La collecte du Livret A accélère sa hausse en mars

 |   |  351  mots
Le Livret A, malgré un taux de rémunération au plus bas, continue de séduire les épargnants.
Le Livret A, malgré un taux de rémunération au plus bas, continue de séduire les épargnants. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Passés le paiement du premier tiers de l'impôt et les soldes d'hiver, les particuliers renflouent traditionnellement leurs livrets d'épargne au mois de mars. L'année 2017 ne déroge pas à la règle avec une collecte positive pour le livret A et le livret de développement durable et solidaire (LDDS).

L'embellie de l'année 2016 semble définitivement se confirmer en ce début d'année 2017. Après une collecte très positive en janvier (2,89 milliards d'euros), puis légèrement plus faible en février (1,39 milliard d'euros), la collecte du livret A en mars remonte à 1,69 milliard d'euros, selon les données publiées par la Caisse des dépôts le 21 avril 2017.

Sur le premier trimestre de l'année, les épargnants ont donc déposé considérablement plus d'argent sur leur livret A qu'ils n'en ont retiré, avec une collecte cumulée s'élevant à 5,90 milliards d'euros. A titre de comparaison, la collecte cumulée était de 1,75 milliard d'euros en 2016 et elle faisait suite à deux années dans le rouge : - 9,29 milliards d'euros en 2015, - 6,13 milliards d'euros en 2014. Conséquence directe de ce regain de forme : l'encours tous guichets du livret A, soit l'ensemble des sommes présentes sur tous les livrets de France, se rapproche du niveau record atteint en 2013 (266,2 milliards d'euros), en arrivant à 265,4 milliards d'euros fin mars.

En parallèle, le livret de développement durable et solidaire (LDDS), ex-LDD, connaît, lui aussi, un mois de collecte positive en mars à 480 millions d'euros. Cela porte la collecte des deux livrets à 2,10 milliards d'euros et leur collecte cumulée à 6,89 milliards d'euros depuis le début de l'année.

Un mois traditionnellement porteur pour l'épargne

Cette hausse de fin d'hiver peut s'expliquer par plusieurs facteurs : le mois de mars est traditionnellement porteur pour l'épargne car il fait suite au paiement du premiers tiers provisionnel de l'impôt sur le revenu en février et aux soldes d'hiver. L'incertitude de cette période préélectorale pourrait également expliquer cette hausse de la collecte, les ménages ayant peut-être voulu favoriser une épargne liquide, soit disponible à tout moment sans incidence fiscale.

Toutefois, avec la remontée de l'inflation à 1,1%, le taux du livret A et du LDDS, maintenu à 0,75% au 1er février 2017 en fait deux produits d'épargne au rendement peu attractif. C'est donc toujours leur simplicité, leur aspect liquide et entièrement défiscalisé qui continuent à séduire les épargnants.

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/04/2017 à 18:24 :
si les gens savaient que ca finance les quotas obligatoires de logements sociaux a cote de chez eux, ils videraient leurs livrets vite fait bien fait

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :