CAC 40 : la Bourse de Paris saisie de gros doutes sur la trajectoire de la reprise

 |  | 767 mots
Lecture 4 min.
La réalité sanitaire fait redouter un rebond économique édulcoré en Europe, déjà confrontée à des retards de vaccination.
La réalité sanitaire fait redouter un rebond économique édulcoré en Europe, déjà confrontée à des retards de vaccination. (Crédits : Ralph Orlowski)
La place parisienne ouvrait encore en baisse ce matin. Avec l'aggravation de la situation sanitaire et le renforcement des mesures de restrictions, les investisseurs suivront avec attention l'évolution de l'activité dans les secteurs manufacturiers et des services des deux côtés de l'Atlantique. L'inquiétude est également alimentée par le recul des places financières hier dans le reste du monde: Tokyo a perdu 2%, Wall Street a fini dans le rouge...

La Bourse de Paris continuait de baisser mercredi matin (-0,58%), alors que la réalité sanitaire inquiète de plus en plus les investisseurs et les fait douter de la solidité de la reprise espérée.

A 09H25 (08H25 GMT), l'indice vedette CAC 40 perdait 34,62 points à 5.910,68 points au lendemain d'une baisse de 0,39%, troisième recul consécutif de la cote parisienne.

"Alors que l'Europe se reconfine pour faire face à la troisième vague de coronavirus, beaucoup d'interrogations subsistent chez les investisseurs concernant la trajectoire de la reprise économique", souligne Christopher Dembik, directeur associé chez Berenberg.

Dans ce contexte, les investisseurs suivront avec attention l'évolution de l'activité dans les secteurs manufacturiers et des services des deux côtés de l'Atlantique.

Mesures de restrictions renforcées en Allemagne et aux Pays-Bas

Après l'Allemagne, qui va serrer la vis pour limiter la propagation du coronavirus pendant le week-end pascal, les Pays-Bas vont prolonger jusqu'au 20 avril les mesures de restrictions en place pour lutter contre la pandémie de Covid-19.

Cette réalité sanitaire fait redouter un rebond économique édulcoré en Europe, déjà confrontée à des retards de vaccination.

Bruxelles accélère sur le blocage des exportations de vaccins

Bruxelles s'apprête à élargir les prérogatives lui permettant de bloquer les exportations de vaccins si un laboratoire retarde des livraisons prévues.

La détente des taux souverains depuis le début de la semaine permettait aux valeurs de croissance de rebondir.

En revanche, les secteurs cycliques (matières premières, banques, tourisme, transports), qui ont ces derniers temps tiré à la hausse les marchés, poursuivaient leur correction en voyant la reprise économique s'éloigner.

Carrefour grandit au Brésil

Carrefour avançait de 0,44% à 14,82 euros, après l'annonce du rachat de Grupo Big, troisième acteur de la distribution alimentaire au Brésil, pour un montant de 1,1 milliard d'euros.

Lire aussi : Pourquoi Carrefour se consolide au Brésil après l'échec de la fusion avec le canadien Couche-Tard

Engie sanctionné par une note

Engie (-1,69% à 11,91 euros) pâtissait en revanche d'une baisse de recommandation sur son titre à "conserver" contre "acheter" par HSBC.

Lire aussi : Elengy (Engie) veut faire du terminal de Montoir-de-Bretagne un hub GNL multiservices

BOURSES MONDIALES: Tokyo a perdu 2%, Wall Street dans le rouge

La Bourse de Tokyo a clôturé en nette baisse mercredi dans le sillage de Wall Street la veille, alors que la recrudescence de la pandémie dans le monde douchait les espoirs de normalisation économique à court terme.

L'indice Nikkei a perdu 2,04% à 28.405,52 points et l'indice élargi Topix a chuté de 2,18% à 1.928,58 points.

La Bourse de New York a terminé dans le rouge mardi sur fond de dégradation de la situation sanitaire dans le monde, avec de nouveaux confinements en Europe et une hausse des cas de coronavirus.

Alors que "les vaccins semblaient mener vers la fin de la pandémie", la remontée des cas dans le monde pousse les investisseurs à se demander "à quel point cela va peser sur les perspectives de reprise économique", a commenté Mitsushige Akino de Ichiyoshi Asset Management, cité par Bloomberg.

Les marchés chinois étaient aussi en baisse: l'indice Hang Seng de Hong Kong perdait 2,06% en fin de séance, tandis que Shanghai a lâché 1,3% à la clôture et Shenzhen 1,41%.

VALEURS : automobile et aéronautique dans la tourmente

LES VALEURS AÉRIENNES CLOUÉES AU SOL: Les grandes compagnies aériennes japonaises Japan Airlines (-7,77% à 2.372 yens) et ANA (-7,21% à 2.463 yens) ont pâti des annonces récentes de prolongation des mesures de restrictions ou de nouveaux confinements en France, en Allemagne ou aux Pays-Bas, qui font s'éloigner la perspective d'une reprise des voyages.

L'AUTOMOBILE PATINE FACE À LA PÉNURIE: l'impact potentiel de l'incendie en fin de semaine dernière d'une usine du fabricant de semi-conducteurs nippon Renesas (-3,34% à 1.156 yens) sur la production des grands constructeurs automobiles, qui souffrent déjà de la pénurie mondiale de semi-conducteurs, a continué à préoccuper les investisseurs.

Le titre du géant automobile japonais Toyota a perdu 2,21% à 8.120 yens, celui de Honda reculé de 1,6% à 3.246 yens et le titre Nissan chuté de 4,01% à 581,1 yens.

Devises et pétrole

Le yen était relativement stable face au dollar, à raison d'un dollar pour 108,54 yens vers 06H50 GMT contre 108,59 yens mardi à 21H00 GMT.

La monnaie japonaise progressait par rapport à l'euro, qui valait 128,55 yens contre 128,67 yens la veille.

L'euro était stable à 1,1844 dollar contre 1,1849 dollar mardi.

Les cours du pétrole étaient dans le vert: après 06H45 GMT le prix du baril de brut américain WTI gagnait 1,16% à 58,43 dollars et celui du baril de Brent de la mer du Nord avançait de 1,33% à 61,60 dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/03/2021 à 13:08 :
J'espère sincèrement que la bourse française sanctionnera comme il se doit la dérive sanitariste de notre gouvernement.
a écrit le 24/03/2021 à 12:53 :
La bourse c'est comme la vie. Si l'encéphalogramme est plat alors c'est mort. Autrement aucune inquiétude. Les creux sont autant d'opportunités.
a écrit le 24/03/2021 à 11:05 :
La Tribune. c'est comme prendre une douche ecossaise. Un titre annonce une reprise fulgurante dans les mois a venir et en milieu de page, l'on s'interroge si ca va le faire.
Autant voir madame Irma.
a écrit le 24/03/2021 à 10:56 :
"Bruxelles accélère sur le blocage"

L'histoire de l'UE depuis le traité de Maastricht.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :