Arcelor et Mittal décrivent leur "mariage de raison"

 |   |  710  mots
Après avoir repoussé par deux fois les avances de Mittal, le conseil d'administration d'Arcelor a finalement dit oui dimanche. Cette fusion va donner naissance à un géant mondial de l'acier, Arcelor-Mittal. Reste encore à savoir si Severstal va jouer les trouble-fête dans la noce. Cependant Lashkmi Mittal se montre serein à ce sujet, ravi de l'accord enfin trouvé avec le Luxembourgeois. Le groupe va se doter d'un nouveau PDG.

Après avoir lutté pendant cinq longs mois contre l'offensive de Mittal Steel, les membres du conseil d'Arcelor ont fait volte-face. Aujourd'hui, ils se prononcent tous pour cette fusion. "Ce mariage est un mariage de raison mais j'espère qu'il peut aboutir à terme à un mariage de coeur entre nos équipes qui s'efforceront de travailler très étroitement", a déclaré Joseph Kinsch, président du conseil d'administration d'Arcelor, lors d'une conférence de presse tenue cet après-midi. Pour sa part, Lakshmi Mittal a déclaré que "nous avons passé cinq mois à essayer de convaincre la fiancée que nous étions amoureux d'elle, je pense que c'est un mariage qui va durer!"

Lakshmi Mittal y a mis le prix. Son offre, qui se compose de 30% en cash et 70% en titres Mittal, valorise Arcelor à 25,4 milliards d'euros - soit 40,40 euros l'action - tandis que sa première proposition, fin janvier, le valorisait à 18,6 milliards. Les actionnaires d'Arcelor ont gagné en cinq mois plus que durant les deux années précédentes. En effet, le 26 janvier, la veille de l'offensive Mittal, la Bourse valorisait Arcelor 17,1 milliards d'euros.

Le nouvel ensemble - qui s'appellera Arcelor-Mittal - se placera en tête du secteur, loin devant tous ses concurrents. Fort de 320.000 employés dans le monde entier, il produira 113 millions de tonnes d'acier brut par an, soit 10% du marché mondial, et dégagera un chiffre d'affaires annuel de 69 milliards de dollars (55 milliards d'euros). "Nous sommes en train de donner le jour à un grand leader mondial, global, planétaire", s'enthousiasme Lashkmi Mittal.

Le nouveau groupe sera détenu à 43% par la famille Mittal, qui n'aura plus de droit de vote double et qui, pendant cinq ans, ne pourra pas monter au-dessus des 45%. Au total, les actionnaires actuels de Mittal - famille et petits porteurs - en détiendront 49,4% et ceux d'Arcelor 50,6%. "C'est une situation où nous sommes tous les deux gagnants", a insisté Lashkmi Mittal.

Le conseil d'administration sera composé de 6 membres d'Arcelor et 6 de Mittal, auxquels s'ajouteront 3 sièges pour les actionnaires et 3 sièges pour les salariés. "Nous sommes tout à fait satisfaits de cette représentation car il est important qu'il y ait des personnes indépendantes qui puissent nous guider", a expliqué Mittal. La direction générale sera composée des 4 membres de la direction générale d'Arcelor et de 3 membres du management de Mittal Steel, dont Aditya Mittal, directeur financier. Le fils du milliardaire indien a d'ailleurs déclaré qu'il ne se voyait pas PDG du nouveau groupe. "J'aimerais beaucoup ce poste, mais je ne crois pas que ce soit très approprié. Il me faut encore du temps pour comprendre Arcelor et sa culture", a-t-il ajouté.

En ce qui concerne Guy Dollé, qui a toujours affiché son opposition farouche au mariage entre les deux géants, Joseph Kinsch a annoncé que le nouveau groupe devrait choisir un nouveau PDG. "J'ai parlé à Guy Dollé. Il pense que pour réaliser la fusion de la nouvelle entreprise, nous devrions choisir un nouveau PDG", a-t-il expliqué. À ce jour, la composition du conseil de direction n'a pas encore été décidée. Cela fait partie des prochains points sur lesquels les deux groupes doivent encore discuter. Tout comme l'avenir de Dofasco. En effet, Arcelor et Mittal sont en désaccord à ce sujet. Arcelor pense qu'il est dans l'intérêt du nouvel ensemble de garder dans son périmètre Dofasco, contrairement à Mittal qui s'est d'ailleurs engagé à revendre le groupe canadien à l'allemand ThyssenKrupp.

Pour le contrat conclu entre Arcelor et Severstal, le groupe luxembourgeois a promis de tenir ses engagements en cas de rupture de celui-ci. La convocation de l'Assemblée générale extraordinaire prévue le 30 juin est maintenue. Les actionnaires devront alors s'exprimer sur l'éventualité d'un mariage Severstal Arcelor. Mittal a bien évidemment réitéré son appel à voter contre ce projet au cours de la conférence de presse. Il se montre cependant confiant, malgré la rumeur selon laquelle le financier russe Roman Abramovitch pourrait aider Severstal à financer une meilleure offre. "Nous ne connaissons pas les intentions de M. Abramovitch. Si une nouvelle OPA portant sur 100% du capital est proposée à Arcelor, le conseil d'administration devra à tout prix se réunir pour en discuter", a signalé Joseph Kinsch.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :