L'Empire State Building coté en Bourse ? La Tour Eiffel...et David Bowie aussi !

 |   |  687  mots
L'Empire State Building va comme prévu entrer en Bourse
L'Empire State Building va comme prévu entrer en Bourse (Crédits : Reuters)
Certes l'introduction en Bourse du légendaire gratte-ciel new-yorkais peut surprendre. Ce n'est pourtant pas la première fois que les marchés financiers ouvrent leurs portes à des monuments...

L'entreprise propriétaire du célèbre gratte-ciel de Manhattan a donc comme prévu annoncé son introduction en Bourse mardi. L'Empire State Realty Trust a fixé son cours d'introduction à moins de 15 dollars (11 euros) sur le New York Stock Exchange, valorisant ainsi le plus célèbre des gratte-ciel à deux milliards de dollars. Mais l'immeuble de 381 mètres de haut âgé de près de 90 ans n'est pas le seul monument à être coté en Bourse. Le monument de la chanson, David Bowie, est également passé par Wall Street. Tour d'horizon des entrées en Bourse les plus originales.

La Tour Eiffel

Le monument le plus célèbre au monde aurait-il été le premier à avoir été coté? Il semblerait. Elle aurait en effet été cotée à la fin du 19e siècle à la Bourse de Paris. A l'époque, c'est la société de la Tour Eiffel, créée en 1889 par Gustave Eiffel pour construire et gérer le monument, qui en détient les droits d'exploitation. Mais ensuite, en 1979, la Dame de fer passe entre les mains de la mairie de Paris, qui a créé la Société d'exploitation de la Tour Eiffel (SETE). Certes les deux noms sont proches. Mais seule la SETE gère désormais la célèbre tour de fer. Cependant, la première - la société de La Tour Eiffel créée par Gustave Eiffel lui-même - demeure une société cotée d'investissement immobilier.

Le port de Hamburg

Dans un autre genre, le port de Hamburg, l'un des plus importants ports de commerce d'Europe, est quant à lui coté en Bourse depuis le 1er novembre 2007. Il a été suivi de peu par celui de Dubaï, entré à la Bourse de Dubaï en novembre 2007.

Les clubs de foot flambent

Les clubs sportifs ne sont pas en reste. Ainsi, le club de football anglais Manchester United a été réintroduit sur les marchés en août 2012, après un premier passage en Bourse de 1991 à 2005. Il valait même plus de 3 milliards de dollars fin janvier, devenant ainsi le premier club sport à flirter avec de tels sommets, loin devant le club américain des Dallas Cowboys.

C'est le club anglais de Tottenham Hostpurs qui a été le premier à entrer en Bourse en 1983. Manchester United lui emboîte le pas en 1991. D'autres équipes européennes suivent le mouvement, telles que l'Ajax d'Amsterdam, la Lazio de Rome ou le FC Copenhague. En 2007, l'Olympique Lyonnais a été le premier club français à entrer dans la danse.

Le ballon ovale n'est pas en reste: Marseille-Vitrolles est ainsi le premier club de rugby au monde a être entré en Bourse en janvier 2010.

Mais aussi... la Formule 1

L'introduction en Bourse - initialement prévue en juin 2012- à Singapour d'une partie du capital de la F1 serait en tout cas toujours à l'ordre du jour. "Il faut juste trouver le bon moment pour aller sur le marché. Nous ne sommes pas pressés", déclarait ainsi Bernie Ecclestone, grand argentier de la F1, à l'AFP fin septembre.

La gastronomie française

Encore plus original ? Oui, la grande cuisine française est cotée en Bourse. La société Bernard Loiseau S.A. a en effet été introduite à la Bourse de Paris en décembre 1998, faisant de Bernard Loiseau le premier chef cuisiner trois étoiles fréquenter les marchés financiers. 15 ans plus tard, le réseau de chefs cuisiniers, pâtissiers et sommeliers les Toques blanches du monde devrait lui aussi entrer en Bourse prochainement.

David Bowie

N'oublions pas David Bowie: un précurseur ? Pas vraiment. Certes le chanteur britannique avait lui aussi fait son introduction en Bourse à Wall Street via l'émission d'obligations de 55 millions de dollars gagés sur les royalties de ses albums en 1997. Mais avant lui, le groupe de rock Kiss avait fait ses premiers pas en Bourse à la fin des années 1980, d'après Libération. Et les Beatles avaient également coté la société qui détenait les droits d'auteur des Fab Four, le surnom de leur groupe.

Pour aller plus loin: Et si les hommes et les femmes étaient cotés en Bourse ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/10/2013 à 19:17 :
Quand est ce qu'on pourra mettre en bourse la connerie sa risque de rapporter beaucoup d'argent à ceux qui reconnaissent les c*ns
a écrit le 02/10/2013 à 19:07 :
!
a écrit le 02/10/2013 à 19:01 :
Bonjour,
Vous vous êtes trompé car la société qui exploite la Tour Eiffel n'est pas la même que celle côtée en bourse : http://www.tour-eiffel.biz/fr/societe-dexploitation-de-la-tour-eiffel

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :