BNP Paribas : le président et deux autres dirigeants accusés de délits d'initiés

 |   |  221  mots
Baudouin Prot (successeur de Michel Pébereau, à droite) doit quitter ses fonctions de président de BNP Paribas le 1er décembre 2014.
Baudouin Prot (successeur de Michel Pébereau, à droite) doit quitter ses fonctions de président de BNP Paribas le 1er décembre 2014. (Crédits : Reuters)
Une enquête préliminaire a été ouverte à Paris, selon une source proche du dossier qui confirme une information du Canard Enchaîné. Le président de la banque, Baudoin Prot, et son prédécesseur, Michel Pébereau, seraient concernés.

Un pavé dans la mare. Une enquête préliminaire aurait été ouverte à Paris sur d'éventuels délits d'initiés susceptibles d'avoir été commis par des dirigeants de la BNP Paribas. C'est ce qu'a indiqué mardi 18 novembre à l'AFP une source proche du dossier. Cette dernière a ainsi confirmé une information du Canard Enchaîné.

Actions vendues durant le premier semestre

Selon l'hebdomadaire satirique, sont concernés Baudouin Prot, président de la banque en partance (il quittera ses fonctions le 1er décembre), son prédécesseur Michel Pébereau (actuellement président d'honneur du Conseil d'administration de BNP) et le directeur général délégué Philippe Bordenave.

Alors qu'une enquête, lourde de menaces, était en cours aux Etats-Unis sur la violation par la banque de l'embargo sur les transactions financières avec Cuba, le Soudan et l'Iran, ils auraient vendu près de 300.000 actions qu'ils détenaient à titre personnel, à un cours moyen compris entre 44 et 49 euros.

L'hebdomadaire évoque deux périodes pour cette cession d'actions: courant 2013 et début 2014.

Cet été, en juillet, la justice américaine a infligé à la banque une amende de 8,9 milliards de dollars pour le viol de ces embargos américains. A cette sanction, s'est ajouté pour BNP Paribas l'interdiction de paiements en dollars pendant un an, de janvier 2015 à décembre 2015.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/11/2014 à 16:28 :
Allez cette fois ci cela ne devrait pas être trop difficile à prouver; date de l'info, dates de débuts des ventes pas tous ensemble svp sauf si un fonds BNP cherche comme par hasard un paquet de titre ou pire si la vente se fait hors marché oui j'exagère. mais pour vendre aux meilleures conditions… patrons au-dessus des convenances habituelles surtout pour son propre argent.
a écrit le 19/11/2014 à 8:59 :
En France ce n' est pas possible !
a écrit le 18/11/2014 à 23:23 :
Ils vendaient peut être a la BNP qui elle achetait , magnifique !!!!
a écrit le 18/11/2014 à 20:13 :
Tiens l'élite bancaire française serait corrompue? On est surpris qu'on puisse l'être... Et Péberau qui fait la morale aux citoyens de ce pays...
a écrit le 18/11/2014 à 19:17 :
Accusation bidon y a qu'a voir le cours sur la période et savoir qu'ils ne peuvent agir de leur propre chef pour des transactions sur le titre du fait de leur fonction.
C'est juste pour relancer un peu la machine anti-banques.
a écrit le 18/11/2014 à 19:06 :
Ils ont niques 65 % des avoirs multipar international
a écrit le 18/11/2014 à 18:59 :
48.36 ce soir, et moins 14.6% depuis le 01/01/2014: accusation = pschiiiit
a écrit le 18/11/2014 à 18:56 :
Il faut être IMPITOYABLE pour tous les délits du type abus de biens sociaux, délits d'initié, concussion, fraude électorale, prise illégale d'intérêt....
De la prison FERME, sans possibilité de sursis, lourdes amendes, reversement des gains indus, inéligibilité A VIE.
C'est simple, non, et au moins ce sera DISSUASSIF.
Réponse de le 19/11/2014 à 6:35 :
Justice de bistrot surtout quand on ne connaît pas le dossier.
Réponse de le 19/11/2014 à 9:53 :
On ne connait pas le dossier, mais le but de l'Etat est de protéger la propriété privé, donc les actionnaires, et on ne peut être laxiste avec la main d'oeuvre qui vole et fait n'importe quoi.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :