La Tribune

Méga-deal dans les télécoms russes autour de MegaFon

Alicher Ousmanov aura plus de 50% du capital de MegaFon. Copyright AFP.
Alicher Ousmanov aura plus de 50% du capital de MegaFon. Copyright AFP.
Emmanuel Grynszpan, à Moscou  |   -  530  mots
L'homme le plus riche de Russie prend le contrôle du numéro deux du mobile du pays. Le scandinave TeliaSonera voit sa participation diluée mais il empoche un superdividende.

Le magnat du fer Alicher Ousmanov, l'homme le plus riche de Russie, a fini par convaincre TeliaSonera de lui laisser prendre le contrôle de MegaFon, le numéro deux du mobile du pays. C'est l'opérateur télécoms nordique lui-même, soulagé de sortir d'un interminable conflit sur la gouvernance, qui a annoncé mardi qu'il était parvenu à un accord avec les deux autres actionnaires de MegaFon : au terme de ce dernier, il réduit sa participation de 43,6% à 35,6%, tandis qu'Altimo, la société du milliardaire russe Mikhaïl Fridman, sort complètement du capital et que le véhicule d'Alicher Ousmanov, AF Telecom, monte de 31,3% à 50% du capital plus une action. MegaFon verse pour l'occasion un dividende exceptionnel de 5,15 milliards de dollars (3,9 milliards d'euros) à ses actionnaires : TeliaSonera va ainsi empocher 1,85 milliard de dollars en dividende plus 1,45 milliard en échange de ses parts, mais le paiement de cette somme sera étalé sur quatre ans, avec intérêts, ce qui limite le débours nécessaire à court terme pour Ousmanov. L'action TeliaSonera a bondi de 6,4%.

Une valorisation de 20 milliars de dollars
La première fortune de Russie a aussi prévu d'introduire en Bourse, à Londres MegaFon. A travers l'accord qui vient d'être finalisé, l'opérateur aux 61 millions d'abonnés (rien qu'en Russie, sans compter le Tadjikistan, l'Ossétie et l'Abkhazie) est valorisé à environ 20 milliards de dollars, ce qui correspond grosso modo à l'évaluation faite par Raiffeisenbank au début du mois autour de cinq fois son résultat brut opérationnel avant dépréciation et amortissement (OIBDA). A titre de comparaison, France Télécom capitalise actuellement 27 milliards d'euros. Gueorgui Voronkov, analyste chez Finam, note que les deux autres opérateurs mobiles russes, MTS et Vimpelcom, qui sont cotés en bourse depuis plus d'une décennie, sont également valorisés à cinq fois leur OIBDA. Mikhaïl Fridman, qui est actionnaire à 25% de Vimpelcom, va désormais se concentrer sur cette participation dans cet opérateur qui est numéro trois du secteur en Russie mais numéro six au niveau mondial depuis son rachat des actifs d'Orascom (plus de 200 millions d'abonnés en cumulé).

"Deux oligarques obstinés"
TeliaSonera semble pressé de voir le marché déterminer la valorisation à travers une introduction sur le London Stock Exchange « dès que ce sera réalisable » a-t-il indiqué. Les actionnaires sont tombés d'accord pour placer 20% du capital et lever jusqu'à 4 milliards de dollars, l'une des plus grosses opérations de l'année. TeliaSonera conservera une minorité de blocage après l'opération, sa participation retombant à 25% plus une action. Une clause de la transaction stipule que si le placement n'est pas effectué avant la fin 2013, le groupe finno-suédois aura la possibilité de vendre 10,6% de MegaFon « au prix du marché ». Lors d'une conférence téléphonique, le directeur général de TeliaSonera, a expliqué « nous avons affaire avec deux des plus riches oligarques de Russie, très brillants mais aussi très obstinés. Ils ne parvenaient pas à s'entendre sur le prix que devait payer AF Telecom à Altimo. Il y avait un écart de 200 millions que nous avons décidé de combler » a-t-il raconté, comme le rapporte l'agence Bloomberg.

Réagir

Commentaires

gerardc27  a écrit le 26/04/2012 à 14:34 :

Je ne comprends pas qu'il ne cherche pas à acheter ALCATEL-LUCENT qu'il pourrait se payer comptant et pour pas cher.

jazzsoleil  a répondu le 08/05/2012 à 20:41:

je crois même -au prix actuel- qu'il pourrait se payer France Telecom en grande partie en cash. Il aurait ainsi d'un coup une ouverture en europe de l'ouest en en afrique.