Ryanair finalise une offre contraignante sur Alitalia

 |   |  289  mots
Les entreprises souhaitant déposer une offre contraignante pour la reprise totale ou partielle de la compagnie aérienne italienne en difficulté ont jusqu'au 2 octobre pour le faire.
Les entreprises souhaitant déposer une offre contraignante pour la reprise totale ou partielle de la compagnie aérienne italienne en difficulté ont jusqu'au 2 octobre pour le faire. (Crédits : Max Rossi)
Selon Michael O'Leary, une refonte de la flotte de court-courriers de l'italien, via l'achat de nouveaux appareils, est prévue. S'il n'entend pas supprimer des emplois, le patron de Ryanair affirme que les contrats seront alignés sur ceux de sa compagnie low-cost.

Ryanair finalise une offre contraignante sur Alitalia, qui permettra à la compagnie aérienne italienne de conserver sa marque et ses liaisons long-courriers avec une refonte de la flotte de court-courriers, a déclaré jeudi le directeur général de la compagnie irlandaise à bas coût, Michael O'Leary.

"Il faudra commander de nouveaux avions auprès de Boeing ou d'Airbus", a-t-il dit à Reuters, précisant que Ryanair préférait acheter que louer les appareils, à la différence de ce que fait Alitalia. Michael O'Leary a dit également vouloir préserver les emplois des pilotes et des équipages mais il a prévenu que leurs contrats seraient alignés sur ceux de Ryanair.

Aucun intérêt pour Air Berlin

Les entreprises souhaitant déposer une offre contraignante pour la reprise totale ou partielle de la compagnie aérienne italienne en difficulté ont jusqu'au 2 octobre pour le faire. Une éventuelle phase de négociation et/ou d'amélioration des offres contraignantes est prévue ensuite jusqu'au 5 novembre. Jusqu'à présent une dizaine d'offres non liantes ont été déposées, selon les médias italiens, dont une par Ryanair annoncée fin juillet qui devrait donc évoluer vers une offre contraignante.

Le patron de Ryanair a par ailleurs déclaré qu'il n'était pas intéressé par une offre sur Air Berlin car, selon lui, la procédure n'est pas transparente et accorde un avantage indu à Lufthansa. Il a dit espérer que la Commission européenne exige des compensations substantielles dans l'éventualité d'une acquisition d'Air Berlin par Lufthansa, notamment l'abandon de certaines liaisons en Allemagne afin de préserver la concurrence.

| Lire aussi : Ryanair jette l'éponge pour Air Berlin mais veut reprendre 90 avions d'Alitalia

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/09/2017 à 20:47 :
Je ne comprend pas pourquoi AF-KLM ne se positionne pas pour reprendre Alitalia (une fois les contrats de travail actuels rendus caduques par la liquidationbien sur !).
La Nuova Alitalia pourrait devenir le pilier LowCost du groupe et ferait baisser le coût moyen des vols du groupe, en alignant les productivités des nouveaux contrats de travail sur les concurrents lowcosts (Germanwings, Vueling, easyjet, voire Ryanair... et Level, Frenchblue voire Norwegian pour le long courrier).
AirFrance-KLM pourrait intégrer financièrement Delta et China Eastern dans une participation minoritaire, facilitant le développement LC d'Alitalia !!!
JOON pourrait intégrer cette structure et peut-être à terme Transavia ...
Il serait temps de prévoir un développement et une relance du groupe franco-néerlandais, plutôt qu'une attrition...
Réponse de le 14/09/2017 à 22:13 :
Non, il faut que Ryanair puisse reprendre Alitalia et par la suite Air France. AF/KL n'a pas les moyens de reprendre qui que ce soit ! Aussi, sachez que les italiens préfèreront Ryanair à Air France !
Réponse de le 14/09/2017 à 23:24 :
Air France-KLM ne respire pas la santé.On a même parlé un moment de sa disparition.Pour le moment elle a ouvert son capital aux Chinois et Américains.Pas vraiment en état de reprendre quoi que se soit.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :