Carrefour estime que le plus dur est passé

 |   |  417  mots
Le distributeur a enregistré un bénéfice net en recul de 15,6% en 2005. Mais il se veut cependant optimiste pour 2006, en dépit d'un contexte économique difficile.

Après sa réorganisation managériale, le géant français de la distribution reprend des couleurs, malgré un environnement économique toujours difficile. Mis à mal en 2004 en raison d'une forte concurrence sur ses réseaux d'hypermarchés, Carrefour a annoncé ce matin une amélioration de son chiffre d'affaires de 2,5% à 74,497 milliards d'euros en 2005. Le bénéfice net atteint 1,436 milliard d'euros, soit un recul de 15,6% par rapport à l'année précédente. Mais hors cession d'activités, le résultat à données comparables se serait élevé à 1,81 milliard d'euros. Un chiffre supérieur aux attentes des analystes, qui portaient, selon le consensus Bloomberg, sur 1,77 milliard.

De fait, la baisse du résultat net est partiellement expliquée par l'impact de la cession (372 millions d'euros) des activités insuffisamment rentables, engagée par le groupe en 2005. "L'année dernière a été l'année du cleaning total, nous avons pris toutes les décisions nécessaires pour relancer et remettre sur de bons rails la plate-forme du groupe", a déclaré José Luis Duran, président du directoire.

Les ventes hors taxes à périmètre et à changes constants ont augmenté de 4,3%. L'activité française enregistre une chute de l'ordre de 16%, en partie compensée par les bonnes performances à l'international (+19%). "Pour la première fois dans l'histoire du groupe, les opérations internationales ont représenté près de la moitié de la contribution de l'activité de Carrefour", remarque la direction dans un communiqué.

Sur l'année 2005, Carrefour a accéléré ses investissements de croissance en créant notamment 1,5 million de mètres carrés de surface commerciale. Ils ont représentés, en tenant compte des acquisitions tactiques, 3,8 milliards d'euros, soit 25% de plus qu'en 2004.

José Luis Duran s'est dit "confiant pour 2006, même si l'environnement en Europe continentale reste dur. Le résultat net sera en progression, grâce à une croissance du chiffre d'affaires supérieure aux 6,1% de 2005". Il a également réaffirmé que quel que soit l'environnement économique, "la compétitivité prix de Carrefour restera une priorité fondamentale".

Pour compenser la perte de vitesse du marché français, Carrefour entend mettre l'accent à l'international, notamment en Asie et en Amérique latine. Le groupe prévoit d'investir 10 milliards d'euros entre 2006 et 2008. La direction table sur une accélération de la croissance en 2007, devant se traduire par une progression des ventes et de la contribution de l'activité (c'est à dire le résultat courant) de l'ordre de 10% en 2008.

A la clôture, l'action enregistre une hausse de 5,09% à 42,30 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :