Etats-Unis : quel serait le coût d'une perte de licence pour BNP Paribas ?

 |   |  259  mots
(Crédits : reuters.com)
Si elle perdait sa licence bancaire aux Etats-Unis pour avoir contourné des embargos américains, BNP Paribas se retrouverait en grande difficulté sur un marché qui pèse 10% de son chiffre d'affaires.

Que coûterait à BNP Paribas, accusée d'avoir brisé l'embargo américain contre des pays comme l'Iran ou Cuba, une perte de sa licence aux Etats-Unis ? En cas de suspension temporaire, elle verrait toutes ses activités américaines gelées. Or, l'ensemble du continent américain représente environ 10% du chiffre d'affaires (Produit net bancaire) de BNP, soit près de 4 milliards d'euros l'an dernier. Le manque à gagner serait conséquent.

Une activité appelée à prendre de l'ampleur 

La suspension de licence mettrait surtout un frein à ses ambitions en Amérique du Nord, dont la part est appelée à croître à 12% dans le chiffre d'affaires d'ici 2016. La banque française emploie par ailleurs 15.160 personnes en Amérique du Nord (Etats-Unis, Canada et Mexique), selon son dernier rapport annuel d'activité.

Un quart des clients de BNP Paribas à l'international

Les Etats-Unis constituent à eux seuls aujourd'hui environ un quart des clients de la banque à l'international, soit 3,5 millions sur un total de 13 millions. BNP ne pourrait en outre plus réaliser de transactions en dollars vers ou depuis les Etats-Unis. Son activité de financement s'en trouverait fort touchée. Elle risque ainsi de perdre de gros clients, en particulier parmi les institutionnels (grandes entreprises, fonds d'investissements, fonds de pension, assureurs...), selon l'agence de notation Moody's Investors Service. 

Une possibilité de contourner l'interdiction ? 

BNP pourrait toutefois contourner cette interdiction en faisant effectuer des transactions par une tierce partie, disent les analystes. Une suspension temporaire de licence, dernière étape vers une révocation de celle-ci, entacherait enfin son image et sa réputation. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/06/2014 à 0:46 :
La Banque BNP Paribas subirait de très lourdes pertes si ses activités bancaires devaient cesser aux USA : La Bank of the West, filiale directe du Groupe BNP Paribas, implantée dans toute la Californie (8ème puissance économique mondiale) et son important partenariat avec The Bank of America, sans compter les transactions en dollars du Groupe BNP à travers le monde … et les activités de trading US/Euro (premier volume mondial). Bref les conséquences pour le Groupe BNP Paribas pourraient être colossales. Un client BNP ne pourrait plus importer ou exporter directement et changer ses euros contre dollars.
Concernant les prêts structurés des collectivités locales françaises signés avec Dexia, jusqu’à preuve du contraire, ce sont les élus locaux français incompétents et ignorants qui les ont bien signés sans en comprendre quoi que ce soit ! Mais en France , les élus ne sont jamais responsables et les contribuables doivent payer.
Réponse de le 02/06/2014 à 7:58 :
Pour les prêts structurés ils ont même nommés a l'assemblée nationale comme président celui qui a ruiné son département
a écrit le 01/06/2014 à 23:48 :
On peut reformuler la question dans l'autre sens: quel serait le bénéfice de BNP Paribas si la banque quittait les USA? Le monde est vaste...
Réponse de le 02/06/2014 à 7:02 :
C'est juste, d'aprés cet article un quart des clients sont des américains et ils ne représentent que 10% du CA.
Réponse de le 03/06/2014 à 22:24 :
Plus aucun problème si Toutes les banques quittent le dollar... Monnaie de singe ... 3 trillions de dollar en circulation, la moitié de l’humanité milliardaire en dollar... Allez Chiche on passe à autre chose?
a écrit le 01/06/2014 à 23:30 :
ils font partir PSA et Renault d'Iran pour que GM et Ford puissent entrer,
ils interdisent à tous d'acheter du matériel militaire autre qu'américain,
ils refusent l'importation des fromages,
leur "justice" met des amendes collossales aux boites étrangères,
ils boycottent les frites quand on refuse leur guerres sionistes,
bref, les ricains sont des enfoirés ..
Réponse de le 02/06/2014 à 6:59 :
Avec un président Scooterman 1er, ancien "young leader" de la french american foundation (comme les pseudo patriotes Ducon-Gnangnan et Montebourde), qu'espérer d'autre ?
a écrit le 01/06/2014 à 21:56 :
Nos juge devrait prendre exemple sur les juges américains .Il devrait libérer toutes ses municipalité Françaises qui ont été trompées avec des crédits bourrés de subprimes .
Exiger le non remboursement de tous ses prêts bidons.
Les principaux créditeurs privés de Dexia se trouvent deux banques américaines, Morgan Stanley et Goldman Sachs.
Montrons que la loi s'applique aussi en France au banques US.
La piqure sera plus douloureuse que 10 milliards réclamés .
Réponse de le 02/06/2014 à 18:58 :
"des crédits bourrés de subprimes"
Merci!! je me suis bien marré.
a écrit le 01/06/2014 à 21:28 :
Et la facture des conneries de leman brothers et des sub primes qui a mît le monde dans le pétrin ???
a écrit le 01/06/2014 à 21:23 :
Alors, c’est la crise avec les US ? tu parles, rien du tout ! Mieux, pour remercier ces malfrats, on va signer un accord de coopération, le traité transatlantique, qui va finir d’asservir nos économies.
Demain, nos « ministres » expliqueront que ceux qui ruinent la France sont les réfugiés syriens ou les Roms, les Chinois, les Russes.... et il faudrait voter pour eux…
a écrit le 01/06/2014 à 20:22 :
Les US veulent leur Traité de libre-échange avec l'Europe, les pressions ne font que commencer. US GO HOME.
a écrit le 01/06/2014 à 20:01 :
C'est la guerre avec les US, il ne faut pas commercer avec eux et leur mettre le maximum de bâtons dans les roues pour leurs activités en Europe. US GO HOME.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :