"Subprimes" : JP Morgan prêt à payer 11 milliards de dollars pour tourner la page

 |   |  463  mots
Il pourrait s'agir de la plus plus grosse amende jamais payée par une banque américaine : 11 milliards de dollars. Une somme astronomique que JP Morgan Chase serait prête à sortir de sa poche pour solder des litiges inhérents à la crise des subprimes.
Il pourrait s'agir de la plus plus grosse amende jamais payée par une banque américaine : 11 milliards de dollars. Une somme astronomique que JP Morgan Chase serait prête à sortir de sa poche pour solder des litiges inhérents à la crise des "subprimes". (Crédits : Reuters)
La banque américaine serait prête à débourser ce montant faramineux pour solder plusieurs litiges hérités de la crise des "subprimes". Ce qui ne signifiera pas que JP Morgan en aura fini avec l'ensemble des affaires dans lesquelles elle est impliquée.

Il pourrait s'agir de la plus plus grosse amende jamais payée par une banque américaine : 11 milliards de dollars. Une somme astronomique que JP Morgan Chase serait prête à sortir de sa poche pour solder des litiges inhérents à la crise des "subprimes", selon le Financial Times.

L'établissement est en effet accusé d'avoir abusé de la confiance d'investisseurs à qui elle vendait des titres adossés à des créances immobilières. Si cet accord se concrétisait, cela permettrait à JP Morgan d'en finir avec les pousuites engagées par le ministère du Logement, de la Justice, ainsi que le bureau du procureur général de New York.

Un accord qui ne soldera pas tout

Point important : il n'est pas dit cependant que cet arrangement puisse permettre à la banque de tourner définitivement la page des "subprimes". Le ministère de la Justice voudrait également que la banque reconnaisse avoir fraudé de manière intentionnelle, d'après les Echos.

L'enjeu est de taille puisqu'à chaque fois que les grandes banques américaines ont soldé leurs litiges ces derniers années, elles ont accepté de sortir leur chéquier mais nullement de reconnaître leur responsabilité, comme ce fut le cas lors de l'affaire "Fabulous Fab", l'ancien trader de Goldman Sachs.

Les affaires s'enchaînent pour JP Morgan

Par ailleurs, cet accord ne signifiera pas non plus que JP Morgan en aura fini avec ses soucis juridiques. La banque américaine est aujourd'hui impliqué dans de nombreuses affaires très diverses qui vont de la manipulation de taux à l'embauche d'enfants de dignitaires chinois en vue d'être favorisé lors de l'attribution de marchés.

Conséquence, la banque est  poursuivie, au total, par une quinzaine de juridiction et d'entités différentes : le gendarme de la bourse américaine (la SEC), la Réserve fédérale (Fed), et même deux pays étrangers.

Une image désastreuse

Si le coût est bien entendu financier : JP Morgan a perdu 6 milliards dans l'affaire de la "Baleine de Londres", (dixit "une tempête dans un verre d'eau" selon le PDG de la banque Jamie Dimon au début de l'affaire), devra également régler 920 millions de dollars d'amendes dans le cadre de cette affaire, 400 millions de dollars en juillet pour avoir manipulé les marchés de l'énergie en Californie et dans le Midwest, l'impact est également désastreux pour son image tant la banque donne le sentiment de vouloir dégager des bénéfices à n'importe quel prix. Et pas sûr qu'un chèque de 11 milliards de dollars suffise à changer cela.

>> Baleine de Londres : 920 millions de dolalrs d'amendes pour JP Morgan

>> Procès de Fabrice Tourre : l'ancien trader de Goldman Sachs joue la carte du "low profile"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/09/2013 à 14:06 :
...ni responsable , ni coupable...ne posez pas de questions...tout est normal...
a écrit le 28/09/2013 à 1:02 :
Les amendes payées par les actionnaires et les contribuables, c'est bien. Mais où sont les inculpations? Je ne comprends pas grand chose au droit, mais il semblerait logique que le maquillage, trucage, production de faux et autres écritures imaginatives en série soient normalement punissables, non?
Réponse de le 28/09/2013 à 18:57 :
C'est de l'optimisation judiciaire. Prends l'oseille et tire toi !
a écrit le 26/09/2013 à 17:53 :
Bien joué de la part de Goldman Sachs qui a déjà réussi à couler son principal concurrent (Lehman Brothers) avec l'aide du gouvernement américain dans lequel il a placé ses pions et qui continuera afin d'être seul à gérer le monde (seule banque au monde à considérer ses clients comme des 'bouffons' comme eux-même les appellent, et à ruiner tout ce qui se trouvent dans leur parages afin d'engranger des milliards de bénéfices). Bientôt dans leur collimateur les banques françaises, allemandes et européennes puisqu'ils ont mis à la tête de la banque centrale européenne un de leurs employés Mario Draghi qui va bien continuer à plomber notre déficit et à les enrichir afin que lorsque le pays sera tombé comme la Grêce, Goldmann Sachs viendra en sauveur nous prêter des milliards à des taux exhorbitants que nous allons accepter, comme la Grêce. Le futur nous l'avons sous les yeux, une banque toute puissante, plus puissante que les états, avec la complicité de nos dirigeants qui laissent faire et qui ne peuvent dire on ne savait pas. Si une seule banque paye, c'est bizarre...si toutes les banques remboursent ce que les états (c'est à dire nous) leur ont prêtés (donnés ?, on ne nous a pas posé la question), on ne serait plus en déficit. Danger, Danger...
a écrit le 26/09/2013 à 14:16 :
La banque va payer avec l'argent de l'état et des Q.Es. Une drôle d'affaire mais les américains, le peuple, n'a pas véritablement été trompé, il savait depuis longtemps. Les banques centrales des autres pays n'ont pas fait leur travail, ni en France, ni ailleurs. On a laissé la dérive sachant que nos intérêts principaux, celui de nos grandes fortunes était préservés. Un drôle de constat. En ce qui concerne les banques américaines il est bien que les affaires se soldent au prix fort, ce qui présage de nouvelles alliances et fusions, largement souhaitables vu le niveau d'écroulement qui les caractérise pour la plupart. Il est urgent d'agir alors que la crise du pétrole, celle du budget, de la IT, menacent de provoquer un effet mikado dévastateur. Les réformes nécessaires.
a écrit le 26/09/2013 à 14:00 :
Que faisaient les juristes internes de la Banque à ce moment là ?
Réponse de le 27/09/2013 à 17:37 :
Et bien ... rien, ils touchaient leur rémunération et bonus; pourquoi ?
a écrit le 26/09/2013 à 11:57 :
Goldman Sachs et JP Morgan sont ce que les Américains ont réussi a produire depuis leur conquête du continent , ça fait parti de leur histoire de Pionniers. Libre a chaque citoyen d?Amérique d'en tirer leurs conclusions.
a écrit le 26/09/2013 à 11:49 :
''JP Morgan est en train de couler ! '' http://www.youtube.com/watch?v=U3_S-7ageBg
a écrit le 26/09/2013 à 10:41 :
le drame de jp morgan semble que sur ce coup, il n' avait pas à l' époque sus-dite d' employé non américain à qui faire porter le chapeau... pas même une femme de ménage porto-ricaine.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :