Bourse : après le plongeon de Wall Street hier, Paris accroche sa ceinture ce mercredi matin

 |   |  1265  mots
(Crédits : Benoit Tessier)
Le secteur aérien sera scruté à Paris ce matin, après l'agitation mardi à Wall Street, suite aux propos du patron de Boeing avertissant qu'une grande compagnie aérienne américaine allait probablement faire faillite. Voici les valeurs à suivre aujourd'hui : Air France, ADP, Eiffage, Suez, JCDecaux, et Renault dont l'usine de Sandouville restera fermée sur décision de justice.

La Bourse de Paris se préparait à ouvrir mercredi en recul, à l'unisson d'une baisse des marchés asiatiques et de Wall Street, pour une séance débordante de nouvelles précisions macroéconomiques.

"Les indices européens devraient ouvrir en baisse ce matin dans le sillage de la clôture des marchés américains plombés par les tensions entre Washington et Pékin (...) et les craintes qu'il y ait une nouvelle vague de coronavirus à Wuhan et en Europe", résume John Plassard, spécialiste de l'investissement chez Mirabaud.

Le contrat à terme sur le CAC 40 perdait 1,22% une quarantaine de minutes avant l'ouverture de la séance. Mardi, l'indice parisien avait fini en légère baisse (-0,39%).

La Bourse de New York a clôturé également dans le rouge mardi.

Lire aussi : Transport aérien: le PDG de Boeing annonce une faillite imminente et... sème la panique à Wall Street

Alors que la pandémie de Covid-19 a fait désormais plus de 290.000 morts dans le monde, les investisseurs restent préoccupés par les contaminations, qui repartent à la hausse dans plusieurs pays, menacent le déconfinement en cours dans certaines régions et fragilisent les espoirs de reprise économique.

Ils redoutent une seconde vague de l'épidémie, après la découverte de nouveaux cas en Chine mais également suite  à la mise en garde de l'immunologiste en chef de la Maison Blanche, sur les risques d'une réouverture de l'économie trop hâtive aux Etats-Unis.

Concernant les relations sino-américaines, "au-delà des droits de douane, arme favorite du président américain, ce dernier fait pression sur certains fonds de pension américains pour bloquer l'investissement dans des compagnies chinoises, qu'il suspecte de ne pas respecter les droits de l'homme ou encore de menacer la sécurité américaine", explique Vincent Boy, analyste marché chez IG France.

Aux Etats-Unis, pays le plus meurtri par la pandémie, les démocrates ont dévoilé mardi au Congrès américain un gigantesque plan d'aide de 3.000 milliards de dollars pour secourir l'économie. Soutenu par la Chambre des représentants, celui-ci ne devrait en revanche pas être validé par le Sénat.

L'intervention du président de la Réserve fédérale américaine (Fed) Jerome Powell, prévue dans l'après-midi, concentrera l'attention des investisseurs.

Ils ont déjà pris connaissance de la chute de 2% de la croissance Royaume-Uni au premier trimestre, et attendent les chiffres de la production industrielle en zone euro.

L'actualité tournera aussi beaucoup autour du pétrole, avec le rapport mensuel de l'OPEP et le rapport hebdomadaire sur les stocks de pétrole aux Etats-Unis, avant celui de l'Agence Internationale de l'Energie jeudi.

VALEURS à suivre en France

Le secteur aérien sera scruté après l'agitation mardi à Wall Street, suite aux propos du patron de Boeing avertissant qu'une grande compagnie aérienne américaine allait probablement faire faillite.

Par ailleurs, le gouvernement français, qui a accordé un soutien de 7 milliards d'euros à Air France pour faire face à la crise du coronavirus, accompagnera "les autres compagnies aériennes", a promis mardi la ministre des Outre-mer Annick Girardin, à l'Assemblée nationale.

ADP : le plan d'économie du gestionnaire des aéroports parisiens a été réévalué à 450 millions d'euros, a annoncé son PDG Augustin de Romanet, estimant que le trafic devrait retrouver environ la moitié de son niveau normal à l'automne seulement.

Secteur du tourisme: la Commission européenne présente son plan d'aide pour ce secteur

Renault: l'usine Renault de Sandouville fermée depuis lundi sur décision de justice ne rouvrira pas avant le 22 mai, a-t-on appris mardi de sources syndicales concordantes.

JCDecaux : le groupe a vu son chiffre d'affaires baisser de 12,6% au premier trimestre, touché dans toutes ses activités par la crise sanitaire, et a retiré ses prévisions trimestrielles.

Suez : Philippe Varin, ancien dirigeant de Péchiney et de PSA, a pris mardi la présidence du conseil d'administration du groupe qui a également acté le passage du conseil d'administration de 19 membres à 15.

Eiffage: le géant du BTP a subi une baisse de ses revenus au premier trimestre et confirmé que la crise allait faire décliner ses chiffre d'affaires et bénéfices cette année.

Aux États-Unis, hier, Wall Street a fini dans le rouge

La Bourse de New York a fini dans le rouge mardi, accélérant ses pertes en fin de séance, dans un marché sur ses gardes alors que l'activité économique redémarre progressivement dans les Etats fédérés américains.

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a reculé de 1,89% à 23.764,78 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a cédé 2,06% à 9.002,55 points.

Le S&P 500, qui représente les 500 plus grandes entreprises de Wall Street, a perdu 2,05% à 2.870,12 points.

Selon Maris Ogg de Tower Bridge Advisors, la place new-yorkaise a été confrontée mardi "au sentiment d'épuisement des acheteurs et aux interrogations des investisseurs sur les valeurs boursières."

Depuis des plus bas sur l'année touchés fin mars, les grands indices de Wall Street sont en effet nettement remontés, alors même que l'économie américaine continue de subir les conséquences désastreuses du ralentissement lié au nouveau coronavirus.

Nouvel indicateur de l'impact de la pandémie, les prix à la consommation ont reculé de 0,8% en avril comparés à ceux enregistrés en mars aux Etats-Unis.

Il s'agit de la plus forte baisse mensuelle depuis décembre 2008, selon l'indice CPI publié mardi par le département du Travail.

Par ailleurs, l'immunologiste Anthony Fauci, figure centrale de la cellule de crise de la Maison Blanche sur le coronavirus, a mis en garde mardi contre les conséquences "très graves" d'un redémarrage de l'économie trop rapide, pourtant encouragé par Donald Trump.

Il a d'autre part averti que le bilan aux Etats-Unis, pays le plus touché par la pandémie, était "probablement plus élevé" que les plus de 80.000 morts officiels

Le témoignage de M. Fauci devant des élus américains "n'a sans doute pas aidé", note Mme Ogg, "même si les professionnels du secteur de la santé ont l'habitude d'être très prudents et de s'attendre au pire."

Uber gourmand

Pour l'experte, une série de développements positifs sur les fronts sanitaire et économique est nécessaire pour espérer un deuxième rebond du marché actions.

"Il devra s'agir soit d'une avancée vers un traitement ou un vaccin, soit d'une chute rapide du taux de nouvelles contaminations, soit d'un net redémarrage de l'économie des Etats qui ont entamé le déconfinement",

Parmi les valeurs du jour, les compagnies aériennes américaines ont été à la peine, lestées par des propos du patron de Boeing (-2,86%), qui a jugé "fort probable" que l'une d'entre elles ne doive cesser ses activités en raison du choc économique provoqué par le coronavirus.

American Airlines a perdu 4,46%, Delta Air lines 4,45%, United Air Lines 5,05%, Jetblue 5,84% et Southwest 3,26%.

L'action de Grubhub s'est envolé de près de 30% après des articles de presse selon lesquels Uber (+2,40%) a fait une offre de rachat au spécialiste de la livraison de repas à domicile. Les deux entreprises n'ont pas confirmé ces informations.

Le gestionnaire d'actifs BlackRock a chuté de 7,84%. La banque américaine PNC Financial (-2,08%) a annoncé lundi son intention de vendre prochainement toutes ses actions de l'entreprise pour saisir les opportunités d'investissement créées par la pandémie de coronavirus.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine reculait, s'établissant à 0,6667% contre 0,7099% lundi soir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/05/2020 à 3:50 :
Ce qu'il y a de "tarte à la crème" avec ses petites vidéos qui s'affichent dans l'angle gauche de la page, c'est que nous ne pouvons jamais les écouter en totalité. Les pages se rechargeant, la vidéo redémarre au début.
Cela porte un nom : "le progrès !!"
a écrit le 13/05/2020 à 11:26 :
Fantastique ! On s'éclate comme des bêtes.
a écrit le 13/05/2020 à 9:40 :
"une grande compagnie aérienne américaine allait probablement faire faillite"

Tandis que les allemands vont sauver lufthansa pour pouvoir voir tout ces gros navions dans le ciel voler mêmes vides.

Ah, les enfants...
Réponse de le 17/05/2020 à 20:06 :
Et oui neuneu blasé, Lufthansa mérite bien d'être sauvée contrairement à ces boulets de compagnies américaines...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :