Edouard Philippe veut s'en prendre aux aides au logement

 |   |  568  mots
Les aides au logement font partie des 3 leviers de réduction des dépenses publiques évoqués par Edouard Philippe lors de son discours de politique générale.
Les aides au logement font partie des 3 leviers de réduction des dépenses publiques évoqués par Edouard Philippe lors de son discours de politique générale. (Crédits : REUTERS/Philippe Wojazer)
Après avoir été rabotées à deux reprises par le gouvernement précédent, les aides au logement pourraient encore diminuer sous le gouvernement mené par Edouard Philippe.

Edouard Philippe va-t-il mettre les aides au logement au tapis ? Dans son discours de politique générale, prononcé devant l'Assemblée nationale le 4 juillet, le Premier ministre a déclaré vouloir "repenser les politiques publiques inactives" en prenant l'exemple des aides au logement, qui coûtent cher et ne donnent "pas assez de résultats".

Les aides au logement sont la cible de nombreuses critiques depuis des années. Elles sont jugées trop coûteuses, fustigées pour leur assiette trop large permettant à des gens qui n'en ont pas besoin d'en bénéficier, on leur reproche même de contribuer à la hausse des loyers en étant répercutées sur leur montant par les propriétaires. Et le Premier ministre compte peut être y porter le coup fatal suite à cette annonce. Reste à savoir qui sera touché et quel montant pourra être économisé.

17,7 milliards d'euros... pour 6,3 millions de foyers

Les derniers chiffres connus sur les aides au logement remontent à 2014. Et leur montant, 17,7 milliards d'euros, représentait à l'époque 1% du PIB Français. Le terme aide au logement regroupe en réalité trois dispositifs distincts :

  • l'aide personnalisée au logement, réservée aux locataires de logements conventionnés (logements sociaux),
  • l'allocation de logement familiale (ALF)
  • l'allocation de logement sociale (ALS) destinée aux ménages du secteur privé qui n'ont ni accès à l'APL, ni à l'ALF. Cette catégorie concerne principalement les étudiants.

Ces trois aides sont perçues par 6,3 millions de foyers, et c'est un des principaux reproches qui leur est fait : elles concernent trop de monde, et des gens qui n'en ont pas forcément besoin. Une des pistes de réforme pourrait être celle d'un recentrage des aides sur les plus démunis. Les dernières ministres du logement avaient d'ailleurs déjà commencé à réduire le public touché.

Deux coups de rabot sous Hollande

En juillet 2016, près de 80.000 foyers ont vu leurs aides réduites ou supprimées suite à la mise en place d'un nouveau barème, qui prévoit que le montant de l'aide au logement soit "diminué lorsque le loyer principal dépasse un premier plafond de loyer" et qu'il "décroît proportionnellement au dépassement de ce premier plafond", selon le décret d'application. Cette mesure avait été prise dans l'optique d'empêcher les APL de favoriser la hausse des loyers.

| Lire aussi : APL: 80.000 foyers impactés par les nouvelles règles

En octobre 2016, c'est la base de calcul servant à déterminer le montant des APL qui a été modifiée. Les produits financiers, livrets d'épargne compris, et les biens immobiliers sont désormais intégrés au calcul dès lors que leur montant total dépasse 30.000 euros. Selon les chiffres fournis par le gouvernement de l'époque, 650.000 ménages seraient touchés par cette mesure.

| Lire aussi : Les APL désormais calculées en fonction du patrimoine

Quel sera donc la prochaine étape, le prochain stade dans la refonte des aides au logement ? Le gouvernement d'Edouard Philippe pourra donc, au choix, soit continuer à réduire le champ des ménages concernés par les différents dispositifs, réduire le montants des aides, voire même, les supprimer définitivement. Quelle que soit la voie choisie, cela ne se fera pas sans encombres, les associations et syndicats veillant au grain pour que les finances des ménages ne soient pas (trop) pénalisées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/07/2017 à 22:04 :
" ...afin que les finances des ménages ne soient pas (trop) pénalisées....."
... Quelle foutaise !
Depuis des décénnies les gouvernements ne savent faire QUE ça : taxer , ponctionner , lessiver les ménages , sans jamais s'en prendre aux privilégiés , aux lobbies ,aux parasites faiseurs de fric et ce grace a la docilité de citoyens résignés et dociles avec le chômage qu'on agite au dessus de leurs tètes a chaque occasion !
Quel pays .... !
Réponse de le 10/07/2017 à 13:26 :
Juste pour votre éclairage, quand on diminue une aide à quelqu'un on ne le taxe pas.
Quand à s'en prendre aux riches, vu le nombre de contribuables aisés qui ont quitté la France, c'est que cela doit être fait...
Réponse de le 10/07/2017 à 17:27 :
@brice

Il en reste un peu.

Dans ce grand échiquier mondial, les pays européens continuent à tenir leur rang. Ainsi avec 2,4 millions de millionnaires, le Royaume-Uni arrive en deuxième position de ce classement. De son côté, la France se hisse encore au quatrième rang, avec 1,8 million de super riches... devant l'Allemagne (1,5 million). étude du Crédit Suisse
a écrit le 09/07/2017 à 17:32 :
Ce que ce personnage très arrogant ou
a écrit le 07/07/2017 à 14:01 :
Si il n'y avait pas de mauvais payeurs la CAF NE VERSERAIS PAS DIRECTEMENT AUX PROPRIOS QUI NE SAURAIENT PAS COMBIEN ON PERCOIT, et du coup les loyers ne seraient peut-être pas aussi chers. Ils se font remboursés leurs investissements immobiliers à majorité par la CAF...c'est qui les PROFITEURS?????????
a écrit le 06/07/2017 à 18:22 :
C' est quand même plus facile de rincer les français que taper les 80 milliards d' évasion annuels des multinationales ...
Réponse de le 07/07/2017 à 8:59 :
Les APL favorisent q une minorite de francais parmi les plus aisés: les bailleurs. Si vous supprimez les APL, les loyer s aligneront automatiquement ! Vous avez jamais vu d annonce ou on vous indique un loyer tres faible ? en general c est que le proprietaire a deduit l APL: ex loyer reel 500-300 (APL) = loyer affiché 200


PS: bon courage pour essayer de faire payer google ou apple. Vous comptez envahir l irlande ou la Hollande pour les forcer a taxer autant qu en France ?
Réponse de le 07/07/2017 à 12:50 :
Honteux! en effet, il faut absolument réduire le train de vie de ces "élites", pyramidales, aussi des anciens présidents et autres grassement payés avec nos impôts, cela est scandaleux...
Austérité bien présente et future, on est bien loin des promesses du candidat qui "aime farouchement" ses partisans (et autres,) et de l'engouement suscité par les louanges des medias pendant la campagne et les législatives...que d'applaudissements à l'assemblée! sans doute programmés pour donner l'illusion de ne faire qu'un...?
Réponse de le 07/07/2017 à 17:06 :
Hors sujet. Pourquoi tu ne parles pas des bonnets rouges qui ont aidé leurs patrons à ne pas payer de taxes anti pollution des camions ? Ou bien que les algues vertes font des dégats à cause des engrais trop importants épendus par les agriculteurs ?
Réponse de le 07/07/2017 à 20:09 :
Bravo, bien vu, jamais ils n' avoueront qu' ils nous font rincer par Bruxelles!
a écrit le 06/07/2017 à 14:28 :
IL est vrai que les aides aux logements font exploser les loyers. C'est tout particulièrement vrai pour les logements étudiants. Tous les étudiants ont droit à l'APL alors les propriétaires en profitent pour augmenter un peu les loyers. Effet pervers et contre-productif...
Réponse de le 07/07/2017 à 13:06 :
Cela n'est pas très juste : oui pour les loyers étudiants (voir quand même que le bailleur ne touche rien pendant les vacances et que le prix de l'immobilier dans ces villes est élevé).
non pour les bailleurs hors grandes villes, en province : qui remplissent un rôle social quand même, ne pouvant se permettre de demander des loyers élevés vu le faible niveau de revenus des familles qu'ils logent , non cela ne fait pas exploser les loyers! ajoutez à cela la CSG au taux exagéré, l'IRles réparations nécessaires, les normes , il ne reste pas grand'chose dans l'escarcelle de ces bailleurs stigmatisés, il ne faut vraiment pas généraliser.

Bien souvent il s'agit de retraités modestes ayant hérité la maison de leurs parents, ce petit loyer consenti aux personnes sous APL vient compléter une retraite sans cesse attaquée depuis des années, plus indexée sur le coût de la vie, menacée par des hausses de CSG, la part des veuves, la fiscalisation du supplément familial , la modification du quotien familial.

Tout ne se passe pas à Paris, avec ses excès immobiliers, tout ne doit pas se décider à Paris, au mépris de ce qui se passe en province.

Supprimer ou baisser l'APL revient une fois de plus à pénaliser les petits retraités, procès d'intention ...
a écrit le 06/07/2017 à 14:06 :
@Jacques qui manifestement ne comprend pas la règle d'offre/demande qu'il déblatère lui-même :
Un marché dont une partie des acteurs (les locataires) est subventionnée à hauteur de 17Mds/an n'est pas un marché libre reposant sur ces règles puisque la solvabilité des acteurs est faussée pour y accéder.
L'autre partie est également subventionnée pour le même montant entre défiscalisation/prêt zéro etc pour pouvoir se rendre acquéreur.
Je ne parle même pas des taux qui sont maintenus artificiellement très bas pour éviter la dégringolade de quasi tous les actifs.

Ce qui veut dire que l'immobilier dans ce pays est une baudruche maintenue à des niveaux de prix hallucinants par une masse d'argent public effarante.
Il faut couper toutes subventions à ce foutoir et là et uniquement là nous serons dans un marché libre.

2% du PIB français va dans le soutien des prix à l'immobilier, une somme supérieure au budget de l'armée française !
Réponse de le 06/07/2017 à 16:18 :
@Roslan
A quel moment j'ai dit que l'oléoduc d'Argent Public pour alimenter le "marché" n'était pas lui aussi un problème? D'ailleurs j'ai parlé de "politique du logement cher", ce n'est pas pour rien.

A votre liste (subvention et taux), vous pouvez aussi ajouter l'augmentation des durées d'emprunt. En 1997, un emprunt sur 18 ans, on trouvait ça "un peu long". Maintenant, les banques proposent du 30 ans, et je me demande même si elles ne proposent pas du 35 ans voire 40.
Réponse de le 06/07/2017 à 16:19 :
Errata, mon pseudo étant "Jacques" sur d'autres sites, j'ai cru que vous me cibliez avec votre commentaire.
Réponse de le 06/07/2017 à 17:16 :
" les banques proposent du 30 ans, et je me demande même si elles ne proposent pas du 35 ans voire 40".

Et avec 80% des contrats d'embauche en CDD , l’intérim qui explose et la baisse programmée des CDI sans oublier l'extension du "CDI de projet" à d'autres branches d'activités dans la loi travail ,c'est pas gagné pour être proprio aujourd'hui.Comme disait Coluche :" au bout de 30 ans les ruines sont à toi".
a écrit le 06/07/2017 à 13:45 :
Je ne comprends pas les pleureuses qui passent leur temps ici à se plaindre que les loyers sont trop chers, les taux d'intérêts sont très bas, et il n'a jamais été facile d'acheter un logement qu' aujourd'hui.
Réponse de le 07/07/2017 à 9:01 :
IL faut etre fou pour acheter un logement en France maintenant. Les prix sont au max (aide de l etat ++taux faible) et vous etes sur de faire une perte d ici 20 ans (surtout si on considere que le baby boom va generer un flux de vente avec le deces/invalidite des boomers).
Réponse de le 07/07/2017 à 9:54 :
@ florent
Un crédit FACILE aujourd’hui sans un CDI ? Donnez-moi le nom de la banque. Revenez sur terre .en région parisienne, je connais nombre de jeunes couples qui même avec 4000 euros de revenus en CDD, n’arrivent pas à obtenir le sésame, ou alors assorti d’une caution parentale, ce qui n’est jamais un bon plan.
Réponse de le 07/07/2017 à 18:37 :
Il n’est pas exclu que les baffes ne se perdent plus non plus.
a écrit le 06/07/2017 à 12:57 :
Les propriétaires fixent leur loyer en fonction de l'APL . Ces aides sont de fausses bonnes idées, il faut les supprimer et construire des HLM modernes.
Depuis les années 2000, la France a fait le choix de la pierre alors que l'Allemagne a fait le choix d'investir dans son outil de production.
Devinez qui a gagné ?
Réponse de le 06/07/2017 à 17:22 :
Etude OCDE , fevrier 2007. La France compte une proportion de propriétaires bien plus importante que son partenaire le plus proche, l’Allemagne. Près de 39% de nos concitoyens sont propriétaires d’un logement qu’ils ont en outre fini de remboursé (ou pour lequel ils n’ont jamais eu d’emprunt). En ajoutant les 23% de propriétaires ayant un prêt en cours, les français détiennent leur habitation à 62%. De l’autre coté du Rhin, les propriétaires ne pèsent que «45%», dont 26% ne doivent rien à leur banquier.A l’inverse, de nombreux pays comptent une part de détenteurs de leur logement bien supérieur à celle de l’Hexagone. C’est particulièrement vrai en Europe du Sud et de l’Est. Les Espagnols, Italiens, Grecs et Portugais possèdent leur habitation à plus de 71% et la quasi-totalité des pays de l’ex URSS affiche un taux de propriétaires supérieur à 80%, voire 90% pour plusieurs d’entre eux. En Roumanie, ce taux atteint un maximum de 96,5%, dont 95,5% sans emprunt ni hypothèque.Si les propriétaires français les moins fortunés semblent bénéficier de conditions de logements correctes, c’est bien souvent au prix d’un endettement élevé. Plus de la moitié des personnes aux plus faibles revenus (les 20% les moins riches) consacre plus de 40% de leur revenu disponible au remboursement de leur prêt.
a écrit le 06/07/2017 à 11:41 :
Je pense que tout le monde s'accorde pour dire que le logement dans les grandes métropoles est hors de prix. Il y a des raisons fondamentales à cela: l'offre et la demande.
Les 17 milliards d'aides créent une demande de logements supplémentaire ce qui tire les prix vers le haut. Ceux qui en pâtissent le plus sont ceux qui ne perçoivent pas d'aides car ils payent le prix fort de leur poche. C'est une source d'injustice, certains reçoivent des cadeaux, les autres paient des impôts pour financer ces cadeaux et paient les loyers élevés.
Il faut supprimer les aides purement et simplement. Les loyers s'ajusteront. Certains devront déménager. Tout le monde paiera moins d'impôt (enfin, ceux qui en paient).
Par ailleurs, l'article ne parle pas des aides au logement qui agissent sur l'offre: les régimes fiscaux du logement locatif. L'état veut être partout. Il faut qu'il arrête.
a écrit le 06/07/2017 à 11:32 :
Vous ignorez tous ici que le marché repose sur l'offre et la demande , et le marché locatif n'échappe pas à la règle . le marché de logement est en crise , et il y nettement plus de demandes que d'offres . Donc AUCUN propriétaire ne baissera le prix du loyer , mais ils s'orienteront vers une clientèle plus aisée , tout simplement ; et les pauvres partiront dans des taudis ou des logement beaucoup trop petits par rapport à la composition de leurs ménages .
Ce gouvernement veut prendre cette mesure contre les pauvres car il sait que les pauvres ne sont pas son électorat , ils n'ont pas voté macron et sa bande , donc il s'en fout ! Il n'a donc aucune raison d'être en faveur des pauvres mais ne songera qu'à dorloter son électorat bobo et friqué . Toutes les mesures seront pour eux ! Malheur aux vaincus , aux pauvres , avec ce gouvernement ils peuvent crever .
Je ne sais pas , mais on apprend le mécanisme de l'offre et la demande en seconde , vous avez tous séché l'école , ici?
Réponse de le 06/07/2017 à 12:13 :
La demande est supérieur à l'offre, donc tout aide permettant de solvabiliser la demande permet de remonter les prix de l'offre.
L'essentiel des aides au logement finissent donc dans la poche des propriétaires.
Cela s'est largement vu dans les années 92, quand l'APL est devenu accessible aux étudiants - les prix des logements étudiants ont augmenté d'autant. J'étais étudiant à l'époque..
Bien évidemment, il faut de l'aide, mais mieux cibler - si on aide trop de monde, comme c'est le cas, c'est de l'argent pour les propriétaires...
Réponse de le 06/07/2017 à 13:22 :
Le mécanisme de marché, c'est le rapport entre l'offre et la demande SOLVABLE. Jacques, Paille, poutre...
Réponse de le 06/07/2017 à 13:35 :
Plus de demandes que d'offres ? je voudrais pas vous décevoir, mais ce genre de propos est très stupide. Peut être chez vous, c'est le cas, mais sur 90 % du territoire national, c'est plus d'offre que de demande. Moi, je connais des tonnes de propriétaires qui seraient contents de trouver des locataires...
Réponse de le 08/07/2017 à 9:33 :
@jacques
Ce domaine du secteur locatif privé doit être entièrement repensé. Lorsqu’on vous propose un loyer sur évalué, en vous disant que vous aurez droit à l’APL, c’est le propriétaire qui bénéficie de l’argent public via le locataire. Pour peu que celui-ci ai déjà bénéficié des déductions fiscales de lois genre type Scellier c’est tout bonus pour l’investisseur au détriment du bien commun. Tous ces « avantages » sont des niches fiscales qui doivent disparaitre comme toutes les autres niches. La crise est devant nous et il serait temps de sortir de ces habitudes, certes légales mais malsaines, parce qu’elles permettent a certains contribuables à s’exonérer d’une partie de de l’impôt.Si l’on supprimait la grande majorité des niches fiscales, l’état pourrait récupérer 90 à 120 milliards d’euros ce qui éviterait de taxer à tort et à travers particulièrement la tranche moyenne de la population. Que ceux qui veulent investir dans l’immobilier le fasse mais comme toute entreprise spéculative, à leur risque. Vouloir profiter en plus de déductions fiscales et de la liberté d’augmenter les loyers, c’est vouloir le beurre et l’argent du beurre sur le dos des contribuables; Et cela n’est plus acceptable dans l‘état actuel de notre économie quels que soit les pseudos motifs de ressource en logement locatifs.
Réponse de le 08/07/2017 à 12:26 :
@ jacques
Ce domaine du secteur locatif privé doit être entièrement repensé. Lorsqu’on vous propose un loyer sur évalué, en vous disant que vous aurez droit à l’APL, c’est le propriétaire qui bénéficie de l’argent public via le locataire. Pour peu que celui-ci ai déjà bénéficié des déductions fiscales de lois genre type Scellier c’est tout bonus pour l’investisseur au détriment du bien commun. Tous ces « avantages » sont des niches fiscales qui doivent disparaitre comme toutes les autres niches. La crise est devant nous et il serait temps de sortir de ces habitudes, certes légales mais malsaines, parce qu’elles permettent a certains contribuables à s’exonérer d’une partie de de l’impôt. Si l’on supprimait la grande majorité des niches fiscales, l’état pourrait récupérer 90 à 120 milliards d’euros ce qui éviterait de taxer à tort et à travers particulièrement la tranche moyenne de la population. Que ceux qui veulent investir dans l’immobilier le fasse mais comme toute entreprise spéculative, à leur risque. Vouloir profiter en plus de déductions fiscales et de la liberté d’augmenter les loyers, c’est vouloir le beurre et l’argent du beurre sur le dos des contribuables; Et cela n’est plus acceptable dans l‘état actuel de notre économie quels que soit les pseudos motifs de ressource en logement locatifs.
a écrit le 06/07/2017 à 11:30 :
Il cherche du pognon, qu'il se serve dans la station total, y'en a plein ça déborde, 17 milliards? un pour boire à émir...
a écrit le 06/07/2017 à 11:21 :
L'Etat cherchera toujours à ce que vous soyez propriétaire car il récupérera la taxe foncière ( payée que par les proprios , tu m'étonnes qu'il incite ) , la TVA sur ,l'achat et la vente , il sait qu'en tant que proprio vous ferez des travaux plus chers , les frais de succession et l'imposition sur les loyers fictifs qu'il mettra , soyez-en sûrs , en place.
l Les frais de toiture très chers , de remplacement de chaudière etc seront également à votre charge si vous êtes proprio .
En cas de décès du conjoint , c'est le parcours du combattant pour que le survivant reste dans le logement au niveau démarches , quand on est locataire , la loi permet de ne changer juste que le nom du bail , c'est rapide et gratuit !
En cas de dépendance des parents et à leurs décès , l'Etat par le biais de l'Apsa récupère cette allocation sur le patrimoine donc oblige les héritiers à vendre à leurs profits , ceux-ci n'auront plus rien !
Même la revue " Capital " , qui n'est pas à ce que je sache un une revue communiste ni FN , titrait en 2015 : match propriétaires -locataires : locataires gagnants !
Mais l'argument principal est que :
Nous sommes en chômage de masse . On n'arrête pas de nous bassiner que désormais , il faudra changer 3 à 4 fois de région , parfois très loin , pour trouver du travail , être propriétaire constitue de plus un boulet à la patte , à moins de vouloir ne faire que ça de racheter revendre ( avec le prix du voyage pour faire visiter à chaque fois ). Si votre crédit n'est pas fini , vous serez forcément perdants !
Enfin , pour finir , beaucoup ici sont d'une ignorance crasse concernant les lois du marché . Le locatif est soumis comme tout produit et service à la loi de l'offre et la demande . Tout repose toujours sur l'offre et la demande . Nous sommes depuis longtemps dans ce qu'on appelle la crise du logement donc plus de demandes que d'offres. Ce qui fait QU'AUCUN propriétaire ne baissera le loyer même s'il n'y a plus d'APL . les proprios se tourneront tout simplement vers une clientèle plus aisée et les pauvres dormiront dans les taudis ou dans des logement beaucoup trop petits , c'est tout ce qui se passera ! Bref , bien une mesure ultralibérale , à l'image de ce gouvernement .
Enfin perso je n'ai pas d'Apl et dernière raison de rester locataire : je m'entends très bien avec mon propio et je préfère l'enrichir lui plutôt que les banques ( et l'Etat ) !
Réponse de le 06/07/2017 à 20:14 :
Mais il n'y a pas de clientèle plus aisée !!!
Les salaires moyens ont augmenté moins vite que les loyers, si les personnes ne sont plus aidées les loyers vont baisser pour s'adapter à la demande !!
a écrit le 06/07/2017 à 11:21 :
L'Etat cherchera toujours à ce que vous soyez propriétaire car il récupérera la taxe foncière ( payée que par les proprios , tu m'étonnes qu'il incite ) , la TVA sur ,l'achat et la vente , il sait qu'en tant que proprio vous ferez des travaux plus chers , les frais de succession et l'imposition sur les loyers fictifs qu'il mettra , soyez-en sûrs , en place.
l Les frais de toiture très chers , de remplacement de chaudière etc seront également à votre charge si vous êtes proprio .
En cas de décès du conjoint , c'est le parcours du combattant pour que le survivant reste dans le logement au niveau démarches , quand on est locataire , la loi permet de ne changer juste que le nom du bail , c'est rapide et gratuit !
En cas de dépendance des parents et à leurs décès , l'Etat par le biais de l'Apsa récupère cette allocation sur le patrimoine donc oblige les héritiers à vendre à leurs profits , ceux-ci n'auront plus rien !
Même la revue " Capital " , qui n'est pas à ce que je sache un une revue communiste ni FN , titrait en 2015 : match propriétaires -locataires : locataires gagnants !
Mais l'argument principal est que :
Nous sommes en chômage de masse . On n'arrête pas de nous bassiner que désormais , il faudra changer 3 à 4 fois de région , parfois très loin , pour trouver du travail , être propriétaire constitue de plus un boulet à la patte , à moins de vouloir ne faire que ça de racheter revendre ( avec le prix du voyage pour faire visiter à chaque fois ). Si votre crédit n'est pas fini , vous serez forcément perdants !
Enfin , pour finir , beaucoup ici sont d'une ignorance crasse concernant les lois du marché . Le locatif est soumis comme tout produit et service à la loi de l'offre et la demande . Tout repose toujours sur l'offre et la demande . Nous sommes depuis longtemps dans ce qu'on appelle la crise du logement donc plus de demandes que d'offres. Ce qui fait QU'AUCUN propriétaire ne baissera le loyer même s'il n'y a plus d'APL . les proprios se tourneront tout simplement vers une clientèle plus aisée et les pauvres dormiront dans les taudis ou dans des logement beaucoup trop petits , c'est tout ce qui se passera ! Bref , bien une mesure ultralibérale , à l'image de ce gouvernement .
Enfin perso je n'ai pas d'Apl et dernière raison de rester locataire : je m'entends très bien avec mon propio et je préfère l'enrichir lui plutôt que les banques ( et l'Etat ) !
a écrit le 06/07/2017 à 10:16 :
Les aides sociales doivent être recentrées sur les 20% (maxi) les plus démunis, pas 50% des foyers fiscaux comme pour les APL, pas 80% pour le projet sur la taxe d'habitation. La plupart des citoyens ne comprennent pas que les "cadeaux" de l'état ne sont que de l'argent ponctionné puis redistribué, ou de la dette (que nous laisserons à nos enfants).
Réponse de le 06/07/2017 à 17:58 :
Idem pour les critères d'octroi HKM, qui couvrent un de fait 2/3 des français.
Quand tout le monde est aidé, cela ne sert plus qu'à augmenter la rente.
a écrit le 06/07/2017 à 10:14 :
d
a écrit le 06/07/2017 à 10:11 :
"les aides au logement pourraient encore diminuées" : espérons que le nombre d'heure d'enseignement du français augmente !
a écrit le 06/07/2017 à 9:54 :
Il a raison Philippe l' européïste, raison sur tout. Moi, j’adore l’UE, et surtout l’article 63 du TUE ! Cet article dit qu’il est impossible aux états membres d’empêcher la libre circulation des marchandises et des capitaux entre les pays membres et avec les pays tiers de l’UE. Cet article est génial car il permet les délocalisations ! Et ça c’est super car au lieu de produire en France, n’importe quel patron peut délocaliser son usine dans n’importe quel pays ou les ouvriers sont payés un euro de la journée ! C’est vraiment super cet article, car ça désindustrialise notre pays et génère encore plus de chômage ! Vraiment on ne pouvait rêver mieux pour l’économie française ! Vraiment ces articles des traités de Lisbonne, mieux on les connait, plus on aime l’Europe ! Enfin, on ne va quand même pas continuer à salarier des français ! Et pourquoi pas les soigner gratuitement non plus ? Ou même leur donner une éducation gratuitement pendant qu’on y est ? Les Français ce qu’ils veulent, c’est plus de
Réponse de le 06/07/2017 à 12:14 :
La rapport entre votre post et l'aide au logement est lointain...
a écrit le 06/07/2017 à 9:23 :
Du flou du flou et des lois qui vont passer en oucedé cet été, la rentrée va être chaude.
a écrit le 06/07/2017 à 9:07 :
"En octobre 2016, c'est la base de calcul servant à déterminer le montant des APL qui a été modifiée. Les produits financiers, livrets d'épargne compris";

A noter , que cela a été mis en place pour le RSA en 2009 :

La confirmation des inquiétudes des allocataires du RSA , une information qui a peu circulé ces dernières semaines, suscite quelques remous dans les CAF : « Oui les revenus de l’épargne quelle que soit la forme de cette épargne sont pris en compte au même titre que les autres revenus perçus par le foyer (salaires, pensions, retraites, etc.) » , avoue le Haut commissariat de Martin Hirsch.. Cette disposition, qui ne figure pas sur le formulaire de demande RSA, et qui est inscrite dans la rubrique 041 (autres revenus) des déclarations trimestrielles, concerne tous les livrets, livret A, le LEP, le livret enfant, le compte courant, l’assurance vie, le PEL, etc.,et donc la petite épargne utilisée par les personnes les plus précaires qui ne peuvent avoir accès au système bancaire classique.
a écrit le 06/07/2017 à 9:02 :
Il ferait bien de s'occuper du cumul allocation familiale et part déductible des impots par enfants !
a écrit le 06/07/2017 à 8:24 :
Edouard Philippe veut s'en prendre aux aides au logement

ce 1er ministre grand taille aux grands privilèges de nantis veut s'en prendre aux faibles qui crèvent la fin et aux sans dents,

c'est du HollandeVallsMacron 2012-2017 pur jus infecte
a écrit le 06/07/2017 à 8:22 :
POUR L AIDE AUX LOGEMENT ILS FAUT VERIFIER??, LES REVENUES REEL DES OCCUPENTS ? CERTAIN FOYER COMME DES FEMMES SEUL AVEC ENFANTS EN ON PLUS BESSOIN QUE D AUTRES? FAIRE ATTENTION QUE LES OFFICES A LOYE MODERE NE PROFITE PAS DE L ARGENT FACILE DES AIDES POUR SURELVEZ LE LOYER DE CERTAIN APPARTEMENTS ? IL FAUT VEILLIER AUSSI QUE CES OFFICES ENTRETIENNENT REELLEMNT CES APPARTEMENTS. J HABITE DANS L UN DEUX ET JE VOIES BEAUCOUP DE DECRADATION NON REPAREZ ET ON ON A LE SENTIMENT DE VIVRE DANS UN SECTEUR ABANDOME DE TOUS?MALGRES QUE POUR DES GENS QUI PAIE ENTRE 500 ET 600 EUROS DE LOYE ET CHARGE ON MERITE PLUS DE CONSIDERATION ? POURTENT DES DEFENSES DE LOCATAIRES EXITENT MAIS NE SONT PAS ECOUTE???
a écrit le 06/07/2017 à 8:09 :
On peut pas continuer ã verser des aides au logement si généreusement alors que certains ont un patrimoine
a écrit le 06/07/2017 à 7:59 :
Pour octroyer l'apl il faut effectivement tenir compte du patrimoine immobilier et financier des allocataires
Certains d'entre eux possède des parts de sci ou possède des résidences secondaires est-il alors normal qu'ils perçoivent l'apl ? a mon avis non
Bien sur qu'il faut aider ceux qui ont peu de ressource, mais faut-il pour autant accepter de verser l'apl à des logements dans des états pitoyables ?
les aides au logement sont facteurs de loyer élevé car les propriétaires, parfois peu scrupuleux n'hésite pas à mettre es loyers prohibitifs par rapport à la qualité et l'entretien du logement
Ceux qui ont de faibles revenus n'ont rien à craindre d'une telle réforme, les autres devront peut-être alors envisager l'achat d'un logement et l'état pourrait alors cautionner leur prêt et hypothéquer le bien pour ne pas dire le reprendre a son compte et devenir le propriétaire bailleur du propriétaire défaillant. ACTION LOGEMENT, qui est un collecteur du "1%logement" a un rôle à jouer dans cette réforme plutôt que d'utiliser ses ressources à la publicité à la télévision il ferait mieux de consacrer ces sommes aux logements...
Encore une instance parapublique qui dépenses les cotisations des entreprises de manière dispendieuse...la cours des comptes devraient contrôler cet organisme...
Réponse de le 06/07/2017 à 10:00 :
"ACTION LOGEMENT, qui est un collecteur du "1%logement"

Souvenir de collecteur :

Les administrateurs de l'autorité de contrôle du 1 % logement, l'Anpeec, ont eu un choc en prenant connaissance d'un rapport confidentiel sur les salaires en vigueur chez les collecteurs, ces organismes chargés de récolter l'argent du 1 %. « On se doutait que les rémunérations des directeurs étaient élevées, mais à ce point… » grince un syndicaliste. De fait, les chiffres présentés dans ce document secret que « le Parisien » - « Aujourd'hui en France » s'est procuré sont impressionnants : sur 89 directeurs généraux de collecteurs, trois déclarent gagner plus de 200 000 € par an, 19 affichent entre 150 000 € et 200 000 €, et 31 perçoivent entre 100 000 € et 150 000 € ! Et encore ne s'agit-il là que des salaires : ni les primes, ni les indemnités de départ, ni les éventuelles retraites chapeaux ne sont signalées. « C'est surtout stupéfiant quand on connaît la taille de ces organismes », poursuit cet administrateur. Au mieux, les grands collecteurs comptent quelques centaines de salariés. Quant aux petites structures, où les salaires atteignent 6 000 € à 8 000 € par mois, elles comptent parfois moins de dix collaborateurs. Dans l'Ouest, un directeur a préféré refuser un rapprochement plutôt que de dévoiler sa fiche de paye ! Dans une lettre confidentielle envoyée à l'Anpeec, le président du Medef de l'Eure, François Quettier, regrette d'ailleurs que la « transparence requise pour se regrouper n'a pas été la règle, notamment concernant les rémunérations ». L'opacité reste de mise : ni le collecteur de Marseille (Unicil), ni celui de Bordeaux ou de Lille n'ont accepté de répondre à nos questions. Le Monsieur 1 % logement du Medef, Jérôme Bédier, hausse le ton et annonce un plafonnement à venir des retraites chapeaux. Trop tard ? « Avec les fusions, des cadavres vont ressortir des placards », pronostique un expert. De fait, après Solendi la semaine dernière, d'autres cas ubuesques émergent aujourd'hui.
Réponse de le 09/07/2017 à 10:24 :
Enfin, le plafond c'est 30 000... Autant dire que les petits gens sont touchés par cette mesure. Suffit juste d'avoir un peu hérité, toucher une indemnité licenciement ou autre pour dépasser le plafond et voir réduire ses allocations.
a écrit le 06/07/2017 à 7:59 :
Il faut supprimer toutes ses aides mais les répercuter intégralement sur les loyers.
Il est nécessaire de lutter contre la bulle immobilière qui ruine les salariés au profit de rentiers, les jeunes au profit des vieux (qui ont acheté à 3x moins cher il y a 15 ans)

=> plafond des loyers : en montant et pas plus de 20% des salaires des personnes : il est faut de s'imaginer que beaucoup sera alors dans la rue, comme les salaires n'ont pas augmenté, si les propriétaires veulent trouver des locataires ils seront obligés de baisser les loyers
=> interdiction de s'endetter à plus de 20 ans pour limiter la demande immobilière
=> forte augmentation des taxes foncières (comme aux USA) avec abattement par nombre de personne du foyer : seuls ceux qui ont plusieurs appartement paieront

Il faut que les économies des français financent les entreprise et pas la pierre

Il faut que les prix de l'immobilier reviennent à leur moyenne historique par rapport au revenu (donc diviser par 2,5 à Paris)
Réponse de le 06/07/2017 à 9:30 :
De nombreuses constructions vont se dégrader et s'effondrer, entretenir un logement est de plus en plus couteux pour les propriétaires et fait vivre de nombreux salariés, ets du bâtiment, magasin bricolage, agence immo, cabinet notarial,... regardez des photos de Cuba, qui n'a pas les moyens d'entretenir ses immeubles, c'est ça l'avenir?
Réponse de le 06/07/2017 à 11:15 :
Michel , vous êtes comme beaucoup ici d'une inculture crasse concernant les lois du marché . En effet la loi première du marché est celle de l'offre et de la demande . Et avec la crise du logement , il y a beaucoup plus de demandes que d'offres . Ce qui fait QU''Aucun propriétaire ne baissera le prix du loyer ; ils s'orienteront tout simplement vers une clientèle plus aisée ( croyez-moi qu'il y en a , de la demande ) et les plus pauvres iront dans des taudis ou des logement beaucoup trop petits par rapport à la composition de leur ménage , c'est tout ce qu'il se passera !
Et si on supprime l'APL , votre idée de plafonner le montant du loyer à 20% du salaire est franchement ridicule. Vous croyez qUe le proprio va faire payer 220 euros de loyer au le locataire qui gagne le smic ( 1150 euros ) ou même 160 euros à la femme de ménage à temps partiel qui gagne 800 euros? Vous plaisantez , ou quoi ? Pourquoi , à votre avis , que dans certains secteurs les prix baissent ? C'est l'offre et la demande tout simplement . En récession ( plus d'offres que de demandes )les prix baissent , en inflation ( plus de demandes que d'offres ), les prix augmentent . .Or , il y a beaucoup plus de demandes que d'offres sur le marché locatif !
Vous n"avez jamais appris l'économie ni les mécanismes des marchés financiers , vous , ça se voit....
Réponse de le 06/07/2017 à 13:02 :
@jacques
Relisez le post de Michel, il prône un plafonnement des loyers par la Loi. À partir de là, oui, le propriétaire n'aura pas d'autre choix que de faire payer les montants que vous citez.
Ou de vendre, avec une "décôte" vu que ça ne sera plus un "investissement attractif" : il ne pourra vendre son appartement vétuste à moitié en ruines "que" pour 1,5 fois son prix d'achat originel de 1997, ne réalisant une plus-value spéculative que de 50% de sa mise d'origine, au lieu de la vendre 4 fois le prix, le tout après avoir perçu des très généreux loyers pendant 20 ans. Et non, avant que vous hurliez à la pénurie de logements, non, ces logements existeront toujours, ils seront simplement achetés par des gens qui en feront des choses saugrenues comme habiter dedans plutôt que de s'en servir comme supports de rente et de spéculation.

Au passage, vous qui prétendez avoir des grandes connaissances sur "l'Economie et les mécanismes des marchés financiers", vu que bien évidemment vos "connaissances" ne se limite pas aux gains spéculatifs et rentiers sur le marché immobilier uniquement, vous connaissez aussi sans doute les effets néfastes de la politique de logement cher :

- Pression haussière terrible sur le "coût du travail", puisque pour louer le moindre studio vétuste, un salarié doit gagner plus de 2000€ nets par mois. Ensuite, il faut voir si on souhaite privilégier la compétitivité de notre Économie productive, ou l'enrichissement sans cause d'une caste de rentiers.

- Augmentations de la longueur des trajets domicile-travail, qui allonge les temps de trajet et donc réduit la productivité de l'Economie, avec des salariés épuisés par des commutes interminables. Et accessoirement : "ripple effect" comme disent les anglo-saxons : vous avez décidé que quiconque n'est pas un millionnaire ou un grand patron n'a pas le droit d'habiter dans nos grandes villes, du coup les cadres supérieurs et CSP++, trop "pauvres" pour avoir le droit de vivre intra-muros, se rabattent sur les petites couronnes, seul endroit où ils trouveront des logements abordables. Ce faisant, ils font grimper les prix et loyers en petite couronne, chassant tous ceux qui gagnent moins en seconde couronne. Ce qui fait que les cadres et CSP+ s'installent en seconde couronne, y faisant grimper les prix et loyers, chassant tous ceux qui gagnent moins qu'eux, et ainsi de suite.

- Poids pour l'Économie d'une politique de logement cher : les salariés, même à revenus confortables, voient tout leur argent englouti dans des loyers et achats immo. Ils devraient être moteurs dans la consommation intérieure et faire tourner l'Économie, au lieu de ça, ils vivent en spartiates parce que le logement coûte un rein. Ce qui alimente encore plus les dépressions économiques.
Réponse de le 06/07/2017 à 20:21 :
@jacques
Sans aide et avec le plafond de loyer par salaire, la demande va être fortement limitée et avec la loi de marché offre et demande que vous connaissez si bien les prix vont baisser !

Sans aller jusqu'à plafonner les loyers (un peu sauvage je l'avoue mais il faut bien faire creuser cette bulle immobilière néfaste - baisse du pouvoir d'achat des salariés, baisse des montants investis dans les outils productifs au profit de la pierre) rien qu'en supprimant les APL la demande solvable va baisser
Réponse de le 09/07/2017 à 20:17 :
@jacques
Vous pouvez bien raconter ce que vous voulez, si on plafonne les loyers et que l'on limite les apl il faudra bien que les bailleurs finissent par adapter leurs loyers à la demande SOLVABLE, mais vous ne comprenez rien à la loi mécanique de l'offre et de la demande.
Ce n'est pas au contribuable d'entretenir les bailleurs.
a écrit le 06/07/2017 à 7:28 :
Je suis maman de deux enfants et mon fils et dans une institution spécialisée en belgique si l'aide au logement et supprimé il me reste plus qu'à aller dormir dans la rue car mon loyer et de 661,50 environ et je paye 230,00 euros de loyer par mois avec déduction de l'aide au logement
Réponse de le 06/07/2017 à 9:10 :
"mon loyer et de 661,50 environ et je paye 230,00 euros de loyer par mois avec déduction de l'aide au logement" : Avec APL, avec la règle du tiers des revenus, il faut gagner 690 euros par moi. Sans APL, il faut gagner plus de 1900 euros par mois.
Ces aides partent dans des hausses de loyer, donc des hausses de prix, avec le bon goût d'expulser des villes les contribuables qui les financent.
Réponse de le 06/07/2017 à 15:14 :
Déjà pourquoi vous habitez une ville avec un loyer aussi cher ? pourquoi vous n'habitez pas une ville avec des loyers modérés qui correspondent à vos moyens ?... Personne ne vous empêche de déménager et de trouver un meilleur loyer... Des millions de gens le font.
a écrit le 06/07/2017 à 6:28 :
comme on n' arrete pas de nous bassiner sur le fait que les etrangers sur notre sol sont une chance pour le pays car super diplome chez eux, il suffit que l'on arrete de les aider pour le logement. ces riches etrangers devraient etre capables de subvenir financierement a leur logement (plus de hlm et autres aides diverses si ce n'edt pas une mise a disposition gracieuse d'un logement).
Réponse de le 06/07/2017 à 7:49 :
Les étrangers représentent combien de % des bénéficiaires des aides aux logements ? 1 % ? 5% ?
Réponse de le 06/07/2017 à 7:57 :
C'est toujours la faute des étrangers ou des autres en général bien évidemment...tout le monde veut que le pays se porte bien mais quand il faut faire des efforts y a plus personne...tout le monde pense à sa petite personne.On a élu un président et pas le père Noël.Arrétez de radoter, de vous plaindre tout le temps et bougez vous si vous voulez changer les choses.
Réponse de le 06/07/2017 à 8:25 :
@loujna : + 1. Tout à fait d'accord. Je serai impacte, mais je suis d'accord. La France dépense trop et mal. Il faut changer cela et limiter la dépense publique. L'approche d'EM pour le même problème est l'inverse de Hollande. Lui President a peu fait pour limiter des dépenses excessives et a simplement augmenté les impôts avec le résultat que l'on sait. L'optique d'EM est de s'en prendre ( pour reprendre l'expression du journaleux) à la dépense . Voilà toute la différence ,et il faut soutenir cette approche étant entendu qu'il peut y avoir un effort fiscal initial et transitoire pour maîtriser la dérive immédiate des finances publiques. Ceux qui ne comprennent pas cela....
a écrit le 06/07/2017 à 3:07 :
Je veux bien que l'on s'attaque aux aides mal attribuées, mais, ce qui serait plus juteux, ne vaudrait-il pas mieux revoir les rémunérations de ces ministres et soit-disants députés qui n'ont ou ne font pas leur travail depuis quarante ans; ceux qui ont refusé de participer au congrès de Versailles seront-ils payés et indemnisés?
a écrit le 05/07/2017 à 22:07 :
C' est quand même plus facile de rincer les français que taper les 80 milliards d' évasion annuels des multinationales ...
Réponse de le 06/07/2017 à 7:22 :
C'est quoi ces 80 milliards ?
Réponse de le 07/07/2017 à 12:48 :
Vous avez parfaitement raison de souligner que le s gouvernements successifs font tout pour ne pas combattre véritablement la fraude fiscale alors qu'il y a effectivement au moins 70 milliards à recouvrer. Le mieux est la droite entre 2002 et 2012 qui a supprimé 22000 agents du fisc. Aucun doute que ce gouvernement soit un copain des fraudeurs qui vient d' introduire un « droit à l'erreur » dans la déclaration fiscale........
a écrit le 05/07/2017 à 21:16 :
Mais, "...veut s'en prendre..." Quand allez-vous comprendre la situation des finances publiques ??? Il est impossible de ne pas limiter notre déficit et ça c'est l'affaire de tous les français, dans leur intérêt !!! Vous êtes obtus ou quoi ???
Réponse de le 06/07/2017 à 0:17 :
Nous, la situation des finances publiques, on la connaît depuis longtemps, mais apparemment Macron, son gouvernement, et son armée de technocrates l'ont découverte il y a à peine quinze jours, puisqu'ils ont faits des promesses électorales qu'ils ne tiendront probablement pas, et cerise sur le gâteau: ils suppriment les aides au logement.
Réponse de le 06/07/2017 à 7:22 :
C'est vous qu'avez rien compris . Les promesses s'attaquer à l'isf ou suppression taxe d'habitation etc ... sont supprimees ! Ou actives des 2020 !!! Le gag ! Plein style hollande . Promesses promesses ... par contre les travailleurs et retraites vont etre pompees à fond .
Réponse de le 06/07/2017 à 8:08 :
L'argument " France est en faillite" doit être valable pour les entreprises. Je ne vois pas l'intérêt d'alléger les charges si c'est pour les reporter sur les classes moyennes.
Réponse de le 06/07/2017 à 8:16 :
Les aides au logement sont une incitation à faire grimper les prix, donc oui, il faut les raboter progressivement de telle sorte qu'ils soient de moins en moins captés par les rentiers.Ce n'est pas le but de l'argent public d'enrichir cette population.
Réponse de le 06/07/2017 à 11:19 :
Et évidemment , c'est sur les plus pauvres qu'on tape et ça ne vous gêne pas..Allez , vous avez eu raison de voter macron le candidats des riches , c'est bien votre candidat . TPMG , les pauvres n'auront plus d'Apl, ? Ce n'est pas grave , moi je suis bien , les pauvres peuvent crever ... nauséabond , ici...
Réponse de le 09/07/2017 à 20:32 :
@jacques

l'argent public n'a pas pour vocation à entretenir des gens paresseux attendant leurs rentes en fin de moi.Si on en verse moins les loyers seront forcés de baisser puisqu'ils ne trouveront plus de demande assez solbable c'est la règle en économie.Je suggère aux rentiers de trouver une autre source de revenus en se retroussant les manches par exemple.
a écrit le 05/07/2017 à 21:08 :
Et si on arrêtait les aides aux illégaux, on réduirait 1) la facture et 2) l'appel d'air que provoquent ces aides diverses et variées à l'étranger :-)
a écrit le 05/07/2017 à 20:29 :
300 milliards de recettes, 370 milliards de dépenses, 80 milliards d' évasion fiscale des multinationales copines intouchables celles-là, t' as raison camarade, rabote, c' est plus courageux ...!
Réponse de le 06/07/2017 à 20:24 :
Si l'état dépense autant que la moyenne de l'OCDE il ferait 12pts de PIB d'économie soit 240Mrds€
=> cela devrait être le premier pas

(Note : ces excès de dépenses sont principalement pour la gabgie sociale)
a écrit le 05/07/2017 à 20:22 :
A quand les indemnités parlementaires et ou salaires du gouvernement calculés dans les mêmes conditions ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :