 150 ans? Aujourd hui ce sont des milliards de dettes et un prix de billet tout à fait déraisonnable pour partir en famille. Alors ma question est la suivante, quand verra t on les gains de long terme que vous évoquez? avant l'an 3000 ou bien?
a écrit le 08/11/2017 à 23:23 :
Depuis le temps que les externalités sont évoquées pour expliquer le manque de fiabilité de nombreuses comparaisons, il serait temps que nos économistes apprennent à les mesurer. Il me semble que lorsqu'un spécialiste se rend compte qu'il a des lacunes et qu'il a un tant soit peu de conscience professionnelle, il s'efforce de les combler au plus vite. En économie, la notion d'externalité est banalisée dans la population depuis plus de trente ans et sa mesure n'est toujours pas au point...
a écrit le 08/11/2017 à 21:11 :
"J'ai demandé à mes services qu'on ait le bilan carbone (du TGV, NDLR) en tenant compte de la construction de la ligne et à mon avis"....

Bref, elle n'en sait rien. Autant se taire.

un simple aéroport de province (NDLL) coute entre1 et 3 milliards €, un nouvel aérogare (terminal 4) prévu pour CDG est budgeté pour 2 milliard d'€. Alors une ligne de 600 km qui durera plus d'un siècle à 9 milliards, ce n'est pas du luxe.

Sachant qu'un A320 coute 3 fois le prix d'une rame TGV et qu'il produit 8x plus de CO2 par km/passager, il n'y a pas photo d'autant plus que la maintenance d'un avion coute la peau des fesses des passagers.

Le transport aérien coute plus cher et pollue plus, je ne vois pas ce que la dame veut nous démontrer, si ce n'est que les transporteurs low-cost ne paient pas le coût réel, ce qui n'est pas une découverte. On sait qu'ils font du chantage pour ne pas payer de taxes d'aéroport et truandent allégrement les législations sociales.
Réponse de le 09/11/2017 à 8:55 :
une ligne de train durant 1 sciecle ? vous revez. vous connaissez beaucoup de train qui roulent sur une voie de 1900 ? certaines ont en effet ete cree en 1900 mais modernisee depuis (par ex en 1900 tous les trains etaient au charbon, pas electrique)
Réponse de le 09/11/2017 à 10:12 :
Raisonnement 100% juste. L'avion coute tres cher a utiliser, surtout pour les vols communs.
Réponse de le 09/11/2017 à 11:00 :
@Bof: Merci de rétablir une vérité. Je suis surpris que la presse spécialisée ou les experts ne fassent pas appel à vous pour qu'enfin on ait une analyse objective et bien argumentée sur cette problématique, complexe pour beaucoup mais simple apparemment pour vous.
a écrit le 08/11/2017 à 21:10 :
Rennes- Paris AR avec billet prems = €78,- pour 750 km
Paris-Chicago billet éco ( avec bagages et repas) = €493,- pour 13500km
TGV = 0.104 € du km
Avion= 0.0365 € du km.....donc le TGV est trois plus cher que l'avion...euh... sans repas.
Réponse de le 09/11/2017 à 8:43 :
Calcul à charge car l'avion coûte cher au décollage et à l'atterrissage, il faut comparer des distances comparables. Dans le même style, on pourrait dire qu'un Paris-Strasbourg coûte 90 Euros en train et 350 Euros en avion. Dans ce cas, l'avion est quasiment 4 fois plus cher et nettement plus polluant.
a écrit le 08/11/2017 à 21:07 :
C’est bien vrai ...
Un A/R plein pot AF Toulouse - Paris sur 1 journée, c’est près de 450 euros
Un À/R en TGV en 1ère classe Toulouse - Paris sur 1 journée, c’est 250 euros
a écrit le 08/11/2017 à 20:26 :
Si on résume....c'est trop cher pour ce que c'est....on a eu tort de se lancer dans ce machin....l'avion fait beaucoup mieux....drôle non après nous avoir vendu durant 3 décennies le génie français en la matiere ....😁😁
Réponse de le 08/11/2017 à 23:58 :
Ce ne serais pas la 1ère fois que le « génie » français vendu à grand renfort de communication gouvernementale s’avère un désastre économique..... (cf le concorde)
a écrit le 08/11/2017 à 20:05 :
S'est vrais les aéroports se construise tout seul....
Ensuite pour certe affirmation sur les TGV cela reste a démontrer ...
a écrit le 08/11/2017 à 20:05 :
Faudra m'expliquer d'où est ce que cette ministre tient tous ces chiffre absolument faux! Déjà comparativement au OUIGO la sncf est beaucoup moins cher...ensuite en TGV normal il est clair qu'elle est moins cher et rarement plus cher.
Un avion ne peut transporter en même temps 1000 voyageurs comme peut le faire 2TGV DUPLEX accrochés ensemble.
Dans un avion il faut payer le pilote et le copilote et les hôtesse alors que dans le train seul le conducteur est au commande et beaucoup moins payé (un contrôleur defois 2 mais aucun en TER ou Transilien).
Cette ministre fais de la pub pour l'aérien et en particulier AF qui souffre depuis que la ligne Paris Bordeaux a été ouverte...
Réponse de le 09/11/2017 à 6:58 :
Tout à fait vrai et bien dit, et très bien réfléchi.
a écrit le 08/11/2017 à 18:28 :
"Lors d'une audition au Sénat, la ministre des Transports a déclaré que le TGV était plus cher que l'avion car une partie du financement des infrastructures était supportée dans le prix du billet".

La dette de la SNCF s'élève aujourd'hui à 42 milliards d'euros... et pourrait atteindre les 63 milliards en 2026. Cela n'empêche pas l'entreprise ferroviaire de payer grassement ses cadres dirigeants. Sur les six premiers mois de 2017, la discrète ministre des Armées, Florence Parly, a en effet reçu pas moins de 52.569 euros net mensuels, soit 315.418 euros, de la part de l'entreprise publique, dont elle était directrice générale chargée de SNCF Voyageurs, la branche dédiée aux trajets de longue distance. L'équivalent de 35 Smic. C'est ce qu'il ressort de la déclaration d'intérêts de la ministre, transmise en plein creux du mois d'août, après l'immense majorité de ses collègues, et publiée ces derniers jours sur le site de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP).
Son poste dans l’entreprise publique lui avait déjà rapporté des sommes rondelettes en 2016 : 365.961 euros, soit 30.496 euros net mensuels. Grâce à de sympathiques revenus complémentaires, obtenus via une présence aux conseils d'administration de plusieurs sociétés, comme Ingenico, Altran, Zodiac Aerospace ou BPI France - pour un total de 139.119 euros en 2016 -, plus quelques milliers d'euros de dividendes perçus de ces sociétés, Florence Parly apparaît comme la ministre la mieux rémunérée du gouvernement en 2016 et en 2017.
a écrit le 08/11/2017 à 18:05 :
Le prix du billet inclut une partie du cout des infrastructures, quoi de plus normal. L' usager de l' autoroute paye pour le trajet. De plus l ' état avec nos impots comble chaque année les dépenses de 5 milliards pour les retraites SNCF; on peut considèrer que le prix complet est très supérieur au cout affiché.
remarque : les compagnies aériennes et les clients payent des coûts pour le service d' aeroport et pourtant elle gagnent des millions de clients et de l' argent.
Quant aux avions il ne sont pas payés avec nos impôts (TGV Alstom), mais par les compagnies
.
a écrit le 08/11/2017 à 17:38 :
Et les Syndicats d'Extrème Gauche P.C.F, qui TIENNENT !!!! la S.N.C.F la Pénalise et la Plombe, comme à la S.N.C.M
Réponse de le 08/11/2017 à 18:08 :
Ou les syndicats de la droite dure des pilotes de ligne....
Réponse de le 08/11/2017 à 18:48 :
Les Pilotes Air France à 20000 Eur/Mois : la Gauche Caviar, type J.P Huchon, DSK, Cahuzac, Mitttterrand, Chevènement, Aquino Morelle, Caseneuve.......Fabius......

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :