La Tribune

Une loi de finances anti-start-up? : les "Pigeons" attaquent

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : E.Rouy)
par Jean-David Chamboredon, patron du fonds des entrepreneurs internet ISAI  |   -  950  mots
Son cri d'alerte lancé sur notre site avant la présentation du projet de loi de finances 2013 vendredi ayant trouvé un écho important sur les réseaux sociaux, donnant naissance au mouvement de protestation des "Pigeons", Jean-David Chamboredon, patron du fonds des entrepreneurs internet ISAI, décrypte dans une nouvelle tribune les revendications de ce collectif qui se propose de manifester le week-end prochain.

Mon précédent post paru avant la publication du PLF 2013 a connu un écho assez rafraîchissant sur les réseaux sociaux, ici et ... Un mouvement dénommé «Les Pigeons» est même né dans la nuit de vendredi à samedi et ces mêmes réseaux sociaux se sont enflammés depuis appelant même à manifester massivement le week-end prochain... Mêlant entrepreneurs médiatiques, fondateurs de start-ups, auto-entrepreneurs et sympathisants de tout poil, la spontanéité du mouvement des Pigeons le rend cependant assez peu lisible dans ses revendications.

Les raisons pour lesquelles cette mobilisation prend forme sont, par contre, extrêmement claires. Cette communauté très diverse a beaucoup de points communs: elle croit à l'initiative individuelle, elle est habituée à agir sous contraintes financières et administratives, elle ne réclame pas d'aide ou de protection supplémentaire, elle veut simplement de la stabilité pour pouvoir travailler et développer son business et ce, quelque soit la taille et l'ambition dudit business...

Lors de sa conférence de presse, Pierre Moscovici a indiqué, pour le justifier, que l'alignement de la fiscalité des revenus du capital sur celle du travail visait à faire contribuer ceux «qui gagnent de l'argent en dormant»...

? Difficile pour un fondateur de start-up qui connait ou a connu de nombreuses nuits blanches ne sachant pas s'il pourra payer ses salariés à la fin du mois, si l'investisseur qui s'intéresse à son dossier va confirmer son intérêt, si le grand client avec qui il discute depuis de nombreux mois va enfin signer un bon de commande... de se reconnaître

? Difficile pour le «business angel» actif qui prend sur ses soirées et ses week-ends pour «coacher» les entrepreneurs auxquels il a accordé sa confiance malgré l'incertitude extrême de l'investissement financier qu'il a réalisé... de se reconnaître

? Difficile pour l'investisseur professionnel que je suis qui bosse 6,5 jours par semaine et qui a engagé une partie significative de son épargne dans les fonds qu'il gère... de se reconnaître

Tous ces contribuables ne «gagnent pas de l'argent en dormant» et certains dorment d'ailleurs très peu ou très mal!
Le message à l'encontre des auto-entrepreneurs qui, pour la plupart, tirent le diable par la queue et/ou font une impasse sur leur temps de loisir pour mieux subvenir aux besoins de leur famille est du même acabit.
Celui, plus indirect, à destination des emplois à domicile est similaire: la personne âgée ou la jeune maman qui vous emploie ne peut plus le faire car le rabotage fiscal envisagé rend l'équation économique insoluble, dommage pour vous ! Ce sera soit le chômage, soit moins d'heures, soit le travail au noir sans protection sociale...
C'est le travail qui génère la croissance, nous sommes dans un pays sans croissance et notre gouvernement a un projet de loi de finances qui entravent des populations dont la caractéristique commune est finalement qu'ils bossent dur!

Pour en revenir à ce que je connais le mieux à savoir les PME de croissance, il faut rendre hommage à Fleur Pellerin sur le fait que le PLF2013 contient des éléments extrêmement positifs: maintien du dispositif ISF/PME, du statut JEI, du dispositif BSPCE permettant d'associer les salariés au capital, élargissement du CIR à certaines dépenses d'innovation et création du PEA-PME, nouvel outil qui sera sûrement utile.


Cependant le problème de notre fiscalité est qu'elle regorge d'exceptions, d'exonérations, de plafonds, de seuils... et que les grandes victimes fiscales du PLF sont :
? les fondateurs de start-ups notamment ceux qui détiennent à la création plus de 25% du capital de leur start-up
? les business angels qui investissent en dehors des dispositifs PEA ou ISF-PME et ...
? les gestionnaires de fonds d'investissement qui sont, sans doute, perçus comme des gens «qui gagnent de l'argent en dormant»!

Ces 3 populations sont les pierres angulaires des écosystèmes de PME innovantes. Ce sont les acteurs-moteurs de ces filières entrepreneuriales qui existaient à peine au vingtième siècle et qui, aujourd'hui, représentent une part très significative de la capacité de croissance de notre pays. Réformer brutalement la fiscalité de ces personnes physiques, c'est prendre des risques énormes en matière de croissance.
? Les entrepreneurs qui le peuvent quitteront le pays soit pour lancer leur nouvelle start-up, soit pour diriger depuis un autre pays leur start-up devenue une PME internationale
? Les business angels « hors défiscalisation » cesseront tout simplement d'investir
? Les gérants de fonds se concentreront uniquement sur les grosses opérations que l'on peut sans problème réaliser depuis Londres...

En conclusion : la réforme fiscale, si elle passe, n'aura à «taxer» que des petits poissons-pigeons exténués et frustrés dont la contribution sera très très inférieure à l'immense «manque à gagner/gâchis» généré par cette réforme fiscale!

Je ne suis le porte-parole de personne. Je ne porte aucune revendication collective. J'essaie juste d'être un interprète. C'est pourquoi je me permets de recommander à nos gouvernants et aux représentants de la nation une revisite de ce PLF à l'aune de l'impact qu'il a sur ceux qui travaillent dur et créent des emplois et de la valeur.

Dans le cas des plus-values de cession de parts ou actions de PME de croissance, le retour à un taux proportionnel raisonnable semble évidemment s'imposer. Nous redeviendrons simplement un pays normal et... nous entendrions alors de très nombreux Pigeons applaudir des deux ailes et se remettre joyeusement à leur dur labeur.

PS : Je recommande chaudement la lecture de ce formidable post d'entrepreneur, intitulé "Monsieur mon député, dites à François Hollande", qui fait beaucoup mieux et plus qu'illustrer mon propos.

Réagir

Commentaires

DJEDJE14  a écrit le 03/10/2012 à 21:42 :

IL EST TEMPS QUE CES REVENUS DU CAPITAL, PLUS VALUE, CESSION D ACTIF CAR CES GENS ONT DETOURNE DES MILLIONS DE CHARGES SOCIALES EN NE SE PAYANT PAS DE SALAIRE VOLONTAIREMENT POUR BENEFICIER D UN SYSTEME PLUS AVANTAGEUX..
MESSIEURS LES CREATEURS DE STAR UPS DEGAGER MAIS SURTOUT NE REVENEZ PAS VOUS FAIRE SOIGNER AUX FRAIS DE LA SECU...

VOUS N ETES QUE DES ESCLAVAGISTES QUI PENSAIENT QU A VOUS ET VOYEZ LES CHOMEURS COMME DES VOLEURS FAIENEANTS...

JE SUIS AUTO ENTREPRENEURS (CEUX QUE VOUS DETESTEZ CAR ONT CREE UNE CONCURENCE DELOYALE.!!! MDR) . MOI JE GAGNE MIEIX M'A VIE QUE QUAND JE VOUS AVEZ COMME NEGRIER ET JE SUIS HEUREUX DE CONTRIBUER A LA "RELEVE" DE MON PAYS EN PAYANT PLUS DE CHARGES..
SACHEZ MESSIEURS QU'ILS M4EN RESTERA QUAND MEME PLUS QU'AUX PAUVRES SALARIES QUE VOUS EXPLOITEZ

le crabe  a écrit le 03/10/2012 à 21:23 :

à lire également le déchiffrage du numéro de septembre de La Recherche (p98) qui remet quelques pendules à l'heure (chiffres précis à l'appui), et qui pourrait se résumer par dans le pire des cas les "pigeons" ne seront pas plus taxé que les salariés mais avec des revenus très difficilement comparable.

CQFD  a écrit le 02/10/2012 à 19:28 :

CQFD : A supposer que le produit de la cession d?actifs dépasse le seuil de 150 000 euros, l?impôt est éligible à d?importants abattements si les titres en question ont été conservés pendant un certain temps avant leur vente : 5% entre deux et quatre ans de détention, 10% de quatre à six ans, puis cinq points supplémentaires par année, jusqu'à 40% la douzième année. Un entrepreneur ayant développé son entreprise pendant dix ans, par exemple, pourra donc déduire 30% de la valeur des actifs qu?il souhaite céder.

Par ailleurs, le projet ne concerne ni les patrons vendant leurs titres à l?occasion d?un départ en retraite, ni ceux qui réinvestiront au moins 80% de leur plus-value dans une autre société. Enfin, le passage au barême progressif ne fera pas que des perdants : selon le gouvernement, 73 400 contribuables verraient leur imposition majorée du fait du passage au barême, tandis que 57 200 contribuables ? les plus modestes ? bénéficieraient d?un allégement de leur imposition.(art sur libé) pigeons pas si plumés

MDR  a écrit le 02/10/2012 à 16:40 :

@ john Galt (qui ressemble plus à Winston Smith d'ailleurs).
La vache folle, l'Erika, l'amiante, les accidents de la route, des conséquences de la grande tempête de décembre 1999, la crise des carburants de l'automne 2000, la tempête Xynthia, le cancer des fumeurs?
Tous ces malheurs sont une bénédiction pour le PIB, ne vous en déplaise.
Les centaines de milliards que coûtent à la collectivité ces destructions humaines et environnementales ne sont pas comptabilisées comme des destructions mais comme des apports de richesse dans la mesure où elles génèrent des activités économiques exprimées en monnaie. Les 130 milliards de coûts directs des accidents de la route (qui en génèrent le triple en coûts indirects), pour ne prendre que ce seul exemple, contribuent à la croissance de notre produit intérieur brut.
A supposer que nous n'ayons aucun accident matériel ou corporel, ni morts ni blessés sur les routes de France l'année prochaine, notre PIB baisserait de manière significative, la France perdrait une ou plusieurs places dans le classement des puissances économiques et l'on verrait nombre d' économistes nous annoncer d'un ton grave que la crise est de re-re-retour. Et la situation serait pire si disparaissait également de ces étonnantes additions une part des 180 milliards induits par les effets sur la santé de la pollution atmosphérique, les dizaines de milliards que vont coûter la destruction des farines animales, les quelques cent milliards qu'ont généré les destructions de la tempête de l'hiver 1999 et d'une manière générale tout le plomb des destructions sanitaires, sociales ou environnementales qui ont cette vertu de se changer en or par l'alchimie singulière de nos systèmes de comptabilité.
Bref, tout cela pour stigmatiser votre incompétence en matière économique et confirmer cette sourde impression que, pour être libéral, il faut avant tout être crétin.

LOL  a répondu le 02/10/2012 à 17:23:

Parce qu'il y a ce qu'on voit, et ce qu'on ne voit pas...
http://bastiat.org/fr/cqovecqonvp.html





MDR  a répondu le 02/10/2012 à 17:44:

@LOL... excellente suggestion que de reprendre ces vieux écrits. Merci.

MDR  a répondu le 04/10/2012 à 11:30:

@LOL ... je précise que leur démonstration est malheureusement purement théorique et que dans la "vraie vie", c'est pas aussi simple : pas sur qu'à la place de la vitre Monsieur Bonhomme ne place pas son argent dazns un paradis fiscal et n'achete pas de nouvelles chaussures... Pas sur que l'économie réalisée sur la suppression des militaires soient déduites des impots (et que les militaires trouvent tous un emploi rendus à la vie civile) ... etc, etc, etc... Mais bref, c'est toujours agréable de lire ces démonstrations tres pédagogiques mais par trop démagogiques....

lodeb  a écrit le 02/10/2012 à 16:21 :

Apparemment je suis un salaud d entrepreneur.
Et d autant plus salaud que je n exploite pas de salariés, je travaille seul...
J oublias le capital de ma SARL fait 1240 ?
Sale capitaliste.
C est vrai qu au depart mon capital etait de 60 000 ?
Mais je l ai perdu sans meme pouvoir me remunerer les 2 premieres années.
Avant d etre entrepreneur, j etais proprietaire de ma residence, depuis je suis locataire.

Je me plains de mon sort, non car je l ai voulu et l assume.
Mais je suis un salaud car je ne suis pas socialiste.
Democratie sociale OUI, socialisme NON.

CQFD  a répondu le 02/10/2012 à 20:18:

Ben alors sois très content ,avec la nouvelle loi tu ne va plus payer grand chose ,les taxes s'alignent sur les revenus ,réjouis toi .Seuls ceux qui feront de très grosses plus values seront taxés à 55% si ,seulement si ils ne réinvestissent pas 80% des cessions dans une autre société (=exonération) ou s'ils prennent leur retraite (exonération) . Votre panique est très exagérée....

lodeb  a répondu le 02/10/2012 à 21:19:

CQFD, ce que je n ai pas expliqué, c est comme bcp de TPE, je travaille pour des clients entreprises bien plus riches que moi. et EUX sont concernés par le PLF 2013.
Resultat : "Nous sommes désolés mais nous nous passerons de vos services qui pourtant nous satisfaisait, nous reduisons nos budgets"
tout comme les interimaires...
Certains socialistes ne comprendront jamais que lorsque les riches sont en chemise, les pauvres finissent à poil.
C est presqu un théoréme. Peut etre triste mais personne n y changera rien.
Gagner sa vie n est facile pour personne, avec le PLF 2013, les riches dimunueront leurs investissements et leurs employés et fournisseurs trinqueront.
Quant à celui qui est au chomage, il n aura que moins d espoir.
Rassurons nous : il y a 40 000 profs à recruter.
ca ne pesera pas lourd dans la balance...

PS : n oubliez pas qu un capital investi il y a 10 ans a subi 2 à 3% d inflation par an et que la base de calcul de la plus value imposée n est pas ajustée. Encore heureux qu il est prévu un abattement...
Doubler l imposition des plus riches si subitement c est les inviter à prendre la fuite.
Si vous preferez dépendre de l Emir du Qatar ou la mafia russe plutot qu un riche francais, c est votre droit.

MDR  a écrit le 02/10/2012 à 9:58 :

@Hercule Poivrot : vous devriez oublier le PIB comme assiette.... Plus le malheur du monde s'abat dessus, plus le PIB augmente ! Xynthia ? vite des travaux. La Lybie ? vite des munitions ? L'Erika ? vite .... à merde c'était des bénévoles et ils ne rendre pas dans l'assiette du PIB... Voyez vous Hercule, c'est avec des économistes de votre trempe que le monde tourne aussi mal... Quant à l'intervention de l'Etat qui décourage... OU AVEZ VOUS VU CELA ? Sans le fonds Catastrophes Naturelles imposé par l'Etat aux assureurs (qui comme toute entreprise privée n'a que faire du bien-être du petit peuple), sans le secours de l'Etat OU SERAIENT LES BANQUES aujourd'hui après avoir joué au "casino" avec de l'argent qu'elles n'avaient pas ? Quant aux fonctionnaires vous avez raison : supprimons les ! C'est vrai après tout à quoi servent les services hospitaliers, les services de sécurité, les services de secours, l'éducation ? Pourquoi une intervention de l'Etat alors que l'on (les riches of course) pourrait bien faire sa propre retraite ? Pourquoi une CMU ? Chacun a qu'a payer sa part, c'est bien cela ? mais le pire dans tout cela, c'est que bien souvent les gens qui racontent ces stupidités égoïstes, sont également ceux qui vont à l'église le dimanche... ho, ho, ho... (PS : je vous rappelle que Jésus n'a JAMAIS TRAVAILLE DE SA VIE...).

john galt  a répondu le 02/10/2012 à 11:20:

@ MDR : vous ne comprenez pas comment évolue le pib : en cas de tempête ou de catastrophe, le PIB recule ... renseignez vous ... Quoi ? l'intervention de l'état ne décourage pas ? pourquoi la croissance du pib français s'étiole depuis les années 70 au fur et à mesure que la part de l'état dans l'économie augmente ??? et pourquoi l'URSS s'est effondrée au fait ? qu'à fait l'état soviétique ? C'est l'intervention de l'état qui a misen difficulté les banques, les subprimes sont une conséquence du "reinvestissement act" et du "non discrimination act" qui obligeait les banques à preter à des gens non solvables, renseignez vous .... En quoi l'éducation ou la santé ne pourraient être assurées par le privé ? tout le monde peut juger même en France que quand c'est assuré par le privé, c'est plus efficace et moins cher, renseignez vous .... c'est vous l'égoïste, vous voulez que ceux qui bossent vous permettent de vous reposer ... typique du socialisme/communisme ...

lodeb  a répondu le 02/10/2012 à 16:00:

bien dit John.
Les travailleurs du privé en ont assez des donneurs de lecons des gens qui auraient la main sur coeur...
on travaille pour soi alors on serait un egoiste ?
Langage de fumiste guignol !

Je rends service à la société comme tout ceux du privé.
Ce gars ne sait peut etre pas que bcp de gens du privé ont aussi comme client le PUBLIC, Etat, collectivités.
qui payent d ailleurs très mal à 180 jours et ne traitent que de la forme sans reconnaitre le fond et la qualité des prestations.

Hercule Poivrot  a écrit le 02/10/2012 à 1:31 :

Il semble n'exister que deux façons d'augmenter le PIB, assiette incontounable - notons-le - de tout impôt ou taxe. Une, horizontale, consiste à augmenter la quantité d'objets-services à produire et consommer. L'autre, verticale, tient à l'accélération de la précédente.

Il faut constater que l'intervention de l'Etat décourage la première et ralentit la seconde.

En effet, quoi de plus inapte à l'initiative, de moins réactif qu'une administration?

Dans le cas de la France - et de nombreux pays européens - ce phénomène confine au suicidaire. L'Etat est prêt à tout remettre en cause, sauf lui-même.

Paul POTE  a écrit le 01/10/2012 à 21:04 :

Envolez-vous, les pigeons, on vous attend avec les fusils de chasse à la frontière franco-suisse.

HUMOUR DE CHÔMEUR - Merci au capitalisme et à ses zélés serviteurs.

laurent  a écrit le 01/10/2012 à 18:56 :

Je suis dans le cas des fondateurs de start-ups notamment ceux qui détiennent à la création plus de 25% Nous sommes en attente de cette loi avec un activité d'export à plus de 65% de notre chiffre d'affaire qui est pourtant nécessaire à la France nous quitterons la France si cette loi est voté. Il existe des milliers de start up qui ne sont pas des commerces de proximité comme une boulangerie et pour qui avoir une presence en france ou dans un des pays de la CEE est équivalent. il est hors de question de payer 75% de taxe sur la vente d'une entreprise sauf si demain nous pourrions déduire les années de salaires que nous n'avons pas percu pour faire vivre entreprise au demarrage les retraites que nous n'avons pas cotisé car entreprise avait besoin de l'argent et bien d'autres choses encore . un entrepreneur n'est pas épargnant qui acheté et revends des actions . Espérons que un jour nos politiciens comprendrons que la France à aussi besoin de quelques milliers de start up qui commercialisent des services des produits à des consommateurs qui ne vivent pas en france . déjà faire du commerce depuis la France quand nous sommes pas vraiment le plus compétitif en terme de taxe , TVA , charge sociale et une réglementation administration lourde faut vraiment être motivé donc 75% est une très bonne raison de déplacer une entreprise en dehors de la France . Et franchement dans mon cas je n'aurais aucun remords car nous profitons pas de la France nous participons plutôt au fonctionnement de celle ci à chaque fois que nous vendons des produits à des consommateurs qui ne vivent pas en France .

nico  a répondu le 01/10/2012 à 22:18:

@Laurent, vous qui comme la quasi totalité avait voté pour Sarkozy assumez maintenant votre choix....catastrophique...il est un peu facile de fuir en attendant que ceux qui restent permette de résoudre une situation dont vous êtes au fond responsable comme bien d'autres exilés ou futurs exilés fiscaux....votre discours est bien toujours le même alors je vous suggère d'aller vous installer au Bangladesh car là au moins il n'y aura pas de charges sociales, une faible TVA et une main-d'oeuvre docile....cassez-vous pov' type !

Marco  a écrit le 01/10/2012 à 18:20 :

Pour vous interdit de partir, ils ont inventé l'exit tax
Pour vous empécher de gagner de l'argent, ils ont inventé la taxation des plus values à 60% ou 75%
Pour vous empécher de profiter de ce qui vous reste, ils ont inventé l'ISF
Et pour que vous héritiers n'en profitent pas trop, ils ont inventé les droits de succession à 45%
OK, mais si on paie tout ça, on est perçu comme des héros solidaires ? Non, comme des salauds d'entrepreneurs.

Si vous avez 25 ans, pas une thune, mais l'envie de bosser et de créer, il faut donc partir dans un pays ou on vous taxe moins et ou on vous considère mieux : Etats-Unis, Suisse, UK, etc...
A moins qu'ils crèent une taxe sur le dynamisme pour empêcher la fuite des cervaux ...

Laurent  a répondu le 01/10/2012 à 18:43:

OK, mais si tous les gens qui peuvent créer des richesses et de l'emploi partent, que devient la France en 2025 ?

pearl river  a répondu le 01/10/2012 à 22:18:

La France se réveillera avant 2025 ! Dès l'instant ou les entrepreneurs préfèrent créer ailleurs ou l'on est mieux considéré, j'ose espérer qu'une prise de conscience aura lieu ou alors les effets se feront lourdement sentir, plus de chomage, moins de citoyens et d'entreprises à imposer, faute de combattants. Vous verrez que le gouvernement constatera un problème dans ses réformes qui ne donneront pas les résultats escomptés. A moins que la crise nous apporte un gouvernement type Pologne 1950, c'est encore possible.

bebert  a répondu le 01/10/2012 à 22:23:

mais mon cher Laurent, tout le monde ne va pas se casser comme vous car les riches le sont par héritage d'un patrimoine et non par le travail.
@ Maco: il est en effet intéressant pour un étudiant francais de partir aux US car contrairement au système américain, le système éducatif francais ne le plume pas pour faire des études...
IL EST TEMPS D'ASSUMER LES SARKOZYSTES !!!!!

Jjean  a répondu le 01/10/2012 à 22:24:

En 2025, il ne restera en France que des fonctionnaires, des assistés, des chômeurs et des retraités qui crèvent la faim et on inscrira la France dans le groupe des pays du tiers monde.

john galt  a répondu le 02/10/2012 à 11:56:

@ bebert : renseignez vous : la part des héritiers dans les riches est très faible, et cela pour 2 raisons : la première est historique : la France entière était ruinée en 1945, toutes les fortunes actuelles se sont créées en moins d'une génération. la seconde raison est économique : la richesse se crée, elle ne s'hérite pas, et bien souvent si l'héritier ne l'a pas fait péricliter, c'est parce que l'héritier était au moins aussi compétent si ce n'est plus que le père (cf Ricard par ex.). Etonnant non ? le marxisme a là aussi tout faux !!! sur le système éducatif français : l'étudiant n'est pas plumé, mais il n'a pas de formation digne de ce nom (cf classement shanghai) et pas de métier ou mal payé à la sortie. Aux USA, vous avez un très bon boulot avant même la sortie de vos études et vos frais de scolarité sont remboursés en moins de 3 ans.
Encore une fois, l'idéologie socialiste vous aveugle et vous empêche de voir la réalité, les faits en face (mais c'est normal, un socialiste est constructiviste par nature).

pierre  a écrit le 01/10/2012 à 17:23 :

Juste un calcul marrant... :
Durée de vie en France = 81,5 ans. On travaille en moyenne 40 ans. Soit 49.07% de nos années.
Sur ces 52.14% d'années de travail, on travaille en moyenne 1562h durant une année, Il y a dans l'année 365.25*25 = 8766h. Donc les années ou on travaille, notre travail représente 1562/8766 = 17.81% de notre temps.
Moralité: On travaille 49.07%*17.81% = 8.73% de notre vie.
Alors les cocos, toujours a raler ? J'ai 22 ans et ce chiffre me rend triste, quand je vous vois, vous autres adultes, dire "on en a marre de bosser..."

fab  a répondu le 01/10/2012 à 18:02:

attend un peu de bosser et tu verras avec un bon management "à l'américaine" (presse citron) tu changeras vite d'avis

@fab  a répondu le 01/10/2012 à 18:25:

Change d'employeur si tu n'es pas content de l'actuel ! Masochiste ou quoi ?

Hercule Poivrot  a répondu le 02/10/2012 à 1:36:

Calcul très amusant. Avez-vous fait la même opération avec le paramètre "football"?

pierre  a répondu le 02/10/2012 à 10:34:

@Hercle Poivrot: Non, trés bonne remarque ! Mais c'est plus compliqué a faire, car je ne connais pas les heures d'entrainement, et souvent les footballeurs se reconvertissent en entrainteur ou autre. Mais c'est vrai, on doit etre a 7%... Enfin ils ont aussi moins de vacances...
@fab: Vous en faites pas pour moi. Je bosse depuis un an dans une boite d'asset management. J'arrive au bureau a 7h du matin, je ne m'en plains pas. Je suis ravi de ce que je fais comme travail. Et mes 55h hebdomadaire, c'est très bien comme ça. On n'a rien sans rien dans la vie

john galt  a écrit le 01/10/2012 à 16:46 :

"Un gouvernement qui emploie la force sans être agressé et sans la contrainte par les armes contre de victimes désarmées est un cauchemar, une machine infernale conçue pour annihiler la morale. Ce gouvernement niant sa légitimité passe du rôle de policier protecteur à celui de criminel, ennemi du genre humain, investi du droit d'exercer la violence contre des victimes privées du droit de se défendre. A la morale, ce gouvernement substitue une règle de conduite selon laquelle tout est permis à condition d'être du côté du plus grand nombre. Il faut être une brute, un fou ou un lâche, pour accepter de vivre dans ces conditions, pour signer des chèques en blanc sur sa propre vie et son propre esprit, pour admettre que certains aient le droit de disposer des autres à leur guise, que le désir de la majorité a force de loi, que la brutalité se substitue à la justice, à la réalité, à la vérité. Nous les hommes de l'esprit qui ne sommes ni maîtres ni esclaves mais qui vivons du commerce avec autrui nous n'émettons ni n'acceptons de chèques en blanc. "

ATLAS SHRUGGED, AYN RAND

Exact mais suicidaire  a écrit le 01/10/2012 à 16:26 :

Jean-David Chamboredon, qui que tu sois, si tu me lis, de grâce ! Arrête de jouer à désigner de nouvelles victimes à l'avidité sans limite des collectivistes, pour seulement sauver ta peau ! Arrête d'opposer les Français entre eux alors que la véritable opposition se situe entre entre les profiteurs de l'Etat providence obèse et les vrais Français ! Tout ce que tu dis à propos des entrepreneurs est exact. Mais exiger qu'on taxe les autres (et surtout pas toi), au prétexte qu'ils seraient des rentiers est infantile, absurde, lâche, indigne, du niveau de la cour d'école et finalement suicidaire. En effet, tes propos stupides vont se retourner contre ta cause, puisqu'ils alimentent l'idéologie mortifère des collectivistes roses, rouges ou bleus qui pullulent dans la classe politique de notre pauvre pays. Chamboredon, si tu veux bien commencer à réfléchir au lieu de te laisser aveugler par la peur, tu comprendras que toute richesse privée (à l'exception de la possession d'or) est créatrice de richesses pour autrui grâce à l'échange volontaire libre. Foncier, cac40, etc., sont créateurs de richesses, comme n'importe quelle entreprise. L'échange volontaire libre, nécessairement alimenté par la richesse privée, est la seule et unique source de la création de richesse. Les vrais rentiers en France sont les parasites qui vivent uniquement des subventions publiques issues de la spoliation fiscale violente, à commencer par les politiciens, comme les nobles autrefois. Même s'ils créent quelques emplois, à commencer par le leur, ces parasites oublient qu'il a d'abord fallu détruire au moins autant d'emplois au préalable, probablement le double, pour les financer. Chamboredon, si tu veux être au service de ton pays, si tu veux être un vrai patriote, tu dois cesser d'être égoïste et exiger la baisse des impôts et des charges pour tout le monde et non pas seulement pour ta seule corporation !

john galt  a répondu le 02/10/2012 à 12:14:

+1

en effet, il est plus que temps d'arrêter de précher pour sa propre paroisse et renforcer des intérêts catégoriels qui sotn contre l'universalisme de notre République. Et notre République, c'est les mêmes impots faibles pour tous le monde sans exonération ou quoi que ce soit !!! (cf thomas jefferson et l'article 13 de la déclaration des droits de l'homme)

villeroy  a écrit le 01/10/2012 à 16:24 :

Pour se convaincre de la justesse de ces propos, il faut envisager un très court voyage de 160 km, des start'ups en pépinière de la région lyonnaise vers celles établies, en bien plus grand nombre à... Genève.

claude34  a écrit le 01/10/2012 à 14:50 :

Ce qui me fait le plus rire dans cette histoire, c'est l'auteur du blog "Monsieur mon député", qui a gentiment voté à gôche comme son ADN de gentil-patron-bobo le lui imposait, ignorant toutes les déclarations, annonces, et CVs des gens de l'entourage de Hollande et leur manifeste ignorance totale du monde de l'entreprise. Alors qu'il était évident que le privé aller se faire massacrer par ces charlots, vu qu'il n'est pas question de toucher ni à l'état providence, ni à l'empilement administratif, ni réellement à la fonction publique.

marie  a répondu le 02/10/2012 à 5:10:

tout a fait d'accord le secteur prive la libre entreprise sont les seules visees dans les mesures fiscales, on attends la meme proportion d' economie sur le train le vie de l'etat, je me souviens de l'invention des communautes de communes (particularite francaise il y a 3 fous + de communes que partout ailleurs) qui devaient reduire le budget. RESULTAT rien on a garde les 2 et le budget a explosé ! ! !

Lodeb  a écrit le 01/10/2012 à 14:26 :

Vous aviez le projet depuis des années de créer votre petite entreprise ? en France ? en toute indépendance et honnêtement.
Un conseil, créer plutôt votre association à but non lucratif, ou une mutuelle sans adhérents actifs, et vous recevrez un tas de subventions pour embaucher des gens à mi temps au SMIC.
Et servez vous au passage dans la caisse ou en nature (appartement de fonctions... voyages au soleil à but non lucratif)
C'est malhonnête ? oui c'est très malhonnête.
C'est pourtant ce que font chaque jour les gens qui conseillent notre actuel gouvernement et qui l'appuient.
On ne vous a jamais dit : "En France, il faut être assez intelligent pour savoir prendre dans la caisse de l'Etat, sinon vous n'êtes qu'un crétin d'entrepreneur honnête"
J'ai aidé dans ma vie professionnelle des intermittents du spectacles, j'ai même contribué pour certains à ce qu'ils le deviennent.
Mais je n'ai pas de leçon à recevoir de gens qui travaillent 50 jours par an et vivent au crochet des salariés du privé, les 150 autres jours ouvrés de l'année tout en participant aux campagnes politiques de notre nouveau cher président.
On n'en a plus que marre des fausses associations subventionnées directement ou indirectement et qui vivent de leur soi-disant non lucrativité.
On n'en marre des retraités à 55 ans cadres, techniciens, de la fonction publique, de l'EDF ou de la SNCF qui nous disent qu'ils ne comprennent pas pourquoi il faudrait réformer leur régime.
Et bien vous allez comprendre quand les entreprises et salariés du privé quitteront la France pour simplement survivre ailleurs de leur travail, savoir faire et de leur imagination.
Si le projet de loi de Finances 2013 est appliqué tel qu'il est, je vous prédis un déficit, un taux de chômage, une dette publique et une situation économique et sociale en France à fin 2013 insupportable pour la tant aimée classe moyenne.
Tellement insupportable que passer la Frontière, comme le font actuellement les Espagnols, Portugais et les Grecs vous paraîtra "Naturel".
l'Europe peut très bien se construire sous la ruine de la France.
les émis du Quatar, les apparatchiks communicapitalistes chinois, la mafia russe, tous ces braves gens vont adorer investir dans l'immobilier français et faire de juteuses affaires sur notre ruine économique.
Ne dites pas, que personne ne vous avait prévenu. Ne le dites pas, Ne pleurez pas dans 18 mois devant le guichet pôle emploi ou devant la caisse d'allocations familiales, battez vous pour votre entreprise.
Hollande, HEC et Enarque, spécialiste de la fiscalité ?
Peut être, mais d'économie, cela m'étonnerait.
Il est en train de ruiner la France.
Si j'étais Lionel Jospin ou Michel Rocard, je n'en mènerais pas large.
Ah oui, j'oubliez, Lionel Jospin ne pouvait pas tout, y compris empêcher une fermeture d'usine en Belgique, Michel Rocard s'excusez devant les députés d'être contraint de créer la CSG et l'ISF.
Au moins ces socialistes là étaient intellectuellement honnêtes et ne méprisez pas les entrepreneurs. c'est d'ailleurs probablement pour cela qu'ils ont perdu et n'ont jamais été Présidents.
Françaises, Français, il est temps d'arrêter d'être des veaux face à la fatalité.
Françaises, Français, les 75% de français qui ne sont pas protégés à vie par leur statut doivent réagir. Il en va de l'avenir de la France à très court terme, de notre liberté, de notre volonté de ne pas devenir des assistés et au final de refuser de devenir le petit personnel à la botte des émirs d'Arabie et des mafieux des cendres de l'union soviétique ou du communisme chinois.
Il est temps de dire NON à cette fumisterie fiscale.
La démocratie sociale, OUI, la démotivation par la fiscalité à l'extrême des entrepreneurs et travailleurs indépendants, NON.
Nous sommes en 2012, pas en 1981, nous n'avons plus les moyens de financer les idées stupides et infantiles de certains socialismes français, complètement déconnectés des réalités et de la dureté de la vie professionnelle dans le privé, malgré tous les efforts pour que chacun conserve de bonnes relations au travail.
Chaque année, il faut gagner des gains de productivité, gagner de la compétitivité, par l'industrialisation des services à outrance. Nous n'avons pas le choix.
Mais notre gouvernement pense que les administrations françaises, les agences publiques, ont elles, toujours le choix, le choix de ne rien changer.
Le choix d'être des sangsues, des vampires sur le dos de la bête que les sont les petites entreprises, PME, start up et autres en train d'agoniser.
Continuez cher gouvernement de lâches fumistes idéalistes, et vous n'aurez même plus vos rémunérations de haut fonctionnaire et politiciens pour pleurer, car le peuple ne supportera pas beaucoup plus longtemps vos leçons de morales patriotiques.
Soit vous avez des idées, de l'énergie et si possible un peu d'argent pour créer de la valeur, soit vous ne méritez pas le fauteuil sur lequel vous êtes assis.
Je suis républicain et tolérant, mais la coupe est pleine, soit vous réfléchissez un peu à ce que vous êtes en train de détruire, soit vous ne comprenez toujours pas et alors vous dégagez, soit c'est moi qui part à l'étranger avec mes 4 enfants.
Ce n'est pas l'éducation nationale française que j'ai bien connue dans les années 80 qui me manquera ou qui manquera à mes enfants. Ni la qualité des services hospitaliers, ni la qualité de notre Justice et de notre Police. Non tout ce beau service public français ne me manquera pas compte tenu qu'il a été toujours préférable depuis 30 ans de ne pas avoir à faire à lui.
je n'ai aucun mépris pour les fonctionnaires, juste pour les hauts fonctionnaires et nos politiciens qui se fichent royalement des français avec une imagination "fiscale" digne d'un polit buro socialiste. On finira comme l'URSS, il ne restera plus que des mafieux et des travailleurs au noir.




john galt  a répondu le 01/10/2012 à 15:28:

@ Lodeb : je vous conseille la lecture du livre ayant le plus influencé les américains après la Bible => "atlas Shrugged" de Ayn Rand, traduit fin 2011 en français sous le titre "la grêve" après plus de 55 ans d'ignorance. sûrement le plus grand romain politique du 20 ième siècle, il décrit par le menu avec 50 ans d'avance ce qui se passe en France actuellement. 1200 pages, certes, mais c'est le drapeau de tous les gens honnêtes et travailleurs.

MDR  a répondu le 01/10/2012 à 16:03:

@ John Galt (dejà le pseudo me semble prétentieux...). Vous allez un peu vite en besogne et le raccourci que vous faites entre ce livre et la situation de la France n'est en rien avéré. De plus ce "grand roman, vendu à 10 millions d?exemplaires, aujourd?hui considéré comme le livre le plus important outre-Atlantique après la Bible, aurait notamment contribué à faire élire Reagan en 1980" ne donne pas tellement envie d'en parler plus tellement Reagan fut un catastrophe pour l'amérique mais pour le Monde aussi.
Quant à ce "chacun pour soi", il me dérange vivement quand on sait que 200.000 personnes dans le Monde disposent de la moitiè de la richesse de la planète !

Rouge  a répondu le 01/10/2012 à 16:09:

Bravo !

EnPassant  a répondu le 01/10/2012 à 16:31:

Pour la route...
Demain soir, sur Arte, de 20h50 à 23h10, ? Noire finance ? documentaire de Fabrizio Calvi et Jean-Michel Meurice déjà auteurs de 2 enquêtes sur le Crédit Lyonnais et Elf. Deux volets :
- La grande pompe à phynances, retraçant, depuis 1929, les différentes étapes des déréglementations qui ont conduit à la financiarisation de l'économie,
- Le bal des vautours, centré sur la décennie écoulée, montre comment les logiques boursières ont mené le monde à la crise actuelle.
A ne pas rater ce documentaire très pédagogique (surtout pour les "libéraux" qui voudraient toujours plus individuellement en participant toujours moins collectivement...
>

john galt  a répondu le 01/10/2012 à 16:50:

@ MDR : c'est parceque vous ne l'avez pas lu. On yretrouve le blabla de nos hommes politiques, le principe de précaution, et tout ce qui fait le sel de la social démocratie.

Reagan fut uen catastrophe pour les USA, mais bien sûr, comme Tchatcher fut uen catastrophe pour la GB, mais bien sûr ... Et curieusement, Reagan est le préisdent préféré des américains, et Margaret l'homme politique le plus considéré en GB, et le seul à qui ont a construit une statue de son vivant ... Curieusement, les victimes de Reagan et Margaret sont moins au courant que vous de ces "désastres"... et pour mémoire, le niveau de vien des américians a doublé en 12 ans grâce à Reagan, tandis que celui des français stagnait, grace à Mitterrand ... il faut enlever ses oeillères et regarder les faits avangt d'affirmer (de répeter en bélant) des aneries ....

john galt  a répondu le 01/10/2012 à 16:51:

@ MDR : 200 000 personnes disposent de la moitié de la richesse de la planête. Chiffre parfaitement faux, et même s'il était vrai, où est le problème si ces gens ont gagné honnêtement leur vie ? mais c'est vrai que pour vous, un riche est malhonnête par nature ... c'est du marxisme de base ...

john galt  a répondu le 01/10/2012 à 16:55:

@ EnPassant : Mr Calvi est un journaliste d'extrème gauche et Meurice est un artiste peintre cinéaste à ses heures. E ndehors de leur parfaite méconnaissance des sujets évoqués, on peut être sûr, comme il est la règle sur Arte, du biais idéologiques et des approximations de ce reportage ... C'est l'état ^providence qui est en crise, pas la finance ... Enfin votre remarque sur les libéraux ne démontre qu'uenchose : vous êtes un parfait ignorant de ce qu'est le libéralisme. Vous n'êtes même pas un cuistre, car vosu n'avez aucune notion de ce dont vous parlez, vous ne faites que répéter du pré-maché pour limités économiques...

JB38  a répondu le 01/10/2012 à 17:05:

@John Galt et Lodeb
Pour faire triompher vos idées néo-libérales, il va vous falloir gagner les prochaines élections... dans 4ans 1/2. Vous pourriez aller plus vite en fomentant un coup d'Etat et instaurer une dictature. Je sens que ça vous plairait bien d'être les seuls aux manettes, faire votre business et encaisser un max de pognon, tout en exploitant et ensuite laisser crever la "valetaille" sur le bord de la route. Les "Tout pour ma gueule", j'aime pas, mais pas du tout.

JB38  a répondu le 01/10/2012 à 17:13:

@John Galt
Aucune richesse démesurée n'a été gagné honnêtement. Un riche est effectivement malhonnête par nature. La meilleure preuve, c'est qu'il cherche par tous les moyens à se soustraire à l'impôt, oeuvre pour la baisse de l'impôt. Les plus grandes fortunes se sont faites sur la misère des peuples et par l'action néfastes des Complexes militaro-Industriels. Ces gens ont gagné honnêtement leur vie? A d'autres....

JB38  a répondu le 01/10/2012 à 17:13:

@John Galt
Aucune richesse démesurée n'a été gagné honnêtement. Un riche est effectivement malhonnête par nature. La meilleure preuve, c'est qu'il cherche par tous les moyens à se soustraire à l'impôt, oeuvre pour la baisse de l'impôt. Les plus grandes fortunes se sont faites sur la misère des peuples et par l'action néfastes des Complexes militaro-Industriels. Ces gens ont gagné honnêtement leur vie? A d'autres....

Allonsenfants  a répondu le 01/10/2012 à 17:45:

Pour M. John Galt : Ronald Reagan n'était-il pas cet acteur de séries B ? Et Margaret Tatcher n'est-elle pas la dame qui a bradé les services publics anglais (santé, transport, énergie, eau....). Le problème voyez-vous, pour les pôv'bougres dont je fais partie, c'est que l'on ne sait jamais s'il l'on doit renverser Kadhafi et mettre des salafistes à sa place ou rester regarder tranquillement Questions pour un Champion.... En d'autres termes, en quoi vos solutions ultra-libérales auraient-elles de meilleurs effets (que ceux qui ont conduit à la crise de 29...).
PS : merci pour vos posts : je peux ainsi expliquer la Novlangue du "1984" d'Orwell à mes petits enfants....

@JB38  a répondu le 01/10/2012 à 18:22:

Quelle erreur, mon pauvre JB ! Le marché n'a pas besoin des élections pour s'imposer quoi qu'il arrive. Le marché est l'état naturel de la coopération et de la solidarité humaine. Le marché précède la démocratie. Les institutions démocratiques ne peuvent durer si elles sont contraires à l'état naturel de l'humanité, autrement dit si elles sont illégitimes et immorales. Vous refusez d'admettre que le marché libre et concurrentiel représente la forme ultime de la démocratie, respectueux de l'état naturel de l'humanité, où chacun reçoit en fonction de son savoir-faire et participe en fonction de son vouloir-faire. La meilleure preuve de leur immoralité est que les régimes collectivistes ont toujours besoin de s'attaquer à l'Etat de droit pour survivre encore un peu, comme on peut le constater en France avec l'actuelle augmentation du viol fiscal. Faut-il rappeler que votre URSS s'est effondrée pour les mêmes raisons (illégitimité, immoralité) que votre social-démocratie va s'effondrer, maintenant qu'elle est en fin de vie, maintenant qu'elle est plongée profondément dans SA crise ? Et pourtant, l'URSS était un régime politique bien plus puissant et brutal, n'est-ce pas ? On ne peut pas voter pour ou contre l'économie, de même qu'on ne peut pas voter pour ou contre la composition de l'air. La réalité économique du marché, comme l'air, s'impose à tous. Ceux qui croient le contraire meurent plus ou moins rapidement.

@JB38  a répondu le 01/10/2012 à 18:24:

La véritable richesse se crée par l'effort individuel et ne peut donc, de ce fait, s'accumuler aux dépens de qui que ce soit. La fortune acquise par la contrainte, le vol ou la violence, violence nécessairement étatique (quelle force serait plus puissante que celle de l'Etat qui n'a aucune limite ?), ne crée aucune richesse puisque ce que l'un obtient, l'autre le perd. Les biens prétendument publics fondés sur le vol et la brutalité fiscale ne créent aucune richesse et ne profitent qu'à quelques uns, à savoir les copains du pouvoir et les parasites en symbiose avec l'Etat obèse. Au contraire, les richesses privées acquises par l'effort individuel profitent à tous parce qu'elles alimentent sans cesse l'échange volontaire libre, unique moyen de création d'un supplément de richesse.

claude34  a écrit le 01/10/2012 à 14:21 :

La fiscalité de Hollande est faite pour sa clientèle, en priorité les bénéficiaires d'allocations et les fonctionnaires. Tous les autres sont uniquement là pour se faire tondre vu que leur but semble être de virtuellement nationaliser le privé (épargne plus entreprises).

Xiabi  a écrit le 01/10/2012 à 14:12 :

Pour les socialistes, il y a le bon et le mauvais sommeil. Le bon sommeil, c'est celui du quidam qui s'endette sur 25 ans pour acheter son chez soi. Celui la, il faut l'aider , le batiment est un secteur d'avenir. Il doit pouvoir gagner de l'argent en dormant chez soi ( Le chez soi fait toute la difference).On lui donne du Duflot, 1 dose par nuit.
Et puis il y a le mauvais sommeil. Celui qui donne des cauchemars. Actionnaire-sanguinaire et patron-voyou sont des expressions qui viennent tout de suite a l'esprit. Ceux la, il faut les punir, ils s'enrichissent en dormant sur le dos des plus demunis.
Ils sont comme ça les socialistes, entiers, droits dans leurs bottes, on ne plaisante pas avec la justice fiscale.
Moscovenividivici : la mouche est venue, elle a vu, elle a vaincu.
La fourmi, elle, aura vite compris, qu'il suffit d'aller dormir dans un autre pays. Il y a en general moins de mouches et on y dort mieux.

Xao Xao  a répondu le 01/10/2012 à 21:17:

Si vous faites un crédit pour acheter votre "chez vous", c'est surtout la banque que vous allez enrichir en dormant "chez vous", enfin dans la maison que vous avez acheté avec l'argent de la banque, et qui reste sa propriété jusqu'au paiement de la dernière mensualité.

Des "subprimes à la Française" qu'il disait, l'autre guignol de Sarko. Encore un visionnaire...

M D R  a écrit le 01/10/2012 à 14:10 :

A vrai dire, je ne comprends pas trop de quoi il en retourne (sauf que, selon une habitude bien française cela semble "administrativement" bien compliqué). Par contre, je ne comprends pas ce que les auto-entreprineurs viennent faire la dedans. Nous savons tous que ce régime est inique et qu'il concurrence déloyalement un bon nombre de métier en forfaitisant des charges et contributions qu'un artisan "normalement" installé ne peut pas concurrencer. De plus dans certaines filières, s'agissant de "complément" de salaire, la détermination du prix de revient est bien en deça de la réalité pour les entreprises qui ne vivent QUE de cela... Enfin, pour d'autres, il s'agit de faire passer plus facilement du travail au noir ; nous en connaissons tous dans notre entrourage, non ? Alors, pour que l'article garde un peu de crédibilité, dissociez-vous au plus vite des "auto-entrepreneurs", statut créé dans l'urgence et l'approximation, et dont les résultats sont d'une part insignifiants pour plus des 2/3 et d'autre part une trop grande source d'évasion fiscale pour d'autres.

halley  a répondu le 01/10/2012 à 14:59:

Tout d'abord, seul 1/4 des AE travaille dans le secteur de l'artisanat. Quant à la concurrence déloyale, cela reste encore à prouver car l'assiette de taxation des entrepreneurs est bien plus large (le CA au lieu du bénéfice, une sacrée différence). Ce à quoi il faut ajouter qu'il est impossible de déduire les frais (souvent personnels) dont abusent depuis des années les artisans (véhicule, téléphone, frais de bouche...). C'est votre commentaire qui manque de crédibilité. Vous n'avez aucun chiffre, aucune information objective pour étayer vos propos et rappelons de surcroît, les 3/4 des AE ne travaillent même pas dans l'artisanat ! Enfin, vous parlez de résultats insignifiants... donc la concurrence ne doit pas être aussi rude que vous le croyez. A mon avis, le problème des artisans dans ce pays, en particulier dans le bâtiment, c'est qu'ils ont perdu toute crédibilité par leur manque de sérieux et leur honnêteté toute relative. Qui a déjà fait construire ou rénover une maison le sait très bien.

iliad  a répondu le 01/10/2012 à 15:11:

Le fond du problème, ce ne sont pas les auto-entrepreneurs, mais la manière dont sont estimés et traités les artisans en France.... car question concurrence, je demande vraiment à voir vu les plafonds et l'impossibilité de déduction des charges et de la TVA que supportent les auto-entrepreneurs. Le fond du problème, c'est que les artisans payent trop de charges. D'ailleurs, le statut d'auto-entrepreneur présente à peu près les mêmes avantages que ceux de la microentreprise qui existe depuis des années dans le secteur du bâtiment. Pas la peine de toujours se trouver des bouc-émissaires.

instant-gestion  a répondu le 01/10/2012 à 15:39:

MDR ? pour Mort De Rire.
Si la situation n'était pas si grave, votre commentaire prêterait en effet à être "MDR".
Merci Halley pour la réponse.

M D R  a répondu le 01/10/2012 à 15:45:

J'avoue. J'avoue que j'ai par erreur écrit "artisan" en lieu et place de petite (voire tres petite) entreprise artisanale ou commerciale. Ca vous va comme cela ? Ensuite le 1/3 d'auto entrepreneurs qui "vivent" de leur métier ne paye pas le vrai prix du travail (ce n'est pas moi qui l'ai dit, lisez le rapport de la Cour des Comptes). Enfin, le seul point sur lequel je suis d'accord avec Vous, c'est le manque de qualification des artisans. Je travaille beaucoup avec l'Allemagne et probablement que nombres d'entreprises artisanales que je cotoie seraient interdites oute-Rhin. Mais bon, le niveau demandé pour pouvoir s'installer n'est pas tres élevé non plus. Il suffit de voir les sorties de CFA. Donc des incompétents doublés d'arnaqueurs, vous comprendrez mieux mon courroux. Mais maintenant concernant le statut d'autoentrepreneur au sens large, c'est quand même une belle arnaque pour les entreprises normales (et pas les multinationales !!! juste des tpe et des pme. Mon voisin; comme beaucoup d'informaticien de la capitale des mutuelles où j'habite (devinez où) s'est installé autoentrepreneur... Vous pensez, après 35 heures par semaine au chaud dans une grande compagnie d'assurances, il lui reste bien quelques forces pour faire de la réparation et de la formation "au rabais" chez des particuliers et même des entreprises !!!!! Parrallèlement, 2 entreprises installées en ville depuis quelques années on fermé. De là à faire un lien de cause à effet... Mais je m'en garderai bien !

Allo!! McFly?!!  a écrit le 01/10/2012 à 14:01 :

Pourquoi ne pas taxer le capital au même niveau que le travail? Certains gagnent leur vie à l'huile de coude. D'autres grâce au capital légué par papa ou gagné au cours d'une première vie qui leur permet d'investir, ce qui sous entend retour sur investissement. Il faut taxer les revenus. Peu importe leur source. Je suis pour libérer l'initiative. Mais les richesses n'étant pas distribuées 'équitablement' -dans la limite du raisonnable j'entends, ne rayons pas les mots 'mérite' de notre vocabulaire- il faut bien réguler le creusement des inégalités sous peine de voir toute la société exploser et reprendre les richesses par la force à moyen terme. Pourquoi les bénéfices ne sont pas encore partagées au niveau 1/3 pour les salariés (qui créent la valeur, l'entrepreneur organisant cette création de valeur), 1/3 pour les actionnaires et 1/3 pour l?entreprise (fonds propres, R&D, investissements etc...)? Ne pas confondre investisseurs et philanthropes... Je ne crois pas que vous donnez de l'argent par pure philanthropie. Je veux qu'on encourage l'initiative, mais arrêtez de prendre le monde de haut parce que vous avez créé une boite, bossé 60-70heures par semaine et réussi. Il n'y a pas la place pour que tout le monde crée une entreprise. Vous avez besoin de salariés. Ça veut pas dire que les autres sont feignants, moins malins ou moins capables. Arrêtez 2 secondes de vous faire passer pour les rares sauveurs de la France, non assistés, qui savent faire du business...Oh, vous croyez duper qui? Alors acceptez de faire des efforts comme tout le monde. Vous avez la chance de pouvoir financer des projets. Certains cherchent à financer un steak haché pour leurs enfants. Ca va, et je tais la partie réseau - corruption etc...qui tue la concurrence saine et loyale d'un modèle capitaliste vertueux devenu du banditisme organisé par nos élites...

john galt  a répondu le 01/10/2012 à 15:31:

mais si papa avait du mérite et a décidé de laisser de l'argent à son enfant qui n'a pas les mêmes qualités que lui (peut-être parceque son papa travaillait trop pour être présent près de lui), où est la moralité et l'équité de voler le travail du père sous prétexte qu'il est mort en laissant son enfant dans le dénuement alors que déjà il n' a pu profter de son père ????
J'aurai tjrs du mal à comprendre l'égalitarisme forcené qui est parfaitement inéquitable. L'inversion des valeurs chères aux socialistes ...

JB38  a répondu le 01/10/2012 à 17:40:

L'auto-entreprise, c'est du travail au noir légalisé, et ça améliore les statistiques du chômage.
Un statut équivalent existait, c'est celui de la micro-entreprise, qui était déjà critiquée pour les mêmes raisons. Il faut un seul statut, l'aménager en ce qui concerne les cotisations RSI de façon à ne pas étrangler les créateurs d'entreprises. Ca ne résoudra pas le problème du travail au noir, mais ça aura le mérite de clarifier les choses sur les chantiers.

JB a raison : il faut une norme unique  a répondu le 01/10/2012 à 18:29:

JB a raison : il faut une norme unique, un seul statut : celui de l'auto-entrepreneur, une fois les seuils d'activité supprimés, doit être décliné à toutes les entreprises quelles que soient leur taille, leur forme ou leur activité. Le statut de l'auto-entrepreneur doit devenir la norme en France.

henry  a écrit le 01/10/2012 à 13:44 :

Bonjour.

Où avez-vous lu cette modification dans le projet de Loi de Finances 2013 ?
J'ai eu beau lire et relire le texte déposé à l'Assemblée Nationale ce 28 Septeùmbre (http://www.assemblee-nationale.fr/14/pdf/projets/pl0235.pdf) je n'y trouve rien de tel !

merci les séniors  a écrit le 01/10/2012 à 13:10 :

pour cette france que vous nous laissez, sclérosée, ruinée au seul profits des séniors et des rentiers...nous n avons pas d autre choix que de partir ... adieu

lodeb  a écrit le 01/10/2012 à 12:53 :

Si nous avons le devoir de payer toutes nos dettes liées aux risques que nous avons pris.
Nous avons le droit de vivre de notre travail, de notre imagination, du risque que nous avons pris et des idées et nouveaux marchés que nous avons lancés avec succès.
Entreprendre est un métier très périlleux et le succès s'il arrive ne dure toujours qu'un temps.
Combien d'entreprises, en se battant chaque, voyaient leur CA doubler chaque année pour au final 5 à 10 années plus tard, déposer le bilan, faute souvent d'absence de capitaux propres et d'investisseurs, combien ? combien de projets porteurs ont dû être abandonnés fautes de capitaux, combien ? il n'y que des milliers d'exemples en France, il n'y a que ça, des projets abandonnés faute de capitaux suffisant.
Mais nous sommes libres et nous nous mobiliserons pour croire en un avenir meilleur, pour que les hommes et femmes de notre pays puissent continuer à rêver de lancer un jour le projet qui leur tient à coeur et arriver à en vivre dignement.

Top !  a écrit le 01/10/2012 à 12:45 :

une e-manif a été créée pour le soutien des entrepreneurs en France ! Rejoignez le mouvement ! http://www.e-manif.fr/Contre-le-Projet-de-Loi-de-finances-2013-et-pour-lEntrepreneuriat-en-France--emanif2-579.html

lodeb  a écrit le 01/10/2012 à 12:42 :

Dans une démocratie, il n'y finalement que trois choix :
Vous mobiliser, partir ou crever.
Le dernier choix est plutôt suicidaire.
Mais c'est peut être ce que notre gouvernement souhaite.
Plus de capitaux = plus d'entreprise, plus de moyens pour innover et créer de la valeur
plus d'entreprise = pertes des emplois
pertes des emplois = dettes publiques, déficit, travail au noir et au final faillite de notre République.
Mobilisez vous tous, quelques soient affinités politiques.
Il s'agit de l'avenir de la France, de son énergie, tous ceux, salariés du privé, entrepreneur, techniciens, cadres... tous ceux qui créent de la valeur, valeur qui finalement ne sera qu'au seul profit de notre Etat incapable de se réformer, cela jusqu'à épuisement des Français et la ruine de notre pays.
je n'ai jamais manifesté de ma vie, je commencerai le samedi 6 octobre à Paris.
Avant de partir en Belgique ou à Londres à la fin du mois, jusqu'à ce que nos politiciens qui ne savent ce que c'est de créer de la valeur ou d'économiser par des gains de productivité comprennent, comprennent que les forces vives du pays n'en peuvent plus de leur morale, de leur soi disant "patriotisme fiscal"
J'aime mon pays, je suis tolérant, mais avnat, je dois faire vivre ma famille et à 42 ans, je ne suis pas accepté aux concours de fonctionnaires.. je fais quoi ?
on fait quoi... on continue de pleurer sur notre sort de travailleur indépendant, de petite entrepreneur, de dirigeant de PME ou de fondateur de start up, on fait quoi.
Et bien on fait comme Mélenchon, Dimanche dernier, on se mobilise.
Et croyez moi, si les forces vives se mobilisent, ce sera plus d'un million de personnes qui seront sur Paris.
Laissez nous travailler, laissez nous vivre et payes nos impôts.
Au delà de 50% d'impôts et de charges sociales, ce n'est que du vampirisme d'Etat au profit des collectionneurs d'oeuvre d'art exonérés et des investisseurs dans des hôtels antillais, c'est une honte pour notre République.
Les niches fiscales qui sont restées au PLF 2013 ne le sont que pour les plus fortunés, c'est à dire les hauts fonctionnaires, leurs amis Enarques, et les professions libérales reglémentées qui ont un monopole et facturent bien cher le peu de services qu'ils rendent à leur clients qui n'ont pas le choix.
Mobilisez vous, merci.


churchill  a répondu le 01/10/2012 à 13:01:

oui, quand on ne saccage pas des sous prefectures, bizarrement, personne n'entend...

DRRW  a écrit le 01/10/2012 à 12:41 :

Lobbying a tous les etages, ou comment defendre ses petits interets. A lire cet article on a clairement l'impression que seuls les investissuers travaillent en France. Qui est assez bete pour gober ce type d'argument? On pourrait egalement soutenir que les entrepreneurs doivent ne supporter aucune taxe, simplement parce que genetiquement ils sont faits pour soutenir le developpement humain dont d'autres profitent. En csq, seuls les pofiteurs doivent etre assujetis a l'impot. Qui est le pigeon de l'histoire?

@DRRW  a répondu le 01/10/2012 à 12:58:

il ne suffit pas de travailler, encore faut-il créer de la valeur....
mais cela ne vous concerne pas, peut-être ?

DRRW LOOOL  a répondu le 01/10/2012 à 12:59:

Il faut savoir faire la différence entre ceux qui prennent le risque d'investir et ceux qui choisissent la stabilité d'un emploi type CDI?
Un entrepreneur a tout à faire et son objectif est bien sur d'embaucher dès qu'il le pourra?
tu m'as l'air d'être quelqu'un assez frustré et borné.

Paulo  a répondu le 01/10/2012 à 13:01:

A part les entrepreneurs, qui crée de la richesse ? Vous ?

Instant-Gestion  a répondu le 01/10/2012 à 13:19:

Il ne s'agit pas là d'opposer les investisseurs aux travailleurs, lorsque l'on parle des entrepreneurs dans cet article, il ne s'agit pas des grands groupes, des plus fortunés - dont les niches fiscales sont conservées au demeurant -, non il s'agit des entrepreneurs (PME/PMI) et auto-entrepreneurs lambda. Ces entrepreneurs ne demandent pas à ne payer aucune taxe, mais entre participer à l'effort national pour lequel nous sommes tous d'accord et être spolié il y a une marge et cette marge est franchie dans le PLF 2013. Et n'oubliez pas, s'il n'y a plus d?entrepreneurs, il n'y aura plus d'emplois salariés, alors plutôt que de nous opposer, mobilisons nous ensemble.

Qui est le pigeon de l'histoire ? Mais nous sommes tous les pigeons de l'histoire, salariés, entrepreneurs, citoyens, par contre nos politiques eux ne sont pas ni les pigeons, ni les dindons de la farce puisque dès lors qu'il s'agit de sauvegarder leurs intérêts (cumul des mandats - régime spécial de retraite des députés - etc.), il n'y a ni droite ni gauche, il n'y a qu'à lire les différents rapports de la cour des comptes pour s'en rendre compte.

DRRW  a répondu le 01/10/2012 à 15:32:

Desole mais je ne crois ni a la theorie du grand complot, ni a cette pseudo defense des entrepreneurs. D'ailleurs, il serait peut etre bon de regarder a quoi correspond ce terme. Je considere comme beaucoup payer trop d'impot et que malgre une imposition tres elevee la france ne fonctionne pas bien, ce qui est de la responsabilite de nos gouvernants mais aussi la notre puisque nous les elisons. Maintenant ce lobbying au profit des entrepreneurs sauveurs de la nation en commencant par eux meme, je n'hadere pas mais pas du tout. C'est meme l'un des pb de notre pays que d'offrir systematiquement une scene mediatique a des VRP de petits interets brailleurs. A partir de la si des esprits simplistes considerent que cela fait de moi un fonctionnaire, un socialiste voir un frustre et un borne, ils sont libres, ce qui inclu le droit d'ecrire des aneries.

instant-gestion  a répondu le 01/10/2012 à 16:49:

Il ne s'agit là ni de la théorie d'un grand complot, ni à considérer les entrepreneurs sauveurs de la notion, il s'agit simplement de dire que la liberté d'entreprendre ne doit pas être entravée par une taxation trop lourde (vous dites vous-même payer trop d'impôts).

Pour la petite histoire, j'ai investi dans mon auto-entreprise, les 3/4 de mes économies, je mise sur un ROI à 24 mois pour ensuite basculer sur le statut de PME et créer de l'emploi. Ce risque, je l'ai pris seul et je l'assume pleinement, seulement, aujourd'hui l'état décide de manière unilatérale et sans concertation de changer les règles du jeu. Si cette loi de finance est votée, quid de mon entreprise ? Avouez que je puisse être en colère.
Pour conclure, je ne prends pas pour moi votre dernière phrase, il s'agit de votre avis et je le respecte quand bien même je ne suis pas d'accord avec vous, c'est aussi cela la démocratie.

BRAVO  a écrit le 01/10/2012 à 12:33 :

sans équivoque, bravo!

juste un mot aussi pour souligner que les politiciens ne comprennent pas la notion de capital risque et le rapport entre risque et rendement.
Comment leur en vouloir lorsque les frais de campagne leurs sont payés même quand ils perdent !!

Entrepreneur-Pigeon-depuis-7-ans  a écrit le 01/10/2012 à 12:28 :

Ces fonctionnaires professionnels, (comprenez énarques n'ayant jamais produit de valeur de leur vie), proposent une réforme bien stupide et bien destructrice qui va tuer dans l'oeuf tout nouveau projet porté par un entrepreneur motivé et volontaire !
Et pour tous ceux qui ont déjà fait l'effort de prendre en main leur destin, c'est à dire de monter une société, de créer des emplois de se battre au quotidien pour faire manger tout le monde : c'est juste la douche froide, un coup de massue, une insulte ...
Je veux rester en France ! J'aime mon pays ! Ils vont me le faire quitter ...
Messieurs les députés, faites preuve de bon sens, amendez ce truc bon sang !

Instant-Gestion  a écrit le 01/10/2012 à 12:01 :

Témoignage d'un pigeon:
A la création du régime d'auto-entrepreneur, j'ai pris la décision de créer ma société sous ce régime et de développer un logiciel de gestion et comptabilité pour auto-entrepreneur. Pour l'anecdote cette idée m'était venue suite à la lecture d'un article ou il était écrit que 80% des auto-entrepreneurs utilisaient un tableur pour la réalisation de leurs devis et factures. Ce que je pensais me prendre 6 mois m'a pris 2 ans et demi, j'y ai investi les 3/4 de mes économies, non par obligation mais parce que je crois en mon produit et que le régime d'AE me le permettait puisque je conservais mon activité principale. Sans ce régime, Instant-Gestion n'aurait jamais vu le jour, l'auto-entreprise étant, à mon sens, un tremplin avant de basculer vers la PME/PMI. Monsieur le premier ministre, mesdames les ministres, vous pouvez casser le régime de l'auto-entreprise, mais pour quel gain ? Vous imaginez-vous que tous les AE vont passer sur des statuts d'EI, TPE, etc. ?, Vous imaginez-vous que les auto-entrepreneurs ont les reins suffisamment solide pour supporter une hausse de leurs cotisations sociales et fiscales ? Il s'agit là d'une grossière erreur !! Réveillez-vous, vous avez avec les auto-entrepreneurs les PME/PMI de demain, alors plutôt que de vous acharner à le détruire, améliorons-le, développons-le et pérennisons-le pour faire de la France un pays ou il ferait bon entreprendre. A way of life à la française !

julien  a répondu le 01/10/2012 à 13:17:

comment s'appelle ton logiciel... il m'interesse?

Instant-Gestion  a répondu le 01/10/2012 à 19:25:

@Julien.
La publicité étant interdite, il suffit pour le trouver de googler mon pseudo ;-)

Bravo  a écrit le 01/10/2012 à 11:34 :

Bravo, très belle initiative la création de ce mouvement!
Continuez ainsi, une majorité de la population vous soutien.

pmxr  a écrit le 01/10/2012 à 11:11 :

Je me demande si le but de notre gouvernement n'est pas de détruire tout ce est est productif ?!..... on va droit dans le mur !!!!!!!!!!!!

jammy  a répondu le 01/10/2012 à 17:31:

mais si ,avec les socialistes c'est la prime à la médiocrité.Je m'explique:imaginons que j'arrive encore à gagner un peu d'argent avec mon travail,et qu'après avoir payé mes impots de toutes sortes ,les taxes directes et indirectes,imaginons qu'il me reste trois sous que je décide d'investir dans l'économie de mon pays pour développer et créer de la richesse ,et bien que va t'il se passer,..si je perd l'argent investi,personne ne va me plaindre ,si je gagne,je vais être taxé dans des proportions indécentes au nom du capitalisme dormant insuportable,inoui...alors j'ai décidé ,si j'arrive à faire un peu d'économie en fin de mois ,je vais aux Bahamas jouer au casino,au moins j?aurai pris du plaisir à perdre ou à gagner et tant pis pour la richesse nationanle

RICHENDORMANT  a écrit le 01/10/2012 à 10:46 :

C'est tout l'immobilier spéculatif et les voyous de la finance et de la bourse qu'il faut taxer et imposer lourdement. L'immobilier des résidences secondaires, les locaux commerciaux et les bureaux fermés, les locations vides plus de 2 mois par an, tout l'immobilier logistique d'importation en provenance des pays de l'esclavage, TOUT CET immobilier de spéculation coute très cher à la société et aux colelctivités locales car il faut surdimentionner les infrastructures routières, les réseaux d'eau, d'assainissement, d'électricité, construire des parkings, tout cela pour moins de 1 à 2 mois d'occupation par an.... c'est un CANCER cet immobilier spéculatif.

Denis  a répondu le 01/10/2012 à 12:31:

Nos hommes politiques investissent leur argent dans l'immobilier et les œuvres d'art. Pourquoi croyez-vous que ces choses là ne soient pas ou peu taxés?

start-up  a répondu le 01/10/2012 à 15:30:

Je suis dans le cas des fondateurs de start-ups notamment ceux qui détiennent à la création plus de 25%

Nous sommes en attente de cette loi avec un activité d'export à plus de 65% de notre chiffre d'affaire qui est pourtant nécessaire à la France nous quitterons la France si cette loi est voté.
Il existe des milliers de start up qui ne sont pas des commerces de proximité comme une boulangerie et pour qui avoir une presence en france ou dans un des pays de la CEE est équivalent.

il est hors de question de payer 75% de taxe sur la vente d'une entreprise sauf si demain nous pourrions déduire les années de salaires que nous n'avons pas percu pour faire vivre entreprise au demarrage les retraites que nous n'avons pas cotisé car entreprise avait besoin de l'argent et bien d'autres choses encore .

un entrepreneur n'est pas épargnant qui acheté et revends des actions .
Espérons que un jour nos politiciens comprendrons que la France à aussi besoin de quelques milliers de start up qui commercialisent des services des produits à des consommateurs qui ne vivent pas en france .

déjà faire du commerce depuis la France quand nous sommes pas vraiment le plus compétitif en terme de taxe , TVA , charge sociale et une réglementation administration lourde faut vraiment être motivé
donc 75% est une très bonne raison de déplacer une entreprise en dehors de la France .

Et franchement dans mon cas je n'aurais aucun remords car nous profitons pas de la France nous participons plutôt au fonctionnement de celle ci à chaque fois que nous vendons des produits à des consommateurs qui ne vivent pas en France .

letroll  a répondu le 03/10/2012 à 8:45:

juste une question qui me vient : tous les créateurs de startup sont en train de s'exciter et de menacer de quitter la France, mais au fait , combien d'emplois réels sont créer par les start up en question ? quelques centaines au maximum ... anecdotique . Il serait plus important de soutenir la création et le développement d'entreprises industrielles ou de service développant vraiment l'emploi.