Tension sur l'obligataire : le taux américain à 10 ans à son plus haut de l'année

 |  | 338 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : Chris Wattie)
Les investisseurs anticipent une remontée des taux directeurs sur ces obligations d'État. Au-delà de la crainte d'une inflation incontrôlée, c'est un avertissement sur la crédibilité des décisions prises par la Fed qui est donné.

Le rendement à 10 ans sur les bons du Trésor américain est monté vendredi à son plus haut de l'année et à un pic en plus d'un an après l'annonce d'une forte hausse des créations d'emplois aux États-Unis le mois dernier.

Le taux obligataire à 10 ans a atteint 1,62% dans la matinée, un niveau plus vu depuis le 12 février 2020. Le taux à 30 ans était aussi en progression et s'établissait aux alentours de 2,33%.

Les taux sur les obligations américaines, qui évoluent en sens inverse du prix des obligations, n'ont eu de cesse de progresser depuis le début de l'année.

La crainte d'une inflation incontrôlée

Le marché est préoccupé par un risque d'inflation avec la redémarrage de l'économie américaine et la campagne de vaccination contre le Covid-19.

Les tentatives du président de la Réserve fédérale Jerome Powell pour apaiser ces craintes n'ont jusqu'à présent pas réellement porté leurs fruits.

En cause, l'afflux massif d'argent public injecté dans l'économie et dont l'excès pourrait faire basculer la confiance et les prix. L'argent emprunté par l'Etat pour financer les aides provient aussi de la banque centrale qui doit, dans le même temps, maintenir sa crédibilité.

Or, de nombreux investisseurs, anticipant une hausse des prix et une éventuelle remontée des taux directeurs de la Fed - ceux qui définissent le taux d'emprunt - cherchent à vendre leurs obligations, ce qui fait mécaniquement monter leurs rendements.

Au-delà du risque de bulle, c'est donc un premier avertissement sur la crédibilité de la politique menée par la Fed, en cas de reprise vigoureuse de l'économie.

Vendredi, des chiffres du gouvernement américain montrant un bond des créations d'emplois aux États-Unis en février ont agi comme un nouveau signe d'une reprise de l'activité.

En février, 379.000 emplois ont été créés aux États-Unis, soit près de trois fois plus qu'en janvier, selon les données du département du Travail.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :