Le pétrole très volatil à l'approche du sommet de l'Opep

 |   |  598  mots
Les désaccords persistants entre l'Iran, l'Irak et l'Arabie saoudite sur les modalités d'une limitation de leur production rendent de plus en plus incertaine la conclusion d'un accord au sein de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) mercredi à Vienne.
Les désaccords persistants entre l'Iran, l'Irak et l'Arabie saoudite sur les modalités d'une limitation de leur production rendent de plus en plus incertaine la conclusion d'un accord au sein de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) mercredi à Vienne. (Crédits : Reuters)
Les achats en Asie et à la Bourse de Londres font remonter ce mercredi les cours du pétrole, alors que les pays producteurs de pétrole se réunissent à Vienne pour entériner -ou pas- les moyens effectifs de faire baisser la production. Hier mardi, phénomène inverse, le cours de l'or noir chutait...

La Bourse de Londres montait de 0,57% mercredi avant une réunion des pays exportateurs de pétrole (Opep), les investisseurs achetant les titres des producteurs d'or noir.

En effet, afin de faire remonter les prix de l'or noir, les ministres des membres de l'Opep se réunissent aujourd'hui à Vienne pour décider s'ils limitent ou non leur production d'or noir, et surtout pour s'accorder sur les moyens à mettre en oeuvre s'ils optent pour la réduction.

Ce matin, le ministre saoudien de l'Energie Khalid al-Falih s'est dit "optimiste" quand à la possibilité qu'un accord de limitation de la production soit conclu mercredi à Vienne lors de la réunion de l'Opep... tout en reconnaissant que rien n'est joué.

Lors sa dernière réunion à Alger, le 28 septembre, le cartel avait fixé un plafond de production compris entre 32,5 et 33 millions de barils par jour (mbj), décision qui avait surpris les observateurs car c'était la première fois en huit ans que l'organisation décidait d'auto-limiter sa production.

 > Lire : Le marché achète la promesse de l'Opep en attendant sa réalisation

En attendant le résultat des discussions plus tard dans la journée, les spéculations à l'oeuvre sur le marché faisaient remonter les cours du baril, dopant par conséquent les actions des majors pétrolières. Royal Dutch Shell (action "B") montait ainsi de 3,13% à 2.095 pence et BP de 2,32% à 452,80 pence.

De même en Asie, les cours du pétrole rebondissaient ce mercredi, sous l'effet d'achats à bon compte après avoir nettement reculé face aux doutes croissants quant à la capacité de l'Opep à concrétiser une baisse de la production. Ainsi, vers 02h30 GMT, le baril de light sweet crude (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en janvier, prenait 29 cents à 45,52 dollars dans les échanges électroniques en Asie. Le baril de Brent, référence européenne, également pour janvier, s'appréciait de 17 cents, à 46,55 dollars.

Un accord très incertain, des marchés agités

Pourtant, les désaccords persistants entre l'Iran, l'Irak et l'Arabie saoudite sur les modalités d'une limitation de leur production rendent de plus en plus incertaine la conclusion d'un accord au sein de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) mercredi à Vienne.

"Les rumeurs autour de la réunion font penser que certains Etats membres refusent de réduire leur production, ce qui rend un accord très difficile. La situation est très volatile et nous n'y verrons pas clair" avant la fin de la rencontre, a déclaré Alex Furber, de CMC Markets. "Les marchés pourraient être agités aujourd'hui".

Autre inconnue de l'équation que doit intégrer l'Opep : la décision de la réserve fédérale américaine de relever ses taux. Celle-ci, maintes fois annoncée, peut avoir un effet sur le marché pétrolier, sous l'effet d'un probable valorisation du dollar, qui évolue en sens inverse du prix du pétrole.

Hier, mouvement inverse, le pétrole baissait

Le bureau d'analyse économique britannique Capital Economics table sur un résultat:

"Il va vraisemblablement y avoir de la surenchère. Les négociations entre le leader de facto du groupe, l'Arabie (d'un côté), et l'Iran et l'Irak (de l'autre) ne seront sûrement pas faciles. Mais nous pensons toujours que la réunion débouchera sur un accord destiné à sauver la face."

Mardi à la clôture, le WTI a perdu 1,85 dollar à 45,23 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex). A Londres, le Brent a cédé 1,86 cent à 46,38 dollars sur le contrat pour livraison en janvier à l'Intercontinental Exchange (ICE).

(Avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/11/2016 à 11:26 :
Ils vont dire une nouvelle fois qu'ils vont baisser la production maintenant ils voient bien également que la consommation mondiale des ménages chute entrainant l'économie et que donc s'ils veulent faire rentrer de l'argent via le pétrole ils ne peuvent pas excessivement surévalués ce produit qui l'est déjà énormément.

Le cours du pétrole est tenu à bout de bras par le lobby pétrolier et son domaine d'activité, ces gens sont très forts pour faire semblant mais par contre catastrophiques pour gérer une activité économique, à un moment à tout vouloir faire passer en force on casse tout.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :