Nouveau vent de panique sur le titre Japan Airlines

 |   |  464  mots
(Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Après une baisse de 45% mardi, l'action Japan Airlines connaît une nouvelle journée cauchemar ce mercredi. Les détenteurs du titre, pris de panique face au dépôt de bilan imminent de la compagnie aérienne, ont fait chuter le cours de 81%.

Le cours de l'action Japan Airlines (JAL) à la Bourse de Tokyo effectue un nouveau plongeon ce mercredi, perdant pratiquement toute valeur face à la perspective imminente du dépôt de bilan de la première compagnie aérienne asiatique criblée de pertes et de dettes. En effet, les détenteurs de titres JAL, pris de panique par le dépôt de bilan imminent de la société, ont fait chuter le cours de 81%, à son minimum technique pour la journée fixé à 7 yens.

Le cours de l'action avait déjà connu mardi une baisse de 45%, le plus bas niveau autorisé par les autorités de marchés. Aucune action JAL ne trouvait preneur malgré la décote.

La première compagnie aérienne asiatique, handicapée par quelque 12 milliards d'euros de dettes, a soumis son cas au fonds public des restructurations des entreprises (Etic), organisme qui peut mobiliser des fonds garantis par l'Etat pour voler au secours de groupes en difficulté. Elle devrait être forcée de déposer son bilan le 19 janvier à la demande du gouvernement nippon, ont rapporté les médias, avant de subir un redressement judiciaire.

Selon les médias, la procédure devant les tribunaux serait accompagnée d'une restructuration draconienne orchestrée par l'Etic. Ce dernier prévoirait ainsi de supprimer 15.600 emplois en trois ans, d'injecter massivement des capitaux publics, d'effacer les dettes du groupe et d'accorder des prêts d'urgence à JAL pour que ses avions puissent continuer de voler malgré ces turbulences. Ces apports de fonds publics seraient précédés d'une réduction de 100% du capital existant, ce qui entraînerait la radiation de JAL de la Bourse de Tokyo et la perte de leur mise pour les actionnaires.

La presse nippone rapporte que le gouvernement a rallié mardi les banques créancières du groupe à son idée du dépôt de bilan, auquel elles s'opposaient par crainte de conséquences néfastes pour l'image de JAL. L'ancienne compagnie nationale privatisée en 1987 a déjà été sauvée trois fois de la faillite par les pouvoirs publics depuis 2001. Elle est victime de la crise économique mondiale, mais aussi d'erreurs stratégiques et d'un système de retraites complémentaires onéreux.

Ces négociations internes sont doublées de discussions avec les compagnies américaines Delta Air Lines et American Airlines, qui lorgnent chacune sur les lucratifs créneaux horaires de JAL en Asie et restent intéressées par une entrée dans son capital. L'alliance entre JAL et Delta Air Lines serait sur le point d'obtenir l'accord des autorités américaines.

La perte nette de JAL au premier semestre de l'exercice 2009-2010 se montait à 131,2 milliards de yens (près d'un milliard d'euros), et l'endettement net 1.523,45 milliards (soit 11,5 milliards d'euros).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :