Startups : bientôt sept nouvelles licornes françaises ?

 |   |  843  mots
Les trois fondateurs de la startup française Devialet, spécialiste des enceintes haut-de-gamme, distinguée dans le Top 50 des futures licornes établi par Tech Tour.
Les trois fondateurs de la startup française Devialet, spécialiste des enceintes haut-de-gamme, distinguée dans le Top 50 des futures licornes établi par Tech Tour. (Crédits : Devialet)
La plateforme Tech Tour publie son classement annuel des 50 futures licornes du Vieux Continent. Si le Royaume-Uni et l'Allemagne font toujours la course en tête, la France progresse avec 7 startups qui pourraient devenir des licornes si elles poursuivent leur hyper-croissance.

Faire émerger des géants mondiaux du numérique devient une obsession en Europe à l'heure où la révolution numérique (transformation digitale des entreprises, généralisation du big data et de l'intelligence artificielle...) crée de nouvelles opportunités pour les startups opportunistes. Alors que l'UE s'est dotée de l'ambition de créer un marché unique européen du numérique, le Vieux Continent saura-t-il se faire une place parmi les puissants de l'économie du XXIe siècle, dans le sillage des Google, Apple, Facebook et Amazon qui ont réussi à s'immiscer au sommet de la hiérarchie des plus grandes capitalisations mondiales ?

Rien de moins sûr, mais quoi qu'il en soit, de plus en plus de startups européennes affichent haut leurs ambitions et frappent à la porte du club des licornes, ces pépites non-cotées et valorisées au moins un milliard de dollars. Le site CB Insight, qui analyse le monde de la tech, en recense aujourd'hui 186 dans le monde. Mais seulement 18 se situent en Europe, dont à peine deux en France (la lilloise OVH, spécialiste du cloud, et le géant du covoiturage Blablacar).

Sept espoirs français dans le Top 50

Cela pourrait changer, comme le montre Tech Tour. Depuis trois ans, cette plateforme, qui fédère des investisseurs et entrepreneurs européens, établit sa liste annuelle des « 50 futures licornes européennes ». Sélectionnées par un jury d'experts en fonction de leur croissance, de leur potentiel et des fonds levés sur les trois dernières années, Tech Tour a identifié sept sociétés françaises susceptibles de devenir des licornes, contre seulement quatre l'an dernier.

Parmi elles, la plus connue est le fabricant d'enceintes haut-de-gamme Devialet, qui a levé 100 millions d'euros fin 2016. La liste est complétée par deux opérateurs télécoms de l'Internet des objets (Actility et le toulousain Sigfox, qui a levé 150 millions d'euros l'an dernier) et par le spécialiste du « web profond » Cedexis. Le fabricant de lasers Amplitude, le spécialiste du stockage dans le cloud Scality et le concepteur de capteurs Crocus Technology, sont aussi distingués.

Lire aussi : Amplitude, future licorne française ?

Seul la société Synthesio, qui fournit des outils de gestion de l'e-reputation des marques sur les réseaux sociaux, a disparu de la liste par rapport à l'édition 2016. A l'inverse, Devialet, Amplitude Technology, Crocus Technology et Scality l'intègrent pour la première fois. A l'exception notable de Devialet, qui commercialise ses enceintes à destination du grand public, toutes les autres startups évoluent dans le BtoB, comme la plupart des licornes actuelles, ce qui explique qu'elles soient peu connues.

Royaume-Uni et Allemagne toujours devant mais le reste de l'Europe progresse

Comme l'an dernier, le Royaume-Uni et l'Allemagne abritent à eux seuls plus de la moitié de ces startups prometteuses: 19 pour le Royaume-Uni (-1 par rapport à 2016) et 9 pour l'Allemagne (=). Dans des domaines souvent différents de ceux de la France. Au Royaume-Uni par exemple, huit de ces 19 potentielles licornes sont des fintech, dont LendInvest, Algomi et Calastone.

Mais le palmarès 2017 présente une évolution notable : la montée en puissance d'autres écosystèmes d'innovation, qui rattrapent leur retard sur les deux champions européens. Ainsi, la France passe de 4 à 7 potentielles licornes, tandis que l'Espagne, absente l'an dernier, impose quatre de ses pépites : AlienVault (cybersécurité), Carto (big data pour applications utilisant la cartographie), Scytl (technologie de vote par internet) et la plateforme de shopping mobile Wallapop.

338 millions de dollars de valorisation, 9.000 emplois créés

Au total, l'ensemble des startups du Top 50 sont valorisées 338 millions de dollars et ont créé environ 9.000 emplois. Elles sont jeunes : 38 d'entre elles ont moins de 10 ans. Mais elles ont déjà levé beaucoup d'argent : 3,7 milliards de dollars au total. Le rapport constate également l'essor des startups dans les domaines du big data, de l'Internet des objets et de la sécurité, des domaines dans lesquels « l'Europe présente un avantage compétitif » par rapport aux Etats-Unis et à l'Asie.

Combien de ces startups réussiront-elles à devenir des licornes ? C'est tout l'enjeu des années à venir. Pour cela, il faudra continuer à lever des fonds, poursuivre l'expansion internationale et ne pas succomber aux sirènes du rachat. Mais le rapport se veut optimiste. « L'écosystème européen ne cesse de grossir et de prendre de l'ampleur » affirme Tech Tour, qui souligne que 52% des startups du Top 50 ont au moins un investisseur américain à leur capital. Une preuve que les plus grands fonds d'investissement mondiaux s'intéressent de plus en plus aux pépites européennes.

Les startups du Tech Growth Tour 50 2017, par pays

Royaume-Uni (19) : Acturis, Alfresco, Algomi, Blippar, Calastone, Currency Cloud, Darktrace, Deliveroo, Drayzon, E-Leather, Fenergo, Huddle, Improbable, Lendinvest, Nutmeg, PPro, Secret escapes, Telensa, Worldremit.

Allemagne (9) : B2x, Babbel, eGym, Get Your Guide, Kreditech, NexThink, Nfon, Outfittery, Souncloud

France (7) : Actility, Amplitude Technology, Cedexis, Crocus Technology, Devialet, Scality, Sigfox

Espagne (4) : AlienVault, Carto, Scytl, Wallapop

Portugal (3) : Feedzai, Talkdesk, Uniplaces

Pays-Bas (2) : Catawiki, Wetran

Suisse (2) : New Voice Media, Sophia Genetics

Danemark (2) : Trustpilot, Vivino

Suède (1) : Truecaller

Hongrie (1) : Prezi

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/02/2017 à 14:09 :
la CB insight sur laquelle se base se classement mentionne aussi Promasidor: boite sud africaine fondée en 1982 qui fait de la bouffe... c'est ni technologique, ni une start-up. Dans ce cas, on pourrait tout aussi bien mettre Cargill et Mars dans la liste. Classement absurde.
a écrit le 23/02/2017 à 17:15 :
Squareway de vivaction le système de protection voix et data pour mobile figurera t il dans les 🦄 ???
Top pour les entreprises avocats banques politiques etc ...
a écrit le 23/02/2017 à 8:47 :
la france va vite arriver a un gros souci
la loi dailymotion, le droit de regard de l'etat et des salaries sur la gestion, l'obligation de prevenir tt le monde en ca sde vente, la loi florange, l'euthanasie des business angels francais, etc etc etc
vaut mieux creer sa boite ailleurs si on veut la faire grossir, ou faire entrer des gens qui pourront revendre le jour j si ca marche
sinon on peut les financer en confisquant les 30 milliards de la formation et les biens des syndicats nantis
Réponse de le 23/02/2017 à 10:18 :
Toujours les mêmes rengaines libérales.
Réponse de le 25/02/2017 à 0:34 :
On dirait que Churchill est assez maso pour rester dans un pays qu'il critique en permanence dans les forums.
J'ai travaillé dans de nombreux pays et c'est le meilleur moyen d'apprécier es atouts de la France, on est loin de la caricature que tu tentes de propager.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :