Immobilier : les primo-accédants sont de retour

 |   |  304  mots
91% des logements achetés grâce à des crédits immobiliers au mois de juillet étaient des résidences principales.
91% des logements achetés grâce à des crédits immobiliers au mois de juillet étaient des résidences principales. (Crédits : CC0 Creative Commons/Pixabay.)
Minoritaires dans les acheteurs immobiliers au printemps, les primo-accédants redeviennent majoritaires à la faveur de l'été, selon les statistiques du courtier en crédit immobilier Cafpi.

Alors qu'on craignait, au début de l'été, qu'ils soient de plus en plus échaudés par la montée des prix, voilà que les primo-accédants reviennent dans la partie. En effet, leur part dans le total des acquéreurs immobilier était passée de 44% à 42,4% entre avril et juin, mais ils représentaient 55% des transactions au mois de juillet, selon les données fournies par le courtier en crédit immobilier Cafpi.

Cependant, Philippe Taboret, directeur général adjoint de Cafpi, incite à rester prudent quant à cette remontée : "Cette catégorie est fragile, car elle se voit de plus en plus exclue des grandes villes et des zones tendues à cause de la double hausse des taux et des prix". Les primo accédants sont donc de retour grâce à un pouvoir d'achat immobilier qui semble repartir à la hausse : pour la même durée d'emprunt, 236 mois (19 ans et 6 mois), ils empruntaient en moyenne 197.893 euros en juin et 208.150 euros en juillet.

Un effort accru pour emprunter

Il ne faut pas toutefois pas se méprendre, les primo accédants n'ont pas connu une soudaine et massive hausse de leurs revenus. C'est l'effort consenti pour emprunter qui est en hausse, leur acquisition représentant ainsi 4,66 années de revenus en juillet, contre 4,54 en juin. Chez les accédants, le montant moyen de l'emprunt est de 214.254 euros, ce qui représente 4,79 années de revenus.

Si 55% des acheteurs étaient des primo-accédants désirant acquérir leur résidence principale, les 45% d'acquisitions restantes se répartissent ainsi :

  • 36% (80% des acquisitions hors primo-accédants donc) de résidence principale pour des acquéreurs déjà propriétaires auparavant
  • 6% (13,3%) de résidences locatives
  • 3% (6,7%) autres biens immobiliers (résidences secondaires, commerces)

Lire aussi : Crédit immobilier : le crédit Agricole Ile-de-France lance son prêt à taux zéro

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/08/2017 à 4:49 :
Vingt annees, voire davantage pour devenir "proprietaire ! Durant ce laps de temps que d'incertitudes, hausse des taux, accident, perte d'emploi, il faut la foi du charbonnier pour investir en ce moment.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :