La perspective d'un rachat fait flamber l'action Atos

 |   |  381  mots
Selon un quotidien britannique, la SSII serait en discussions avec le fonds d'investissement Blackstone pour un rachat par ce dernier pour un montant d'environ 3,5 milliards d'euros. L'action flambe.

L'action de la SSII Atos s'est envolée aujourd'hui à la Bourse de Paris. Réservée à la hausse à l'ouverture du marché, elle bondissait de 10,36% en fin de journée, à 42,30 euros, après être montée jusqu'à 46,30 euros.

Raison de cette flambée: le quotidien gratuit londonien City AM affirme ce jeudi matin que le fonds d'investissement américain Blackstone a engagé des discussions pour un reprise d'Atos. L'opération envisagée porterait sur une valeur de 3,4 à 3,6 milliards d'euros. En fin d'après-midi, Atos a publié un communiqué dans lequel il affirme qu'il n'existe "aucune discussion active pouvant caractériser un accord ou justifier une quelconque annonce".

Selon City AM, des discussions amicales sont menées entre les deux groupes depuis environ un mois. Le quotidien croit savoir que les modalités de l'offre envisagée prévoiraient une prime de 35 à 40% sur l'action Atos, correspondant à un prix de 51 à 54 euros par titre. A la clôture de mercredi, l'action cotait 38,33 euros, soit une capitalisation de 2,6 milliards.

Même si un tel prix serait donc sensiblement supérieur aux cours récents du titre, il n'en demeurerait pas moins encore nettement inférieur aux niveaux atteints par l'action voici quelques mois. Le titre Atos est monté en effet jusqu'à 65,15 euros au printemps dernier.

Mais depuis, l'action a fortement chuté, affectée par les difficultés du groupe. Atos a annoncé début septembre une chute spectaculaire de ses résultats au premier semestre de l'année, avec un bénéfice net de 10 millions d'euros contre 121 millions un an plus tôt. La société de services informatiques est en effet confrontée à de graves difficultés, notamment dans ses activités en Italie et Grande-Bretagne. Des difficultés qui l'avaient d'ailleurs amené à lancer à la mi-juillet un sévère avertissement sur son activité et sur ses marges pour 2006.

Le groupe a lancé une vaste réorganisation de ses activités en difficultés en Italie où la pression sur les prix est constante et les contrats sont de faible envergure. De même, Atos mène une restructuration stratégique au Royaume-Uni où l'activité a chuté au premier semestre 2006.

Le groupe, qui a réalisé un chiffre d'affaires de 2,69 milliards d'euros au premier semestre 2006, emploie 47.000 personnes dans une quarantaine de pays du monde.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :