En Chine aussi, des débuts poussifs pour la voiture électrique

 |   |  329  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Bloomberg)
Selon une étude de Bloomberg New Energy Finance, la tendance actuelle conduirait la Chine à un million de voitures électriques vendues en 2020, au lieu des 5 millions prévus.

Le soutien apporté par les pouvoirs publics chinois aux achats, publics ou privés, de voitures électriques est pourtant l'un des plus généreux au monde. Mais rien n'y fait. Comme le souligne une étude rendue publique mercredi par Bloomberg New Energy Finance (BNEF), cela ne suffit pas pour que les acheteurs se bousculent au portillon. Seulement 13.000 véhicules auraient été vendus entre 2009 et 2011, et si les chiffres de 2012 ne sont pas encore connus, rien ne permet de penser qu'ils seront significativement plus élevés.

Un manque de compétences techniques

Comme en Occident, les acheteurs (dont la plupart ont récemment découvert l'attrait des automobiles traditionnelles) sont avant tout freinés par le coût et le manque d'infrastructure de recharge qui s'ajoute à une faible autonomie des batteries. Mais aussi par des incidents survenus sur ces modèles, qui sont le plus souvent fabriqués par des constructeurs de deuxième rang, les leaders nationaux ne s'étant pas encore lancés sur ce créneau. Plus en amont, ces constructeurs pâtissent en outre d'un manque de compétences spécifiques à la traction électrique.

Comme aux Etats-Unis et en Europe, les premiers acheteurs seront probablement des flottes publiques de bus, de taxis ou de véhicules utilitaires, sur lesquelles les pouvoirs publics ont plus d'influence.

Collaborer avec les constructeurs occidentaux

BNEF conclut son étude par des pronostics peu réjouissants: si la tendance actuelle se poursuit en l'absence de nouvelles politiques, les ventes de véhicules électriques, tous modèles confondus, ne devraient pas dépasser 343.000 exemplaires, au lieu des 500.000 officiellement visés par le gouvernement. Et les choses en devraient pas s'améliorer au fil du temps, puisque les estimations pour 2020 plafonnent à 1 million de voitures alors que l'objectif affiché est de 5 millions...

Pour Michael Liebreich, président de BNEF, les Chinois, dont le secteur automobile émerge à peine, auront du mal à s'approcher seuls de cet objectif et devront pour cela collaborer avec des constructeurs occidentaux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/10/2012 à 15:12 :
voiture electrique miracle
depuis quand l'electricite est-elle une energie verte ?
a écrit le 25/10/2012 à 2:17 :
A l'inverse dans des petits pays comme la Norvège, les ventes de voitures électriques sont de plus de 5% par mois et le parc, de plus en plus alimenté par l'éolien et l'hydro, devrait rapidement représenter un % important : http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/71276.htm
a écrit le 24/10/2012 à 23:37 :
la chine a abandonné l´électrique depuis quelques mois. Ils se concentrent d´abord sur le 2 roues électrique. Ils repartiront peut-être dans 5 ans. Ceci est connu. Les stratégies ont déjà été adaptées.
a écrit le 24/10/2012 à 23:34 :
Il devrait la baptiser la pousse-poussive, ça fait très chinois comme nom...et embaucher un âne français pour la tirer :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :