Internet des objets : le français Actility, concurrent de Sigfox, lève 70 millions d'euros

 |   |  599  mots
Actility, concurrent de Sigfox dans les réseaux de l'Internet des objets, réussit une levée de fonds massive de 75 millions de dollars (70 millions d'euros) pour se déployer à l'international.
Actility, concurrent de Sigfox dans les réseaux de l'Internet des objets, réussit une levée de fonds massive de 75 millions de dollars (70 millions d'euros) pour se déployer à l'international. (Crédits : Actility)
La startup de Lannion, adepte de la technologie LoRa rivale de Sigfox dans les réseaux de l'Internet des objets, lève 75 millions de dollars (70 millions d'euros) auprès de Creadev, Bosch, et Inmarsat, ainsi que ses investisseurs historiques. L'objectif : mener des acquisitions et accélérer son déploiement à l'international.

Nouvel épisode dans la bataille des réseaux bas débit de l'Internet des objets (IoT). La startup française Actility, fondée à Lannion en 2010, annonce ce mercredi 12 avril une nouvelle levée de fonds, sa cinquième, d'un montant de 75 millions de dollars (plus de 70 millions d'euros). Ce qui porte à 105 millions d'euros le total des fonds levés depuis sa création.

Connecter les objets par le bas débit

Actility est un des membres fondateurs de l'alliance LoRa, qui fédère une vingtaine d'acteurs mondiaux de l'Internet des objets, dont Bouygues Télécom, Orange, Cisco, IBM ou encore ZTE. Leur point commun : tous ont adopté la technologie bas débit LoRaWAN, inventée par la startup grenobloise Cycleo, qui fonctionne par ondes radio bidirectionnelles longue portée pour connecter les objets entre eux.

Actility commercialise une solution, baptisée ThingPark, qui se revendique comme "la seule plate-forme d'accès IoT clé en main". Elle permet de gérer l'ensemble du cycle de vie, de la gestion automatisée d'objets connectés à l'analyse et au contrôle des données, jusqu'à leur monétisation. L'alliance LoRa, déployée partout dans le monde, a pour principal concurrent une autre technologie, elle aussi française, inventée par le toulousain Sigfox, actuel leader mondial des réseaux IoT, qui a lui aussi levé 150 millions d'euros à l'automne dernier.

Objectifs : recruter, investir et conquérir les marchés émergents

Pour ce cinquième tour de table, Actility, qui compte 180 employés dont 141 en France, accueille à son capital le fonds d'investissement de la famille Mulliez (Auchan), Creadev, le groupe industriel Bosch, et le spécialiste des réseaux satellites Inmarsat. Ses investisseurs historiques, c'est-à-dire les fonds Idenvest, Ginko Ventures et Orange Digital Ventures ainsi que l'industriel Foxconn et les opérateurs télécoms Swisscom et le néerlandais KPN, remettent aussi au pot. Le fonds Ecotechnologies, géré par Bpifrance, ajoute de son côté 10 millions d'euros.

Mike Mulica, Pdg d'Actility depuis l'an dernier, estime que le temps est venu d'accélérer:

« Cette levée de fonds nous permettra de faire croître notre technologie et notre plate-forme d'écosystème plus rapidement, pour répondre aux besoins de nos clients qui sont de grands industriels qui déploient par exemple des applications de géolocalisation ou de suivi de services et d'objets" explique-t-il.

La startup, qui a signé en 2016 deux accords majeurs aux Etats-Unis et au Japon avec des opérateurs télécoms pour y déployer son réseau, vise à s'étendre partout et notamment dans "l'usine du monde", la Chine et l'Asie du Sud-Est.

Actility, l'une des sept prochaines licornes françaises ?

Actility compte aussi recruter à partir de juillet 2017 pour muscler sa puissance commerciale et renforcer son équipe d'ingénieurs, qui représente déjà 60% des effectifs. Des "acquisitions stratégiques" ne sont pas non plus à exclure, d'après le dirigeant, pour "élargir notre portefeuille technologique et asseoir notre prééminence dans les réseaux LPWA" [pour low power wide area, ou faible consommation et longue portée, NDLR].

Considérée comme l'une des pépites les plus prometteuses de la French Tech, Actility a été identifiée en février dernier par la plateforme Tech Tour, qui fédère des investisseurs et entrepreneurs européens, comme l'une des 50 futures licornes du Vieux Continent, c'est-à-dire les startups non-cotées mais valorisées plus d'un milliard de dollars. La liste, qui comprenait seulement sept startups françaises, distinguait aussi un certain... Sigfox.

     | Lire. Startups : bientôt sept nouvelles licornes françaises ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/04/2017 à 20:49 :
C'est important que des StartUp Françaises du numérique soient ainsi reconnues et soutenues, surtout dans des secteurs aussi stratégiques. En cas de réussite, cela permettra peut être de faire comprendre aux financiers et aux dirigeants politiques, l’intérêt d'investir dans la RetD et dans les technologie d'avenir.
Malgré le peu d’élus dans la FrenchTech, l'expertise et l’intelligence y sont, reste à trouver la raison de cet espèce "d’attentisme ambiant", sinon de conservatisme.
a écrit le 12/04/2017 à 9:10 :
Où le concept qui serait mort né si les financiers ne le soutenaient pas artificiellement, il me tarde de le voir aller dans le mur.
Réponse de le 12/04/2017 à 17:29 :
Pourquoi mettez-vos en doute cette nou╕lle ▼»↓...ö╕♠♪- qui ⌐├ semble promise à un bel a╚∟enir ?

Envoyé depuis mon terminal L0Ra.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :