PLTJE 2016 : Lille et sa région ont choisi leurs champions

 |   |  712  mots
Les six gagnants de la région Nord-Est, qui ont gagné le droit de défendre leurs couleurs en mars prochain, face aux autres lauréats de l'Hexagone.
Les six gagnants de la région Nord-Est, qui ont gagné le droit de défendre leurs couleurs en mars prochain, face aux autres lauréats de l'Hexagone. (Crédits : DR)
La sélection régionale Nord-Est du Prix La Tribune-BNP Paribas Jeune Entrepreneur s’est achevée jeudi. Après une intense journée de pitch, six sociétés ont décroché leur ticket pour la finale de l’événement, qui aura lieu à Paris, le 9 mars prochain.

Qui seront les pépites françaises de demain ? C'est pour tenter de les dénicher que depuis le mois de novembre, La Tribune fait escale dans les régions de l'Hexagone, pour sélectionner les lauréats de son Prix Jeune Entrepreneur, organisé avec BNP Paribas. Jeudi, Lille et sa région étaient à l'honneur. Pendant une journée, une quinzaine de créateurs d'entreprise, présélectionnés sur dossier, ont défendu leurs idées, produits et business model auprès d'un jury de professionnels. Parmi eux, des représentants de La Tribune ainsi que d'Orange, de BNP Paribas, d'AG2R La Mondiale, EDF Entreprises et de BPI France, sponsors de l'événement, ont débattu pour désigner leurs candidats.

In fine, six lauréats ont décroché leur ticket pour la finale du prix, qui se déroulera à Paris le 9 mars prochain, avec tous les autres champions régionaux de l'Hexagone. Les résultats définitifs seront dévoilés le 4 avril prochain, lors d'une grande cérémonie au Grand Rex.

Dans la catégorie Green Business, c'est la société Intent Technologies qui a décroché la timbale. Jean-Philippe Régnier, son chargé d'affaires et responsable des partenariats, a fait l'unanimité aux yeux du jury. Créée en 2011, cette entreprise développe une plateforme centralisant les données et applications issues des différents équipements de l'habitat. Avec cet outil, Intent Technologies veut faire éclore tout un écosystème de services nouveaux (concernant le chauffage, la consommation d'eau ou d'électricité par exemple) qui permettront, à terme, de mieux maîtriser les coûts d'exploitation.

Dans la catégorie Industrie, A-Volute a fait l'unanimité. Cette société, fondée en 2004 par Tuyen Pham et Ambroise Recht. Ce dernier a remporté les faveurs du jury avec sa technologie de son immersive, qui connaît un franc succès dans le monde du jeu vidéo, mais aussi dans le secteur de la défense. Concrètement A-Volute propose une solution logicielle de pointe permettant, à partir d'un appareil stéréo standard, d'offrir une sensation d'écoute en trois dimensions.

Dans la catégorie Numérique, l'énergie de Claire Jolimont (25 ans seulement), à la tête de PingFlow, a fait mouche. Son créneau ? L'usine digitale. PingFlow propose aux gros industriels de véritables « tableaux de bord digitaux ». Ceux-ci affichent en temps réel des indicateurs et informations d'activités opérationnelles pour épauler les managers dans leurs décisions. Deux ans après sa création, PingFlow affiche déjà de grosses références, comme Renault ou Stelia Aerospace (filiale d'Airbus).

Dans la catégorie Santé, la startup MDoloris s'est démarquée. Pendant son pitch, Rémi Talle, son directeur financier a décortiqué ses produits : des dispositifs médicaux brevetés qui permettent d'évaluer, de quantifier et de mesurer la douleur ressentie par les patients. Et ce, afin d'épauler le corps médicale lorsqu'ils administrent, par exemple, des antidouleurs. Déjà présent en Europe, au Moyen-Orient, en Russie, en Amérique Latine et en Asie, la société, qui compte 20 employés, a le vent en poupe. Elle s'apprête notamment à boucler une levée de fonds de 4,5 millions d'euros.

Dans la catégorie Services, Alexis Quesney a gagné son ticket pour la finale. EcoTa.Co, sa société, propose un service de chauffeurs professionnels, « 20% à 30% moins cher qu'un taxi traditionnel », dont la réservation se fait via une appli sur smartphone ou un centre d'appel. Présent dans sept villes en France, cette solution s'adresse surtout à une clientèle professionnelle, souvent lors des déplacements vers les gares et les aéroports. C'est en se développant sur ce créneau que la société compte faire son nid, et ainsi se démarquer d'autres services grand public comme Uber.

Dans la catégorie Start, qui récompense les toutes jeunes sociétés, c'est What A Nice Place, d'Isabelle Bully, qui a séduit le jury. Son site permet à chacun de trouver de quoi meubler son chez-soi grâce à un outil de recommandations personnalisées, à grand renfort d'algorithmes prédictifs. C'est « une sorte de Tinder pour le mobilier », a résumé la jeune entrepreneuse lors de la remise des prix.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :