Et le Brexit ?

 |   |  316  mots
Marc Fiorentino
Marc Fiorentino (Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin, l'actualité économique commentée par Marc Fiorentino...

Une fois de plus, Theresa May est sous pression pour le Brexit. Pauvre Theresa May. On se demande vraiment comment elle va s'en sortir avec ce Brexit qu'elle ne soutenait même pas à titre personnel. Le Brexit, on finit par l'oublier tellement on ne comprend plus rien à ce qui se passe.

CAFOUILLAGE MONUMENTAL
Entre ceux qui nous expliquent que finalement il n'y aura pas de Brexit, ceux qui parlent d'une période de transition tellement longue que le Brexit ressemblera plutôt à un statu quo et ceux qui au contraire voient toujours un hard Brexit, on ne sait pas à quelle sauce le Royaume-Uni sera mangé. Mais une chose est sûre et c'est la grande leçon de ce cafouillage monumental depuis plus d'un an, c'est la Grande-Bretagne et pas l'Union Européenne qui subira toutes les conséquences négatives.

UN NOUVEAU FRONT
Theresa May fait face à une nouvelle fronde au sein de son parti. Une fois de plus. Hier 62 membres de son parti ont publié une tribune pour demander un Brexit clean, un clean break, une rupture claire et nette sans atermoiement. Claire et nette et aussi rapide. Le groupe lui demande de durcir le ton vis-à-vis de l'Europe et d'arrêter de négocier en position de faiblesse et d'arrêter de faire des concessions.
Ils disent soutenir May, mais c'est un soutien empoisonné tant il est conditionné à des revendications qui rappellent les plus belles heures du hard Brexit. Ils veulent notamment que la Grande-Bretagne s'éloigne le plus rapidement possible des contraintes et réglementations européennes une fois le Brexit prononcé.

OÙ VA-T-ON SUR LE BREXIT ?
Est-ce qu'on sait mieux où on va sur le Brexit ? Non. On y voit encore moins clair qu'avant. Et c'est le reproche qui est fait à Theresa May....
Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/02/2018 à 9:21 :
Encore une messe néolibérale anti-brexit, en plus d'être affligeant intellectuellement, cette espèce de soumission générale au dogme des possédants, c'est d'un ennuie sans fin.

JE ne vais pas lire tout les éditoriaux de votre part que j'ai raté du coup, je vais plutôt aller allumer un cierge à l'église, ça me fera le même effet.

Amen.
a écrit le 23/02/2018 à 12:35 :
Ils soutiennent leur chef, comme la corde soutient le pendu !

Mais plaindre May alors qu'elle a choisi de devenir chef du gouvernement briton, ça non.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :