La hausse des taux d'emprunt d'État inquiète les marchés obligataires

 |  | 901 mots
Lecture 5 min.
Les taux d'emprunt d'Etat ont augmenté aux Etats-Unis, reflet des anticipations d'une forte reprise de l'activité et de l'inflation.
Les taux d'emprunt d'Etat ont augmenté aux Etats-Unis, reflet des anticipations d'une forte reprise de l'activité et de l'inflation. (Crédits : Reuters)
Le plan de relance de Joe Biden fait craindre à certains experts la surchauffe monétaire et une reprise trop brutale qui aurait pour conséquence une hausse de l'inflation entrainant une progression des taux d'emprunts des États. La Fed a immédiatement tenté de rassurer en assurant maintenir ses taux bas.

Et si une reprise économique trop rapide venait faire paniquer les marchés ? La récente forte remontée des taux d'emprunt d'Etat, reflet d'anticipations d'inflation en hausse, fait craindre ce scénario à certains. En ligne de mire, les 1.900 milliards de dollars déversés par Joe Biden pour son plan de relance, causant une peur de surfinancements qui placerait, avec l'inflation, la Banque centrale américaine (Fed) en perte de crédibilité.

Cette crainte d'une poussée inflationniste, le patron de la Fed a immédiatement tenté de l'éteindre, devant les premiers remous sur le marché obligataire.

Il reste un "long chemin" avant d'atteindre les objectifs de la Fed en matière d'emploi et d'inflation, c'est-à-dire avant de s'approcher du plein emploi et d'être "en voie de dépasser durablement" les 2% d'inflation annuelle, a ainsi déclaré Jérôme Powell lors d'une audition au Sénat mardi.

Face à la pandémie, la Fed avait abaissé les taux dans une fourchette de 0 à 0,25% en mars, et elle n'a donc pas l'intention de les rehausser dans l'immédiat.

La peur de la surchauffe à Wall Street

En nette progression depuis plus d'une semaine, le taux américain à dix ans, référence sur le marché, est monté lundi jusqu'à 1,39%, son plus haut depuis un an, entraînant dans son sillage le taux allemand jusqu'à -0,28%, un niveau inédit depuis juin dernier, et rapprochant le taux français de la barre symbolique de 0%, avant que la situation ne s'apaise un peu mardi.

Cette crainte de la surchauffe monétaire impactait aussi le marché des actions. Peu après l'ouverture mardi à Wall Street, le Nasdaq, indice à forte valeur technologique, reculait de 2,23%, l'indice élargi S&P 500 baissait de 0,87% et le Dow Jones abandonnait 0,34%. Les stars de la tech dévissaient de manière surprenante : Apple (-3,41%), Amazon (-1,96%) et Alphabet (-2,35%). Tesla poursuivait de son côté sa dégringolade à -8,64%.

Lire aussi : Le coronavirus : le marché des obligations en quarantaine ?

Plan de relance et optimisme

Aussi, beaucoup d'investisseurs, à la faveur du vaste plan de relance de Biden et d'une amélioration de la situation sanitaire, tablent sur une hausse généralisée des prix à moyen terme.

"Il y a des tensions sur les prix à la production avec une envolée des prix des cargos sur les routes commerciales vers la Chine, et de fortes tensions sur les prix des matières premières", explique Tangi Le Liboux, stratégiste du courtier Aurel BGC.

Il faut s'attendre à ce que les prix de l'énergie "augmentent encore", poursuit-il.

"La consommation aux Etats-Unis pourrait rebondir plus fort que prévu", complète l'expert, selon qui "toute la question est de savoir si cette hausse des prix sera temporaire et d'une ampleur limitée".

Une inflation maîtrisée

Pour l'heure, la cible d'une inflation autour de 2% affichée par les banques centrales européenne et américaine semble encore lointaine. Aux Etats-Unis, la hausse des prix a accéléré à +0,4% en décembre sur un mois mais ne s'est établie qu'à +1,3% sur l'année tandis qu'en zone euro, elle est redevenue positive en janvier après cinq mois négatifs, à +0,9% sur l'année.

Il est "peu probable" que l'inflation s'établisse de façon durable au-dessus de l'objectif de 2% annuels que vise la Fed, a ainsi affirmé vendredi la cheffe économiste du Fonds monétaire international (FMI), Gita Gopinath.

Risque de krach ?

Plus que la progression des rendements obligataires elle-même, conséquence des réajustements qu'opère le marché dans ses anticipations d'inflation, c'est sa rapidité qui inquiète.

"Si on a une accélération brutale des taux, c'est à ce moment-là que les marchés", qui évoluent depuis des mois dans un environnement où les rendements obligataires sont très bas, "peuvent craquer", d'abord aux Etats-Unis, prévient M. Le Liboux.

"Si le taux à dix ans américain continue de monter alors que la Fed laisse ses taux directeurs inchangés, cela mettra la pression sur cette dernière, qui a un moment donné va avoir des problèmes de crédibilité", juge M. Le Liboux.

Mais si "les marchés commencent à se dire que la Fed est en retard et qu'elle se trompe", alors "il y aurait un risque de panique" parce que les investisseurs commenceraient "à anticiper un resserrement monétaire plus rapide que prévu", souligne M. Le Liboux.

Pas de craintes à court terme

L'emballement des marchés obligataires laisse toutefois "un peu sceptique" José Antonio Blanco, responsable de la gestion pour compte de tiers chez Swiss Life AM.

Avec les largesses monétaires et budgétaires actuelles, le potentiel d'inflation se matérialisera mais certainement pas cette année et "probablement même pas l'année prochaine", selon lui.

Ce "potentiel d'inflation ne peut se produire que s'il y a (...) plus ou moins de plein emploi et c'est quelque chose que nous ne voyons pas en ce moment", relève-t-il, à l'heure où le marché du travail est "très loin" d'être solide selon l'aveu du patron de la Fed lui-même début février.

"Le rendement des bons du Trésor américain à dix ans" qui ont "hiberné suffisamment longtemps", devrait grimper, anticipe Nicholas Colas, cofondateur de la société de données financières américaine DataTrek, mais nous sommes loin des lendemains de la crise de 2009 où ils avaient "doublé en six mois".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/02/2021 à 9:39 :
Le titre de l'article met la charrue avant les boeufs : c'est parce que les investisseurs sont inquiets que les taux remontent.
Ce n'est pas plus compliqué que ça.
a écrit le 24/02/2021 à 1:47 :
Si on est un peu lucide, on voit bien que tout le monde, tout ce petit monde de la finance commence a paniquer.
Il n'y aura pas de solution en dehors d' un big bang et ils seront les premiers impactes.
L'economie n'est pas previsible ni une science.
a écrit le 23/02/2021 à 19:20 :
Aucune inquiétude à avoir car la remontée des taux de long terme (cf. 10+ ans) a été acté par Jerome Powell par une réorientation des achats de dettes par la réserve fédérale américaine vers des taux de court terme désirée par le président Bidedz pour tenir politiquement les 4 prochaines années... après lui le déluge!
a écrit le 23/02/2021 à 18:23 :
J’invite les bourses mondiales à un «  ARRÊT » total pendant 6 mois pour les 2,5 millions de morts du COVID ( une preuve d’humanité de leur part ) même une GUERRE n’aurait pas fait AUTANT de VICTIMES !!
a écrit le 23/02/2021 à 17:55 :
C'est quand la mer se retire que l'on se rend compte qu'il y en a qui se baignent nus dit Waren Buffet. Nous cela fait longtemps que l'on est à poil, et les taux qui remontent vont chasser l'eau qui cachait notre nudité. ça risque de chauffer si les banques centrales ne peuvent intervenir. On comprendra mais un peu tard que l'on ne peut à l'infini vivre en s'endettant pour régler les affaires courantes.
Réponse de le 23/02/2021 à 21:21 :
Les taux réels ne remonteront probablement pas avant des années.

Une hausse des taux nominaux du à de l'inflation serait une bonne chose pour les Etat et une ruine pour les épargnants.
a écrit le 23/02/2021 à 15:15 :
Les places financières: Même pas peur. Hi, hi, hi..............
a écrit le 23/02/2021 à 15:11 :
heu... non ce sont pas du tout les mêmes gens hein... pardon. ^^
a écrit le 23/02/2021 à 15:10 :
Image troublante: des gens qui détruisent l'humanité assis sur un fauteuil et regardant un écran tandis qu'avec la NASA ce sont les mêmes gens dans les mêmes fauteuils avec les mêmes écrans mais qui eux la construisent l'humanité.
a écrit le 23/02/2021 à 14:26 :
he oui
la gauche et sa theorie du ruisselement vers le haut ( compatible avec l'anti attraction gravitationnelle, hein) est rattapee par les faits etablis et connus depuis longtemps
Réponse de le 23/02/2021 à 21:22 :
On en reparle dans 15 jours!

Votre commentaire sera déjà obsolète, il ne restera que le ridicule.
a écrit le 23/02/2021 à 13:41 :
Ca fait un moment que ca menacait. Le moment est arrive, les taux US vont remonter, l'inflation aussi histoire de faire payer tout le monde.
L'europe dans sa citadelle se croit a l'abri!
Faute de relance elle pliera sur ordre de la Fed.
Ceux qui ont des credits vont souffrir.
a écrit le 23/02/2021 à 13:34 :
"Tout est bruit pour celui qui a peur" Sophocle

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :