77 milliards de dollars : le coût des litiges pour les banques européennes depuis 2008

Scandale du Libor, affaires de fraudes, abus de ventes... Les banques européennes ont déjà versé 77 milliards de dollars depuis le début de la crise pour régler leurs différends juridiques. Parmi elles : Monte dei Paschi, Commerzbank, Santander, le Crédit Agricole, la Société Générale, BNP-Paribas, Lloyds banking, Deutsche Bank... Une addition qui pourrait s'alourdir à l'avenir.

4 mn

Lors de la publication de ses résultats trimestriels, Deutsche Bank a annoncé qu'elle avait augmenté ses provisions de 1,2 milliard d'euros, les portant à 4,1 milliards d'euros. De nombreux analystes ont estimé que la banque allemande devra encore provisionner 300 millions d'euros lors du quatrième trimestre.
Lors de la publication de ses résultats trimestriels, Deutsche Bank a annoncé qu'elle avait augmenté ses provisions de 1,2 milliard d'euros, les portant à 4,1 milliards d'euros. De nombreux analystes ont estimé que la banque allemande devra encore provisionner 300 millions d'euros lors du quatrième trimestre. (Crédits : Reuters)

77 milliards de dollars. Voilà ce que les litiges juridiques auraient coûté aux grandes banques européennes depuis le début de la crise en septembre 2008, d'après les informations de Bloomberg. Une somme rondelette, en deçà cependant de leurs consœurs américaines à qui cela aurait coûter 103 milliards de dollars.

De Monte dei Paschi à BNP-Paribas en passant par Deutsche Bank

Scandale du Libor, affaires de fraudes, abus de ventes : les griefs reprochés à une grande partie des banques européennes sont, peu ou prou, les mêmes que ceux concernant les établissements bancaires ayant leur siège social outre-Atlantique. 

Les 18 établissements bancaires européens - Monte dei Paschi, Commerzbank, Santander, le Crédit Agricole, la Société Générale, BNP-Paribas, Lloyds Banking, Deutsche Bank... -  sélectionnés pour cette estimation de Bloomberg sont ceux qui ont eu le plus de dépenses inhérentes aux litiges juridiques lors de ces cinq dernières années.

Un montant qui plus que doublé entre 2011 et 2012

Et les banques européennes seraient sommées de passer à la caisse de plus en plus fréquemment. En 2012, amendes et autres provisions liés aux litiges auront coûté 7,7 milliards de dollars à ces 18 établissements bancaires. Un montant qui a plus que doublé par rapport à l'année précédente.

"Aujourd'hui, avec ces amendes; les banques sont en train de payer pour ce qu'elles ont fait dans le passé", a déclaré Martin Hellmich, professeur en management du risque, interrogé par nos confrères de Bloomberg.

Les banques britanniques parmi les plus impliquées

Dans le détail, ces banques ont dépensé 24,9 milliards pour solder litiges et poursuites, 20,9 milliards de dollars ont d'ores et déjà été provisionnés en vue de futures amendes à payer. Enfin, 31,5 milliards de dollars l'ont été pour des ventes abusives (de produits d'assurance adossés à des crédits immobiliers) à des clients anglo-saxons qu'elles ont été contraintes de dédommager.

A noter donc que toutes ne sont cependant pas impactées de la même manière. Les banques britanniques sont notamment parmi les plus impliquées. Le 22 août dernier, l'Autorité de conduite financière britannique les avait ainsi condamné à rembourser jusqu'à 1,3 milliard de livres sterling à des millions de clients, pour des ventes abusives de protections sur les cartes de paiement.

Or, celles-ci avaient déjà été impliquées dans la manipulation des taux interbancaires Libor et Euribor, mais également dans l'affaire des ventes forcées d'assurances-crédit PPI, qui les a obligées à passer des provisions pour plus de 10 milliards de livres.

Deutsche Bank, suite et pas fin

Autre banque qui peine à se dépêtrer de ces affres juridiques : Deutsche Bank. Lors de la publication de ses résultats trimestiels il y a quelques semaines, la banque allemande a annoncé qu'elle avait augmenter ses provisions de 1,2 milliards d'euros, les portant à 4,1 milliards d'euros.

Dernièrement, de nombreux analystes ont estimé que Deutsche Bank devra encore passer 300 millions d'euros lors du quatrième trimestre. Pour rappel, les litiges juridiques lui ont coûté 1,6 milliard d'euros en 2012. 

Globalement, il semble donc que les banques ne soient pas au bout de leurs peines.

Selon Frédéric Oudéa, "le risque de litige augmente. Il fera partie intégrante de notre stratégie (de la Société Générale) en 2014"

Et l'Hexagone n'est pas épargné. En France, les banques continuent également à doter des provisions. Le Crédit Agricole en a passé près de 80 millions d'euros lors du dernier trimestre. Même constat du côté de la Société générale qui a provisionné 200 millions sur la même période. Peu prolixe sur le sujet, le PDG de la Société Générale, Frédéric Oudéa, a déclaré il y a semaines, selon l'Agefi :

Il me paraît légitime de renforcer nos provisions collectives. (...) Le risque de litige augmente. Il fera partie intégrante de notre stratégie en 2014, où nous passerons un maximum de provisions tant que cela n'obère pas notre rentabilité.

A lire aussi :

>> 100 milliards de dollars : c'est ce que les litiges ont coûté aux banques américaines

>> Banques françaises : les risques de litiges entachent des résultats solides

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 26/11/2013 à 9:19
Signaler
Une page se tourne..la fin des grandes banques en zone euro..une dose de chasse aux sorcières, un zeste d'absence de contrôle des opérateurs, une louche de régulation destinéee à générer des données que personne ne comprend ni même ne lit, une pincée...

à écrit le 26/11/2013 à 8:53
Signaler
Il manque à votre article 1 milliard € dans le cadre de l'affaireapollonia. (rien que pour la France !) Cette escroquerie en bande organisée implique de très grandes banques françaises / CIF / Crédit mutuel / Crédit Agricole / BPI / BNP....mais aus...

à écrit le 25/11/2013 à 17:58
Signaler
Un détail par banque serait le bienvenu. Il semble que l'on parles en Milliards pour les banques anglaises et allemandes, et en centaines de millions pour les françaises et italiennes ...sans parles des espagnoles ... un amalgame hétérogène.

le 28/11/2013 à 10:57
Signaler
Dès que l'on essaye de rentrer donner des détails sur des affaires similaires comme l' #affaireapollonia les commentaires ne sont pas publiés!!!

le 28/11/2013 à 10:57
Signaler
Dès que l'on essaye de rentrer donner des détails sur des affaires similaires comme l' #affaireapollonia les commentaires ne sont pas publiés!!!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.