Immobilier ancien : les taux de crédit extrêmement bas dopent le marché

 |   |  430  mots
Les taux d’intérêt nominaux des crédits immobiliers n'ont jamais été aussi bas.
Les taux d’intérêt nominaux des crédits immobiliers n'ont jamais été aussi bas. (Crédits : reuters.com)
Les taux d'intérêt nominaux des crédits immobiliers sont tombés à 1,41% en moyenne en septembre. De quoi dynamiser fortement le marché de l'accession à la propriété en France.

Toujours dopé par des taux de crédit extrêmement bas, le marché immobilier ancien vit une "parenthèse enchantée" estiment trois réseaux d'agences au vu de transactions qui continuent à s'étoffer, de prix contenus et de délais de transactions raccourcis. Le réseau Guy Hoquet L'Immobilier (450 agences), filiale du groupe Nexity, a vu ses volumes de ventes bondir de 16,2% en France au 3e trimestre 2016, comparé à la même période un an plus tôt, selon des chiffres publiés mardi.

Les taux n'ont jamais été aussi bas, les transactions bondissent

De son côté, le réseau Century 21 (850 agences, lui aussi filiale de Nexity) annonce mardi une progression de ses transactions de 9,8% sur la période, tandis que son concurrent Laforêt (700 agences) affiche une hausse de 14%.

"Les taux n'ont jamais été aussi bas, les banques offrent même à leurs clients de renégocier leurs crédits pour les aligner aux prix actuels du marché de l'emprunt, tandis que les prix, si on les compare aux années précédentes, sont dans une tendance baissière", observe Fabrice Abraham, directeur général de Guy Hoquet.

Parenthèse enchantée

Selon l'observatoire Crédit Logement/CSA, les taux d'intérêt des crédits immobiliers accordés aux particuliers par les banques en France sont tombés à 1,41% en moyenne en septembre.

"Nous vivons ce qu'on appelle une parenthèse enchantée" dit Fabrice Abraham.

"Ceux qui ont un projet d'achat réalisent que c'est la période idéale pour le réaliser", tandis que les vendeurs estiment qu'il est "temps de mettre leur bien en vente."

"Chacun cherche à profiter de ce contexte exceptionnel", renchérit Laforêt, jugeant la reprise du marché immobilier ancien "plus seulement annoncée, mais bien actée".

Délais de ventes plus courts et prix sages

Dans ce contexte porteur, les réseaux d'agences immobilières observent des délais de vente plus courts à l'échelle nationale : ils passent de 92 à 89 jours en moyenne chez Guy Hoquet, et 90 jours chez Century 21 (-5 jours). Dans la capitale, ces délais ont raccourci, à 65 jours (-2 jours) chez le premier, 67 jours (-5 jours) chez le deuxième.

Malgré cette activité soutenue, "les prix restent sages", observe Guy Hoquet, avec une progression de 1,5 % à 2.400 euros le mètre carré en France au 3e trimestre sur un an (+2,7 % à Paris à 8.149 euros le mètre carré mais +0,3 % en province). Century 21 parle de "hausse contenue de 2 %", à 2.459 euros le mètre carré en France - tandis que Laforêt enregistre +1,3 % à 2.774 euros le mètre carré en moyenne.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/10/2016 à 14:52 :
Ceux qui ont l'intention d'acheter devrait le faire maintenant, car avec le programme LR d'explosion du déficit, les taux vont remonter. Voir exploser.
Je ne pense pas que la BCE puisse considérer que son QE doit être utilisée pour financer des baisses d'impôts explosant le budget.
Réponse de le 05/10/2016 à 13:20 :
Ceux qui ont l'intention d'acheter NE devrait SURTOUT PAS le faire maintenant, car avec le programme LR (ou n'importe lequel..) d'explosion du déficit, les taux vont remonter et.... donc rendre non solvable la demande qui fera baisser le prix de l'offre. Ce sont bien les Tx bas qui créent des bulles. Pas l'inverse.
Réponse de le 15/10/2016 à 17:45 :
Monti: tu n'as rien compris. Vraiment. Tu ne fais que répéter sans comprendre les mythes du lobby immobilier.

Révisons quelques points factuels.
1) En France, lorsque les taux varient de 1%, les prix immobiliers varient en sens inverse de 10 à 15%. Lorsqu'on achète avec des taux au plancher. On ne pourra jamais "renégocier" son taux à la baisse. Et de meme le prix sera "gravé dans la pierre", fixé à son maximum. (tu ne pourras jamais renégocier ton prix d'achat).

En france, la démographie (papyboom: cf pyramide des âges INSEE) montre que pendant les 30 prochaines années, on n'aura simplement pas assez de jeunes pour acheter les biens des vieux.
De toute façon, même s'il y avait assez de jeunes pour racheter aux "vieux" le taux de chômage est bien trop important pour leur permettre. Et même s'il n'y avait pas de chômage, la précarisation des emplois est tellement phénoménal (c'est du jamais vu) que c'est sans espoir (2014: 80% des nouveaux emplois étaient CDI, et fin 2015: 85 étaient des CDD/intérim donc non solvables.). En plus, le comité de Bale3 va désolvabiliser une énorme partie de la population (en + de tous les arguments précédents).

Enfin bref. Il ne faut SURTOUT ne pas acheter maintenant. La plupart des économistes (qui ne sont pas payés par le lobby immobilier) admettent une baisse de 50 à 65% des prix à venir.
Réponse de le 17/10/2016 à 12:45 :
C'est pour ça que les lobbies, pensant au retour de la droite, veulent que l'état prenne un partie du prêt sa charge pour les primo accédants.Et ne vous faites aucune illusion qu'ils le feront si ils sont réélus.Quand on veut trouver du pognon pour alimenter la corruption et les prix élevés du logement, on en trouve
a écrit le 04/10/2016 à 13:40 :
Prix largement excessifs a mettre en rapport avec le salaire annuel
Payer un bien pour 6 and de salaire en moyenne alors qu'il en fallait à peine 3 il y a 15 ans !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :