Plombé par la crise, Pernod Ricard s'attend à un environnement "volatil et incertain"

 |  | 495 mots
(Crédits : CHRISTIAN HARTMANN)
Le numéro deux mondial des vins et spiritueux a subi de plein fouet l'effondrement des ventes pendant le confinement, dans les lieux de transports (les aéroports notamment) ainsi qu'auprès des bars et restaurants. Cette chute n'a été compensé que partiellement par la consommation à domicile.

Le géant des spiritueux Pernod Ricard a vu son bénéfice net chuter de 77% lors de l'exercice décalé 2019/20, à 329 millions d'euros, en raison d'une dépréciation de la marque de vodka Absolut liée à la crise sanitaire du Covid-19.

Le résultat opérationnel a en revanche subi un recul moindre que prévu, tandis que les ventes pour l'année, en retrait de 8%, sont proches des consensus de FactSet et Bloomberg, à 8,45 milliards d'euros.

"Le résultat net part du groupe s'élève à 329 millions d'euros, en décroissance de -77% par rapport à l'exercice 2018/19, dû à des dépréciations d'actifs d'un milliard d'euros déclenchées par le Covid-19, en particulier sur la marque Absolut (912 millions d'euros en montant brut, 702 millions d'euros net d'impôts)", a déclaré le groupe dans un communiqué.

La vodka Absolut en chute libre

Malgré la vente de plus de 10 millions de caisses, la célèbre vodka a vu son chiffre d'affaires reculer de 11% sur l'exercice.

Principale victime de la pandémie de Covid-19 : l'Asie, et notamment la Chine et l'Inde, les deux marchés les plus importants du groupe derrière les Etats-Unis, et qui ont souffert des mesures de confinement, tout comme le "travel retail", la vente de spiritueux dans les sites de transports, en premier lieu les aéroports, désertés pendant la crise.

L'activité du groupe français en Asie et dans le reste du monde, hors Amérique et Europe donc, a ainsi reculé de "14%, principalement dû à la Chine, l'Inde et le travel retail, avec une base de comparaison élevée", a indiqué le groupe.

Lire aussi : Face à la crise, le secteur des spiritueux réclame des mesures de soutien

A l'inverse, la bonne résistance des Etats-Unis et des ventes "off trade", en grande distribution, soutenus par la consommation à domicile, ont permis de compenser partiellement la fermeture pendant de longues semaines des cafés, hôtels et restaurants, qui a été la plus sensible au mois d'avril, au tout début du quatrième trimestre de l'exercice.

Le groupe souligne que son résultat opérationnel courant (ROC) a finalement mieux résisté que prévu, reculant de 13,7%, hors effets de change favorables (-12% en publié). Le groupe avait prévu en mars un recul du ROC d'environ 20% en raison du confinement dans de nombreux pays du monde pour enrayer la progression de l'épidémie de Covid-19, avant de réviser cette prévision en juillet à environ -15%.

Parmi les facteurs de "résilience" vantés par le PDG du groupe, Alexandre Ricard, la chaîne d'approvisionnement a tenu, "que ce soient les distilleries, les sites d'embouteillage, tout l'approvisionnement jusque dans les magasins", s'est-il félicité lors d'un entretien à l'AFP. Cela explique, selon lui, des gains de part de marché "en Inde, au Japon, en Allemagne, en France, et dans le travel retail".

Lire aussi : Des producteurs de sucre et de spiritueux se mettent à produire du gel hydroalcoolique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/09/2020 à 21:37 :
J'aime bien cette boîte, une des rares françaises à ne pas trop faire nimporte quoi, mais il y a un mois, tous les articles d'analystes nous disaient exactement le contraire. Ahhhh la finance, le libéralisme ! Dire qu'on nous parle de science et de vérité absolue ...
a écrit le 02/09/2020 à 16:25 :
"Cette chute n'a été compensé que partiellement par la consommation à domicile".

Puis, les enfants trinquent.
a écrit le 02/09/2020 à 11:47 :
C'est étonnant cet environnement "volatil et incertain" j'ai lu et entendu que le confinement en avait porté plus d'un sur la tutute
a écrit le 02/09/2020 à 11:37 :
C'est là que l'on voit les boites qui ont un gros réseaux, à savoir des clients qui leurs achètent de gros volumes sans de ce fait nous informer sur la réalité du marché et les attentes des consommateurs, plutôt qu'une activité bien plus incrustée dans la réalité qu'est le commerce de détail puisque tous les gens que je connais, ont bu beaucoup plus que d'habitude durant ce confinement.

Mais à trop se déconnecter des gens on oublie de prendre les virages.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :